Des têtes de chats par centaines [Angel Reeves & Remus Amaro]

Angel Reeves

avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Baseball
Spécialité : Champ centre
Fonction : Elève
Poste spécial : Président(e) du club d'athlétisme
Avatar : Miyasaka Ryou - Inazuma Eleven
Doubles-comptes : Perceval Hartwood
Messages : 615
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 20
Localisation : Sudiste

(Précédemment)

Résumé:
 

Une bibliothèque ? Je savais même pas qu'il y en avait une dans le coin. Faut dire, c'est pas spécialement le genre de lieux que j'ai le plus l'habitude de fréquenter - j'suis pas ce qu'on pourrait appeler une fana de lecture. Mais tant que ça peut nous mettre à l'abri, ça me va. Je hoche la tête, l'air tendue, et quand il me sourit, sans doute pour tenter de me rassurer, je ne peux lui rendre qu'un vague frémissement de lèvres un peu inquiet avant de me mettre à le suivre. Les trombes d'eaux qui tombent du ciel se mettent rapidement à former des flaques de boues sur le chemin, et à ma peur de me prendre un éclair sur la gueule s'ajoute celle de voir le rouquin emplâtré trébucher et s'étaler par terre. Avec ses béquilles, 'faut bien reconnaitre que c'est loin d'être un scénario improbable. Aussi je m'efforce tant bien que mal de contenir mon envie de partir en courant et m'adapte à son rythme en me mordant nerveusement les lèvres, jetant des coups d’œils inquiets aux nuages noirs au-dessus de nous. Avec l'obscurité, les lampadaires ne tardent bientôt pas à s'allumer, et leur faible grésillement électrice est loin d'être rassurant.

Heureusement, nous finissons par atteindre le porche de la bibliothèque sans incident notable. Avec un soupir à moitié soulagé, je cesse de brandir au-dessus de nos tête la veste du rouquin, qui mériterait plutôt d'être qualifiée d'éponge. Il est cool de l'avoir sacrifiée pour nous abriter - encore que c'est une façon comme une autre de s'offrir un lavage gratuit. Je lui souris, un peu plus calme que quelques instants auparavant, même si les éclairs au loin m'arrachent encore quelques frissons.

- Merci, mec. T'imagines pas à quel point ces trucs me font flipper,
je lui avoue sans honte, même si j'ai conscience que y'a pas besoin d'être un génie pour avoir deviné ça. Ça va au fait ton plâtre, il a pas trop prit la flotte ? Ça doit pas être pratique, ce truc, j'espère qu'j'peux encore dessiner d'ssus. Tu t'es fait ça comment, d'ailleurs ? je demande soudainement, prise de curiosité.

Je jette alors un coup d'oeil à la pluie, qui n'a pas l'air de vouloir s'arrêter - en fait, ce serait plutôt le contraire. Un véritable déluge. De toute façon, tant que y'aurais encore la moindre trace de nuages orageux dans le ciel, hors de question que je bouge d'ici.

- Ça te brancherait, de rentrer à l'intérieur ? On dirait que c'est pas prêt de se calmer,
je soupire, fataliste.

C'est probablement la seule fois de ma vie que je rentrerais dans ce repère d'intellos. Se lancer à fond sur une piste de course, c'est quand même vachement plus vivant que de s'enfermer dans un bâtiment rempli de bouquins poussiéreux...mais bon, chacun ses goûts, hein.
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Amaro

avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Photographie
Spécialité : Macrophotographie
Fonction : Etudiant
Poste spécial : Blogueur
Doubles-comptes : Deborah Foolgarden
Messages : 312
Date d'inscription : 26/05/2013

Une fois arrivé sous le porche, Remus prit soin d'abriter suffisamment son plâtre et s'appuya sur l'arche pour lâcher ses béquilles. De nombreuses fois elles ont failli lui glisser des mains, mais ses doigts étaient trop fermement crispés pour qu'elles plongent par terre. Il reprit sa veste, l'essora comme on essore une serpillière et tenta tant bien que mal de l'accrocher à une de ses béquilles sans qu'elle tombe.

« - Merci, mec. T'imagines pas à quel point ces trucs me font flipper.
-T'inquiètes, je suis pas très à l'aise non plus avec ces trucs-là... »

Lorsque Angel le questionna sur son plâtre, il le regarda avec inquiétude. Des traces de boues ici et là, quelques auréoles dues à la pluie, mais dans l'ensemble ça ne semblait pas très grave. Il hocha la tête pour dire qu'il n'y avait rien.

« -Ça doit pas être pratique, ce truc, j'espère qu'j'peux encore dessiner d'ssus. Tu t'es fait ça comment, d'ailleurs ?
-Tu pourras pt'être pas dessiner dessus aujourd'hui, j'en suis désolé : faut que ça sèche un minimum je pense. Après sur le comment du pourquoi, c'est une très longue histoire… C'était à l'ancien Volfoni : j'étais dehors, accident, parpaing sur la jambe droite. »

Remus n'allait pas avouer qu'il jardinait pendant l'effondrement de l'étage. Il n'était pas très fier de ces capacités donc il tut ce détail. De plus, il n'aimait pas trop raconter ce qu'il s'était passé. Déjà parce qu'il ne souhaitait pas passer pour une victime et qu'on ait pitié de lui ; mais aussi parce que l'accident l'a marqué. C'est depuis cet instant qu'il a développé ce TOC concernant les fissures d'immeubles, et en ce moment ça ne semblait pas s'arranger. Ainsi lorsqu'elle lui proposa de rentrer dans la bibliothèque, le rouquin ne fut pas très à l'aise : il se sentirait obligé de scruter chaque recoin de l'immense salle pour s'assurer que le plafond n'allait pas lui tomber dessus. Son cœur battit légèrement plus vite.

Il ne devait pas passer pour quelqu'un de louche. Ce ne serait pas normal de vouloir rester à tout prix ici, aucune raison ne serait valable. Si en plus on prenait en compte son plâtre et l'humidité ambiante, c'était de la folie. Remus se pinça la lèvre inférieure puis accepta :


« Ouais… Faisons ça alors. »

Avec un peu de maladresse, Remus prit sa veste, la jeta sur son épaules, puis s'équipa de ses béquilles et se dirigea vers l'entrée. Avec ces lumières chaleureuses et ses bouquins visibles, elle semblait vraiment accueillante. Discrètement, Remus essaya de scanner les alentours: apparemment, rien d'énorme à l'horizon. Pour cette fois, il allait essayer de se conduire comme le gars rêveur qu'il était auparavant, sans se poser de question sur la structure des murs, les tiges de fer ancrées dans le béton, ou ne serait-ce que le lustre accroché au plafond... Il devait être aux alentours de 7h30: la bibliothèque était-elle ouverte au public à cette heure-ci ?
Hors Jeu:
 

_________________
Pour moi, c'est en #FF9933! ;D En fait, plus du tout, je suis imprévisible EL ADRITORE !

Merci Scotty EL ADRITORE !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Angel Reeves

avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Baseball
Spécialité : Champ centre
Fonction : Elève
Poste spécial : Président(e) du club d'athlétisme
Avatar : Miyasaka Ryou - Inazuma Eleven
Doubles-comptes : Perceval Hartwood
Messages : 615
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 20
Localisation : Sudiste

Heeeein, j'peux plus dessiner sur son plâtre ? Une moue de déception apparait sur mon visage. La patience, de base, c'est pas mon fort, et j'ai vraiment envie de faire plein de têtes de chats sur son truc...enfin bon, y'a pas le choix, apparemment. Tant pis, j'attendrai...faut que je positive : au moins comme ça, j'pourrais m'entrainer à en dessiner sur du papier, notamment pour ces putains de moustaches. Ah, et faudra que j'mette un feutre orange de côté, j'veux qu'ils soient roux comme lui.

Je grimace à la mention de son accident. Merde, un parpaing sur la jambe, ça doit quand même faire sacrément mal.

-  J'compatis, mec. Et t'inquiètes, j'vais attendre, c'pas grave. J'te l'décorerais la prochaine fois quon se verra !


Je me tourne vers l'entrée et lui emboite le pas. C'est moi ou il a hésité avant d'accepter d'aller à l'intérieur ? Il a l'air un peu mal à l'aise...c'est peut-être parce que l'orage le rassure pas. Dans ce cas, on est deux. Je prend la poignée et la tourne, puis pousse un soupir de soulagement en constant que c'est ouvert. Vu qu'il est tôt, j'avais un doute, mais faut croire qu'on a de la chance. J'entre en prenant soin de lui tenir la porte - avec ses béquilles, c'est pas comme s'il avait les mains libres, et puis même, c'est la classe d'être galant -  et la referme derrière nous une fois qu'il est entré. Puis je jette un œil aux alentours. Des rangées de bouquins et quelques tables en bois. Génial. Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir foutre en attendant la fin de l'orage ? Si au moins je pouvais décorer son plâtre avec mes magnifiques chats à moustaches...

- On s'installe quelque p...


Je m'interromps soudain, les yeux écarquillés, et je fixe le rouquin. Mon. Dieu. Je viens d'être frappée d'inspiration divine. Comment n'ai-je pas pu y penser avant ? Comment ai-je pu ne serais-ce que songer à réfléchir à ça, alors que c'est l'évidence même ? Dès le moment où j'ai pris en main le stylo qu'il me tendait, son destin était tracé. Je me tourne lentement vers lui pour lui faire face et plante mon regard dans le sien. Il faut que je lui annonce cette vérité, sans perdre de temps. C'est donc d'un ton grave, solennel, et avec peut-être une légère pointe d'émotion, que lentement, j'articule :

- Remustache.


Il ne peut exister de surnom plus parfait pour lui. Je souris, particulièrement fière de moi-même, et m'installe tranquillement à une table.


- J'espère que l'surnom te plait, parce que dorénavant, ce sera le tien ! Enfin, faudrait quand même que j'en trouve un plus court pour les jours où j'aurais la flemme de le dire en entier...
je murmure, l'air songeuse. Bah ! Mumus, ça fera très bien l'affaire ! Au fait, t'as un portable ? je reprend, l'air joyeuse. Faudrait que tu m'passes ton numéro, qu'on se fixe un rendez-vous pour que j'puisse te mettre pleins de moustaches sur ton plâtre. Enfin, des moustaches de chats, hein. Quoique, je peux mettre les deux, c'est cool aussi les moustaches solitaires. J'vais y réfléchir ! Et j'écrirais probablement "Planche d'appel" quelque part, aussi, je continue de réfléchir à voix haute, parce que ça, c'est le surnom du plâtre - j'ai fais du saut en longueur grâce à lui, alors il en mérite bien un.

Il doit y avoir quelque chose de diabolique dans mon regard et dans mon large sourire. Qu'importe s'il se dégonfle en sachant ce que je lui dessinerai ! Je ne le laisserais plus se défiler, maintenant qu'il m'a autorisé à dessiner sur Planche d'appel.
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Amaro

avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Photographie
Spécialité : Macrophotographie
Fonction : Etudiant
Poste spécial : Blogueur
Doubles-comptes : Deborah Foolgarden
Messages : 312
Date d'inscription : 26/05/2013

Encore gêné, Remus entra dans la bibliothèque, tout en remerciant au passage Angel de lui avoir tenu la porte. Les lumières chaudes et le bois omniprésent dans la pièce principale lui réchauffèrent un peu le cœur. Il avait étudié un peu de théorie ici mais n'était pas très fan du bibliothécaire qui avait plus l'air d'un croque-mort. Il jeta des petits coups d'oeil furtifs au niveau des murs lorsqu'il sentit le regard de la sportive appesantir sur lui. Avait-elle déjà remarqué son obsession ? Remus pria pour que ce ne soit pas le cas, que ce soit un détail insignifiant qui la faisait bloquer sur lui. Le rouquin avait les yeux vissés sur les siens, attendant un mot de sa part. Il remarqua en même temps le vert de ses iris. Il s'y perdit presque lorsqu'elle prit la parole :
"- Remustache."

Remustache. Son étonnement fut sans borne. Il s'attendait à tout sauf à ça. Ce regard, ce ton solennel, tout ça pour un surnom ? Bon en même temps, quel surnom : c'était plutôt bien trouver, il fallait l'avouer. S'en suivit ensuite un monologue assez impressionnant, mais le jeune homme n'écoutait qu'à moitié. Un surnom. Ça peut paraître con, un mot lancé comme ça, généralement un jeu de mots pourri, mais c'était pour lui. C'est représentatif d'une amitié, un symbole.

« alors il en mérite bien un. 

-Je...euh…oui, faisons comme ça. »

Ça parlait de planche d'appel, de 06, de prochaine fois. Était-ce donc ça l'amitié ? Qu'importe si elle n'existait que depuis une heure, elle existait, et c'était beau. Il était lui-même, et en tant que tel, on voulait quand même bien lui donner un surnom et le revoir. Sans le vouloir, une larme roula sur sa joue. Elle arriva à mi-chemin de sa joue lorsque Remus s'en rendit compte et l'essuya furtivement.

« On a qu'à s'asseoir sur la table au fond, on gênera moins le personnel. J'en profiterai pour te passer mon tél, je ne le connais pas par cœur. »

Pendant le déplacement, Remus se dit qu'il faudrait peut-être trouver un surnom pour Angel. « 'Gel ? » Non, ça sonne mal et puis ça pourrait être mal interprété...Bon, et bien ça sera toujours Angel… Ou alors…


« Angie… Ça sonne bien aussi mais c'est aussi court qu'Angel du coup ça ne sert pas à grand-chose comme surnom... »

OH WAIT. Il avait encore pensé à haute voix… Quel boulet.

« Oh les jeunes, veuillez-vous calmer s'il vous plaît ! Je sais bien qu'il n'y a pas beaucoup de monde, mais respectez le personnel et les livres ! »

Mince, en plus ils avaient attiré l'attention de Croquemort...

_________________
Pour moi, c'est en #FF9933! ;D En fait, plus du tout, je suis imprévisible EL ADRITORE !

Merci Scotty EL ADRITORE !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Angel Reeves

avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Baseball
Spécialité : Champ centre
Fonction : Elève
Poste spécial : Président(e) du club d'athlétisme
Avatar : Miyasaka Ryou - Inazuma Eleven
Doubles-comptes : Perceval Hartwood
Messages : 615
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 20
Localisation : Sudiste

Perdue dans mon flot de paroles, je ne remarque pas la larme qui roule sur sa joue et lui sourit joyeusement quand il répond positivement à ma demande - même si je lui laissais pas tellement le choix - d'échange de numéros. Par contre, son inquiétude sur le fait qu'on pourrait potentiellement gêner le personnel, je m'en fiche un peu. Voire complètement. C'est pas comme s'il y avait quelqu'un d'autre que nous à cette heure-ci, et vu le calme qui règne ici toute la journée, ils vont pas se plaindre s'ils entendent deux personnes discuter vers sept heure du matin.

Alors que je me dirige vers l'une des table, il reprend soudain la parole d'une voix un peu songeuse, comme s'il pensait à voix haute. Je tourne la tête vers lui et le fixe, presque étonnée de ce qu'il est en train de dire, avant de laisser un large sourire étirer mes lèvres.

"Angie ! Oh ouais, ça sonne bien, j'approuve ! On s'en fiche que ce soit plus court ou non, je veux dire, Remustache, c'est bien plus long. D'ailleurs j'te préviens de suite: p'tet bien que j'me contenterais de dire "Mumus" ou bien "S'tache" quand j'aurais la flemme."


Le mec qui s'occupe de la bibliothèque vient alors brusquement nous interrompre en nous intimant de fermer notre gueule parce qu'on les fait chier, lui et ses bouquins. Bon, il ne l'a pas dit exactement comme ça, mais la traduction n'est pas difficile. Je lui lance un regard noir tout en serrant les dents pour m'empêcher de lui lancer une réplique acide ; Remustache ferait mieux de ne pas retourner dehors avec un temps pareil, et moi-même je n'y tiens pas, alors j'ai pas intérêt me mettre à gueuler sur le vieux squelette.  

"Qu'est-ce que c'est que ce regard, jeune homme ?"
me demande-t-il avec un froncement de sourcil.

Et je craque. Désolé, S'tache, pourtant, l'espace de cinq secondes, j'ai vraiment essayé de fermer ma gueule.

"Ce qu'il y a ?! Mais vous nous engueulez alors qu'on fait rien, que j'sache !"je lui répond avec indignation. "Y'a personne t'façon, qui est-ce que vous voulez qu'on dérange ? Vos bouquins ? Mais faut vous calmer là, ils s'en foutent ! C'est des L-I-V-R-E-S, vous savez ce que c'est, des livres ? Ça n'a pas d'oreilles ! On leur manque pas de respect, on les déchire pas ! Puis vous, c'est bon, c'est pas comme si on gueulait, on cause normal !"

Et merde, le voilà qui commence à s'énerver lui aussi. Mon visage se ferme pendant qu'il part dans un sermon sur le respect, l'importance des règles, ma façon de parler, les livres, et...bon j'en sais rien en fait, j'arrête rapidement de l'écouter. Au bout d'une trentaine de secondes, je finis tout de même par perdre patience et lâche d'un ton tranchant :

"De toute manière, vous êtes raciste. Tout ça, c'est parce qu'il est roux."


Ou parce que je suis blonde. On sait jamais, avec les gens comme ça. Je me tourne vers Remus, sans laisser à Croquemort de réagir.

"Viens, on sort. On aura qu'à attendre devant le porche de la bibliothèque, la pluie va bientôt se calmer, de toute façon."


Et c'est vrai. L'averse me parait moins violente que tout à l'heure, même si je ne me risquerais pas encore à l'affronter. Ce sera probablement terminé dans la demi-heure à venir - une dizaine de minutes si on est optimiste. Croquemort reprend ses esprits et me demande mon nom, que je lui donne immédiatement d'un ton sec, même si je me doute que c'est pour le faire remonter au directeur ou pour, au moins, me donner une punition, et entraîne Mumus dehors sans réellement le consulter. Heureusement, l'autre ne nous suit pas. Une fois à l'extérieur, j'inspire profondément l'air frais et offre un sourire d'excuse à mon comparse roux.

"Désolée. Mais je laisserais personne te martyriser à cause de la couleur de tes cheveux, fait moi confiance."


Je défend la justice.

_________________
Pour moi, c'est du cc6633 ♥️

Grmblblbl Merciii ♥ :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Hasard
ACCRO AU MCDO
avatar
Âge du perso : On ne demande pas ça à l'entité du chaos D8
Spécialité : Le café le café le café 8D
Fonction : Deus Ex Machina
Messages : 3139
Date d'inscription : 19/01/2013
Localisation : Au McDo comme les gros.
ACCRO AU MCDO ♥

Comme ils sont mignons, ces deux petits choux à la crème, vous ne trouvez pas ?
Le binoclard et son mug sont de cet avis, en tout cas.
Evidemment que ce rabat-joie de vieux plouc de bibliothécaire lui collera un rapport, à la petite Reeves, il est aussi chiant que ça, c'est pourtant l'évidence-même. Le roux, lui, n'a rien fait et s'en tirera sans dégât, mais Reeves... sans doute recevra-t-elle un avertissement comportement d'ici les prochains jours, qui pénaliseront sa moyenne ou on ne sait trop quoi.

Un grondement lourd tout proche, dans le ciel. Tic et Tac lèvent les yeux, leurs petits yeux angoissés, parce que si la pluie s'est calmée c'est pour mieux tomber. D'un coup, il pleut à verse ; soudain, les nuages se déchirent et la longue strie qui traverse le ciel n'augure rien de bon. Mieux vaut trouver un endroit où se réfugier, même les escargots ne sortent pas.
Pauvre roux, lui qui ne va pas vite, en plus.
Et paf.
Dans le noir.
Coupure de courant.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur http://academievolfoni.forumactif.org
Remus Amaro

avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Photographie
Spécialité : Macrophotographie
Fonction : Etudiant
Poste spécial : Blogueur
Doubles-comptes : Deborah Foolgarden
Messages : 312
Date d'inscription : 26/05/2013

Un léger tic nerveux apparut sur le doux visage de Remus en apprenant que son beau surnom passerait de Remustache (qui fait un peu hipster) à S'tache (qui fait surtout « tâche » à ses oreilles). Mais comme c'était son premier, il n'allait pas se plaindre des déclinaisons qu'il pouvait comporter. Perdu dans ses pensées, il demeura plus que spectateur devant l'altercation entre Croquemort et sa récente amie. On venait de passer d'un instant mignon à un ouragan et même si ça venait d'Angel, c'était quand même surprenant. Un peu honteux d'avoir ramené une fille manquant de tact et de discrétion dans cette bibliothèque, lieu sacré par excellence, il ne dit rien, écoutant juste un débat incroyablement confus autour de livres qui ont des oreilles, et d'un croquemort raciste envers les roux. … Quoi ? L'a-t-on vraiment charrié aujourd'hui à propos de ces cheveux ? L'italien voyait surtout une mauvaise foi incroyable de la fille, mais ne put que suivre le mouvement en sortant de la bibliothèque.


"Désolée. Mais je laisserais personne te martyriser à cause de la couleur de tes cheveux, fait moi confiance."


Elle a beau être désolée, ils se retrouvent dans la même situation que précédemment : protégés par un porche de la pluie, mais exposés à l'humidité ambiante. Son plâtre ne supportera pas, et lui non plus, de ressembler à une éponge.

« Je veux bien te croire, mais ce que j'ai pas capté -et que je ne capte toujours pas-, c'est pourquoi tu t'es emportée comme ça. Il m'a pas « martyrisé » à ce que je sache ! »

Et comme encouragée par son agacement, la pluie finit par redoubler d'intensité, et un vent violent rabat les gouttes d'eau vers l'intérieur du porche. Putain, manquait plus que ça. Sa mâchoire se contracta, transformant son visage en un hexagone en colère. Et lorsque la situation ne pouvait pas être pire, voilà qu'un éclair vient faire sauter l'électricité.


« Putain, c'est pas vrai !

...

Bon, t'as plus le choix, Angel : je tape sur la vitre de la bibliothèque et t'auras plus qu'à t'excuser auprès du mec. En espérant que les portes automatiques ont également un mode manuel...
 »

Malgré la faible luminosité, l'italien pointait sur Angie son regard furieux, mais également apeuré quand à l'état de sa jambe.

_________________
Pour moi, c'est en #FF9933! ;D En fait, plus du tout, je suis imprévisible EL ADRITORE !

Merci Scotty EL ADRITORE !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Angel Reeves

avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Baseball
Spécialité : Champ centre
Fonction : Elève
Poste spécial : Président(e) du club d'athlétisme
Avatar : Miyasaka Ryou - Inazuma Eleven
Doubles-comptes : Perceval Hartwood
Messages : 615
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 20
Localisation : Sudiste

… Remustache n’a pas l’air content. Ma colère retombe aussi vite qu’elle était venue, et je me gratte nerveusement la joue, gênée. Ouais… ouais, il a raison. Peut-être que j’ai un peu exagéré. Un peu. Mais n’empêche que ce vieillard est imbuvable ! J’allais pas rester sans rien dire, si ? Il ne l’a pas martyrisé, ok, mais je suis certaine qu’il aurait pu le faire si je n’avais pas réagis à temps. Maman me dit toujours qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Et puis de toute façon, la pluie va se calmer, alors on pourra bientôt bouger d’ici. Je m’apprête à le lui expliquer patiemment, quand soudain, un éclair déchire le ciel. Je me paralyse. La pluie et le vent s’intensifient, les lumières s’éteignent, et bientôt, c’est un véritable déluge qui s'abat tout autour de nous, dans l’obscurité. Mes mains commencent à trembler. S’tache lâche un juron, je vois bien qu’il est en colère, et sans doute qu’il a de bonnes raisons de l’être : si on reste là trop longtemps, son plâtre va en prendre un coup, c’est sûr. Et c'est ma faute. Je hoche la tête, pâle.

“Ou...ouais, ouais, on va faire ça. Désolée, Mumus…”


J’ai peur de l’orage.

J’ai vraiment peur de l’orage.

J'crois que ça a un nom, Nanaho me l’avait dit, une fois. Mais j’ai oublié. J’ai pas de mémoire pour ce genre de choses, et puis de toute façon, on s’en fiche, c’est pas comme si mettre un nom sur ma peur allait changer quoique ce soit. Je me rapproche d’un pas mal assuré de la porte à la suite du rouquin, et tape avec lui sur la vitre, peut-être avec plus d’empressement que lui. Le vieux schnock finis par débarquer, bougie à la main. Il nous regarde, s’éloigne, et alors que j’allais commencer à sérieusement paniquer, revient pour ouvrir les portes à mains nues. Oh. Il a enclenché le mode manuel. Je laisse Remus rentrer le premier, parce que son plâtre risque de sérieusement morfler s’il se bouffe encore de l’eau, puis me précipite à sa suite.

Le vieux nous fixe, alors je prend les devants et je m’excuse. Avec mes jambes qui tremblent, je dois pas avoir fière allure. P’tet ben qu’il est pas si con que ça, parce que cette fois, son sermon est beaucoup plus court, et qu’il nous apporte assez vite une bougie. Je l’attrape avec les deux mains, parce que j’suis pas franchement stable et que j’ai peur de la faire tomber. Il nous dit de rester tranquille, cette fois, et je hoche la tête avant de me diriger vers la table la plus éloignée des fenêtres et d’y poser notre lumière de fortune. Je m’assieds, et un éclair au-dehors me fait sursauter. Calme toi, Angel, t’es pas classe, là. Respire. Le bâtiment est en pierre. Est-ce qu’il a un paratonnerre ? Non, non, n’y pense pas, bon sang, n’y pense pas.

“Hé, Remustache, t’es vraiment en colère ? J’suis désolée, tu sais.”


Ben oui, je viens à peine de le rencontrer, et j’arrive déjà à le foutre en rogne. Je crains, parfois.

“Ça va ton plâtre ? Et euh… ton numéro, t’as pas eu l’temps de m’le filer. ‘fin si tu veux toujours.”


Un nouvel éclair, un nouveau sursaut.

"Putain d'orage à la con."


Un murmure, entre peur et colère.

_________________
Pour moi, c'est du cc6633 ♥️

Grmblblbl Merciii ♥ :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Amaro

avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Photographie
Spécialité : Macrophotographie
Fonction : Etudiant
Poste spécial : Blogueur
Doubles-comptes : Deborah Foolgarden
Messages : 312
Date d'inscription : 26/05/2013

Remus resta silencieux, les mâchoires crispées, malgré l'excuse d'Angel. Si il mettait du temps avant de se mettre en colère, il mettait également du temps à retrouver son calme. Heureusement que l'école n'était pas passée entièrement à la domotique et qu'un mode manuel pour l'ouverture de la bibliothèque existait encore. Il lâcha un petit soupir en voyant les portes s'ouvrir, puis reprit son air fermé tandis qu'il galérait à marcher avec son plâtre. Sa jambe lui paraissait plus lourde, sûrement à cause de l'humidité ambiante. Entre la crainte de l'orage et celle d'un bâtiment pouvant s'écrouler, il savait raisonnablement que la probabilité d'un accident était plus importante dehors. Le roux se retourna quand même pour voir 'Gel s'excuser, et imagina la fierté qu'elle avait dû mettre de côté pour faire ce geste. Une fois la bougie dans ses mains, il suivit la lumière jusqu'à une table au fond, loin des éclairs, ce qui n'était pas plus mal.

Hé, Remustache, t’es vraiment en colère ? J’suis désolée, tu sais.

Il resta silencieux, car même si il n'avait plus de vraies raisons d'être énervé, il sentit qu'il allait avoir un ton beaucoup trop cassant si il parlait maintenant. Il fixa l'auréole de lumière que formait la bougie sur la table. Avec un peu d'imagination, on pourrait faire une séance de spiritisme et invoquer les fantômes de Volfoni.

"-Ça va ton plâtre ? Et euh… ton numéro, t’as pas eu l’temps de m’le filer. ‘fin si tu veux toujours.

… Il a pris l'eau.



Mais maintenant ça va aller je pense.
"

Il resta hésitant. Numéro ou pas de numéro ? Après tout, c'était son premier surnom, et malgré l’ascenseur émotionnel que représentait le caractère de la jeune fille, elle était sympa. Remus posa ses béquilles sur le rebord de la table et ses mains tâtèrent ses poches avant et arrière. Il ressortit un vieux portable à clapet. La lumière bleutée l'aveugla, puis il chercha silencieusement dans ses contacts quelqu'un nommé très subtilement : « Moi ».

« Alors mon numéro c'est le 941-090-8127. »

Il entendit l'éclair et le juron qui suivait. Même à l'intérieur ça le tonnerre faisait peur. Malgré sa colère, il se força à sourire (ce qui ne faisait pas très naturel) et lui sortit :

« T'inquiètes pas, ça va passer. »

_________________
Pour moi, c'est en #FF9933! ;D En fait, plus du tout, je suis imprévisible EL ADRITORE !

Merci Scotty EL ADRITORE !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des têtes de chats par centaines [Angel Reeves & Remus Amaro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un truc pour nos amis les chats.
» URGENT 4 CHATS SOCIABLES CHERCHENT FA (76)
» Les chats en CORSE .
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)
» Intrusion [ Libre, mais pas plus de deux chats ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc central :: Pavillon blanc :: Bibliothèque-
Sauter vers: