Un nouveau roux est dans la place, wesh

Perceval Hartwood
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Cursus théâtre
Spécialité : Marionnettes
Fonction : Lycéen
Poste spécial : Tuteur pour élèves en difficultés, membre du Conseil des Élèves
Avatar : Rock Briefers, de Panty and Stocking With Garterbelt
Doubles-comptes : Angel Reeves
Messages : 704
Date d'inscription : 21/10/2014
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠

Percy




Infos
XX Nom : Hartwood (nom de sa mère)
XX Prénom :  Perceval
XX Âge : 19 ans
XX Sexe : M
XX Nationalité : Anglais-Américain.
XX Origines : Né à Arcadia.
XX Orientation sexuelle : Bisexuel.

XX Statut : Élève.
XX Régime : Demi-pensionnaire.  
XX Poste spécial : Tuteur (pour les lycéens en difficultés scolaires)
XX Camp : Arcadia

XX Cursus : Théâtre
XX Spécialité : Marionnettes
XX Groupe souhaité : Intello

XX Rang : J’vous laisse décider ♪

Divers & précisions
 Ventriloque XX  A toujours un paquet de chewing-gum sur lui XX  Sa mère tient un garage dans un quartier d’Arcadia, et il n’est pas rare qu’il lui y donne un coup de main  XX Parle le langage des signes et le morse  XX  Se balade rarement sans au moins un livre dans son sac XX Aime toutes sortes de musiques, de la pop au métal, en passant par le jazz, le celtique et le rn’b  XX Contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre d’un rouquin qui a souvent le nez plongé dans des bouquins, il se débrouille bien en sport et jusqu’il y a peu, prenait des cours de capoeira  XX Adore les pin’s XX Reste un gringalet même s’il mange comme quatre XX Parfois, s’amuse à coudre des marionnettes à l’effigie de personnes qu’il connait  XX Aime regarder les étudiants du cursus de danse s’entrainer XX Dispensé de certains cours de sport XX A deux sœurs, Kate et Mary, respectivement de 22 et 24 ans, ainsi qu’une demi-sœur de huit ans qui vit en Angleterre. Kate a quitté la ville pour ses études, mais Mary tient une boutique de vêtements à Arcadia Mall XX Mesure 1,86 mètres XX Grand amateur de nourriture asiatique XX  A le permis et conduit une vieille moto, qu’il a réparé lui-même il y a quelques mois alors que beaucoup la considéraient bonne pour la casse.

• Histoire

« Et le grand méchant loup souffla de toute ses forces sur la maison de paille !»

Émerveillé, je regarde la chaussette rose fuir loin de la chausette noire pour aller se réfugier dans la maison de bois de son frère. Aujourd’hui, je fête mes quatre ans, et mes parents ont organisés un théâtre de marionnettes pour animer la journée. Les décors en cartons ont été grossièrement peints par mes sœurs, un vieux morceau de drap vert à pois oranges pendu à un cintre fait office de rideau, et je reconnais sans peine les voix déformées de mes parents dans celles du loup et des trois petits cochons, mais des étoiles brillent dans mes yeux et je ne peux détacher mon regard de la scène improvisée. Voyant mon engouement pour leurs marionnettes, mes parents réitérèrent l’expérience l’année suivante. Et celle d’après.  Et encore celle d’après.

Dès mes huit ans, ils me proposèrent de passer derrière le rideau, et depuis, je n’ai jamais arrêté.

***

« Papa, d’où il vient le vent ? »
« Maman, c’est vrai qu’il y a des dinosaures au centre de la Terre ?»
« Papa, pourquoi ça aspire, un aspirateur ? »
« Hé maman, tu m’achètes un livre d’astronomie ? »
« Papa, tu veux bien m’emmener au musée avec les voitures ? »
« Viens Kate, on joue ! Tu fais Alice, et moi, le Chapelier ! »
« Papa, je veux voir des elfes ! »
« Maman, tu crois que je pourrais aller sur la lune, un jour ? »
« Mary, c’était mon gouter, ça…pourquoi tu fais que me les prendre à chaque fois… ? »
« Maman, je veux apprendre le langage des signes ! »
« Dit papa, c’est quand qu’on va au Pôle Sud ? Je veux voir des manchots ! »
« Maman, tu me fais des chapons aux morilles et au vin jaune pour mon anniversaire ? »
« Papa ! Vient, on va voir le spectacle de rue ! »
« Maman, maman ! Je veux faire de la capoeira ! »

***

Aujourd’hui encore, papa et maman crient l’un sur l’autre. Ils crient de plus en plus fort, et moi aussi, je pleure de plus en plus fort, mais ils ne m’entendent pas, parce que leurs cris couvrent tout. J’aimerais que quelqu’un soit là, n’importe qui, pour pouvoir me consoler et me dire que tout ira bien. Mais mes sœurs ne sont pas là, et les cris de mes parents n’ont rien de rassurants. Alors, quand je comprends que personne ne viendra s’occuper de moi,  je finis par pleurer en silence.

Au bout de quelques minutes, mon regard est attiré par cette marionnette, sur la commode, que m’a offerte papa pour mes neufs ans. Avec ses cheveux roux, elle me ressemble un peu, et je crois que c’est pour ça qu’il me l’a achetée. Lentement, je tends ma main vers elle, et après une hésitation, je l’attrape et glisse ma main à l’intérieur. La marionnette se tourne alors vers moi et me regarde de ses grands boutons verts.

« Bonjour Perceval», me dit-elle d’une voix un peu enrouée. Elle parle sur un ton très bas, comme si elle ne voulait pas qu’on l’entende. « Ça ne va pas ?»

Je secoue la tête, des larmes roulant toujours sur mes joues. Ma gorge me fait mal, et je me sens bien incapable de lui répondre. Elle penche un peu la tête, puis s’approche de moi et pose une main au tissu très doux contre  ma joue.

« Non, ça ne va pas, hein ? Tu sais ce qui va arriver. Ton papa et ta maman vont se séparer, et toi, tu vas devoir choisir avec qui aller. Ou peut-être qu’on choisira à ta place, parce que ton papa retournera sûrement en Angleterre, tu le sais, hein ? Il en a envie depuis tellement longtemps. Peut-être même que tu ne seras plus avec Kate et Mary. »  

La voix de la marionnette se brise sur ces derniers mots, et elle baisse les yeux pendant que mes larmes redoublent. Il me faut bien quelques minutes pour me calmer, et alors que j’essuie péniblement mes joues, elle reprend la parole.

« Tu sais, ça va être dur, mais il faut que tu sois fort. »

Cette fois, je parviens à lui répondre.

« Je veux pas déménager. »

« Quoiqu’il arrive, tu ne vas pas être séparé de maman, papa, Kate ou Mary pour toujours » , me dit-elle doucement, comme pour me rassurer.

Mais je n’ai pas envie d’entendre ça.

« Ils me feront plus de spectacles de marionnettes. »

« Ils continueront de t’aimer. »

« Ce sera pas comme avant. »

« C’est dur aussi pour eux. »

« Ils ont qu’à arrêter de se disputer. »

« Il y a pleins de couples qui divorcent.»

« Pas mon papa et ma maman. »

« Tu es grand, maintenant, tu ne dois pas être capricieux. »

« Je veux pas. »

« Soit fort. »

« Je veux pas !»

Et alors que maman sort de la maison en claquant violemment la porte d’entrée , je jette la marionnette de toutes mes forces contre le mur pour ne plus avoir à l’entendre. Puis je me bouche les oreilles.

Je n’aime pas quand papa pleure.

***

« Lily, fait attention ! »

Je rattrape ma petite sœur au moment où elle commence à trébucher, et pousse un soupir à mi-chemin entre la lassitude et le soulagement. Courir comme une dingue au bord de la piscine, quelle idée ! Le pire, c’est qu’elle en a rien à foutre et qu’elle saute dans l’eau sans me remercier de lui avoir évité une dangereuse chute. Je crois que je manque d’autorité, ou alors c’est elle qui y est complètement réfractaire. Avec un nouveau soupir, je la rejoins dans l’eau.

C’est l’été, et comme chaque été depuis maintenant près de quatre ans, je passe les vacances chez mon père, en Angleterre. Il s’est remarié, et j’ai maintenant une demi-sœur. Sa femme est…assez sympa, je crois. Je ne suis pas franchement à l’aise avec elle, mais j’ai rien à lui reprocher. Ou plutôt, je sais bien que  n’ai pas le droit de lui reprocher quoique ce soit. Je reconnais que parfois, j’aime mieux l’éviter, mais dans l’ensemble, nos relations se passent bien. Et puis, la présence de Lily joue beaucoup. Elle est tellement adorable, cette petite, même si j’suis sûr qu’elle aura un caractère de merde – exactement comme ses deux grandes sœurs.  C’est dingue ce qu’elle ressemble à Mary quand elle était gamine. J’vous jure, elle essaie toujours de me piquer mon quatre heures en croyant pouvoir s’en tirer en me faisant les yeux doux.

Je jette un coup d’œil à l’horloge murale de la piscine publique, soucieux de ne pas manquer le rendez-vous que nous a fixé notre père,  quant je reçois soudain une gerbe d’éclaboussures. Je pousse un cri d’indignation et me tourne vers Lily, prêt à me venger comme il se doit.  Elle pouffe alors de rire et essaie de s’enfuir.

Et alors que je me lance à sa poursuite, je me fais la réflexion que, quand même, ses sourires ont quelque chose de magique. Un seul d’entre eux suffit pour que je sente quelque chose fondre à l’intérieur de ma poitrine.


***

« Hmm…maman ? »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« J’ai…j’ai quelque chose à te dire. »

Elle ferme son livre et lève les yeux vers moi, sans doute interpellée par mon ton sérieux. Mes mains tremblent légèrement, et j’enfonce nerveusement mes ongles dans ma chair. Mon rythme cardiaque a rarement été aussi rapide, et je maudis en cet instant ma peau blanchâtre pour rougir aussi facilement. Je songe un instant à me dégonfler, mais je sais aussi que je le regretterais si je ne lui dit pas ça maintenant. Et puis, c’est trop tard pour faire marche arrière.  Je prends une grande inspiration avant de me lancer.

« Je…voilà. Je suis tombé amoureux d’un garçon. Alors…plus tard, c’est possible que je choisisse de passer ma vie avec une femme, mais…c’est aussi possible que je choisisse de la faire avec un homme, tu vois.»

A ma grande surprise, maman soupire de soulagement et reprend son livre sans plus m’accorder un regard.

« Putain, tu m’as fais peur ! Avec la tronche que tu tirais, je croyais que c’était quelque chose de grave, moi. Me refait plus des coups pareils, sale gosse. Au fait, on est mercredi, pense à sortir les poubelles.»

Deux jours plus tard, je découvrais un paquet de préservatifs posé sur mon bureau. Maman avait prit soin de laisser un post-it  où elle me recommandait de faire gaffe à mes fesses, "quand même".

***

Papa me fixe. Nous sommes assit l’un en face de l’autre, à la table du salon. Affreusement pâle, je triture nerveusement mes mains sous ma table. J’ai profité de l’absence de Lily et de sa femme pour lui dire,  parce que je redoutais les cris, mais il semble étrangement calme – quoiqu’au moins aussi pâle que moi. Il finit par rompre le silence pesant qui s’était étalé entre nous deux.

« Ta mère est au courant ?»

Je hoche simplement la tête, la gorge si nouée que je me sens incapable de rajouter le moindre mot. Il se tait à nouveau, avant de reprendre la parole au bout de quelques secondes :

« Et…euh…ça fait longtemps que tu…? »

Il s’arrête. Mon sang se glace dans mes veines.

« Que quoi ? » je parviens à demander, la voix un peu étranglée.

« …que tu, enfin…je veux dire, quand est-ce que tu l’as dit à ta mère ? »

« Il y a deux ans. »

« Ah. »

Nouveau silence, peut-être plus lourd que le précédent. J’ai un peu honte, mais nous savons tout les deux pourquoi j’ai mit aussi longtemps avant de me décider à lui dire. Je me force à ne pas détourner mon regard du sien, dans lequel le désarroi est clairement visible. Finalement, il se gratte la nuque, mal à l’aise.

« Et tu…tu es heureux, comme ça ? »

A nouveau, je suis incapable de faire autre chose que hocher la tête. Il semble hésiter, puis finit par lâcher :

«  Bon…alors si tu es heureux, c’est l’essentiel. »

Je le fixe longuement, incrédule. C’est tout ? Rien d’autre ? Pas de cris, pas de dispute ? Pas de manifestation de dégout, alors qu’il n’a jamais manifesté la moindre estime envers les homosexuels  - et je pèse mes mots ?  Il me rend un instant mon regard, semble hésiter, puis se lève et s’approche. Il tend une main vers moi, a un mouvement d’arrêt, puis la pose finalement dans mes cheveux. Ce geste qui était si familier durant mon enfance a aujourd’hui quelque chose de maladroit, et je me mords profondément la lèvre inférieure.

« Tu es mon fils », se contente-t-il de dire.

Il n’y a rien à rajouter. Je sens des larmes rouler le long mes joues, en même temps qu’un poids immense quitter mes épaules.

***

« Euh…Kate ? »

« Ouais ? »

« C’est à moi, ça. »

Ma grande sœur lève les yeux de ses cartons et me regarde. Je désigne d’un mouvement de menton ma collection de mangas Akira posés sur le sol, qu’elle s’apprête à embarquer dans son déménagement. Elle me sourit avec innocence.

« C’est pour emporter un souvenir de toi avec moi. Comme ça, je penserais à toi dès que je regarderais mon étagère ! »

« Fous-toi de ma gueule. »

« Hé, me parles pas comme ça. C’est une preuve d’amour fraternel, je te signale. »

« Tu sais combien de temps j’ai mis avant de rassembler l’intégrale ? »

« Justement. Ça a une valeur sentimentale. C’est ça qui le rend aussi précieux à mes yeux : tu me l’as offert alors que ça comptait beaucoup pour toi.»  

« Hé, j’ai jamais dit que je te l’of… »

« Tu vas pas faire ton radin alors qu’on se reverra plus que quelques fois par an ? On va se séparer pendant tes mois, je te signale. Tu préfères qu’on se quitte sur une dispute ou sur un acte de générosité ?»

Je ne réponds rien. Elle sourit à nouveau, victorieuse, et je ne peux que la regarder, la mort dans l’âme et maudissant ma faiblesse, enfermer une à une mes précieuses bandes dessinées dans un carton.

***

Sept heures vingt. Je cours à en perdre haleine, mon sac à dos coincé sous le bras, à la poursuite de mon bus qui a aujourd’hui, contrairement aux 364 autres jours de l’année, décidé d’arriver en avance. Sérieusement. Un bus. En avance. J’avais toujours pensé que c’était qu’une légende, merde !  Du coup, me voilà à tenter de le rattraper comme un galérien, tentant tant bien que mal de faire fi de mon point de côté naissant. Coup de bol, quelqu’un attendait déjà à l’arrêt, et si le chauffeur m’a vu dans son rétroviseur, il me laissera peut-être la quinzaine de secondes qu’il m’est nécessaire pour le rejoindre. Accélérant encore le rythme, je file le long du trottoir, traverse le passage piéton, entends soudain un crissement de pneu sur ma droite, et tourne la tête dans la direction d’où il provient.

J’ai à peine le temps d’écarquiller les yeux avant de me prendre le pare-choc de plein fouet.  

***

Assit dans ma chambre d’hôpital, je feuillette la brochure du nouvel établissement scolaire qui vient d’ouvrir en ville.  Il a l’air plutôt fun et propose pas mal de cursus intéressants. Celui du théâtre, plus particulièrement, me fait de l’œil.

« Tu es sûr que tu veux redoubler là-bas ? »

Je lève les yeux vers mes parents, tout deux assit à mon chevet. Dire que j’avais pensé ne plus jamais les voir l’un à côté de l’autre… il fallait croire qu’avoir un fils qui frôle la mort, c’était suffisant pour qu’ils mettent de côté leurs différends au moins pour un moment. Enfin, j’ai eu de la chance, je m’en suis tiré presque sans séquelles ; au vu de la violence du choc, rien que le fait que je puisse encore marcher est déjà un miracle en soi. Au moins la rééducation que je fais depuis deux mois n’aura-t-elle pas été inutile.

Je hoche la tête.

« Ouais. J’ai bien envie de m’essayer au théâtre de marionnettes. Sérieusement, je veux dire, pas juste pour Lily et ses amis. Et puis, les cours ont l’air intéressant ! Ça me fera pas de mal d’essayer autre chose, un peu.»

Je les vois soupirer de concert, et souris. Je passe mon temps à vouloir « essayer autre chose », ça doit les blaser, à force. Mais je sais que, comme d’habitude, ils ne s’y opposeront pas. Je repose mes yeux sur la brochure et m’attarde alors sur la partie qui présente les modalités du cursus de danse. Mon cœur se serre un peu. Sans cet accident, j’aurais sans doute longuement hésité entre ces cours-là et ceux de théâtre. Mais le sort ne m’a pas laissé le choix : la pratique intensive de certains sports m’est désormais interdite, et celui que j’ai pratiqué pendant huit ans en fait parti.  

Et ça me laisse comme un trou béant dans le cœur.  


• Caractère

Très curieux sur un grand nombre de sujet, il a très tôt commencé à se plonger dans des livres pour satisfaire sa soif de savoir et possède donc une importante culture générale XX C’était un enfant assez précoce et on ne peut lui nier ni des facilités d’apprentissages, ni une excellente mémoire, mais ce n’est pas pour autant un surdoué au QI exceptionnel. Ses bonnes notes se justifient par sa grande implication dans les cours qui l’intéressent – et parallèlement, c’est un élève assez moyen dans les matières qui ne l’attirent pas plus que ça  XX Il préfère travailler seul qu’en groupe avec des gens qu’il connait peu, car il a du mal à avoir confiance en le travail des autres et se sent à chaque fois obligé de revérifier ce qu’ils ont fait  XX Amateur de bandes dessinées, ce n’est pas un grand artiste mais il a son petit coup de crayon. Il s’amuse de temps en temps à faire de petits strips dans les marges de ses cahiers  XX Il arrive qu’il se confie à ses marionnettes, mais s’assure en général d’être seul avant de le faire  XX Sa grande gentillesse le pousse à facilement s’inquiéter pour les autres, et il serait prêt à venir en aide même à des gens qu’il n’apprécie pas plus que ça, car il est tout bonnement incapable de laisser quelqu’un seul dans les ennuis. Il est persuadé qu’il y a du bon en chacun et refuse de s’arrêter aux apparences XX  On lui trouve parfois un côté utopiste XX  Il est roux, il est intelligent, et cela devrait en théorie suffire à faire de lui une victime de choix. Mais jusque là, il n’a jamais eut de problèmes avec les racailles du coin : il s’entendait bien avec certains étant plus jeune, et eux savaient qu’il pratiquait un sport de combat, aussi évitaient-ils de s’en prendre à lui. D’autant plus que sa sœur Mary a pas mal trainé parmi les racailles pendant une longue période, et que même si elle s’est un peu calmée, tout le monde s’accorde à dire que c’est quelqu’un qu’il vaut mieux éviter d’énerver   XX  Parfois maladroit, surtout quand il s’agit d’exprimer ce qu’il ressent XX  Il a une certaine tendance à s'éparpiller sur une multitudes de projets et à force de se coucher tard pour essayer d'en venir à bout, il n’est pas rare qu’il ait des cernes sous les yeux  XX Ayant grandit parmi trois femmes avec de forts caractères, à savoir sa mère et ses deux sœurs, il a développé une légère tendance à se laisser marcher sur les pieds par le sexe féminin XX Pas vraiment prise de tête, il est souvent de bonne humeurXX  Il manque parfois de confiance en lui.


• Physique

Assis sur le sol de ma chambre, une jambe tendue face à moi, je courbe lentement mon corps en avant pour m'étirer. D’un geste un peu agacé, je repousse les mèches ondulées qui tombent devant mes yeux au cours du mouvement ; j’ai beau la couper régulièrement, cette satanée frange repousse à une vitesse phénoménale, et me bouche la vue en plus de dissimuler mon regard aux yeux des autres. Certains me disent que c’est dommage ; il parait que mes yeux sont « saisissants ». Franchement, je vois pas en quoi : ils sont bleus clairs, rien de plus. Certes, peut-être un peu plus clair que la moyenne, mais pas non plus de quoi en faire tout un plat. De toute manière, il faut bien reconnaitre que même avec toute la générosité du monde, physiquement, je suis tout juste passable. Grand, maigre, roux ; voilà qui suffit à me résumer, et ce simple constat n’est pas très flatteur. Avant mon accident, au moins, j’avais quelques muscles pour nuancer le tout, mais après trois mois passés dans un lit d’hôpital, il n’en reste plus qu’une vague trace. En revanche, j’ai gagné quelques cicatrices sur le flanc et sur les jambes ainsi qu’une, non visible, à l’arrière du crâne. Mais bon vu leur gueule, c’est pas vraiment ça qui va m’arranger.

Au bout de quelques minutes, je me redresse avec lenteur et passe à l’autre jambe. Avec plus d’hésitation. Plus d’appréhensions. J’inspire profondément, puis l'étire et commence à compter. Un. Deux. Trois. A la dixième seconde, un éclair de douleur me paralyse. Je ferme un instant les paupières, puis doucement, très doucement, je replie ma jambe et la ramène contre moi. J’ai mal. Putain, que ça fait mal. Et je ne parle pas que de cette foutue hanche. Cette douleur,  elle  est jusque dans ma tête, et elle me fait trembler de l’intérieur. Je flippe à l’idée de trop forcer sur ma jambe et qu’elle devienne boiteuse pour de bon, mais je flippe aussi à l’idée de ne plus jamais pouvoir bouger mon corps comme je le faisais avant. J’essaie de m’étirer chaque jour, mais  cette peur latente dans mon estomac ne me quitte jamais vraiment. Je sais que c’est possible, pourtant. Que c’est pas complètement irréversible. Que je peux retrouver ma souplesse, même si j’atteindrais sûrement jamais le niveau que j’avais avant.

Mais j’ai peur.

Et cette semaine encore, je marcherais pas droit.


• Derrière le tas de pixels
XX Pseudo :  Je suis un travelo
XX Âge :  Je suis un travelo
XX Comment as-tu atterri ici ? (ouais on se tutoie pour cette question) : Je suis un travelo
XX C'était long de lire tous les sujets annexes ? :  Dans mes souvenirs, ça avait pas été si long que ça lors de ma première lecture. J’veux dire. C’est intéressant quoi.
XX Des trucs à changer ? : Tout, c’est trop moche. Comme vous en fait, mdr lolilol keur jevouzéme.
XX Code de validation :
XX C'est chiant les fiches, pas vrai ? : ABSOLUTY NOT.
©️ Volfoni

_________________
En 009933 ~♥️

Particularité physique absente de l'avatar : :
 


Cadeaux ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ

T 1 ANGE LOL
« jtm Roux II »

✓ Tu es validé EVIDEMMENT !

Bon ben toi aussi j'te souhaite plus la bienvenue hein.
Et re-Bon ILEYCOOL Percy. Non mais déjà PERCEVAL quoi. Sérieux. Un prénom de chevalier et cet avatar, c'est tellement ce que j'aime, han. Et puis bon, objectivement, ton histoire et très bonne, y'a des passages qui sont vraiment vraiment chouettes.
"...je jette la marionnette de toutes mes forces contre le mur pour ne plus avoir à l’entendre. Puis je me bouche les oreilles.

Je n’aime pas quand papa pleure."
Les pitits feels dans mon coeur là, c'était trop mignon. Et j'aimais aussi beaucoup le principe de toutes les questions que pose Percy à ses parents au début, j'pense que ça aurait été sympa de les retrouver plus tard mais que du coup il ne les pose quasiment plus qu'à sa mère. Enfin bon, ça c'est ma petite remarque parce que quand j'aime un truc j'e ai jamais assez, héhé. Aha, et la bonne blague, j'ai eu trop peur quand j'ai lu qu'il allait annoncer à sa mère "jem lé zom buhu" et la réaction était trop bonne 8D Bon après il refait le coup avec son père de la façon relou que j'aime pas "omg mon fils est homosexuel mais je fais genre je veux son bien alors que je vais demander conseil à des psy dans son dos" qui fait un peu victime mais comme ça vient en echo de ce qu'il s'est passé avec sa mère, ça en devient intéressant puisque à travers un exemple de situation similaire tu présentes ses deux parents. Une bonne histoire, ouais, j'avoue qu'après l'avoir lue, les deux autres parties étaient assez accessoires mais j'ai lu quand même parce que c'est mon travail et j'aime aussi beaucoup l'idée que le physique soit comme une prolongation de l'histoire, comme il est après. Enfin bon, t'as bien travaillé ton perso, ça se voit et ça fait trop plaisir parce que j'ai l'impression que toi aussi tu t'es bien fait plaisir. Et ouais tant de plaisir à deux.
Je n'ai rien de plus à te dire que c'est bien et que c'est même très bien, voilà, et que j'espère que tu t'amuseras autant VOIRE PLUS qu'avant parmi nous avec ton nouveau personnage ♥

Oublie pas de noter que tu as un DC dans le profil d'Angel si ce n'est pas déjà fait (on oublie facilement de préciser ses DC sur son compte principal).

VOILA.

JE T'AIME.
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un nouveau roux est dans la place, wesh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis dans la place ! [ Lena ]
» (69) Dark Tirak est dans la place...tout baigne!!!
» Calypso est dans la place ✝ Hiboux Box
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Gestion du personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: