Basses. | Jolene.

Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
Une chaleur à crever.
Il faisait combien, dans ce four ? Il n'imaginait pas s'il avait encore un colocataire. Il n'imaginait pas l'enfer d'avoir deux radiateurs allumés dans la même pièce, ne s'imaginait déjà pas dormir de base. Là c'était foutu. Définitivement foutu.
Un soupir, la main devant les yeux, essuie son visage de la sueur qui l'embrume. Tire sur la lèvre, va savoir, il ronchonne pour la forme s'enfonce dans ses draps. Ça faisait chier, juste chier, et son nouveau soupir finit de l'achever. Un troisième pour être certain de ce qu'il pensait, le nez dans l'oreiller pour se convaincre de l'oublier. C'était pas avec une tête de zombie qu'il allait pouvoir faire bonne impression, et sa tête de zombie il l'a traînait déjà suffisamment pour paraître fatigué par-dessus le marché. Déjà qu'il avait réussi à avoir un rendez-vous avec elle qu'elle n'avait pas annulé au dernier moment, c'était plutôt sympathique comme constat, maintenant fallait y mettre du sien.

Alors dors bordel de merde, Jolene va pas disparaître pendant la nuit.

Mais d'abord check les sms pour voir si tout va bien et non seulement la lumière l'aveugla mais en plus le téléphone lui glissa des mains et tomba sur son nez comme un piano. Pathétique.
Une plainte étouffée, la tête tournée une fois, deux fois, la couverture retirée puis remise parce qu'il arrivait pas à dormir nu et sans rien dessus pour... il en savait trop rien, pour être là quoi, c'était bizarre de pioncer couilles à l'air littéralement et le côté pétale virevoltant dans la brise du printemps lui apparut comme bien trop poétique et romantique pour le terme couilles.
Ça faisait une minute qu'il pensait, constata-t-il en rallumant son téléphone. On n'est pas couchés.

Tellement pas qu'il finit par abandonner l'idée. Se leva, enfila son vieux jogging de pyjama, essaya de le... nouer ? très certainement, et puis voilà. Il était fin prêt à baruler à l'extérieur, peut-être prendre une douche comme il transpirait la mort, bailla un bon coup et pensa même à prendre les clefs du bungalow après l'avoir refermé. S'il était pas grand garçon.
Il se perdit sur la route des sanitaires, poussé par l'idée qu'il ne devait pas aller par là. Ces espèces d'intuitions bizarres qui arrivent de temps en temps pour te dire que tu fais une connerie, que c'est pas par là qu'il faut aller, que la salle commune c'est vachement mieux c'est vrai, au moins personne pourrait venir l'emmerder avec des trucs comme « c'est pas autorité de se balader la nuit blablabla ». Lui se contenterait de comater sur un des canapés, et il était presque certain de ne pas être le seul dans cette situation, quoique beaucoup d'internes profitaient de la venue de l'été et du bordel commun à Volfoni ces derniers temps pour aller passer la nuit chez des potes en ville ou avec d'autres sortes de potes à l'hôtel. Bien un endroit dans lequel il irait pas avec Jolene c'était garanti et merde.

C'est sérieux ?

- ... Ah. T'es là ?

C'est sérieux ? Vraiment ?
Il referma la porte du salon derrière lui sans la quitter des yeux. Il se sentait tellement con que c'est par instinct qu'il se mit à jouer avec un de ses piercings au téton, qu'il finit par se gratter le cou.

- Putain il fait chaud ta race.

Wesh.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Les insomnies n'avaient en soi rien d'exceptionnel. Au contraire, c'était même plutôt courant pour elle, que ce soit par sa propre faute ou non  ; après tout, elle avait l'habitude de rester éveillée jusqu'à pas d'heures, l'esprit trop occupé par une multitude d'idées pour daigner penser à un sommeil pourtant réparateur. Non, elle avait bien mieux à faire en général, mais ce soir c'était un peu différent. Une chaleur étouffante d'une part, même avec un ventilo allumé dans le coin de la pièce. Et d'un autre côté, un rendez-vous qu'elle attendait avec une impatiente appréhension. Peut-être parce qu'elle avait dû annuler le précédent, s'étant lamentablement dégonflée. Et peut-être aussi parce qu'elle pensait à lui plus souvent que cela pouvait être acceptable. Chose plutôt gênante.

Pour tout dire, elle ne s'était pas retournée bien longtemps dans son lit, connaissant très bien la situation. Le plus simple en général s'était de se lever discrètement et d'aller faire un tour, avant de finir par s'avachir dans la salle commune et espérer que le temps passe vite -très vite si possible. C'était donc ce qu'elle avait fait, quittant les draps trop chauds de son lit, une tenue bien légère sur le dos : une combinaison couleur lavande pâle dont le tissu léger suggérait une absence de sous-vêtements. Ce qui vu la chaleur n'était pas surprenant. Cela dit, pudique malgré tout, elle emportant un pull le plus léger possible, des fois qu'elle croiserait quelqu'un.

Comme le quelqu'un qui ouvrit la porte du salon, la faisant légèrement sursauter, et se redresser du canapé sur lequel elle était nonchalamment allongée, comme prise sur le fait. Mais le fait de quoi, elle se le demandait bien.

C'était Jay. Oui celui-là auquel elle essayait de ne pas penser, mais qui lui revenait trop souvent à l'esprit. Celui qu'elle était sensée voir demain. Celui qui était présentement torse nu… Oh. Ses joues rougies étaient peu visible, vu la faible lumière émanant de la lampe posée sur la table basse. Fallait le dire, elle ne s'était pas attendue à une telle vue -et rencontre- bien que son esprit lui l'ait déjà cent fois imaginé. Irrécupérable.

« — Trop chaud. »

Elle déglutit, se sentant un peu bête et termina de se redresser, ramenant ses jambes contre elle avant de poser pieds à terre. Lui laissant de la place s'il voulait s'asseoir près d'elle. Ah non elle ne s'était pas attendue à Jay, et son regard encore s'égara sur lui alors qu'elle remontait la bretelle fuyarde de sa tenue, d'un geste absent.

« — T'as aussi du mal à dormir, je suppose ? »

Bravo Sherlock, dans le mille. Il ne venait surement pas là pour s'amuser, et n'était surement pas en train de la chercher, vu sa surprise. Et elle se sentit bête une fois de plus, détachant sa chevelure nouée à la va vite, la remontant une nouvelle fois en chignon bancal, de quoi lui épargner d'avoir trop chaud. Puis ça lui donnait un peu de temps pour penser à une réaction, quelque chose à dire.

« — Je pensais pas que quelqu'un d'autre viendrait. »

Allez, souris lui quoi, au moins ça. Ouais, un sourire ravi et gêné à la fois, adorable pour sûr. Et qui demeure, même quand elle récupéra son pull, le mettant sur ses genoux, triturant un bouton pour faire passer sa nervosité. Puis le satin de son pyjama collait désagréablement à sa peau, un truc de plus pour ne pas penser à lui.

« — Ca te dérange de me tenir un peu compagnie, hm ? »

Pour ne pas dire qu'elle avait très envie qu'il reste.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
Non, il était pas tout seul, et il n'était pas sûr de regretter son lit.

Parce qu'elle était d'une compagnie on ne peut plus agréable en vérité, et qu'il s'en voulut de bailler en guise de réponse. Il était pas réveillé, voilà, il était pas réveillé alors il se faisait chier mais non il était juste pas réveillé et il aurait l'air fin à se justifier avec ça. Lui du moins ne se serait pas vraiment cru, ou l'aurait moyennement pris. Quoique si ça avait été Jolene il lui aurait proposé à boire ou de s'allonger ou de va savoir, un truc. Essayer de la mettre  à l'aise, si possible en arrêtant de tripoter ce putain de piercing-téton. C'est mieux.
Il se frotta les yeux à la place et remercia l'obscurité de lui offrir le luxe de ne pas être vu en train de rougir comme une pucelle.

- Non mais j'crois qui y'a personne qui dort en vrai, ils font tous semblant. C'est juste pas possible de pioncer dans c'pays. Et j'pensais pas qui y'aurait quelqu'un d'aut' là en fait. C'pas grave.

Surtout, hein, c'est pas grave.
Il ne prit aucune pincette à venir se vautrer sur le canapé à côté d'elle, à enlever ses mules et à poser ses pieds sur la table basse en écrasant sa touffe de cheveux des deux paumes.

- Bon là tu m'vois pas dans un instant d'gloire hein fais pas attention. C'pas pour rien qu'j'porte un bonnet tout l'temps.

Renifla, évita soigneusement de tourner la tête vers elle en se grattant la nuque, renifla à nouveau.

- Non ça m'dérange pas. On d'vait passer la journée ensemble à la base alors autant commencer tôt haha.

... Pas la journée.

- 'Fin l'aprèm quoi.

Ça fait quand même une sacrée rallonge dans le programme et il fronça les sourcils en captant ce qu'il disait.

- Non mais ça fait plaiz hein c'est bien, 'fin voilà quoi c'est rigolo.

Dans ses pensées apparaissait un énorme smiley dépité et profondément désolé d'avoir affaire au plus grand couillon de tous les temps, et si l'image le fit rire dans sa tête, il avait juste l'air d'avoir la tête de le cul vu de l'extérieur.

- P'tain le Minnesota m'manqu'rait presque. Rah j'suis mort. La tête reposée sur les coussins, tournée vers elle. Kestu d'viens, toi ? J't'ai croisé vite fait mais bon voilà.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Ca, elle ne pouvait pas lui donner tort sur ce point : il faisait beaucoup trop chaud pour prétendre dormir normalement, et pourtant. En quittant sa chambre, elle était persuadée d'avoir vu Libby dormir profondément, et vu les ronflements qui s'échappaient d'autres chambres, certains étaient plus chanceux qu'eux.

Ce fut bien malgré elle que son regard alla s'égarer une fois de plus sur lui ; eh, ça n'était pas sa faute, il était loin d'être déplaisant à regarder, et malgré la gêne qu'elle pouvait ressentir, la vue était appréciable. Et ne fit rien pour arranger ses rougissements, bien évidemment. Et sa remarque la fit rire légèrement, avant de frotter son visage de la paume de sa main.

« — T'en fais pas, je suis pas vraiment dans un meilleur état. »

Pour sûr, elle n'était pas habituée à ce qu'on la voit presque nue de la sorte, la soie fine de sa combinaison si légère qu'elle ne faisait qu'à peine couvrir ce qu'il fallait. En tout cas, la sensation était pareille. Puis elle n'était pas coiffée et avait l'air fatiguée -en plus de la sueur roulant le long de sa nuque.

Oh, elle aurait bien aimé que ce soit la journée à vrai dire, tout comme elle était en réalité ravie de le voir là. Bon, il y avait toujours l'embarras, puis la nervosité à l'idée d'un rendez-vous avec lui. Et sa propre stupidité. C'était ce qui arrivait quand comme elle on se donnait de faux espoirs idiots, et qu'on était incapable de cesser de penser à un garçon qui nous plaisait beaucoup. Beaucoup trop surement.

Du coup, elle était silencieuse, ramenant une jambe contre sa poitrine et posant sa joue contre son genoux, son regard remontant vers lui alors qu'il tournait la tête en sa direction. Un simple sourire étira ses lèvres, avant de se transformer en petite moue et de hocher la tête.

« — Je retournerais bien là-bas aussi. Je crois que je préfère presque avoir froid que trop chaud. »

Et en disant cela, elle tira légèrement sur le tissu collant à sa peau claire, avant de se redresser, appuyant elle aussi sa tête contre les coussins du canapé, fixant le plafond.

« — J'aurais bien voulu te recroiser plus tôt, désolée. J'ai eu des examens, et des trucs à rendre. Et comme je dors mal, je fini par dormir dès que je peux, même entre les cours. »

Puis je suis une idiote qui meurt d'envie de te voir et te parler et je me dégonfle à chaque fois. Ouais, ça c'était plus que vrai et vraiment pathétique par la même occasion.

Pendant quelques instants, elle laissa le silence s'installer, se concentrant sur sa respiration qui soulevait lentement sa poitrine, une goutte de sueur glissant le long de sa gorge jusque dans son décolleté. Elle soupira lourdement, et fini par se tourner vers lui, ramenant une jambe contre elle à nouveau.

« — Je commence à me dire qu'une douche froide serait pas mal. »

Elle rit quelque peu, secouant la tête ; fallait dire que ce serait pas juste pour la chaleur, la douche froide. Parce que là, elle ferait mieux d'arrêter de le regarder, ou au moins concentrer son regard sur son visage.

« — Mais ce serait surement un peu étrange comme début de rendez-vous. »

Ouais non ou pas, là sa bouche traduisait très mal ce que son cerveau pensait, et réalisant la bêtise qui venait de lui échapper, elle soupira et détourna le regard, se mordillant la lèvre.

« — 'fin je veux dire, je te proposais pas de prendre une douche avec moi, puis c'est pas vraiment un rendez-vous. »

Elle souffla, baissant le regard. Là, elle avait d'un coup vraiment, vraiment trop chaud.

« — Désolée, c'est la chaleur. Et le manque de sommeil. »

Ou juste le fait que mon gars, j'ai grave envie de t'embrasser parce que t'es vraiment trop craquant. Et que tu me fais dire n'importe quoi.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
« — Je commence à me dire qu'une douche froide serait pas mal. »

Au secours.
Son rire gêné lui fit détourner vite fait mais discrètement les yeux, lui qui s'était égaré quelque part entre ce qu'il pouvait voir et le creux de ses seins histoire d'être obscène mais pas pervers. C'était clairement bizarre, là.
Yep. Bon.
Il écrasa ses cheveux en cherchant quoi dire et puis non, c'était encore à elle, et il avait envie de lui dire ta gueule mais ça la foutait mal et puis c'était pas vraiment ce qu'il pensait. Elle essayait de se rattraper, c'était évident, et il était sensé gérer ça, hein, c'était pas comme si c'était le bonhomme en fait. Les quiproquos gênants, les moments de blanc, les trucs comme ça, c'était à lui de les régler avec une bonne blague ou en la soutenant. Pas elle toute seule qui fait de son mieux pour garder la tête hors de l'eau et il essayait, vraiment, mais Jolene n'arrêtait pas de parler alors quand elle parla du sommeil ou d'il ne savait trop quoi il ouvrit la bouche, bégaya un bon coup une syllabe au hasard et embraya comme il put.

- Non mais ça va hein t'inquiète, d'toute façon j'suis pas assez r'veillé pour capter tout c'qu'on me dit haha, j'te dis moment d'gloire tu vois.

Ouais, c'était pathétique mais c'était quelque chose. Fallait pas traîner par contre alors il renifla pour marquer une pause le temps de chercher un truc à dire. C'était bref comme transition.

- Mais chais pas si les douches elles fonctionnent à c't'heure d'hab' j'fais partie des premiers paske j'peux pas m'doucher après que les femmes de ménage elles ont nettoyé les trucs par rapport à l'allergie t'sais la main rouge de la dernière fois. Et c'est pas à c't'heure que j'la prends.

Quelle éloquence, c'était émouvant.

- Puis c'pas grave pour les exams, j'connais ça. J'arrête pas d'me tauler là c'est la misère haha, t'es plus douée qu'moi ça c'est sûr.

En même temps c'est pas bien difficile.
Les pieds sur le canapé et les genoux contre le torse histoire de se cacher un peu. Il la regardait mais pas trop parce que maintenant qu'il avait remarqué la tenue légère il ne voyait que ça et elle avait beau être jolie adorable et c'que tu veux ça faisait du bien de se rincer l'oeil sur un si joli morceau. Sauf que obsédé mais pas pervers et là il se faisait penser au Daddy des films pornos que ses potes mataient. Il était bien content de pas être aussi con qu'eux, des fois.
... Non mais pourquoi il avait une image comme ça en tête maintenant putain ?

- J'avais prévu d't'emmener faire un tour dans la mangrove mais je sais pas si t'as peur de l'eau ou du bateau.

Voilà voilà.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Oui, là elle avait fait fort, très fort. Jolene se sentait très bête sur ce coup-ci, et maudissait sa maladresse continuelle. Parce que là dans l'instant, c'était le gros moment de solitude, et la gêne qu'elle ressentait était difficilement égalable. Sans parler du fait que se sentir obligée de préciser qu'elle ne l'invitait pas à prendre une douche avec elle -bien qu'elle n'aurait pas été contre- rendait ses propos plus embarrassants encore. Il devait vraiment al trouver cruche, à force, et cette simple idée lui pinça le cœur. Ouais, une cruche doublée d'une idiote.

Pourtant, il n'avait pas pris la fuite, non non. Le Jay restait là, tentant du mieux possible semblait-il à changer de sujet, trouver de quoi se raccrocher pour les sortir tous les deux de là. Quelque chose pour lequel elle lui était plus que reconnaissante à vrai dire et un quelque chose qui n'améliorait pas non plus son envie de l'embrasser. Elle n'y pouvait rien, la pauvre petite ; loin d'être vicieuse ou grandement portée sur la chose, elle s'avouait pourtant volontiers apprécier ce genre de contacts. Surtout avec le type qui lui retournait le cœur dans la poitrine à chaque regards croisés.

Changer de sujet, qu'importe ce qui remplacerait, pouvait être une bonne idée. Très bonne idée, puisqu'il sut au moins la distraire de sa gêne pour quelques instants, lorsqu'elle jeta un regard soucieux à sa main. Oh, elle garda le silence, encore, fixant le genoux ramené contre elle. Quoi que là, au lieu d'avoir l'air d'une idiote, mieux valait peut-être parler non ? Dire quelque chose, n'importe quoi. Parce que c'était bien joli de le laisser l'aider à s'en sortir, fallait pas déconner non plus.

« — J'avais pas pensé à ça. Et franchement, je me suis jamais amusée à prendre une douche la nuit, ici. Toute seule c'est… un peu flippant. »

Elle fronça légèrement le nez, secouant la tête. La bulgare ne se méfiait pas particulièrement du monde ici, mais fallait reconnaitre que se retrouver vulnérable sous la douche, pour un petit gabarit comme elle, ça n'avait rien de très rassurant.

« — Oh, ça s'est mal passé pour toi ? »

Eh, elle ignorait pas mal de choses de lui, notamment s'il était bon en cours ou non. Enfin, de ce qu'elle avait cru comprendre, il séchait pas mal de cours, du coup fallait probablement en déduire que non. Et ça c'était pas mal une confirmation.

Pendant quelques instants, al joue contre son genoux, elle ferma les yeux, pensive. La demoiselle n'avait de cesse de mordre sa lèvres inférieure, comme soucieuse. Le souci pourtant s'envola en l'entendant, un léger sourire le remplaçant alors qu'elle l'observait à nouveau.

« — Du tout non, t'en fais pas. En plus j'y suis jamais allée depuis que je suis arrivée ici. »

Donc il n'avait pas prévu les choses à moitié, et comptait réellement sortir avec elle. Non, pas comme ça, et elle ferait probablement mieux d'arrêter de penser à ça, avant de se faire des idées stupides.

Puis là, c'était le retour du silence, et elle paniquait un peu, tendant la jambe pour la ramener conte l'autre, jouant avec son pull, encore. Il allait surement finir par s'en aller si elle continuait à être aussi coincée et nunuche, et ça, elle ne le voulait pas. Oh non.

« — Franchement, ça me flatte que tu m'invites à sortir, tout ça. J'avais peur d'avoir été trop… coincée et timide, la première fois qu'on a vraiment parlé. »

Bon là c'était peut-être un poil trop de mots, et un peu trop d'infos d'un coup. Puis elle se sentait bête, se déprécier de la sorte n'était vraiment pas une bonne attitude à adopter. Oh oui, et il y avait aussi cette autre part d'elle qui tentait maladroitement et sans succès de lui faire comprendre qu'il lui plaisait, du genre beaucoup, mais ça ne marchait justement pas. En même temps, elle-même n'était pas sure de se comprendre.

En fait, il y avait pleins de choses qu'elle aimerait lui dire, oh oui. Qu'elle aime bien bien sa présence et qu'elle adore sa voix ; qu'elle voulait apprendre des choses sur lui et l'embrasser. Mais ça, elle ne pouvait décemment pas le dire, pas comme ça. Ça ne lui ressemblait pas, puis qui sait si lui avait le même genre d'intentions, hein ? C'était un plan à se retrouver le coeur en miettes et juste ses yeux pour pleurer. Le résultat devenu tristement habituel. Pourtant, ça se voyait bien qu'un truc la travaillait, et fallait être aveugle pour pas s'en rendre compte.

Ah non puis fallait arrêter avec les pensées pas joueuses. Parce que là, elle en était arrivée à Angel. Elle qui lui manquait toujours un peu, elle qui était amie avec le type assis près d'elle. C'est là qu'arriva la réalisation : elle avait un crush pour le pote de son ex copine. Pas du tout awkward comme situation, à peine. Et autant dire que ça n'arrangeait pas sa gêne et son trouble, ni ses doutes.

« — Jay ? »

Ouais fallait virer ce foutu silence, ça faisait trop longtemps qu'il trainait là. Puis elle allait sûrement faire une connerie.

« — Dis, tu penses quoi toi de quelqu'un qui serait, disons très attirée par un ami, proche, de son ex ? Est-ce que c'est bizarre ou je sais pas... Malhonnête ? »

Ouais non là princesse c'est toi qui est bizarre. Et si sur ce coup-ci il percutait pas -ce qui pouvait arriver s'il n'était pas au courant pour elle et Angel- c'était sûrement qu'un truc clochait. Ou qu'il était aveugle. Sauf qu'en plus de la question pas subtile du tout, il y avait son mignon minois rougi, son regard baissé vers ses pieds, et ses doigts triturant furieusement le tissu qu'elle avait entre les mains.

Honnêtement ? Elle voulait s'enterrer vivante, regrettant cette question stupide.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
Puis en même temps y'avait pas quarante raisons de se lever pour aller se laver le cul seul la nuit. Y'avait que toi pour faire chier tout le monde comme ça, même si dans les faits c'est pas bien ta faute, t'as rien demandé. C'est con et ça fait gay, mais fallait reconnaître que ça lui manquait un peu de ne pas pouvoir se doucher en même temps que tout le monde, ou alors en faisant très attention, parce qu'à cause de la distance que cela mettait entre lui et les autres les rumeurs scabreuses concernant ses piercings et son corps en général allaient bon train. Quand les gens ne savent pas, ils aiment à trouver de quoi tout justifier, et son absence récurrente dans les sanitaires ne faisait pas exception.

Jay le sauvage, le percé bizarre, le racaillon un peu benêt qui sait jamais où se mettre, le douchebag qui écoute que du rap et qui sèche les cours. C'était un peu sa réputation, et le pire c'était qu'il s'y accrochait comme à une vérité. Quelque chose de tangible qui ne le laisserait pas tomber. Y'avait de ça.
Jolene méritait vachement mieux qu'un flippé dans son genre et la main dans sa nuque lui accorda son point. Son sourire un peu gêné aussi.

- Bah, c'pas mon fort les cours. D'manière générale j'veux dire, j'suis plus doué en sport ou en... en d'autres trucs quoi, j'sais pas trop. L'école c'pas mon trip mais avoir un père qui a fait des longues études ça aide pas à s'en passer soit-même alors bon. D'toute façon j'sais bien que j'ferais pas d'vieux os à Volfoni, j'hésite encore à m'réinscrire l'an prochain.

Ce serait dommage.
Il était d'autant plus gêné qu'il savait que les regards qu'elle posait sur lui, à peine moins inquisiteurs, il savait ce qu'ils voulaient dire. Il savait aussi qu'il ne partageait peut-être pas les mêmes qu'elle : autant baiser c'était pas un souci, autant baiser avec ELLE qui était la créature la plus mignonne de la terre ça risquait de pas être évident, surtout sans passer pour un immonde pédopanda au passage. Et puis même sans ça ça crevait le cul que c'était du romantisme niais qu'elle voulait, mais à la voir comme ça elle faisait un peu princesse qui attendait le prince charmant et c'était pas en Jay qu'elle allait le trouver.
Mais elle était mignonne putain. Sortir avec elle ça voulait rien dire.

Bon ça voulait dire un tout petit peu. Mais ça engage à rien.
Bon.
Booon.
Il la dévisagea, se rendit compte qu'il y avait peut-être d'autres façons de faire pour lui témoigner son incrédulité manifeste, alors il perdit son sourire et ses yeux dans le vide. Ça flattait de sortir avec lui. Ben dit donc, c'était ça l'amour ? De vrai ?

- Bon, c'bien si t'aimes le bateau. 'Fin après ça reste une mangrove c'pas non plus la folie, en plus y'a des moustiques partout, mais c'est sympa de la visiter. Puis si y'a un crocodile qui te fonce dessus j'en ferai un sac à main.

Les poings fermés devant les yeux en posture de combat, wesh. Le pire c'était qu'il se sentait mal de faire le con comme ça. Y'avait même pas de crocodiles dans les mangroves.

- On prendra un airboat et Son nom le coupa. Keskia ?

Quoique lui aussi était super heureux de pouvoir sortir avec une fille qui lui plaisait. Jolene, en l'occurrence. Et il était content qu'elle soit contente, que tout aille bien dans le meilleur des mondes.
...........
Oulà oulà oulà attends.
atta atta atta.
Avec quel ami proche elle est sortie, là ? Parce que ça voulait bien dire ce que ça voulait dire, qu'elle était sortie avec un de ses potes à lui avant ? Ou alors que c'était vraiment une vraie question et que ça avait rien à voir, ou alors c'était lui qui était con de penser qu'elle en pinçait un peu mais quand même il était pas si stupide quand même, il savait reconnaître quand une fille avait le béguin pour lui ou pas, au moins un peu. Donc attends supposons que ce soit pas innocent comme question parce que mine de rien ça avait été dit d'un ton plutôt sérieux tu vois, avec quel genre de sombre con elle serait sorti ? Puis c'était qui, son ami proche ? Il avait des potes, ouais, éventuellement, mais des proches ? Il la voyait pas avec un sportif, pas récemment, ou sinon il aurait entendu son nom plus souvent vu comme ils kiffaient la ramener avec les meufs qu'ils se serraient (à moins qu'elle couche vraiment vraiment pas et qu'ils aient eu peur qu'on mette en doute leur virilité ce qui est tout à fait probable) et puis il avait personne en ami proche. Jiang ? Il était pédé lui non, à moins qu'il le soit plus à cause de toutes les merdes qui lui sont tombées dessus ? Jay venait à douter d'avoir eu jamais un seul proche à Volfoni.
Mais bref. Il ferma la bouche pour perdre son air de guenon, déglutit, renifla.

- Beh chais pas, s'ils ont beaucoup traîné ensemble c'peut-être normal, surtout si ça allait pas avec l'ex ? Pis l'ex a plus son mot à dire à son ex de toutes façons, c'est son cul c'est son cul, mais après j'aurai les glandes si un pote à moi venait me dire qu'il se levait mon ex parce que j'aurai l'impression d'être mis sur la touche tu vois ? Mais c'pas grave j'veux dire s'ils s'aiment c'est l'important tu vois, t'as pas à leur en vouloir ou quoi, j'sais pas. Puis ça dépend de si l'ex c'est un connard ou pas, ou une connasse hein, mais du coup si le nouveau il est plus sympa et qu'il était là quand sa meuf actuelle avait besoin d'aide pendant qu'elle était avec l'autre, le con, ben c'est normal qu'elle l'aime. Parce qu'il est sympa. 'Fin chais pas, y'a ce groupe de lesbiennes à Volfoni qui s'échangent leurs copines et moins officiellement les gonzesses que se lèvent les sportifs c'est un peu toutes les mêmes aussi, ça dépend des gens j'pense ?

Eh beh.

- ... Je sais pas ? Pourquoi, t'as un ami qui est dans cette merde ?

Ouais voilà arrête de parler t'as l'air moins con quand tu la fermes.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Jolene, c'était la fille qui avait le don de se foutre dans l'embarras de son propre chef, et en un minimum de mots record. C'était aussi celle qui maudissait son côté coincé ainsi que sa timidité, rêvant d'être capable de s'affirmer un peu plus, d'arrêter de craindre de devoir aussi le ton et se faire entendre. Celle-là aussi qui rêvassait probablement un peu trop, et qui 'avait jamais de chance lorsque son cœur décidait de lui jouer des tours ; un fait quelque peu frustrant, trop même. Parce qu'elle avait toujours l'impression d'être une espèce d'idiote naïve et nunuche, avec un cœur d'artichaut en prime. Comme si ce n'était déjà pas assez de ne pas avoir beaucoup de chance dans ces histoires-là.

Face à lui, la bulgare se sentait bête, insignifiante également. Il avait l'air de bien l'apprécier, c'était un fait, mais plus ça allait et plus elle se disait que c'était peut-être tout ; peut-être qu'elle ne lui plaisait pas de la façon dont lui la laissait toute chose. Pourtant, c'était la situation habituelle ça, elle était rôdée à ce genre de déception et s'en remettait toujours. Sauf que l'habitude ne rendait nullement agréable ce genre de moments, celui où elle trouvait le courage de mettre des mots sur son trouble et ses sentiments naissants, de mettre en évidence son attirance. Pour ensuite se faire jeter ou poliment repousser. Ah non, ça faisait toujours mal, ça.

« — Oh. C'est… dommage. Enfin, c'est sûr que si c'est pas ton truc, se forcer motive pas du tout eh. »

Là, elle aurait voulu se mordre la langue et ravaler ses mots, ainsi que son expression déçue. Ah, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure et ça avait un côté pathétique ; être attristée à l'idée de plus voir un type avec lequel elle ne sortait même pas, c'était un sacré record. Pas étonnant, mais ridicule.

Croiser son regard provoquait toujours la même réactions chez elle : les oreilles chauffant un peu -la joie de ne pas uniquement prendre des couleurs aux joues- et un pincement dans la poitrine, ainsi qu'une drôle de sensations dans ses tripes. Et elle l'oublia aussi vite qu'il était venu, un rire la quitta en l'entendant. Y avait-il seulement des crocodiles dans le coin ? Des alligators peut-être, mais franchement, la blondinette n'en avait aucune idée.

Puis là, il y eut un silence, encore. Et le regret -toujours- d'avoir posé telle question. Parce que c'était si cliché qu'il était évident que la question la concernait. Alors quand il commença à parler, la blondinette avait remonté son autre jambe contre son buste, et cachait déjà son visage entre ses bras, tentant de fuir sa honte et la situation. Il parlait beaucoup, beaucoup trop peut-être. Il allait cherchait loin, se perdait un peu -beaucoup- pour finalement arriver à une conclusion un peu sensée. Quoi que la bulgare était presque sure que le passage sur les lesbiennes était plutôt issu des fantasmes de certains monsieur que de faits. Mais elle ne commenta pas, moins encore lorsqu'il se retrouva à l'interroger. Là, elle se fit muette, n'osant pas le regarder immédiatement.

« — En quelque sorte, oui. »

La voilà qui avait relevé le nez vers lui, se cachant toujours à moitié derrière son bras. Elle cherchait du courage, Jolene, mais n'en trouvait même pas quelques miettes. Allez quoi, il n'avait pas l'air de mal prendre ce genre de situation, si ? Ouais, voilà. Redresse toi un peu, inspire et parle.

« — Enfin, c'est pas un ami, c'est moi. Un soupire. — Angel et moi on est sorties ensemble et je sais que c'est ton amie. Et pas juste une pote parmi tant d'autre, alors voilà. »

C'était maladroit elle se sentait ridicule et ne le regardait déjà plus. Là, elle voulait juste disparaitre, vraiment. Lui avouer qu'il lui plaisait beaucoup, c'était peut-être trop, trop tôt. Il allait peut-être fuir, qui sait. Oh non.

« — Je sais même pas ce qu'elle en pense et. Pardon j'aurais pas dû te dire tout ça, c'était maladroit de ma part et …  »

La jolie ne termina pas sa phrase, son visage dissimulé contre la paume de ses mains. Elle avait honte, tellement. Mais c'était trop tard pour revenir en arrière, là.

« — Pardon. »

Cesse de t'excuser.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
...

BON.
On récapépéte depuis l'bédut.

ELLE.
EST.
LESBIENNE.

Parce qu'autant on pouvait la lui faire à l'envers à sortir avec Angel sans savoir que bon voilà quoi, c'est un peu ce qu'on appelle un piège dans le métier, autant parler d'elle avec un elle justement, ce féminin joliment placé, c'était être au courant. Et plus encore être au courant de la manière la plus radicale qui soit. Alors elle était sans doute pas vierge - à moins que ce soit ça la cause de leur rupture, le fait que le tagada tsouin tsouin soit pas exactement celui que Jolene espérait, et c'était encore le plus logique finalement - mais surtout, SURTOUT, c'était pas les bonhommes qui la faisaient flancher.
ALORS POURQUOI ILS ÉTAIENT LA ?

Il était communément admis que l'état dans lequel se trouvait Jay s'apparentait à une mort cérébrale. Il n'était pas au niveau des champions dans le domaine, mais c'était plutôt pas mal parti et non seulement il se sentait complètement largué, mais plus encore il avait l'impression d'être un attardé doublé d'un arriéré. Et déjà que c'était pas la confiance en lui qui pesait lourd dans sa caboche, il était pour le coup cruellement anéanti. Quoi qu'il pense, et quoi qu'on en dise.
Il n'avait aucune idée de quoi dire, ni de quoi répondre. En vérité il ne savait même pas s'il pouvait parler après ça, se sentait comme trahi quelque part et se sentait être la pire des crevures de penser ainsi. C'était plus fort que lui, c'était intolérant au possible, mais c'était ce qu'il pensait. Et il savait qu'il valait mieux qu'il ferme sa gueule.

Bon. Jolene. Elle était dans un état pitoyable elle aussi, à badder comme une conne de lui avoir balancé ça comme ça et si Jay n'avait aucune, mais alors aucune envie de la voir dans cet état, il pensait aussi que c'était normal qu'elle réagisse ainsi et que la situation était vachement délicate maintenant. Voilà voilà. Brave constat.
C'était à lui d'agir, il était complètement démuni, avait arrêté de penser par crainte de penser de la merde et articula la première chose qui lui vint à l'esprit après avoir tenté de faire le vide.

- Ben t'as le droit d'sortir avec qui tu veux.

Il le pensait sincèrement, c'était déjà bien.
Un soupir, la main contre le front, devant les yeux.

- Arrête de t'excuser putain, c'est bon. J'pense bien que t'as eu une vie avant qu'on s'rencontre hein.

Mais tu parles comme si elle venait de t'avouer un adultère, là, arrête tes conneries toi.
Il ne parlait pas avec les mains d'habitude, il était assez calme de ce côté-là. Visiblement, raviver son côté beauf réveillait aussi son côté italien. Enfoui profond, l'italien, personne de sa famille n'avait d'origine italienne.

- 'Fin Angel et toi vous pouvez vivre sans moi hein, j'suis pas votre chaperon. Et vous pouvez faire c'que vous voulez j'm'en fous.

Bon, là c'était pas tout à fait honnête, et l’œil qu'il glissa vers la fenêtre aurait pu le lui prouver s'il ne faisait pas si sombre. Ça le touchait, oui, et il espérait que cela ne le fasse pas comme il le ressentait tout de suite. Non pas qu'il se croyait être trahi ou dupé, juste qu'il commençait à très bien l'aimer la petite et que c'était dommage de voir que c'était ce genre là de relation qui pouvait lui plaire. Potentiellement. Putain.

- 'Fin y'a rien à en dire hein, j'suis pas encore ton cheum et j'suis personne pour t'en vouloir d'avoir fait tel ou tel truc, pareil pour Angel, même plus pour Angel en fait c'est un vrai pote alors bon j'sais pas j'suis pas légitime quoi. 'Fin c'est surtout à elle qui faudrait en parler. J'sais pas.

... Oh bordel, il n'avait aucune foutre idée de comment elle pouvait réagir. Aucune.

- 'Fin c'pas malhonnête quoi.

J'ai rien demandé, moi.
Et voilà. Il était égoïste. Au dernier degré.

- ... Putain t'es autant attirée que ça ? Par moi ?

OH BORDEL LA BOULETTE

- Pardon, c'pas c'que j'voulais dire ! Juste c'est rapide en fait et j'sais pas pour moi t'avais déjà un mec parce que bon t'es mignonne t'as vu et t'as pas l'air chais pas de rester seule longtemps alors ben voilà quoi et du coup ben on allait passer la journée ensemble et j'allais sans doute la tenter ma chance mais j'sais pas j'avais pas trop espoir non plus et j'aime pas demander aux filles d'coucher comme ça juste pour coucher alors ben j'avais pas envie que ça devienne comme ça et putain d'ta mère-

Pau-mé.

- J'suis désolé c'est juste que j'suis trop con pour comprendre l'info d'un coup là, m'enfin du coup t'es pas gouine ? tu es bien célib' ? Ta race j'ai l'impression d'être un espèce de gros obsédé là. Arrête d'être dans cet état, t'as rien à te reprocher. Rien du tout.

Et ses yeux verts se perdirent dans ceux de Jolene sans raison. Juste parce qu'ils étaient beaux.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Boulette. Impossible de ne pas avoir merdé sur ce coup-ci. Elle venait de lui fournir bien trop d'informations, des confessions qu'elle ne se serait pas imaginée faire si vite, ignorant même si elle avait la moindre chance avec lui de toute façon. Après tout, un gars comme ça, ça pouvait pas rester seul longtemps, si ? Il était gentil, et bien que maladroit, ce qu'elle avait vu de lui rattrapait largement. Puis foutrement mignon, du coup, comment lever le nez devant ça, franchement ? Elle n'en était absolument pas capable, et si elle se sentait bête d'avoir si vite craqué pour lui, elle avait une bonne excuse. Très bonne même.

Ses mains dissimulant son visage étaient bien le dernier repart entre lui et la chaine dévorante qui attaquait ses joues, sa nuque, ses épaules et son buste, y laissant de belles traces rougies et bouillantes. Définitivement, l'embarras chez Jolene n'avait rien de discret, et cette seule réalisation suffisait à empirer la situation.

Une éternité semblait s'être passée avant que des mots ne viennent à nouveau troubler le silence. La blonde ne se sentait plus de parler, réalisant que plus elle le faisait, et plus elle s'enfonçait, passant probablement à cette heure-ci pour une nana désespérée et stupide. Du coup, il valait mieux que ce soit lui qui parle. Et ce qu'il semblait dire était encourageant, du moins au début. Parce que très vite, il lui mit le doute, à parler comme si elle et Angel étaient encore ensemble, ou du genre à se voir encore. Et si c'était ça qu'il avait compris, il faisait totalement fausse route, si bien qu'elle faillit se redresser pour lui dire qu'il se trompait. Mais non, lui continua et la demoiselle reste là, osant un regard en biais vers lui, ses mains toujours contre son minois.

Pas encore ? Ça voulait dire quo ça ? Des mots jetés en l'air, une maladresse ou un véritable espoir ? La bulgare n'en savait fichtrement rien, et vu son cœur qui se serrait dans sa poitrine, n'était pas convaincue de vouloir s'y pencher trop longuement. Et non, elle ne se voyait pas aller en parler à Angel, pas avant qu'elle en soit sure auprès de lui. Autant le dire, elle préférait éviter d'aller lui parler de tous ses crushs, par égard pour elle. Jolene avait beau être un poil coincée et maladroite, s'il y avait bien une chose pour laquelle elle avait un bon instinct et pressentiment, c'était ça.

A force de l'écouter, elle s'était redressée, toujours aussi silencieuse, lèvres pincées. Elle sentait son cœur battre trop fort, dans sa poitrine et sa gorge, et c'était déplaisant. Et le sursaut qu'il lui tira en balançant cette question ne fit qu'empirer la situation. Elle était figée, bouche entrouverte mais aucun mot n'en sortant. Là, elle l'aurait probablement traité d'imbécile si elle était du genre à jurer. Mais au lieu de ça, elle l'écoutait toujours, et le dévisageait. Se sentant idiote.

Alors y'avait vraiment un espoir. Bon, il la perdait un peu à force de parler, et elle n'était pas sure de savoir où il voulait en venir sur certains points, mais en substance, ça avait l'Air d'être ça. Du coup, le poids sur sa poitrine s'était allégé, juste un peu.

Il lui fallut quelques instants pour réagir, sur ce coup-ci. Son regard rivé au sien, un soupir lui échappa, ses dents maltraitant sa lèvre inférieure. Allez quoi, réagis un peu. Laisse le pas comme un con.

« — Évidemment que je le suis. D'ailleurs t'as tort sur ce point, je me retrouve rarement avec quelqu'un. On va dire que… Je suis plutôt malchanceuse de ce côté-là. »

Un soupire, et elle baissa les yeux, n'aimant pas trop admettre sa tendance à soit être amoureuse des imbéciles, soit des gens pas intéressés par elle. Et là, elle ne savait pas trop quoi en penser en fait. D'autant que ça ne serait pas en continuant de triturer le tissu de sa combinaison qui lui offrirait la moindre idée, ni celui du pull qu'elle avait remis, cachant par la même occasion ses épaules rougies.

« — Mais je comprends pas. T'espères quoi de moi exactement ? T'as pas envie que ça devienne comment ? »

Ouais non, là elle aussi avait besoin de réponses, malgré la gêne et tout le reste. C'était qu'il avait fini par l'embrouiller avec tout ce flot de paroles.

« — Je sais pas trop ce que t'es en train d'imaginer, Jay. Tu me plais beaucoup, pour plusieurs raisons, et voilà. Si t'allais tenter ta chance pendant la journée, je t'aurais pas repoussé, je veux dire. J'aurais été plutôt déçue si t'aurais rien fait. »

Un lourd soupir la quitta, tandis qu'elle baisser es yeux à nouveau. Il était rare qu'elle soit si franche, mais il ne fallait pas s'y méprendre : c'était difficile de ne pas buter sur les mots et d'admettre ce qu'elle ressentait, là comme ça. Peut-être qu'il s'en rendait compte, mais habituellement, elle ne se confiait pas comme ça.

« — Du coup. Hm, je devrais peut-être aller essayer de dormir, du coup. J'arrêterais peut-être de dire n'importe quoi. »
Un léger rire pour faire passer le truc, du genre gêné au possible. Et cette idiote se leva, lui jetant un bref regard. Elle se détesta sur l'instant, se détesta d'être aussi cruche et naïve. Surtout lorsqu'elle se prit à espérer qu'il la retienne. C'était trop cliché, c'était trop bête. Totalement elle, donc.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
D'accord. Là, c'était clairement la merde.
Il paniquait tellement que cela ne se vit en rien. Il la regarda se lever comme s'il ne pouvait rien y faire et ses yeux s'égarèrent quelque part dans ses cheveux, dégringolèrent le long de la manche de son pull. Il la voyait s'éloigner alors qu'elle ne bougeait pas mais ça se sentait, c'était là bien palpable et son sang ne fit qu'un tour quand il comprit qu'il merdait. Qu'il réfléchissait trop et que ce n'était pas pour lui, qu'il fallait qu'il agisse parce que là, là maintenant c'était à son tour. C'était à lui de rattraper ses conneries et qu'il se rassure, c'était bien un travail de bonhomme, il ne serait pas trop perdu comme ça. Il fallait qu'il trouve de quoi la rassurer, se rassurer, convaincre l'un comme l'autre et la désagréable sensation qu'un monde entier les séparait vient piquer ses lèvres et son orgueil.

Qu'est-ce que tu fous, bon sang ?

Je sais pas je sais pas et je sais pas ce que t'es en train d'imaginer.
Lui non plus. Du tout.
Il se leva si souplement qu'il ne se rendit pas compte qu'il se levait. Il n'avait plus vraiment l'impression d'être maître de ses mouvements et c'était une sensation très étrange. Ses yeux cherchaient ses lèvres, et les siennes les trouvèrent.
Jay avait les ongles longs par flemme de les tailler. Ce n'était pas des griffes mais c'était presque suffisant pour se passer de médiator et il avait peur d'abîmer la peau de sa nuque à l'avoir attrapée comme ça, sans rien demander par ailleurs. L'intimité gercée était pudique et il se contenta de baiser sa bouche. L'haleine du réveil n'était pas insoutenable mais certainement pas agréable et s'il pouvait n'être coupable que du vol de son baiser, il en serait ravi.
Ouais.

C'était peut-être suffisant, comme refus d’obtempérer, là. Jolene avait sans doute compris l'idée. Elle ne partirait pas tout de suite. Pas avant de lui tomber dans les bras ou de lui foutre la plus grosse mandale de sa vie. Pas tant parce qu'elle lui ferait mal physiquement, elle devait avoir la force d'une crevette à voir l'épaisseur de ses bras, mais nul doute qu'il en souffrirait autrement. Cet instant figurait sans problème dans son top dix des moments les plus gênants de sa vie et, égoïstement, il ne pensait qu'à sa propre angoisse. Elle était déjà bien assez encombrante comme ça.

- ... Ok. Pardon.

Leurs visages à distance raisonnable, il y veillait. Elle n'était pas si petit que ça, mais il n'était pas bien grand et la différence de taille allait. C'était bien là son seul repère.
C'était pas une bonne idée de bouffer ses propres lèvres maintenant. Il allait saigner comme un con après.

- Bon.

Son cœur explosa et tout le sang qu'il pompait se retrouva derrière ses joues, dans des mains qu'il ne savait pas où mettre et il choisit de les laisser pendre le long de son corps, puis l'une d'elle vint capturer sa tignasse et il leva les yeux vers elle. Ce serait peut-être plus facile comme ça.

- J'suis clair'ment pas doué ok alors désolé, vraiment, si j't'ai vexé ou j'sais pas, si j't'ai fait du mal en fait. C'pas du tout c'que j'voulais ok

Ok ?

- 'Fin je

Une toux pour éclaircir la gorge.

- Tu m'plais aussi et ce s'rait complèt'ment con d'ma part de t'faire du mal, maint'nant ou plus tard. Mais bon j'suis un peu un blaireau et c'pas mon adresse qui va rattraper l'coup visiblement alors pardon encore. J'm'en fous d'avec qui t'es sortie, c'pas important et ça l'devient que si c'est important pour toi mais si c'est juste là pour soit-disant nous empêcher d'être ensemble si on le veut c'est con c'est juste trop con alors c'est pas important. On se voit toujours demain ? 'Fin t'alleur ? Parce que j'en ai toujours envie.

Un éternuement.

- Bordel t'es sérieux ? J'crève de chaud là j'pas pu choper un rhume t'es fou

J'crève encore plus de chaud quand t'es là.

- ... Si tu veux aller dormir c'est p't'être pas une mauvaise idée, sinon on va s'endormir sur le bateau. Si on y va toujours.

Et voilà, il saignait.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Tout ça était foutrement cliché, mais aussi affreusement inconfortable, gênant. Elle se tenait là, debout devant lui, tiraillée entre l'envie de s'enfuir -et de l'éviter par la suite- et l'espoir d'être retenue, qu'importe la façon. Une part d'elle d'ailleurs n'avait de cesse de la narguer, de ce moquer de cette tendance qu'elle avait de fuir les problèmes et d'être une profonde idiote dès que ça la touchait un peu trop ; mais était-elle réellement à blâmer cette fois ? C'était lui qui lui faisait vivre de littérales montagnes russes émotionnelles, la perdant dans des réflexions dont elle ne voyait pas le bout, le tout ne faisait évidemment que la confondre un peu plus. Alors peut-être oui que pour une fois elle n'était pas réellement coupable de son ridicule.

Son choix venait d'être pris, elle venait de se retourner, semblant abandonner cette inconfortable situation, et voilà que c'était lui qui bougeait. Si coeur fit un bon dans sa poitrine, et le temps que son cerveau analyse le trop plein d'émotions soudain, elle cru que c'était juste à côté de ça. Mais l'évidence se dessina très vite, sous la forme de sa main sur sa nuque, leurs lèvres scellées et ses doigts à elle accrochés brièvement à son avant-bras. Jolene ne s'était pas attendu à ça mais l'avait espéré si fort que son souhait semblait s'être réalisé. À croire que pour une fois, elle n'était pas si malchanceuse que ça. Que pour une fois, juste une fois, les choses s'annonçaient bien. Ah, mais c'était bien son genre ça de s'emballer un peu trop : ça n'était qu'un baiser.

La bulgare se surpris à retenir son souffle, comme par peur que l'instant s'effrite, que ce ne soit qu'un songe. Mais c'était vrai, si vrai qu'elle se retrouva à se perdre un instant, avant de prendre conscience qu'elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. Alors elle allait se taire et continuer d'avoir l'air idiote en admirant à quel point il pouvait être séduisant, à se dire aussi qu'un autre baiser serait le bienvenu. Elle voulu aussi glisser ses doigts contre sa joue rougie, pour en découvrir la chaleur et le rassurer un peu, mais elle se dit que c'était malvenu sûrement ; il avait déjà tant de mal à s'exprimer.

Son coeur battait fort, si fort qu'elle était consciente de chaque battement, gênée à l'idée qu'il le remarque. La vérité pourtant c'était qu'il ne devait pas en mener large non plus, surtout pas en lui confessant ça. Et la voilà qui découvrait quelque chose de touchant chez lui, une gêne qu'elle partageait totalement. Mais au delà de la gêne, il y avait aussi la joie soudaine d'apprendre que c'était partagé, qu'elle avait une chance ; c'était rassurant, ça lui donnait chaud, c'était agréable. Même si elle rougissait et ne savait pas quoi dire. Même si elle se sentait bête les bras ainsi le long du corps, alors qu'elle pourrait prendre ses mains, le rassurer à son tour. Ne pas le laisser comme ça.

L'éternuement la fit sursauter tant elle ne s'y attendait pas, avant qu'un léger sourire ne s'affiche sur ses lèvres, un peu incertain et maladroit. Et il n'avait pas tort, dormir était une bonne idée, quoi qu'avec tout ça elle n'était pas sûre d'y arriver. Fallait le dire, la petite demoiselle n'en revenait toujours pas : le garçon qui lui plaisait tant venait de lui avouer des sentiments réciproques, et même de l'embrasser ! Ça n'était pas rien, son petit coeur d'ailleurs tout troublé encore.

« — Désolée, je sais pas vraiment quoi dire. »

Ah oui, elle s'en était bien rendue compte, c'était déjà ça. Restait à voir si elle était capable d'avoir l'air un peu moins niaise avec son sourire gêné et son minois rougi -comme ses épaules et le haut de sa poitrine d'ailleurs.

« — Je... Wow, je m'attendais pas à ça. Tu sais, je pensais que t'avais déjà une copine en fait, ou que t'étais pas intéressé par une fille comme moi. »

Un rire lui échappa, exprimant le ridicule de sa pensée mais aussi sa gêne. Brièvement d'ailleurs elle détourna le regard, ses mains venant chercher l'une des siennes, la serrant doucement. Voilà que la petite blonde cherchait du courage, ou profitait juste un peu trop. Il n'avait fait que lui voler un chaste baiser après tout.

« — Évidemment que le rendez-vous tient toujours. J'ai encore moins envie de rater ça. »

Et la voilà qui prenait une profonde inspiration et relevait les yeux ver lui, se mordillant la lèvre. Elle pouvait bien trouver un peu de courage pour l'embrasser -elle en avait le droit, hein ? Ça n'était pas la première fois, c'était clair ; pourtant le geste avait quelque chose d'infiniment précautionneux, ses doigts doucement glissés sur sa joue et ses lèvres timidement pressées contre celles du grand blond devant elle. Après tout Jolene restait elle-même, timide et un peu cruche. Et vraiment pas désireuse de lui faire peur, aussi.

« — Tu saignes. Et tu devrais te couvrir un peu. »

Ça, elle l'avait remarqué en passant instinctivement sa langue sur ses lèvres après avoir reculé la tête ; et une pointe de souci transparu de sa voix, avant qu'elle ne soupire, secouant la tête.

« — Tu m'accompagnerais jusqu'à ma chambre ? S'il te plaît. »

Il n'y avait eu que deux baisers hein. Rien d'officiel, rien qui devrait justifier son sourire qu'elle peinait à cacher ou l'agitation dans sa poitrine, pas à ce point. Mais qui était dupe franchement ? Elle tenait toujours sa main malgré le fait d'avoir contemplé la lâcher, et utilisait cette excuse plus qu'évidente pour grappiller un peu plus de temps en sa compagnie. Et elle n'y pouvait rien s'il la rendait ainsi.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
Gohurfgrezmefjkmtg.
C'était l'idée, en effet, et sentir sa petite main dans la sienne lui donna si chaud que son cœur rata plusieurs fois des battements et qu'il manqua de s'étouffer à tout autant d'occasions. Pas que cela l'aurait gêné, au moins ça aurait été amusant, mais Jay était déjà bien assez alarmé comme ça et il n'avait pas vraiment besoin de sentir Jolene plus tendue qu'elle ne l'était non plus. Question d'équilibre et d'harmonie, c'est ce qui fait que les couples tiennent bon.
L'équilibre
et l'harmonie.
Respire Jay, tout va bien.

Lui non plus ne savait pas quoi dire, et par conséquent laissa parler son silence pour lui. Un pauvre sourire penaud, vite effacé, des yeux fuyards, un labret bien amoché et une main qu'il jurait fonctionnelle et propre, vraiment, mais c'était de sa faute s'il transpirait autant. Il y avait plus glamour comme première approche, mais il fallait croire qu'elles ne lui allaient pas. Il avait toujours l'air d'une sombre merde avec les filles, sans doute parce que quelque part il agissait comme telle, mais il aurait aimé être un peu moins boulet parfois. Histoire de dire qu'il avait autre chose dans le cœur qu'une entreprise de looser.
Elle était si jolie. Pas besoin de bien la regarder pour le comprendre, et elle lui inspira deux rimes à la volée, rien de bien sérieux. Il les garderait dans un coin de sa tête et prendrait le temps de les décalquer comme il fallait une fois rentré dans sa piaule. De toute façon il ne dormirait jamais.

Jay renifla, comme ce qu'il avait de classe le lui demandait. Malheureusement, il faudrait que Jolene s'y fasse un peu.
Il jura qu'il voulait parler. Qu'il aurait trouvé les mots pour. Et comme si Jolene avait su qu'il s'agissait d'un plan de merde ses lèvres l'en empêchèrent. C'était doux, hein, là n'était pas la question. C'était adorable, aussi. Clairement pas désagréable - elle ne pouvait rien faire de désagréable, pas sciemment. Mais c'était bizarre et il sentit ses oreilles bouillir. Quoi de plus idiot que devoir lâcher les mains d'une si charmante compagnie pour s'occuper de ses oreilles, il se le demandait et décida d'y trouver une réponse rapidement. Comme ça il pourrait reprendre bien vite ses marques contre elle.

- ... Ah ?

Deux doigts sur les lèvres. Il l'avait senti, avait décidé de s'en foutre jusqu'à ce qu'elle fasse la remarque. Elle n'avait pas tarder.

- Bah c'rien. Ca va aller. J'vais m'habiller d'retour dans l'bungalow.

Nan, en vrai je crèverai juste de chaud si je le faisais.
Ce serait p't'être une idée de réagir au baiser de la belle au bois dormant mais fallait dire qu'il n'y avait pas grand chose à dire. Sinon répéter que c'était le truc le plus mignon du monde blablabla et qu'il l'aimait bien Jolene, elle était cool. Elle avait l'air si fragile. Aucun doute que s'il leur arrivait une couille et qu'ils venaient à se... séparer, pour ce qu'ils étaient ensemble à ce moment-là, ce serait lui le connard dans l'histoire. Ca le dépayserait pas.
Jay hocha la tête à l'idée de la raccompagner et passa une main dans la sienne avant de la conduire vers la porte. Il ne la lui tint pas, passa devant elle en la traînant et ne prit pas la peine de refermer après eux, parce qu'il ne savait que trop bien qu'ils ne seraient franchement pas les derniers à venir squatter le salon cette nuit et que, même sans ça, Himeruya n'allait pas lâcher les chiens à leur poursuite pour leur foutre deux heures de permanence au cul. Jay traînait Jolene, donc, mais doucement. Elle était à côté de lui et le faisait briller par sa simple allégresse, c'était agréable à vivre. Ils étaient un peu ensuqués, à la fois par la fatigue et par l'euphorie - quoique légèrement entachée par le stress côté percé - mais ils étaient contents. C'était là le plus important.

- Euh...

Silence. Reniflement de l'élégance.

- T'sais qu'il y a des cons pour dire qu'dans l'bois y'a des ours ? J'ai vu un ours une fois. C'carrément moins mignon qu'un panda.

Ça faisait longtemps, dis.

- Mais y'a pas d'ours dans l'bois hein. C'trop p'tit.

Est-ce que c'est possible d'avoir moins de conversation que ça ?

- ... C'est l'quel ton bungalow ?

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Eh quelque chose lui disait qu'il n'allait pas vraiment le faire, et vu la chaleur étouffante -qui ne s'était en rien adoucie- la blondinette ne pouvait pas franchement le blâmer. Bien sûr, elle ne désirait pas non plus qu'il prenne réellement froid ou tombe malade, c'était évident. Simplement, fallait faire face à la vérité : il allait crever de chose s'il se rhabillait réellement, et elle-même ne le ferait pas. Du coup, elle se contenta d'un bêtement hochement de tête et une esquisse de sourire, pas convaincue mais faisant comme si. Il ne pourrait pas lui en vouloir pour ça.

Et c'est avec un autre sourire qu'elle manifesta son contentement lorsqu'il accepta de la raccompagner. Honnêtement, elle n'était pas particulièrement peureuse ou craintive ici, ça tenait plus au fait qu'elle voulait profiter encore un peu de sa compagnie. Ca la changerait de sa chambre vide, bien morne depuis le départ de Libby. D'ailleurs, le simple fait d'y penser lui pinça le cœur -elle ne pourrait pas lui partager tout ça- mais la fugace tristesse s'envola aussi vite qu'elle était venue lorsqu'il serra sa main. Pour littéralement la trainer après lui hors de la pièce.

Heureusement qu'il ne marchait pas trop vite, lui laissant tout le loisir d'être à sa hauteur, lui jetant parfois un regard, se mordillant la lèvre. Sa main dans la sienne était chaude -et moite, un détail dont elle se fichait bien. Elle s'en fichait parce que c'était agréable d'avoir sa paume contre la sienne, un contact qui affirmait qu'elle ne rêvait pas, que tout cela s'était bien passé.

La mention de l'ours -et du panda, un détail qu'elle nota mentalement- la sortit cependant de sa rêverie, la bulgare levant alors le nez vers lui, un peu perdu. Bon, elle n'avait pas exactement écouté ses paroles, si ce n'est qu'il ne pouvait pas y avoir d'ours dans le coin ; ce qui était tant mieux d'ailleurs, manquerait plus qu'un accident survienne.

« — Les gens savent plus quoi inventer pour être intéressant. »

Un petit soupir, avant qu'elle ne calle quelques mèches blondes derrière son oreille, tournant la tête dans la direction desdits bungalows.

« — Euh. Le numéro 10. »

Oui, elle avait eu un léger temps mort avant de répondre, une pointe d'hésitation un peu ridicule. Mais le truc, c'était qu'elle avait retenu son emplacement mais pas vraiment le numéro, et n'avait jamais vraiment eu besoin d'y penser outre mesure. Et parlant de penser, maintenant elle pensait trop, stressant un poil tout à coup. Allait-elle simplement lui souhaiter bonne nuit ? L'embrasser encore ? Oh, là elle aurait bien voulu d'une étreinte -mais il faisait chaud- et d'un baiser un peu moins innocent, mais c'était trop tôt surement, trop demandé aussi. Et peut-être qu'il allait la juger si elle demandait, alors elle préféra se taire. De toute façon ils n'étaient pas très loin.

Genre là c'était sa porte qui se dessinait à même pas un mètre d'eux. Une pointe de stress à nouveau, son souffle qui se suspendit presque et sa main qui se resserra sur la sienne. Là ils étaient arrivés, plus le temps de réfléchir.

« — Bah hm. Merci de m'avoir raccompagnée. C'est gentil de ta part Jay. »

Les joues toujours bien colorées, elle le regardait avec le plus charmant des sourires peint sur les lèves, du moins avant que ses dents ne viennent le ruiner en s'en prenant à sa lèvre inférieure. Et là ? Elle tenait toujours sa main, la relevant d'ailleurs un peu, les doigts de la seconde venant effleurer discrètement le dos de celle du jeune homme.

« — Hm. Bonne nuit ? »

Un petit rire nerveux, et elle avait l'air con là de suite. Mais bon. Fallait bien que ce soit chacun son tour, non ?
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Basses.
Il ne la lâcherait jamais.
C'était ce que les rimes qu'il imaginait dessinaient entre ses tempes. À la base de sa nuque, leur poids la déformant petit à petit, qu'il puisse mieux la voir mais ses yeux restaient désespérément accrochés aux rambardes le long du chemin et il ne la regardait pas. La rimait, voilà, et ses oreilles s'en contentaient et sa main se suffisait et il était satisfait, tout de suite, il était presque heureux et il la coucherait sur papier, douce amante qu'elle était.
Amante, amante, c'était vite dit.
Ses yeux se posèrent sur ses pieds, au demeurant très intéressants. Le plus dramatique et, se disait-il, le plus grave dans cette situation, c'était d'avoir honte de ce qu'il pensait. Il ne s'agissait pas de conviction ni d'idée contre lesquelles s'imposer, personne ne viendrait lui faire croire que Jolene ne méritait pas d'éloges. Il avait honte des mots qu'il imaginait. De ce qu'il créait. Cette absurde vérité l'assomma et il en bailla. Ça lui allait beaucoup mieux.

C'était donc son bungalow. Il leva les yeux dessus pour faire croire que c'était intéressant alors que vu de l'extérieur ils étaient tous pareils, retrouva la jolie blonde et apprécia davantage cette vision-ci. Plus ça allait et plus elle lui plaisait. Jay ne savait pas si c'était une bonne chose ou pas.
Ses deux paumes pour emprisonner sa large existence, épuisante, tout d'un coup. Il n'y avait plus d'heure et il eut la désagréable sensation que ses sourcils froncés creusaient à côté du X géant dessiné sur la carte au trésor. Il aurait aimé l'embrasser à nouveau mais pas avec la lèvre ouverte qu'il mordillait aveuglément, question d'hygiène de base, il aurait aimé tenter quelque chose et quelque chose n'allait pas. C'est contre sa joue que ses doigts s'égarèrent. Lentement. Il n'avait pas pour habitude publique d'être aussi délicat.

- De rien.

Étrangement calme, comme déclaration. Usée mais pas bancale. Elle pouvait s'appuyer dessus sans souci. Il sentait le grain de sa peau sous la pulpe de ses doigts, en profitait à outrance. Tout était harmonieux, avec Jolene. Il se sentait hors-sujet.

- Essaye de dormir, ouais. Ok ?

Il serra peut-être un peu fort la main qu'il tenait toujours, la libéra, s'enfuit de gêne contre sa cuisse. Le seul endroit qui lui allait.

- Repose toi.

Un sourire franc. Elle rimait encore.
Il tourna les talons les bras croisés sur son torse et la tête basse.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
Basses. | Jolene.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et sinon il y a des gratteux sur le forum ?
» 06. Heartbreak Hotel [avec Will Schuester]
» Ma COUPE DODGE
» Une explication ? Pas sûr. [Jolene]
» Attendre pour faire évoluer = Stats plus basses ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc central :: Pavillon blanc :: Salon commun-
Sauter vers: