Grège_ Méliès.

Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

Tu vois, là, c'est précisément là qu'il est grimpé à mains nues, sans câbles ni rien, juste comme ça - alors il l'admirait.
Il le revoyait s'agripper avec ses petits doigts d'adolescent un peu mal formés et squelettiques à l'écorce comme s'il s'agissait d'une habitude comme s'il avait fait ça toute sa vie et (il le pensait de plus en plus) il avait fait ça toute sa vie.
Ça existait pas, ça, chez lui.
Y'avait des cons qui courraient et sautaient dans les rues ou sur les poubelles, ouais.
Pas des mecs qui grimpaient aux arbres, et elle aussi elle aimait ça.

Baisse les yeux.

L'équilibre sur le muret qui se fiche le camp comme elle - qui le laisserait sans repère une fois de plus
fois de plus dont il se remettrait
Valère se remet toujours de tout, il est comme ça, et ses poignets sont lisses à Valère il n'y a rien à y lire.
De sa bouche la pomme et de la pomme les pépins qui contiennent du cyanure. Mêm les bonnes choses finissent par être mauvaises et il aimerait la jeter sur la pelouse avec violence (comme ils font dans les films quand ils ne pètent pas des miroirs avec leurs poings) et l'abandonner là comme ça pour qu'on vienne la ramasser à sa place mais sa politesse et ses bonnes manières aussi sont mauvaises et l'équilibre sur le muret tient bon jusqu'à la prochaine poubelle. Aussi nocif que le cyanure.

Il y a un obstacle sur le muret et tous ses sens devraient être en alerte ils sont inertes il n'y a rien à craindre personne pour le toucher - personne ne le voit jamais et il ferait une mauvaise victime
quelqu'un sur le muret pour le cueillir et l'instant d'après ses yeux se relèvent parce que ça ressemble étrangement à ce qu'elle aurait dit alors il veut vérifier confirmer que ce n'est pas elle
ce n'est pas elle
l'instant et sa voix sont fades.

_ C'est sur cet arbre là-bas qu'il a grimpé la dernière fois, il a mis à peine six secondes pour le faire. Murray, le Guépard. Ça doit être une seconde nature chez lui. Tu viens pour essayer de battre son record ?

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Une ombre au coin de son champ de vision et il incline son carnet de l’autre côté ; ce qu’il fait est top-secret.
Top-secret et pourtant il s’agit d’un simple dessin, même pas compromettant, ne représentant personne.
Méliès garde ce qu’il fait pour lui, jalousement –si sûr, sans doute, d’être incapable de supporter le jugement d’autrui tant qu’il peut l’éviter.

Malaise, malaise parce que quelqu’un de son âge l’observe –brièvement, il lui rend son regard.
Quelqu’un de son âge lui parle, évoque une tendance à laquelle, comme tant d’autres, il n’a pas participé.

Il se met à part de beaucoup de phénomènes, spontanément –certains pourraient penser que c’est pour se punir, mais au final, il est tout simplement intéressé par d’autres choses. Beaucoup d’autres choses.  

- « Ah. Ah. Ah. C’était… Drôle. J’ai beaucoup aimé l’idée. »

Il s’en veut presque de le prendre relativement mal, d’avoir toujours cette agressivité latente dans le regard qui finit par venir déborder dans les mots.

- « Mais non, je n’imagine pas le moins du monde surpasser la vitesse du Guépard. »
A moins de me mettre à rouler, bien sûr.

C’est une blague qu’ils auraient pu faire, qu’il aurait pu faire lui-même pour les prendre de vitesse ; il aurait pu, avec tout juste assez d’amertume pour que ca passe comme un humour aigre-doux, pince-sans-rire peut-être.

Il aurait pu s’il n’avait pas cette peur qu’évoquer son poids ne fasse prendre conscience qu’il est trop lourd à ceux qui ne le connaissent que peu –comme si ce n’était pas la première chose que l’on remarque en le voyant.

Mais peut-être que s’il n’en parle pas, ils ne le verront plus.

- « Enfin, si t'es là pour tenter le coup, je peux te chronométrer. Voire te filmer. Si tu veux. Vous aimez mettre vos exploits sur Internet, maintenant, non ? »

Il peut très bien le comprendre.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

_ Vous.

Eux
ceux-là
les non-moi loin de moi
je n'en veux pas
mais personne n'en veut, personne ne veut être comme tout le monde Méliès (c'est ça, ton nom, déjà ?) rien que ton nom n'est pas comme les autres tu n'es pas comme les autres pas besoin de le souligner vous n'est pas toi - c'est d'accord, je présume. C'est d'accord.

Nous - les lointains les pareils - ne te conviennent pas et je sais pourquoi ce n'est pas bien difficile à deviner et je suis désolé d'être une crevette Méliès, tu m'en vois vraiment navré mais je ne peux pas me blâmer pour tes beaux yeux alors ma vue insoutenable continuera de t'irriter les globes oculaires un petit moment, ton gros cul bloque le passage je n'ai pas l'habitude de m'arrêter à ça, juste l'habitude de m'arrêter tout court.
Vos exploits si différents des miens.
Il se garderait de le dire, Valère, mais tu es beau Méliès. Ni plus ni moins que ceux que tu méprises, c'est un peu dommage de s'isoler soi-même quand on est poussé à le faire, ça donne raison à ceux qu'on déteste.
Ne serait-ce que par esprit de contradiction il faudrait sourire. Ça rend plus beau un sourire - c'est en souriant qu'on devient vraiment différent.

Mais bon t'as choisi de tirer la gueule alors c'est pas grave.
Dis-moi Méliès c'est ma maigreur ou mon sourire que tu jalouses ?
Non, d'accord, d'accord. C'est d'accord.

Valère illumine Méliès comme un soleil fait ressortir la lune du bleu du ciel.

_ Je ne prétends pas non plus le dépasser. Je n'arriverais même pas à l'égaler, tu vois, et j'ai encore besoin de mes mains, je n'aime pas jouer quand elles sont toutes écorchées. Désolé.

Oui vraiment.
Valère n'a pas l'impression n'être vous non plus. Sourire.
Rien à partager avec lui et ses jambes flanchent les genoux fléchissent et ça y est - il est assis et ne remarque même pas les dessins Valère ne fonctionne qu'aux sons (non vraiment, il s'en fiche de ce que l'on peut cacher, il n'observe que ce qu'il peut voir). Les yeux de Méliès cachés sous les plis de ses paupières, il a les rides des gens qui ne sourient pas assez - trop sérieux tout ça, beaucoup trop sérieux. Valère a les yeux trop écartés et le visage d'un chat quand il s'accroche au visage qu'il a à côté de lui.

_ Mais si tu veux je peux essayer. Ce serait pathétique mais ce serait drôle, tu ne souris jamais.

Ça ne se remet pas en question.

_ Tu sais que quand je t'ai vu la première fois j'ai cru que c'était toi le dealer d'Arcadia ? Un petit asiatique, on m'avait dit. C'est vrai que vous vous ressemblez, surtout de visage. Vous avez le même grain de beauté. Ou alors chez Salvatore c'est de l'autre côté, je ne sais plus.

Rire.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Un haussement d’épaules, au départ, simplement ; Méliès ne demande à personne d’être sportif, encore moins de le divertir en grimpant aux arbres.
Méliès s’en demande déjà suffisamment, alors il essaie de compenser en ne réclamant pas grand-chose à qui que ce soit.

A part, peut-être, qu’on arrête d’exiger un sourire de lui, parce que ça lui donne l’impression de mal faire, lui qui ne dit rien quand il n’a rien d’intéressant à dire, lui qui ne sourit pas quand il n’a pas une excellente raison pour.

C’est peut-être ça qui le sépare des autres –ceux qui sont invités en soirée, ceux qui ricanent fort dans le parc, ceux qui sont en couple.
Qu’il ne fasse rien sans raison.
Il y pense parfois –peut-être que ce n’est pas parce qu’il est gros, peut-être que c’est juste parce qu’il manque de spontanéité.

Mais il se contente d’hausser les épaules –et ranger le carnet parce qu’il ne voudrait pas paraître impoli face aux yeux de chat qui le fixent.

Ils sont mignons, ces yeux.

Les regarder est moins difficile maintenant que leur propriétaire parle, c’est bizarre, mais systématique, il a du mal à supporter les regards rapides sanctionnant son existence alors que quelques mots font disparaître le malaise. Comme si les conversations lui montraient que l’on ne veut pas qu’il déguerpisse, finalement.

C’est difficile à s’expliquer.

Peut-être qu’il est trop compliqué, compliqué pour franchement pas grand-chose.

Compliqué comme imaginer Méliès dans le rôle de Salvatore.
Il reste surpris, au début et finalement l’idée le fait rire.
Pour de vrai –brièvement, évidemment.
Parce qu’il trouve vraiment cela hilarant d’être confondu avec le leader des gangs d’Arcadia.

- « C’est pas vraiment lui et moi qui nous ressemblons, ce sont plutôt tous les asiat’ qui se ressemblent, hmm. Yeux bridés, petite taille, cheveux noirs, etc. »

Tous les asiatiques ont l’air de chinois. Méliès ou le gros chinois, c’est vous qui voyez. Ca ne l’agace même plus. Il n’y a que Bettina qui se donne la peine de les reprendre à chaque fois.

Et puis il y a le grain de beauté. Peut-être qu’ils ont le même, oui, mais Salvatore n’a pas du complexer sur le sien.
Salvatore n’a jamais du complexer sur quoi que ce soit –du moins est-ce ainsi que Méliès le voit, il ne s’est jamais vraiment donné la peine de réfléchir au sujet de Kimimichi. Trouve sans doute cela trop dangereux –superstitieux, préférant l’aveuglement ?

- « Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ? Les sourires ? »
Le sien a déjà disparu.
Le charisme, peut-être ? Ou le poids, plus simplement.
Dis-moi, Valère.

Oui Valère, il le connait –après tout, ils sont dans le même cursus et Méliès fait attention aux gens, fait attention lorsqu’il baisse les yeux, écoute aussi les conversations auxquelles il ne participe pas.  
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

Ça fait du bien. Vraiment, ça fait du bien.
Il rit et ça le soulage.
C'est bref et succinct mais c'est là et ça suffit.
Ça lui suffit à lui en tout cas, Valère se contente de pas grand-chose et pas grand chose ça passe par là, Méliès a l'air détendu et c'est l'essentiel, ses lèvres s'étirèrent davantage. Un pollen ou quoi que ce soit chatouilla sa truffe de chaton et il plissa le nez, serra les paupières et ses joues rosirent de plaisir. Il faisait toujours beau ici.

_ Mmh, je pensais que les coréens étaient plus grands que les chinois. Je ne sais pas, je n'ai jamais vu de coréens. A part Tran Yo mais il ne confirme pas tout à fait cette rumeur.

Il est adorable lui aussi - on dirait pas, mais il est gentil comme tout, un vrai chiot.
Et Elle était taïwanaise métissée sud-africaine. Pas un bon exemple.

_ Salvatore est venu me draguer. Il s'est présenté tout de suite alors je n'ai pas eu le loisir de deviner lequel d'entre vous avait autant d'assurance, mais même sans ça je pense que j'aurais visé juste. Méliès n'est pas connu pour ses initiatives gay.

C'est dommage que les gens ne se concentrent que sur ce qu'ils voient en tout premier lieu. C'est pas foncièrement grave mais c'est dommage - Valère n'en sait rien comparé à Méliès
il a juste une tête de chat deux grands yeux écartés qui fixent quand ils se concentrent qui donnent la chair de poule les gens aiment se faire peur (les gens ont peur de tout).

_ Les sourires aussi, a posteriori. Mais tout le monde sait sourire, c'est normal. Toi aussi tu sais, tu devrais sourire plus souvent. Enfin tu devrais faire ce que tu veux surtout, si tu n'en as pas envie personne n'a le droit de te le reprocher.

Il ne savait pas quoi lui dire mais ce n'était pas grave. Il était bien ici.

_ Tu veux rester tranquille pour dessiner ? Hahaha. C'est nul.

Ouais. Carrément.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Méliès n'est pas connu pour ses initiatives gay.
Méliès est-il connu pour quoi que ce soit ?
A part, bien sûr… bien sûr, tout le monde sait pour quoi il est connu.
Gros.
Jordan lui-même a fini par s’en apercevoir –c’est dire.

Il aurait pu être de ces personnes que tout le monde oublie –il aurait du. Ceux à qui on ne parle pas parce qu’on sent, à tort ou à raison, qu’ils n’ont pas d’autre intérêt que leurs cours, ceux qui restent en retrait sans que cela semble les déranger.
Il aurait pu, mais il reste le gros.
Il est tellement proche de l’anonymat –à peine une trentaine de kilos. Il est à une trentaine de kilos de Valère ou même de Scott, et c’est triste que ça le rende un peu jaloux, jaloux par vagues, ça lui permet de rester neutre la plupart du temps.

Et il y en a qui trouvent le moyen de le comparer avec Salvatore.
Ca le fera rire –du moins jusqu’au moment où l’autre s’en agacera, jusqu’au moment où il se souviendra qu’il n’est pas seul dans cette histoire et qu’évidemment personne n’aime être comparé au gros.

Salvatore lui fait un peu peur, plus que Jordan ou Narcisse par exemple, mais peut-être que de lui aussi il est séparé par seulement quelques kilos.
Parce qu’au final, il ne sait pas vraiment à quoi il aurait ressemblé sans ces bourrelets pour dicter la façon dont il se voit, peut-être qu’il aurait été connu pour des initiatives diverses plutôt que faire la gueule dans son coin.

Mais personne n’a le droit de le lui reprocher, qu’il dit. Mais bien sûr. C’est ce qu’ils font tous, pourtant, c’est ce que tout le monde fait à longueur de journée, ici comme ailleurs. Le reproche dans les regards, les jugements, les moqueries et le gentil petit Valère vient lui dire qu’on n’a pas le droit de lui reprocher de faire ce qu’il veut.
Que c’est facile pour l'autre de venir lui dire ça, de venir lui parler de droit avant de dire que chercher la tranquillité c’est nul, que c'est facile parce que Valère tout le monde le zappe et de la tranquillité il pourrait en revendre n'est-ce pas?

Souris, Méliès, souris pour lui montrer que tu t’en fous
ah, j’oubliais
tu n’es pas comme ça.


Il a l’estomac qui se serre, un peu, et c’est l’ongle de son pouce qu’il mordille pour compenser. Il n’aime pas ce genre de phrases –les prend toujours beaucoup trop personnellement, beaucoup trop à cœur.
Sans recul.

C’est nul il est nul.

Il a le regard qui se ferme et il ne s’en rend pas compte, mais il s’est éloigné, replié sur lui-même –à peine.

- « C’est tout subjectif. »

Oui, on va dire ça. Ca, plutôt que le ta gueule Valère, putain, va te faire foutre avec ton regard de chat malade  qu’il sent quelque part en lui, parce qu’il reste poli, Méliès, il ne s’énerve pas explicitement, il se contente d’être un peu distant, de paraître méchant par son regard ; mais quand on lui demande il dit que tout va bien en continuant à faire la gueule, ça il peut se le permettre puisque maintenant ils ont l’habitude.

Ses colères sourdes ne sortent pas.

- « Moi, je pourrais trouver nulle ton obsession pour le sourire des autres. Tu vas finir par n’en avoir plus que des hypocrites. Enfin, c’est à toi de voir si ça vaut mieux que pas de sourire du tout. »
Fondamentalement, moi je trouve ça con, mais mon avis te servirait pas à grand-chose.

Il reste tout juste assez froid pour pouvoir nier être énervé si on lui demande.

L’aigreur ne vas à personne, Méliès, c’est ça qu’il essaie de te dire. Juste ça.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

ah.

hahaha.

ah.

_ Tout le monde n'est pas hypocrite. Tout le monde ne le deviendra pas, en tout cas. J'espère.

Moi je ne le serai jamais.

_ Si les gens ne veulent pas sourire ils font comme toi Méliès. Ils ne le font pas.

Moi je souris.

_ Ou alors ils me sourient, comme ça je suis content et je leur fiche la paix.

Moi je ris.

un soupir.
tout en finesse.

_ De quoi as-tu peur Méliès ? Enfin, c'est sans doute pas à moi que tu vas te confier, et c'est bien normal, mais il ne faut pas avoir peur. Sourire ça n'engage à rien, pas même à paraître heureux. Si ça peut te rassurer.

ça ne le rassure en rien alors il inspire.

_ Je suis pas très bon pédagogue. Ni psychologue.

c'est le moins qu'on puisse dire il ne le regarde plus

_ Si tu as quelque chose à dire il vaut mieux le dire tu sais. Tu m'auras oublié dès que j'aurais tourné les talons alors ça te fera pas grand chose de m'envoyer bouler, haha. Y'a encore des gens qui savent pas qu'il y a quelqu'un à la régie maintenant, c'est marrant.

C'est marrant.
Il continue de sourire.
Il ne sait faire que ça.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Il parle beaucoup, Valère, il parle beaucoup et il doit être déçu d’être tombé sur quelqu’un d’aussi avare que Méliès.

Avare d’argent, avare de sourires, avare de mots.

Il n’y a que les naïfs qui donnent beaucoup et il n’y a que les naïfs qui ne croient pas vivre dans l’hypocrisie. Méliès est hypocrite et il s’absorbe dans la contemplation de ses mains aux ongles rongés.

Est-ce que Valère est naïf ?

Gentil, à la rigueur.
Un peu cru, mais gentil, faut-il supposer.

- « Sourire pour te faire partir, c’est ce que j’appelle de l’hypocrisie. »

Ca ne répond pas à la question.

De quoi a-t-il peur ?

De beaucoup de choses, et de rien de précis en même temps. C’est marrant, maintenant qu’il y pense. Enfin, pas marrant au sens entier du mot, au sens qu’entend Valère, plutôt.
Méliès jette un coup d’œil vers lui –il sourit encore. Il sourit toujours.

- « J’ai rien de particulier à te dire. Quoique si, je pense pas t’oublier une fois que l’un de nous sera parti, je ne l’ai pas fait jusqu’ici, après tout. »
Moi je sais qu'il y a quelqu'un en régie.

Peut-être que ça lui fera plaisir, peut-être pas, il ne sait pas vraiment si ça embête Valère que les gens le confondent avec les murs, et ça fait vraiment une piètre tentative de consolation. En était-ce une ? Même pas, juste l’introduction pour autre chose, parce qu'il faut toujours que Méliès se rassure avec l'apparence d'un discours structuré et il continue de penser qu’il aimerait bien lui aussi avoir le droit à l’oubli.

Il voudrait vraiment le droit à l’oubli pour ses bourrelets.

Il prend une inspiration, de celles qu’il est difficile de ne pas entendre, de celles qu’on prend avant de se jeter dans le vide, de celles que lui prend avant de confier quelque chose. Valère a cette capacité-là, paraîtrait-il.

Un temps qui passe –le temps de l’hésitation.

-- « Pourquoi les sourires, même creux, ça t’intéresse autant ? Je comprends pas vraiment. Encore, si tu voulais que les gens soient heureux, je pourrais comprendre, il parait qu’il y a quelques bons samaritains avec ce genre de désirs. Mais pourquoi des sourires ? »

Le temps de changer de sujet.

Il s’est dégonflé, c’est un peu lâche.
Il est lâche. Mou et lâche.

- « J’ai pas envie de sourire pour rien, tu vois, enfin c’est pas que j’ai pas envie, c’est que j’y pense même pas au final. Je veux sourire juste quand j’en ai envie. Ouais, voilà, et j’en ai pas envie très souvent, je crois que je suis quelqu’un de pessimiste. »

Une information de notoriété publique qu’il lâche cependant presque à contrecœur.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

Pourquoi des sourires ? Ça le fait rire.

_ Parce que c'est joli les sourires. Ça donne bonne mine, ça fait du bien, ça ne coûte pas encore trop cher, ça n'engage à rien. Tu peux être triste et sourire. Tu peux ne pas en avoir envie et sourire. Ça ne fait rien de grave et c'est beau à voir, mais c'est sans doute très égoïste de penser comme cela. Désolé.

non vraiment
désolé
soupir

_ Tu sais, quand je propose aux gens de sourire, ils font ce qu'ils veulent. Je ne les y oblige pas, et s'ils me sourient sans en avoir envie c'est d'abord avec eux-même qu'ils sont faux. Moi je suis juste spectateur d'un spectacle triste, mais ça ne change pas grand chose au quotidien à vrai dire.

Le quotidien des faits divers, des informations journalistiques trafiquées, du pessimisme ambiant.
T'inquiète pas Méliès, t'es pas le seul à ne pas vouloir sourire. La main sur les yeux pour les protéger du soleil quand il le regarde.

_ Si les gens ne veulent pas surfer sur un autre ton, je n'y peux rien. Je ne pense pas avoir suffisamment de charisme pour... pour pouvoir y changer quoi que ce soit. Tout le monde est pessimiste, j'essaye de dérider ceux qui pourrait faire quelque chose contre ça peut-être. Mais c'est sans doute prétentieux dit comme ça, je sais pas très bien m'exprimer. C'est peut-être à cause de l'anglais.

il avait parfois l'impression d'être complètement gauche
pas grave

_ Les sourires c'est universels, aussi. Ça aide.

petite moue de chaton amusé sourire fin et grands yeux plissés sous ses sourcils froncés
il aurait presque l'air normal ainsi ratatiné sur lui même  il ramena ses genoux contre lui, y déposa son menton.
presque mignon.

_ Tu devrais avoir confiance en ce que tu fais Méliès. Tes dessins, ton travail en général, tes capacités... Tu as de quoi être fier. Faut juste que tu apprennes à l'assumer. Oh et merci de te souvenir de moi, des fois j'ai vraiment l'impression qu'on fait exprès de m'oublier, haha.

facile. vraiment.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Valère n’a pas vraiment besoin de préciser qu’il a du mal avec l’anglais, on s’en rend très vite compte, puisqu'il faut s’accrocher à chaque phrase pour comprendre. C’est un peu fatiguant, à défaut d'être désagréable -pour le moment, du moins.

Méliès pourrait râler que vraiment les gens n’arrivent à rien avec les langues (même lorsque ce sont les leurs) et c’est quand même triste mais il n’y pense pas vraiment, ça doit vouloir dire qu’il aime bien Valère.

Il a toujours le « nul » en tête, bien sûr, c’est le genre de truc auquel il pensera ce soir quand il n’arrivera pas à dormir, il cherchera une répartie et ça le frustrera –un peu. Il sait qu’il ne devrait pas être vexé, alors il essaie de passer outre, il fait ce qu’il peut mais il a du mal, alors il ne se déride toujours pas et il regarde ailleurs (le ciel).
En revanche, il est moins renfrogné.

Il réfléchit trop.
C’est aberrant.

C’est quand il s’en rend compte qu’il décide de se forcer un peu à parler.
Il faut se donner du mal, au début, et après ça va mieux. Du moins c’est ce qu’il croit, à défaut ce qu’il a lu quelque part, sans doute dans un magazine estampillé féminin, emprunté à sa sœur lors d’un moment de désœuvrement. Ils font souvent des articles sur la confiance en soi, c’est remarquable.

- « Je sais pas si les gens aiment les sourires ou pas. Enfin, quand tu regardes, les mannequins ne sourient pas, Victoria Beckham non plus. »

Mais comment il sait ça ? Bettina, sans doute.

- « Souvent, les conducteurs de bus sourient pas non plus, quand tu leur dis bonjour. D’un autre côté, dans la rue il y a des types qui demandent aux femmes de sourire, les selfies sur facebook qui ressemblent à des pubs pour Colgate… Et il y a toi. »

Oui, il y a toi, Valère.  
Malgré tes explications, il ne voit pas vraiment où tu veux en venir.

- « Je comprends pas vraiment les gens, ça doit être parce que je réfléchis trop sur eux »
Ou parce qu'au moindre regard, j'ai l'impression qu'ils m'en veuillent.

- « Peut-être que je devrais leur poser des questions, plutôt. »
Peut-être que je devrais parce que j’ai eu beau lire beaucoup d’articles stupides, je ne sais toujours pas comment prendre ce qui peut s’apparenter à des compliments.

C’est facile, pourtant, il est avec Valère alors il fait un sourire de remerciement. C’est un effort qu’il accorde sans trop de difficultés.
Il n’a rien contre le sourire, en soi.
Tant que le sien reste fugace.

- « Les gens ne le voient pas, tout ce que tu dis sur moi, là, ils s’arrêtent avant. Même s’ils le voient, je crois pas que ça soit le genre de trucs qu’ils aiment. Ils préfèrent les fêtards, les sportifs, tout ça. »

Tout ça, tout ça. Le constat reste amer, il change de sujet.

- « Ca ne te vexe pas, que les gens t’oublient ? »

Méliès ne prend pas ses désirs pour des sentiments généraux.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

trop loin
bien trop loin
valère fronce les sourcils attend que les mots se simplifient
ça ne vient pas
ça ne viendra pas de toute évidence
il sourit mais le visage se trouble et ses narines s'écartent il le perd de vue un instant le retrouve très vite il n'aime pas faire défaut.
c'est
troublant, tout ça
éternue enfin son front cogne contre son genou et il a l'air stupide
rit tout seul.

_ Les conducteurs de bus, haha.

c'est vrai que c'est drôle
il ne sait même plus quoi dire

_ Tu peux poser des questions à qui tu veux. N'importe quoi. Au pire ils t'en veulent, mais ça dure jamais trop longtemps. Ca n'a jamais été très handicapant pour moi.

il sourit
voilà tout

_ Et tant que tu sais ce que tu vaux rien d'autre ne compte, Méliès.

Méliès.
C'est vraiment très beau.

_ Tu n'as rien à prouver à personne.

Sans doute pas.

_ Tu ne leur dois rien. Pas même le sourire si tu ne le veux pas. Puis les gens ne savent pas ce qui est joli, souvent. Ils passent à côté de beaucoup de choses.

aveugles aveugles tous, gaspilleurs et négligents

_ C'est pour ça qu'ils m'oublient. Ils ne savent pas où regarder.

Son sourire était menteur.
lâcha un pauvre gloussement et cacha ses yeux sous ses mèches trop longues.

_ Je plaisante. Mais ça va, je le vis bien. Y'en a eu plein des comme moi, des oubliables, des pas très intéressants, ils ont survécu. Mais c'est vrai que cette année il y a l'air d'en avoir assez peu, j'ai réussi à retenir beaucoup de noms. Dans le pire des cas, si je veux qu'on se souvienne de moi, j'irais écrire mon nom au marqueur dans les sanitaires ou sur les murs des vestiaires haha.

Il n'aimait pas les gens qui faisaient ça et y pensait de plus en plus.

_ Fais ce que tu veux Méliès. Il faut vraiment que tu te souviennes que tu peux faire ce que tu veux.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Je ne sais pas ce que je vaux, je ne sais pas je ne sais pas ; certains jours je me réveille avec l’intime conviction d’être 10 fois plus intelligent que la plupart des gens et je me couche avec l’impression inéluctable d’être le plus grand des ratés / le plus gros des inutiles. La plupart du temps, je pense juste être remplaçable.  

Remplaçable, remplaçable, remplaçable.

Ca fait longtemps que Méliès cherchait ce qualificatif.

Il en claquerait la langue de dépit ; mais il ressent dans la façon de voir les choses de Valère une certaine candeur et elle le retient.

Bien sûr au départ il se méfie, tant d’optimisme ne peut qu’attiser sa suspicion, puis il se donne la peine de croire à la sincérité du discours et il le trouve beau.
Ingénu, naïf mais beau. D’ailleurs, c’est sans doute sa candeur qui le rend beau ; en tout cas, ça fait momentanément de Méliès quelqu’un d’un peu plus heureux (ce soir il sera amer de ne pas réussir à penser comme ça).

_ C'est pour ça qu'ils m'oublient. Ils ne savent pas où regarder.

Il prend cette phrase comme une blague ; et en tant que telle, il l’aime beaucoup, elle est tout à fait à son gout et il en même a un petit rire qui ressemble à un frémissement.
Puis il ne sait pourquoi, une ombre dans le gloussement ou un mensonge dans la voix, bref il se demande si c’était vraiment une blague ; et il regarde Valère plus attentivement, il va jusqu’à l’imaginer marquer (en souriant) le mur du vestiaire avec un marqueur aussi noir que laid.

- « Tu ferais vraiment ça ? Enfin, je veux dire, c’est un peu con… Après les gens se souviennent juste de ton nom, mais y’a pas de raison qu’ils se rappellent de qui tu es. A moins que ton nom les intrigue et qu’ils se renseignent. »

Méliès balance ses pieds le long du muret en imaginant ce que les gens trouveraient s’ils se renseignaient vraiment sur ce petit français.

- « Peut-être que ça pourrait marcher, en fait, Valère c’est pas commun comme nom ; mais bon je sais pas si les gens sont très curieux à Volfoni. »

En vérité, il pense que ça ne pourrait pas marcher, parce que s’ils se renseignaient les gens se désintéresseraient aussi vite. Ils ne s’intéressent pas aux gens comme Valère. sweet cinnamon roll, too good for this world

Ce n’est que son avis.

- « Tu sais, c’est marrant, mais tu parles un peu comme un coach de confiance en soi. »

Ca ne marche pas sur moi.

- « Enfin l’image que je m’en fais. »

C’est-à-dire un créateur de belles phrases creuses, pleines de bon sens mais ridicules face à mes propres freins.

- « Tu te définirais comme quelqu’un d’heureux, Valère ? »
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

_ Non, je ne ferai jamais ça.

Un grand sourire parce qu'il en rit Valère, c'est pas un méchant garçon. Sa mère en était convaincu, du moins, et il gardait l'image de sa mère en tête lorsqu'il parlait de tagger les murs de l'école, de la brûler les matins où il s'était rendormi après avoir éteint le réveil, lorsqu'il avait une note en-dessous de la moyenne écrite sur son bulletin. Il y pensait beaucoup moins lorsqu'il fumait un joint ou qu'il léchait les tétons de ses coups d'un soir mais voilà.
voilà.

les gens sont plus curieux qu'il l'imaginait. il lui sourit toujours parce qu'il n'a aucune raison de le faire et pas une de plus pour ne pas le faire.

_ Un coach en confiance en soi ? Si ma mère était là, haha...

range ses cheveux d'une main mais la mèche ne tient pas en place et retombe mollement devant ses yeux. il a les cheveux secs et quand il les reprend pour les mettre à l'écart certaines pointes se brisent entre ses doigts.

_ Tu sais que, en vrai, je me demandais si on allait me prendre un peu au sérieux en arrivant ici ? J'ai toujours pas perdu mon accent et je sais pas vraiment si ça arrivera un jour, et quand j'ai vu dans quel quartier j'habiterais à Arcadia j'ai eu peur de me mettre plus dans la merde qu'autre chose, mais en fait ça se passe plutôt bien. C'est pas tant de la confiance en soi qu'envers les autres, je crois. J'ai pas vraiment confiance en moi, alors donner confiance aux autres...

un regard en coin - nouveau rire.

_ Mais ou, je me sens heureux. Je dois l'être, du coup. Je suppose que ce n'est pas ton cas. On ne doit pas te faire te sentir bien d'habitude.

sans avoir la prétention d'y arriver non plus.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Valère ne fera jamais ça.
Bien, très bien. Méliès préfère ça. On trouve bien assez de racailles en puissance à Volfoni, bien assez d’actes de vandalisme qui ne revendiquent rien et il ne leur trouve aucun charme, aux uns ou aux autres.

Ce sourire qui jamais ne s’efface lui semble soudain gênant alors il détourne la tête et regarde plus loin. Ponctuellement, certains se vexent de cette rupture de contact visuel, mais il ne faut pas croire, il écoute, hein.

Te prendre au sérieux ?

Son ton se pare d’une brusquerie presque agressive sans qu’il le veuille vraiment (c’est pour ça que d’habitude il réfléchit avant de parler).

Ils se prennent pas au sérieux, ici, alors pourquoi ils te prendraient au sérieux ?

Ouais, parfois il se prend à rêver d’un monde aux idées plus larges et ça le rend amer.

« On ne doit pas te faire sentir bien, d’habitude » ; Valère a sans doute raison. Le « on » est bien, on y cache tout ce qu’on veut. Méliès prend un temps pour soupirer d’un air dubitatif avant de répondre.

Hummm, ça m’arrive d’être content, tu sais. Des fois, je suis même de bonne humeur. Parait que ça se voit juste pas sur mon visage.

C’est ma tête, qu’il répond sèchement à ceux qui lui font remarquer (sa chère famille en première ligne).

Mais heureux, non, j’pense pas. J’sais pas, les gens…

Un geste vague pour englober cette masse grouillante et tous ceux qu’il y inclue bêtement.

Les gens, les gens, les gens. Tu veux pas changer de registre, un peu ?

Ils n’ont pas envie d’me connaître et j’ai pas envie d’les connaitre. J’ai… hm, j’crois qu’on peut dire que j’ai toujours un à-priori négatif sur eux. Comme ils en ont sur moi, j’suppose.

Tu suppose trop, tu le sais, ça ?

J’ai pas du tout confiance en eux.

Avoir confiance n’est pas son point fort, évidemment.

Petit sourire aussi gêné que fugace.

Parfois, il a vraiment l'impression de faire du drama pour rien.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

_ Ils ne donnent pas beaucoup de raisons de leur faire confiance, hein ?

C'était ce qu'il s'était dit pendant des années. Toutes celles qu'il avait passé à graviter autour de son nombril comme s'il était irréprochable.
il est irréprochable valère
un vrai petit ange
Il s'en serait presque voulu à vrai dire.

_ Tu as raison. Si tu penses ça, tu as tout à fait raison.

irrémédiable sourire ; irréfutable sourire
il est beau dans son contre-jour. il est beau quand on ne le voit pas directement.

_ Malheureusement, je ne sais pas si ça rime à quelque chose d'appliquer cette méfiance au quotidien. Si personne ne se fait confiance, personne ne peut avancer. On peut avoir l'impression de progresser en marchant sur les autres sans s'en soucier mais je ne pense pas que ce soit une réelle avancée, quelle qu'elle soit.

j'ai été comme ça
du haut de mes dix-huit ans j'ai déjà vécu ça et il se sentait illégitime et faux - pas crédible, jamais crédible avec ton grand sourire de fils de pute et tes jolies phrases de gentil tout plein

_ S'il y a bien une chose que nous savons tous les deux, c'est que tu es plus intelligent qu'eux Méliès. De loin. Donne-leur une raison de te craindre, en plus de ton poids. Elle n'en sera que plus légitime encore.

Peut-être pas à Volfoni, et les mots lui firent défaut un instant, un instant pendant lequel Méliès sentit des chaînes se briser,
plus de regard posé sur lui plus rien
parce qu'il couvrit ses yeux de ses mains

_ N'accorde pas ta confiance à tout le monde. Choisis tes pairs et donne-leur tout ce que tu possèdes. Tu as plein de choses à partager. Même de la bonne humeur, c'est dire.

ses pupilles paraissaient plus petites cachées par ses doigts écartés.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Frustrant, frustrant, frustrant, tout cela est frustrant puisqu’évidemment l’utopisme de Valère finit par réveiller le cynisme de Méliès et les remarques pessimistes qui vont de pair.

Il se ronge les ongles pour les retenir, il se souvient que quelques secondes plus tôt cette naïveté le faisait sourire.

Mais franchement, là, c’est trop, même les compliments le blasent. D’une part parce qu’il ne sait jamais comment les prendre, de l’autre car il ne peut s’empêcher de les mettre en doute ; mais surtout il commence vraiment à en recevoir trop.

Un rire rauque.

Leur faire peur ? Avec mon poids ? N’importe quoi.

Seule cette tarée de King s’est permis d’avancer quelque chose comme ça, mais il était facile de comprendre qu’il s’agissait simplement de sa cruauté habituelle.

Un…  –il a vraiment du mal à le dire – Un gros ne fait pas peur. Un gros est une cible facile pour se marrer. Point.

« Gros » n’est plus un descriptif, mais une insulte, comme « vieux ». Ou « fragile ».
Méliès croise les bras, fronce les sourcils, soupire brusquement. Peut-être profite-t-il que Valère ne le regarde plus pour manifester l’agacement dans sa gestuelle.

« Tu as pleins de choses à partager », ouais, ouais, bien sûr, arrête de te donner un genre, tu veux ? Tu ne me connais même pas, tu n’en sais absolument rien, c’est facile pour toi de dire tout ça et tu dois juste sortir le même type de discours à tous les types un peu déprimés qui passent près de toi, et dans mon dos tu dois me juger aussi bien que tous les autres, et t’es juste CHIANT avec ta gentillesse à deux balles, en fait.

Il est injuste, il le sait.

Ouais, p’t’être. J’essaierais.

Le « j’essaierais » non convaincu du menteur qui essaie de gagner du temps.
Voir le profil de l'utilisateur
Valère C. Tranquille
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O
avatar
Âge du perso : 18 ans
Activité : Musique
Spécialité : Composition
Fonction : Lycéen dernière année
Poste spécial : Responsable régie & sono
Avatar : Shoose - Nico Nico Singer
Doubles-comptes : Japanda
Messages : 121
Date d'inscription : 10/02/2015
O-- ᏱᎽℵᎿhéᎿᎥque --O

trop dit trop fait
il sait qu'il a merdé valère il sait que ça ne va pas que ça ne marche pas comme ça
ça s'est déjà produit il s'en souvient, n'est pas très doué avec les gens - surtout pour se faire comprendre, en vérité, il sait qu'il est trop simple pour l'être vraiment et nombreux sont ceux qui comme Méliès craignent sa bonté.

_ ... Ah.

pas faux.
pas faux.
bonté feinte et il s'étranglerait presque de se savoir aussi malsain valère - il veut aider, aider, ses grands yeux cachés sous ses doigts amaigris à vue d'oeil il veut aider sa patience est rude inébranlable il veut continuer et Méliès est droit devant lui et Méliès s'écrase la tête face à lui
Valère sait qu'il fait ça par faiblesse et son coeur se déchire.

_ Tu...

maigre soupir

_ Tu veux que je te laisse ? Je suis désolé.

Vraiment. Sincèrement. Désolé.

_ J'veux dire

de l'espoir

_ C'est

trouble il renifle

_ Tu crois qu'un jour tu pourras avoir confiance en toi ?

valère s'est toujours trouvé trop maigrelet et il le regretterait presque

_ C'est invivable de vivre comme ça, invivable.

_________________

And so what ?
Voir le profil de l'utilisateur
Méliès B. Chandler
motherfather GENTLEMAN
avatar
Âge du perso : 19 ans [3 septembre]
Activité : Jesus.
Spécialité : Colorisation.
Fonction : Universitaire (Y2)
Avatar : Milluki Zoldyck - Hunter X Hunter
Doubles-comptes : L'albinos et le spaghetti (Enora & Brendol)
Messages : 158
Date d'inscription : 17/03/2015
motherfather GENTLEMAN

Les hésitations de Valère, les doigts qui voilent ces regards qui ne se croisent pas –l’idée que leur discussion n’est pas naturelle frappe Méliès maintenant seulement .

Un geste las de la main qui veut dire « laisse tomber ».

Nan, nan, tu fais c’que tu veux, on est dans un lieu public t’façon. Si j’veux plus te voir, j’me casse et puis voilà. Ca va. T’inquiète. Aha.

Je suis trop orgueilleux pour ça et puis parait que ce sont des choses qui ne se font pas entre gens civilisés.

Il se raidit à la mention de la confiance en soi, cette fameuse confiance en soi qui est sous-titrée quand on ne va pas jusqu’en parler ; ils doivent être très nombreux à la chercher, décidément, l’avoir perdue doit être le fléau de la décennie, le mal qui ronge leur génération.

Méliès se frotte les yeux de ses deux poings fermés et concède finalement un haussement d’épaule expéditif.

Invivable, faut pas exagérer non plus.

Un peu railleur, un peu brusque, un peu vindicatif.

Y’a pire, hein. Rien qu’ici, tiens, suffit d’se pencher pour ramasser tous les dépressifs qui morflent bien plus que moi.

Sans même qu’il ne s’en rende compte, un discret mépris a pointé dans sa voix et dans la façon dont il a redressé le menton.

Bien plus que n’importe qui, hm.

Tout le monde sait de qui il veut parler, bien sûr. Henri, Enora, Adriel et consorts. Même Jiang, tiens. Tous ceux-là sont tellement au bout de leur vie.

Il surveille de très près l’échelle alimentaire volfonienne.

Il n'est pas gentil. Il commence sérieusement à croire que personne ne l'est.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
Grège_ Méliès.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Examen Sélénite C. Méliès
» Apollo Méliès, l'arc-en-ciel d'émotions entouré d'étoiles et de trous noirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc Ouest :: Portail :: Allée aux palmiers-
Sauter vers: