Laisse-moi te tenir les cheveux si tu vomis [ Hector ]

Pepper Bell
❀ G pA kOmPri ❀
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : CAISSIERE MDRLOL
Spécialité : Danse
Fonction : Elève universitaire
Poste spécial : KIKOOLOL
Avatar : #RandomBonnasseSexyAuxCheveuxBruns
Messages : 492
Date d'inscription : 31/08/2014
❀ G pA kOmPri ❀




Pepper s'était fait belle ce soir. De l'eyeliner sur ses paupières, sa plus belle robe patineuse violette à dos nu qu'elle réservait spécialement pour ce genre d'occasion, et des boucles dans ses longs cheveux bruns. Elle avait déjà participé à quelques fêtes auparavant, mais jamais avec des inconnus, alors pour ce soir, elle avait mis le paquet.

C'était sa voisine de bungalow dont elle avait déjà oublié le nom qui l'avait organisée pour célébrer ses vingt-et-un ans, et si Pepper y était invitée, c'était justement parce qu'elle habitait à côté, et qu'elle l'avait toujours dépannée lorsque sa voisine manquait de quelque chose.

Le ciel était exceptionnel cette nuit-là. Pas un seul nuage à l'horizon et la voie lactée était clairement visible entre les constellations. Il faisait frais sur ses épaules nues, mais Pepper était si nerveuse qu'elle ne s'en souciait guère.

Plus elle s'approchait du bungalow où se déroulait la fête, plus la musique tambourinait dans sa cage thoracique. Elle était stressée, et au moment de franchir le perron, elle faillit se désister, faire demi-tour, et retourner dans son lit, mais la porte s'ouvrit brutalement et deux filles sortirent, l'une tenant son amie par les épaules, toutes deux titubant jusqu'au fond du jardin. Pepper les suivit du regard et devina qu'il devait y avoir file aux toilettes.

L'hôtesse de la maison passa devant l'entrée, quelques verres de cocktail coincés entre chaque doigt et une clope entre ses lèvres. Un « Tiens salut Pepper ! Entre, je te sers quelque chose ? », un verre offert, quelques échanges de « Ca va bien ? Jordan n'est pas avec toi ? Je reviens vite mais fais comme chez toi surtout. », une fleur de bienvenue dans les cheveux, un sourire pour la mettre à l'aise, et lorsque Pepper relève enfin les yeux, elle se rend compte qu'elle est déjà au milieu du salon.  

Les filles dansaient, les garçons parlaient, l'ambiance n’était pas encore chauffée, il n’est même pas 22h. Ne sachant pas trop quoi faire, Pepper se contenta d'observer silencieusement les invités. Elle se rendit compte alors que sa robe violette et ses ballerines noires n'étaient peut-être pas ce qu'il y avait de plus approprié pour ce soir. Entre les mini-shorts et les jeans troués, elle semblait vraiment faire tâche dans le lot. Et les seules robes que portaient quelques unes étaient loin d'être du même modèle que celle de Pepper. Moulant chacune de leur forme et aussi courte au niveau du bustier qu'au niveau des cuisses.

Dans la foule, elle aperçut enfin des camarades de classe assis sur un canapé et une bière en main. Elle traversa rapidement la piste pour se joindre à eux, leur fit la bise puis s’assied à leurs côtés. Quelques minutes plus tard, l'un de leurs amis s'était joint à la conversation, grand, blond, tatoué de partout, Pepper se surprit à la trouver plutôt mignon un instant mais ne s'y attarda pas. Il ne fallut pas une minute de plus pour qu'une très jolie blonde vint s'asseoir sur ses genoux, ramenant par la même occasion quelques gobelets remplis à raz-bord.

L'un des garçons termina de rouler son joint, tira une longue latte et le fit passer au suivant. Pour une fois, Pepper aurait espéré qu'on l'oublie, car lorsque le joint arriva à son tour, elle sentit ses muscles se tendre. La jeune fille ne savait pas fumer, et elle n'avait jamais eu de joint entre ses mains, mais déjà qu'elle portait une robe de soirée alors que tout le monde était en mode décontracté, elle s'était dit qu'on allait certainement la voir comme une petite fille si elle avouait qu'elle ne fumait pas. Elle prit donc maladroitement le joint entre ses mains, tira dessus rapidement, sentit sa gorge piquer, et se dépêcha de le tendre au suivant, suffoquant dans sa propre fumer, mais détournant la tête pour tousser derrière elle.

La musique se termina doucement, et tout le monde reconnu immédiatement les premières notes de la suivante. C'était un remix de Sail, et la jolie blonde bondit aussitôt sur ses pieds.

     - Oh mon Dieu c'est ma musique ! Viens Hector, dansons ensemble !

Pepper plongea la tête dans son verre de cocktail et l'acheva d'une traite. Sans s'en rendre compte, elle n'avait quitté Hector des yeux depuis le début. Tout en lui émanait quelque chose de classe, et elle se disait que faire partie de son groupe d'amis devait être vraiment cool. Il avait l'air drôle et cool. Elle se mit à penser à Jordan, il était censé être là ce soir, peut-être était-il seulement en retard. C’est ce qu’elle espérait. Elle enviait ce joli couple de blonds et aurait espéré pouvoir elle aussi danser avec son petit-ami.

L'hôtesse de la maison se joignit à elle quelques secondes plus tard, s’affalant dans le canapé comme une grosse balourde et passa un bras autour des épaules de Pepper. « Ca va ? Tu t'amuses ? T'es vraiment trop adorable ce soir, tu devrais te maquiller plus souvent ça te va bien. » Elle empestait l'alcool, et peut-être que ce qu'elle disait était sincère, peut-être pas, mais Pepper n'était qu’à moitié concentrée sur ce qu'elle lui racontait, les yeux toujours rivés sur le grand blond tatoué. La demoiselle pompette ne mit pas très longtemps avant de s’endormir, la bouche ouverte et la tête renversée sur le dossier du canapé.

Discrètement, Pepper referma la fermeture éclaire de sa pochette. Minuit, si à minuit Jordan n’est toujours pas là, elle rentrera chez elle.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Hector Waltman
C A P T A I NAMERICA
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Hockey
Spécialité : Goaler (gardien de but)
Fonction : Universitaire
Avatar : Netherlands --- Hetalia
Messages : 46
Date d'inscription : 26/08/2015
C A P T A I N ✮ AMERICA


Tenir les cheveuxHector Waltman & Pepper Bell

Un autre vendredi soir. Y’a pas beaucoup de questions à se poser sur ce qu’on fait les vendredi soir. Si on n’est pas sorti à vider les bars, on est soit en train de baiser, soit en train de faire la fête. J’avais honnêtement l’intention de faire tout ça, mais présentement je me retrouve dans la troisième option : un party de maison chez une fille (Lorry) que je connais d’une autre fille (Vicky) avec qui un de mes potes (Jason) a déjà baisé. Bref, tout ça pour dire que le bouche à oreille bat encore les réseaux sociaux puisque le message d’une fête qui était organisée chez Lorry. Je dois admettre que j’ai légèrement perdu mon temps. Des évènements comme ceux-là, ça court les rues. Alors j’ai terminé mes cours du vendredi, comme d’habitude, j’ai été m’entrainer un peu, j’ai été promené mon chien, j’ai même rangé ma chambre (!), j’ai pris ma douche et je me suis changer dans mes habits les plus ordinaires : un chandail noir et un jeans délavé. Classique.

Je suis sortie de mon appart et j’ai remarqué que la température était idéale pour faire ce genre de soirée. Lorry habitait une belle maison à deux étages dans un quartier quand même fortuné. Elle n’était pas non-plus le genre de fille qui se vantait de son argent, mais disons qu’elle avait l’occasion de faire des rassemblements de ce genre sans se soucier de quoique ce soit. Toutefois, avant de mettre le pied dans la rue, j’ai vite remonté les escaliers de métal et retourner à ma chambre. Et oui, je savais, j’ai encore oublié d’enlever mes lunettes. Des Ray-Ban à cadre noir, vraiment trop chic et qui me donne un petit côté intello qui pourrait bien aller dans certaines situations, mais certainement pas ce soir. Je les enlève et met rapidement mes verres de contact, puis je verrouille de nouveau mon appartement et redescend l’escalier pour me diriger vers cette fête dont presque tout le monde parlait sur Facebook et dont j’ai eu à peu près 28 messages textes d’invitation.

Les mains dans les poches, je fume tranquillement ma clope pendant que les lampadaires s’allument un à un. Il est quand même tôt et je suis franchement impressionné d’arriver à une fête à une heure pareil. Ce pourquoi je prends mon temps. Je trottine, passes par des chemins beaucoup trop long et je m’arrête finalement dans un marché sur le coin de la rue pour acheter mon alcool. La caisse de bière sous le bras, le caissier me regarde soucieux et baisse et remonte ses yeux de sur ma carte d’identité plusieurs fois avant d’hausser les épaules et me laisser payer mes achats. Ils doivent être habitués de recevoir des petits culs qui viennent s’acheter de l’alcool sans avoir le droit. Mais non mon grand, j’ai l’âge moi, alors fous-moi la paix! Je ressors du magasin, toujours la caisse en main, et reprend mon chemin. Il ne reste me que quelques rues. Je n’ai pas pris ma moto ce soir puisque j’avais probablement l’intention de revenir dormir chez moi. Je fais souvent ça. Si le party est nul, alors je peux toujours revenir à pieds. Ce soir, c’est quand même loin pour marcher, mais je mets tout de même mes chances de mon côté. Cependant, je doute que l’évènement soit décevant puisque je connais la grande majorité des gens qui y seront et il y aura également la belle Zoey.

Ça fait à peu près une demi-heure que je suis ici et les gens commencent déjà à être complètement soûls. Je rigole alors que mon adversaire de Beer Pong me fait une petite danse avant de lancer sa balle et manquer royalement mon verre. Je joue en équipe avec Zoey, qui est, soyons francs, vachement inutile dans cette équipe. La partie est de 4 à 2 pour nous, et elle réussit tout de même à nous faire perdre! Je ne suis pas vraiment compétitif dans ces situations de ce genre, mais c’est le fait qu’elle ne me lâche pas du tout alors que je joue qui me tape royalement sur les nerfs. Je vais pour lancer et elle s’agrippe à ma ceinture de jeans pour me donner un bisou sur la joue. Ok ouais, cool, mais dégage! Je roule les yeux et lance et tire. Les deux mecs de l’autre équipe sautent sur place en disant, à la blague, que j’ai triché et ils me lancent le doigt d’honneur alors que je leur souris et leur en donne deux réciproquement. Zoey, toujours prise après moi, balance ses cheveux d’un côté et de l’autre de ses épaules, complètement soule la fille. Elle est clairement atteinte, car elle me regarde avec ces yeux de chacal qui veulent tout dire. Je souris en coin et l’embrasse rapidement avant de lancer l’autre balle à sa place et tirer une fois de plus. La balle tombe directement dans un verre, fin de la partie, on gagne! Je fais un high five à Zoey tout en félicitant les mecs qui ont perdus face à nous. Ils font mine de pleurer et clament haut et fort que je suis gai, ce qui me fait rire. Je pense que, rendu à ce point-ci de la soirée, les gens ont clairement remarqué qu’avec la fille que j’ai dans les bras, je ne suis définitivement pas gai. Zoey est une vraie bombe. De longues jambes fines, un corps de Victoria Secrets et des cheveux soyeux qui n’en finissent plus. Elle est charmante aussi, quoique, quand elle est soule, elle est ridiculement énervante.

Comme la partie est terminée, je bois les verres des perdants et les remercie en passant devant eux, avec un sourire narquois. Ils répondent avec le même sourire et demandent un re-match, sur quoi je réponds oui! Mais pas avec Zoey comme partenaire! Elle est meilleure comme, disons, cheerleader! Je vais pour m’allumer une clope, mais le regard de Lorry m’indique que c’est une très mauvaise idée. Bon, je vais devoir attendre alors. J’hausse les épaules et soupire en sortant une cannette de bière de ma caisse. Zoey m’arrête dans mon élan, titubante : « Oh attend, je vais aller te chercher à booiiiiiiiiiiireeeeeee! » clama-t-elle, beaucoup trop joyeuse, en sautant, maladroitement, sur place. Je souris néanmoins alors qu’elle s’éloigne vers la cuisine. Je la regarde d’ailleurs s’en aller, parce qu’avec une robe courte comme la sienne… mmmmm, la vue est imprenable! Je me mords la lèvre et secoue la tête comme pour reprendre mes esprits. Je détourne les yeux et vois quelque uns de mes potes assis sur le canapé du salon. Je m’approche d’eux et ceux-ci m’acclament presque en disant « Heeeeey Hector! Qu’est-ce tu d’viens?! » et sinon « Yo Waltman! » Je leur salut et je m’assois sur le petit sofa simple qui était juste à côté. J’arrivais dans une discussion sur l’équipe de hockey. Je me joins à la discussion, réalisant qu’il y avait une inconnue dans le groupe. Enfin, inconnue est un grand mot. Je la connais de nom, puisqu’elle est amie avec certains de mes amis, mais je ne la connais pas personnellement. Je sais juste qu’elle a l’air super mignonne dans sa robe, mais qu’elle ne va pas du tout dans le décors! Partie toutes ces bombasses avec leurs minishorts et camisoles presque translucides, elle détonne, ça c’est clair. Ça lui donne un charme par-contre. Mon regard croise à peine le siens que Zoey vient s’installer sur moi, comme sur un vulgaire sofa, et me tend un verre plein d’un alcool que j’ignore complètement. Ça ne sent pas la bière, pas le rhum and coke et pas la vodka. C’est quoi ce truc bordel?! J’y goûte, pour lui faire plaisir, le bras autour de sa taille, alors qu’elle sourit et prend part à la discussion. Ça goûte étrangement le jus de fruit ce qu’elle m’a donné, mais c’est évident qu’il y a de l’alcool dedans puisqu’elle semble s’alourdir à chaque gorgée qu’elle prend. Je lui donne un bisou sur le bras, alors qu’elle passe sa main sur ma nuque, rentrant doucement ses ongles dans ma peau. Je souris en coin, puisque ce n’est pas quelque chose que je trouve désagréable. Soudainement, en plein milieu de la conversation, alors que Jason raconte une anecdote, Zoey se lève, piétine le sol en ajustant sa robe, et me regarde, tout sourire pour clamer (ou plutôt crier) : « Oh mon Dieu c'est ma musique ! Viens Hector, dansons ensemble ! »

Je dépose mon verre et répond d’un simple sourire. J’aimais beaucoup la conversation, mais ça semble vraiment lui tenir à cœur que j’aille danser avec elle, alors je me lève et ne perds pas de temps à la suivre vers le milieu du salon, où déjà quelques personnes dansent. Bon, danser n’est pas vraiment le bon terme. Les mecs regardent alors que les filles se trémoussent devant eux. Certaines vont à l’extrême et se prennent presque pour des danseuses nues, et d’autres sont plus réservées et marquent leur territoire autour de leurs petits-amis en lançant des regards de meurtre vers les autres filles. Je me contente de prendre Zoey par la taille et m’approcher d’elle. Elle est plutôt grande. Disons que mon menton arrive à son front, ce qui est pratique parce que je n’ai pas besoin de me plier en deux pour atteindre son cul. J’y pose mes mains et elle enlace mon coup avec ses bras. Sa poitrine et contre la mienne alors qu’elle se déhanche sensuellement devant moi. Je sais que ça rend mon pote, Thierry, jaloux puisqu’il a toujours eu le béguin pour elle. Je roule les yeux et je pense que s’il l’avait voulu, il aurait pu la prendre. Vu comme elle est soule, elle ne pense à rien d’autre en ce moment qu’à filer aux toilettes avec un mec pour faire des trucs louches. Que ce soit moi à qui elle pense en ce moment n’est qu’un pur hasard.

Je redirige mes yeux vers le canapé, alors que Zoey se met dos à moi pour frotter son cul contre… ouais vous avez compris. Mes amis sont en train de discuter et je remarque que Lorry est complètement K-O à côté de la nouvelle arrivante. Pénélope? Perry? Pamela? C’est quoi son nom déjà?! Ça commence par un P et je suis presque convaincu d’avoir déjà vu son nom dans un post Facebook. Bref, quand la chanson arrive enfin à son terme, Zoey me lâche et ma danser avec ses amies qui forment presque un club privé. Elles dansent, leurs verres en main, en manquant presque de tomber à chaque note, mais elles s’amusent, alors je les laisse. D’ailleurs je laisse aussi mon verre de je-sais-pas-quoi sur la table pour aller me prendre une bière. En m’éloignant du troupeau de personne qui a accouru sur la piste de danse, puisque la chanson « I got a feeling » a commencée à jouer (même si c’est extrêmement démodé), je vois que l’inconnue s’est levée pour se diriger à la cuisine. Elle a bien raison, l’endroit est tellement plus tranquille qu’au salon. Je prends un bière en chemin et la suis à la cuisine. Je l’interpelle avant que je n’ai réellement le temps de savoir ce qu’elle venait faire ici : « Hey! C’est quoi ton nom à toi déjà?! Parce que là je vais passer la soirée à me le demander! » dis-je, en m’appuyant sur le comptoir. J’ouvre ma bière et rien que l’odeur me fais signe que, oh-ho, je commence à être atteint par l’alcool moi-aussi. Elle me répond poliment. Elle a tellement une petite voix douce. Mais qu’est-ce qu’elle fait ici?! « Tu euh… » je perds mes mots et je me passe une main dans les cheveux. Je rigole et continue mon début raté de phrase « Tu connais qui ici? » demandais-je, lui souriant. Elle était mignonne, ça la rendait différente. Je prends une gorgée. C’est clair qu’il va falloir que j’aille pisser bientôt! Meh, peut-être après la prochaine partie de Beer Pong. Je n’attends pas vraiment sa réponse, trop pressé de demander, énervé comme un gamin : « Hey! On fait une partie de Beer Pong tantôt, j’ai pas de partenaire! Oh aller, tu sais que tu le veux! » Je lui fais des grands yeux de chiot, souriant toujours, sautillant sur place. Ok, wow, je suis soul. Remarque que, 7 bières en 45 minutes, ça fait beaucoup! C’est moi qui a bu presque tous les verres de l’équipe adverse (parce que Zoey n’aime pas la bière) et c’est également moi qui a bu tous nos verres (Zoey n’aime pas la bière) et me voilà en train d’en siroter une autre! La soirée ne fait que commencer, espérons au moins qu’elle sache jouer!

© Lady

_________________









LOVE DOESN’T EXIST.


Voir le profil de l'utilisateur
Pepper Bell
❀ G pA kOmPri ❀
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : CAISSIERE MDRLOL
Spécialité : Danse
Fonction : Elève universitaire
Poste spécial : KIKOOLOL
Avatar : #RandomBonnasseSexyAuxCheveuxBruns
Messages : 492
Date d'inscription : 31/08/2014
❀ G pA kOmPri ❀




     - Hey ! C’est quoi ton nom à toi déjà?!

Tu le sens ? Tu sens ton cœur qui vient d’accélérer d'un coup ? Si fort que le grand blond pourrait l'entendre même de là où il est, de là où il te regarde.

Pepper était tranquillement entrain de remplir son verre à l'évier. Lorry l'avait gavée de cocktail, et même si elle avait encore l'esprit clair, elle sentait que le sol tournait doucement sous ses pieds et elle n'avait aucune envie de finir bourrée au milieu de tous ces inconnus. La pièce était libre, vide, et ici, on pouvait s'entendre, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'on vienne lui parler.

Et en se retournant, elle ne s’était encore moins attendue à ce que ce soit lui en particulier qui lui ait posé cette question. « Pepper. » Répondit-elle, prise de court et les mains moites. Sa propre voix lui sembla plus aiguë et plus tremblante qu’à la normale. Elle se dit qu’elle devait paraître niaise à crever et se sentait partagée entre l'envie de continuer la conversation ou de s'en aller loin. Elle était nerveuse, mais elle ne savait même pas pourquoi.

Le garçon balbutie légèrement, et ça la rassure, lui aussi il perd ses mots, il doit être saoul.

     - Tu connais qui ici?

Ou pas totalement encore.

Elle se dandine d'un pied à l'autre et cherche une façon d'avouer que la seule personne qu'elle connait bien ici, c'est la meuf qui pionce sur le canapé la bouche ouverte. Finalement, elle n'a tout simplement pas envie de répondre à cette question, et il a dû s'en rendre compte, car aussitôt, il passe à autre chose. Un Beer Pong.

Bon sang.

Oh bon sang.

Dans sa tête, c'est bagdad. Elle connaît le Beer Pong, elle a déjà vu Jordan y jouer des centaines de fois, elle l'a aussi vu se faire zigouiller des centaines de fois. Elle a déjà essayé d’y jouer, mais c'est comme au basket, elle ne réussi que les tirs faciles, ceux qui doivent atterrir dans la première rangée et qui sont bien face d’elle. Elle mourrait d'envie d’y jouer, mais faire équipe avec Hector lui mettait la pression.

     - Heu... Ok... Mais je suis vraiment nulle, je n'y ai joué que deux fois.

En vrai, elle y avait déjà joué plus d’une dizaine de fois, mais elle a jugé préférable de ne pas l’avouer.

Elle va peut-être le regretter, elle le sait, mais l'occasion ne se présentera pas deux fois, et elle n'a pas envie de passer pour une rabat-joie, alors elle accepte, gentiment, et suit docilement Hector jusqu'à la table de ping pong où attendaient déjà deux garçons, les filles autour d’eux préférant regarder et commenter la partie. Des yeux, Pepper cherche la jolie blonde de tout à l'heure, mais celle-ci est dehors entrain de rendre son repas sur un parterre de tulipes. C'est Lorry qui va hurler demain matin.

Comme Pepper est nouvelle, on lui offre le premier tir. La balle dégueulasse colle à ses doigts, mais elle s'efforce de ne pas faire sa précieuse. La table lui semble plus longue et les verres plus étroits que dans son souvenir. Elle lève la tête vers Hector, s’apprête à lui parler, mais lorsque pose ses yeux croise les siens, elle déglutit difficilement et peine à soutenir le regard. Il dégage quelque chose qui la rend nerveuse, mais elle ne veut pas le montrer. « Tu ne m'en voudras pas si j'en rate quelques-unes ? » Si je les rate toutes s'était-elle retenue de dire.

Sur ce, elle lance la balle, et comme elle s'y attendait, celle-ci atterrit dans le verre le plus facile à atteindre. Les filles sifflent, mais Pepper ne se sent pas mieux pour autant, elle sait qu'au prochain tour, elle va lamentablement se rater. Elle regarde son adversaire se prendre le premier shot de la partie, et lorsque c'est à leur tour de jouer, Pepper eut beau prier de toutes ses forces n’importe quel Dieu pouvant l’écouter, la balle ne manque malheureusement pas sa cible.

Rien qu'en regardant le verre qui leur était destiné, la jeune fille en a déjà le tournis, elle non plus ne raffole pas de la bière. Alors avant qu'Hector ne puisse dire ou faire quoique ce soit, elle saisit le gobelet de ses deux mains et le tend au jeune homme, de son sourire le plus mignon et de ses yeux les plus doux, elle lui dit : « Tiens Hector, à toi l'honneur. » C’était malsain de lui refiler le verre à sa place, mais il avait l'air d'être un grand gaillard costaud, il supportera l'alcool, elle n'en faisait aucun doute.


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Hector Waltman
C A P T A I NAMERICA
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Hockey
Spécialité : Goaler (gardien de but)
Fonction : Universitaire
Avatar : Netherlands --- Hetalia
Messages : 46
Date d'inscription : 26/08/2015
C A P T A I N ✮ AMERICA


Tenir les cheveuxHector Waltman & Pepper Bell

Pepper! C’est çaaaa! Pepper comme dans Pepper Spray! Oui je m’en souviens puisque la journée où j’ai vu son nom dans une publication Facebook, un film de policier passait à la télévision et ils parlaient de poivre de Cayenne. C’est un détail complètement, mais complètement, inutile, je sais, mais la majorité du temps j’ai besoin d’un truc pour me souvenir du nom des gens. Les visages, je m’en souviens, mais je suis vraiment pourri avec les noms. Toutefois, son nom à elle, ça ne s’oublie pas. Un nom mignon pour une fille mignonne. Avec sa petite robe, ses cheveux bien coiffés et son look généralement décontracté, elle est tout à fait charmante. On dirait presque qu’elle sort d’un livre. Je continue de sourire, comme si j’étais incapable de faire autrement (ce qui est sûrement le cas) quand elle répond positivement à mon invitation. Après tout, Zoey est KO maintenant et je ne doute pas que dans vingt minutes à peine elle aille rejoindre le club des corps morts qui dorment sur le canapé dans le salon. D’ailleurs je la vois, du coin de l’œil, en train de se faire flatter le dos par l’une de ses amies. Elle devait encore avoir vidé ses tripes, classique. Elle ne supporte pas l’alcool, mais elle espère arriver à me suivre dans mes débauches, même si je lui ai répété des centaines de fois qu’elle n’en serait pas capable et qu’elle ferait mieux de s’en tenir aux cosmopolitan et aux conversations sur le sofa. Bornée cette fille.

Je m’approche de la table de Beer Pong avec la Pepper Spray juste derrière moi. Nos adversaires sont les mêmes que plus tôt. Un grand mec, tout maigre, avec une allure un peu maniaco-dépressif, et un petit, beaucoup trop musclé pour sa grandeur (et pour son bien), qui affiche un look indifférent même si l’on sait tous pertinemment que pour lui, perdre n’est pas une option. Il n’était pas chanceux de jouer contre moi alors, puisque moi non-plus je ne suis pas un grand fervent de la défaite. Pepper m’a dit qu’elle n’était pas douée et qu’elle n’y avait joué que quelques fois, mais je suis convaincu de notre talent. Une équipe de feu que l’on forme. La petite demoiselle, avec sa robe mauve, et le grand gaillard tatoué. Les filles qui se sont installées avec des chaises autour de la table ne sont là probablement que pour deux choses : me voir jouer ou la voir échouée. Je ne me préoccupe pas beaucoup de leur opinion, mais un commentaire mal placé et je ne resterais pas longtemps à les écouter piailler. Ce sont toutes des pétasses et, de toute manière, des filles faciles, c’est trop facile. J’aime quand il y a du défi. Le défi avec Zoey, c’est qu’elle attire les autres mecs. J’en ai rien à faire des petites pipis qui ne veulent que moi, y’a pas d’action. Ce pourquoi, tout au long qu’on joue, je garde un œil sur la blonde, pour m’assurer qu’elle ne fait pas aux autres ce qu’elle fait avec moi.

Toutefois, je sais que c’est irrationnel de le surveiller ainsi, alors je remets ma tête dans le jeu rapidement, baissant les yeux sur la Pepper. « Tu ne m'en voudras pas si j'en rate quelques-unes ? » dit-elle, les joues qui commencent à rougir. Je dois admettre qu’il fait chaud ici. Je rigole doucement et lui donne un petit coup d’épaule en répliquant « Je serais pour sauver la mise au pire! » Je sais très bien dans quelle genre de débauche ce type de pensée me pousse, mais ce soir, tout est permis. Elle lance la balle qui tombe malheureusement à quelques centimètres du bord de la table avant de rouler sur le sol. Les mecs courent vite après, se lançant presque sol pour la rattraper, et tire à leur tour. Bam, un verre de moins pour nous. Ok, c’est pas grave, c’est que le début de la partie, on a encore plein de temps devant nous. Les filles ricanent, me lançant des petits regards alors que Pepper me tend le verre rouge plein de bière. « Tiens Hector, à toi l'honneur. » Je souris en coin, haussant un sourcil. Oh, je vois, c’est comme ça qu’on joue uh? « Ok, mais le prochain est à toi » dis-je, avec un clin d’œil. Je prends la balle dedans le verre et je cale le contenu en une lapée. Je me positionne derrière Pepper, la tassant doucement en agrippant légèrement sa taille, puis tire par-dessus sa tête pour finalement voir la balle atterrir dans le verre du fond à gauche. « Yeah! » clamais-je en prenant les bras de Pepper pour les lever dans les airs en même temps que les miens. Ok, wo, je suis beaucoup trop heureux, ça doit être un effet secondaire de la forte quantité d’alcool que j’ai dans le sang en ce moment! Une fille assise près de nous se lève pour me faire un high five, auquel je réponds, bien naturellement, avant de la prendre par la tête et la lever au plafond pour ensuite la déposer au sol.

Les deux mecs de l’autre côté de la table ont l’air impatient. L’un deux avec les bras croisés et l’autre qui termine de boire son verre. Je leur souris à pleine dents avec un regard qui veut dire jealous? ils répliquent pas un haussement d’épaule qui signifie clairement que oui. Haha! « Du calmes Hector, c’est juste le premier verre, relax la » râlent-ils, avec orgueil. J’hausse également les épaules et réplique du tac au tac « On fait juste se réchauffer! ». Ils ne répliquent rien et lancent également la balle pour la voir atterrir sur la table et rebondir pour aller toucher le plancher. Je la ramasse, l’essuie rapidement sur mon chandail et la passe à Pepper. Je prends ses épaules et souffle « Ok, aller, concentres-toi! » avec un grand sourire. Les filles autour l’encouragent, et j’en profite pour jeter un coup d’œil sur Zoey. Elle est en train de discuter sur le canapé avec son amie, tout en me lançant des regards du coin de l’œil. Je lui fais un clin d’œil et reporte ensuite mon attention sur la partie. Il faut la gagner celle-là. Pas simplement parce que je suis mauvais perdant, mais également parce que ces mecs m’énervent et qu’ils ne méritent définitivement pas de gagner! La victoire est à nous!

© Lady

_________________









LOVE DOESN’T EXIST.


Voir le profil de l'utilisateur
Pepper Bell
❀ G pA kOmPri ❀
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : CAISSIERE MDRLOL
Spécialité : Danse
Fonction : Elève universitaire
Poste spécial : KIKOOLOL
Avatar : #RandomBonnasseSexyAuxCheveuxBruns
Messages : 492
Date d'inscription : 31/08/2014
❀ G pA kOmPri ❀




« Ok, mais le prochain est à toi. » Elle lui a refilé son verre, il lui refilera le sien, c'est loyal, elle n'a rien à dire, alors elle hoche la tête, avec un sourire crispé certes, mais elle hoche la tête quand même. Il se case ensuite dans son dos, et lorsqu'il effleure sa taille d'une main, ses cheveux en lançant la balle de l'autre, d'un coup, Pepper se sent mal. En plus de ressentir le regard pesant de toutes les nanas qui n'étaient certainement venues que pour voir Hector jouer, elle a l'impression de faire du tort à Jordan par distance. Elle ose un regard sur le côté et se rend compte à quel point Hector est incroyablement trop près de son visage, alors par réflexe, elle baisse la tête, et inconsciemment, ressert ses épaules. Même si Pepper est parfois un peu trop naïve, elle sait bien où finissent ce genre de flirt, et elle ne se sent pas du tout prête. Une vague de stress se déferle sur elle, et si Hector était entrain de penser à ça ? Et s'il avait prévu qu'une fois la partie achevée, ils monteraient à l'étage et-« Yeah! » Complètement perdue dans ses pensées, Pepper n'avait pas vu la balle atterrir dans le verre, et sans avoir eu le temps de réagir, sentit son bras se lever dans les airs. Une fille se lève de sa chaise, ils s'échangent un high five, il la soulève par la taille. Pep' les regarde et se détend. Quelle idiote, elle s'est fait flipper toute seule en s'imaginant pleins de trucs alors qu'Hector ne faisait que jouer au Beer Pong avec elle. C'est normal qu'il agisse comme il le fait, il est à l'aise avec tout le monde. Elle sourit enfin et se sent moins nerveuse.

Le grand maigrelet et le petit costaud finissent par se plaindre, la partie reprend, et après un échec lamentable de la partie adverse, Hector prend soin d'essuyer la balle avant de la passer à Pepper qui le remercie rapidement. « Ok, aller, concentres-toi! », elle hoche la tête, plus déterminée que jamais. Elle s'est déjà foirée une fois, mais pour celle-ci, elle se sent capable de réussir.

Elle se penche en avant, ferme un œil pour bien viser le verre, inspire doucement... Ça y est, cette fois c'est... « Attendez les gars ! Désolé, j'ai un appel et c'est... » Le grand maigrelet jette un œil sur le numéro qu'affiche l'écran de son téléphone et se recule de quelques pas. « 'Fin c'est super important, bougez pas. » et pendant qu'il s'éloigne, on peut entendre quelques bribes de sa conversation. « Mais non je te jure que je suis pas bourré ! Quoi ? Mais oui je rentre bientôt. »

Son pote, le petit costaud se met à râler, une des filles veut prendre la place mais se fait vite remballer par le petit gars qui lui dit qu'il veut terminer cette partie de la même façon qu'il l'a commencée. Pepper devine qu'il n'a juste pas envie d'avoir cette grande brune comme coéquipière. Au loin, le grand gringalet fait les cents pas, sa main libre s'agitant comme s'il était entrain de tenir une conversation houleuse. Ça ne dure pas plus de quelques secondes, le garçon raccroche d'un geste brutal et traverse la foule les lèvres retroussées sur ses gencives roses. Visiblement, cet appel ne lui a fait pas du bien. Le petit costaud jette un regard perdu à Pepper et Hector, puis à son pote, puis de nouveau à Pep et Hect. Après quelques hésitations il s'en va en trottinant rejoindre le grand maigrichon tout en lui lançant des « Mec ! Mec t'es sérieux vieux ?! »

Les filles spectatrices gloussent et certaines se lèvent pour aller danser pendant que les autres continuent de converser entre elles. Pepper se pince les lèvres et affiche un petit sourire gêné, les sourcils haussés.

      - Bon... Est-ce qu'on peut s'avouer vainqueur ou ce n'est que partie remise ?

Parce que visiblement, ils ne sont pas prêts de revenir avant un petit moment. Elle regarde les deux traîtres s'éloigner de la piste, non pas que leur débat l'intéresse, mais elle ne sait pas trop où poser ses yeux. En fait, elle ne sait pas quoi faire tout court maintenant qu'il n'y a plus personne et que la partie est en pause. « Ça te dit d'aller dehors ? » Finit-elle par dire en se penchant à l'oreille d'Hector pour passer par-dessus le volume de la musique.

Elle saisit un verre de bière au passage. Elle ne compte pas le boire, mais on ne sait jamais, et puis au moins elle aura quelque chose en mains pour jouer avec. Sans arrières pensées. Ce n'est pas dans son habitude de proposer des « Ça te dit d'aller dehors ? » à un garçon qu'elle vient à peine de rencontrer, mais il fait terriblement chaud ici et prendre l'air lui semblait être une bonne idée. Et puis de son côté, l'alcool a eu le temps de redescendre à présent et elle se sent d'attaque pour entreprendre une conversation censée.

Sur le chemin elle croise Britney, charmante jeune fille en peine d'amour depuis quelques jours, et qui lui fait une rapide accolade « Coucou Pepper, c'est drôle de te voir ici,ohlala tu peux me tenir ça s'il te plaît Zoey est complètement torchée je vais aller l'aider. » Tel un coup de vent, Britney disparaît déjà à l'autre bout de la salle, laissant une bouteille de Jack Daniels encore à moitié remplie entre les mains de Pepper Spray.

Un verre de bière dans une main, une bouteille de Jack dans l'autre, c'est pas ce qu'il y a de plus élégant pour une fille, m'enfin.

      - Heum... Et sinon... Engager la conversation, et vite, avant que le malaise ne s'installe. T'es dans quelle branche ?

Elle s'humecte les lèvres et réfléchit deux secondes, "quelle branche", ça se dit bien ça ? Va-t-il comprendre ? C'est pas un peu bateau comme sujet ?

      - Pour les études. Je veux dire...

Dans sa tête, elle s'est déjà suicidée de mille façons différentes. C'est tellement amer comme sensation qu'elle se décide finalement d'affonner sa bière d'une seule traite pour faire passer ça.  



HRP:
 

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Hector Waltman
C A P T A I NAMERICA
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Hockey
Spécialité : Goaler (gardien de but)
Fonction : Universitaire
Avatar : Netherlands --- Hetalia
Messages : 46
Date d'inscription : 26/08/2015
C A P T A I N ✮ AMERICA


Tenir les cheveuxHector Waltman & Pepper Bell

On avait l’avantage dès le départ et il a fallu que le téléphone de cet imbécile sonne avant même la fin de la partie. Vraiment tout pour qu’ils ne perdent pas. Je regardais les deux garçons presque en train de paniquer à la réception d’un appel téléphonique qui semble grandement les troubler. Ils se promènent de gauche à droite, l’air incertain. Je jette un regard sur la demoiselle qu’elle est, tout comme moi, confuse par la situation. « Bon... Est-ce qu'on peut s'avouer vainqueur ou ce n'est que partie remise ? » me demanda-t-elle. J’ignorais autant la réponse qu’elle, j’ai donc simplement haussé les épaules en guise d’incompréhension.

Je me prends un verre sur la table et le cale rapidement. Je sens mes jambes s’alourdir sous l’effet de l’alcool. Je ne sais pas pourquoi, ce soir, particulièrement, j’ai envie de me souler la gueule. Ce n’est pas nouveau, en fait je vis ce genre de moment à peu près une fois par mois. J’ai cette envie de m’éclater et de boire comme un trou. Je ne suis pas alcoolique, mais disons que dans des soirées comme celle-ci, je pourrais facilement passer pour un. « Ça te dit d'aller dehors ? » proposa-t-elle, souriant. J’acquiesce à son invitation et la suis vers l’extérieur, finissant une bière en chemin. Je souris comme un con et je dois avouer avoir besoin de l’aide des murs pour me tenir debout. Une fois rendu sur le perron, je m’assois sur la première marche de l’escalier alors que Pepper entre en contact avec une vieille connaissance à ce que je comprends. Elle ne doit pas sortir beaucoup, puisque ce n’est pas la première fois ce soir j’entends des gens être surpris de la voir. Mon attention est captée quelques petites secondes par la mention de Zoey. Bien évidemment qu’elle est complètement démolie pour le reste de la soirée. Elle allait sûrement dormir dans la prochaine heure, c’était presque garanti. Pepper se retrouva soudainement avec une bouteille à demi pleine dans une main et un verre de bière dans l’autre. Maintenant c’est elle qui avait l’air incertaine sur ses capacités à boire. Il était évident qu’elle n’allait pas boire la bouteille de son amie, mais moi je la regardais avec appétit. Oh, un peu de whiskey, ça ferait du bien, un peu de changement de la bière. Toujours assis sur le petit escalier, j’ai la tête qui tourne. C’est étourdissant et je ne vais pas mentir, encore quelques consommations et je suis complètement fini. Je fais arrêter quand je ne m’en croirais plus capable. Habituellement, j’ai un sixième sens pour savoir ce genre de chose…

La demoiselle me sort de mon étourdissement soudain avec une question quelque peu étrange pour une situation de fête. Dans quoi j’étudie? Vraiment? Ça l’intéresse? Err… j’ai tellement pas envie de parler d’école, je parler de la vie ou même de la famille, j’ai simplement envie de parler de banalités et trouver un intérêt certain à l’écouter me parler de tout et n’importe quoi. Après tout, dès qu’elle sourit, elle est tout à fait mignonne. Admirable même. Je ne peux m’empêcher de sourire en retour, à la dévorer des yeux sans nécessairement le vouloir volontairement. Je ricanais doucement, avant de répondre « Je joue au hockey ». Je me levais rapidement et me dirigeais vers les buissons au fond de la cours. « Faut j’aille pisser! » lançais-je, riant. J’arrive au buisson et commence à faire ma business, mais je regarde tout de même par-dessus mon épaule pour voir Pepper discuter avec Britney, une amie de Zoey, et Zoey elle-même. Je remonte ma braguette et me dirige vers eux, et comme j’arrive, Zoey me lance un regard de glace et retourne à l’intérieur, suivie de très près par son amie. J’hausse les sourcils et ne réplique rien, me contentant de m’asseoir sur l’escalier à nouveau, m’accrochant à la rampe pour éviter de me retrouver avec les dents plantées dans le bois du perron. Je soupire longuement, les jambes étendues devant moi, et je jette un regard à la demoiselle, lui souriant de toutes mes dents (peut-être trop même). Je lui prend la bouteille des mains et en prend une grand gorgée, mettant ensuite mon poing devant ma bouche pour réprimer un rot qui aurait été peu flatteur.

Je ne sais plus trop ce qui est arrivé ensuite. Je pense qu’on s’est mis à parler de tout et de rien, de banalités comme je les aime. J’ai appris qu’elle était en gymnastique et qu’elle avait 19 ans. Elle a appris que déménagé plusieurs fois, mais que le hockey a toujours resté ma passion. J’ai appris qu’elle avait des amies qui tenaient beaucoup à elle et qu’elle était nulle en dessin. Elle a appris que je suis un maniaque du café et que j’ai un chien. C’était simple de lui parler, facile même. Elle riait doucement, et chaque fois qu’elle riait, je ne pouvais m’empêcher de la fixer, les yeux rivés sur son petit nez qui se retrousse. Quand elle engageait la conversation, je prenais une gorgée, à chaque fois. Je lui en ai proposé plusieurs fois. Elle acceptait quelques fois, mais refusait généralement. Soudainement, la bouteille se faisait de plus en plus légère. Normale, puisque je ne cessais de boire comme un trou.

Quand les moustiques se sont mis à sortir et à nous bouffer comme des buffets, j’ai proposé qu’on entre à l’intérieur pour aller s’écraser sur le canapé. Je me levais pour me diriger vers la porte, mais je sentis soudainement mes jambes flancher. « Wo » soufflais-je, passant ma main sur ma nuque, qui était chaude et suante. Le paysage au complet tourne et je ne peux pas m’empêcher d’avoir une respiration saccadée. Je sens la chaleur montée dans mon chandail et mon estomac se gonfler. Ok, ouais, cette fois-ci je n’ai pas su m’arrêter à temps, pensais-je alors que je vidais carrément mes tripes sur le gazon. Oh wow, ça faisait tellement du bien par contre. Je repris mon souffle et cracha au sol, avant de me redresser et de sentir la petite main de la demoiselle me flatter le dos doucement. Ça ne devait pas être la première fois qu’elle voyait quelqu’un dégueuler ainsi. J’étais légèrement embarrassé, pour être honnête, mais je savais pertinemment que j’allais m’en remettre. Toutefois, je sortis quand même une gomme à mâcher de mes poches de jeans et la mâcha, question de me changer l’haleine un peu. « Désolé que t’ai à voir ça » dis-je, amusé, en me passant la main dans les cheveux. Je me dirigeais vers la cuisine, me servi un grand verre d’eau que je terminai d’une seule gorgée. Oh. Que. Oui.

Je me retournais vivement et vis, à ma grande surprise, que Pepper m’avait suivi. Je souris bêtement, sans la quitter des yeux et je m’approchais d’elle tranquillement, mon verre d’eau en main. Je la regardais tendrement et poussa une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Elle était minuscule. Je m’approche encore et je sens presque ses joues se rougirent à chacune de ses respirations. Alors que nos corps étaient très près, je posais ma tête sur la sienne et... commença à imiter un énorme ronflement presque clownesque! « Hahaha! » riais-je, la tête appuyée sur la sienne. « Oh, j’ai tellement mal au cœur, je veux m’étendre! » ajoutais-je, trop heureux. Je pris la main de la demoiselle et la traina jusqu’au canapé où je m’écrasais sans demander quoique ce soit à personne. La majorité des invités étaient déjà partie et la maison était très tranquille. Il n’y avait que le volume très bas d’une chanson qui jouait par le speaker couvert de verres vides. Je m’étends et ne dis rien, posant ma tête sur les cuisses de la demoiselle. Je ferme mes yeux, souriant en coin, profitant de ce moment tranquille. C’était toujours mon moment préféré dans les partys, le moment paisible de la fin, dans lequel il n’y a plus de bruit et tout est calme.

Je sens les doigts de Pepper passer dans mes cheveux, ce qui me donne des frissons dans le dos au complet. J’ouvre les yeux doucement. Son visage est éclairé par les rayons de la lune qui passent par la fenêtre. Elle est tellement… belle… délicate, mais douce et rayonnante. En fait, ça la rend unique d’avoir l’air aussi gentille… « Merci » soufflais-je tout simplement. Nos regards se fixèrent encore quelques instants, puis je me redressais, me tournais vers elle, passa ma main dans ses cheveux et sauta sur l’occasion. Mes lèvres se posèrent sur les siennes et je ne me retins pas à l’embrasser doucement. Ce baiser fut bref, interrompu par l’énorme soupire qui venait de nul autre que… Zoey. Je tournais rapidement les yeux vers elle, sentant ma colonne se raidir au complet. Combien de temps était-elle là? Je posais un regard sur Pepper, qui semblait aussi surprise que moi, et me levais, sans même plus penser à mon mal de tête, et partie tout de suite à la poursuite de Zoey, qui avait fui vers la cours arrière.

Je pousse la moustiquaire et je la rattrape sur le balcon. Sans même réfléchir, je l’agrippe par les hanches, la fait tourner pour la plaquer contre le mur et l’embrasse, serrant ses courbes dans mes mains. Elle tente de me repousse pour les premières secondes, mais elle finit par passer ses bras autour de mon cou et je descends mes mains vers ses fesses pour les serrer, sans arrêter de la plaquer contre le mur. Sa respiration est saccadée et pendant l’espace d’un instant j’ai eu l’impression qu’elle me repousserait, mais au contraire, elle agrippe mes cheveux et poursuis le baiser. Toutefois, à un moment, je me sépare d’elle, reprenant mon souffle que j’avais perdu avec l’émotion. Je pose mon front sur le sien et soupire « Je suis désolée, Zoey, faut que tu --- » « Pas ce soir » me coupa-t-elle. J’hoche la tête, lui laissant la place pour qu’elle s’éloigne. Elle me donne un bisou sur la joue, rajuste sa robe, et tourne les talons. Pas ce soir? Ça veut dire qu’elle va me pardonner demain? Ou jamais? Ça laisse place à l’imagination. Je mets mes mains dans mes poches alors que je la regarde quitter la cours pour rejoindre Britney devant le bungalow. Je m’adosse au mur, me sors une cigarette et commence à fumer. Cependant, je sens mes jambes fléchir et je me laisse glisser le long du mur jusqu’à ce que je sois assis sur le plancher. Je ne semble jamais faire les bons choix dans la vie. Zoey est là, elle est pour moi, et moi je fais quoi? Err, je me dégoûte moi-même.

© Lady

_________________









LOVE DOESN’T EXIST.


Voir le profil de l'utilisateur
Pepper Bell
❀ G pA kOmPri ❀
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : CAISSIERE MDRLOL
Spécialité : Danse
Fonction : Elève universitaire
Poste spécial : KIKOOLOL
Avatar : #RandomBonnasseSexyAuxCheveuxBruns
Messages : 492
Date d'inscription : 31/08/2014
❀ G pA kOmPri ❀



Zoey est si belle, et si gentille. Pepper comprenait pourquoi Hector avait dû en pincer pour elle, mais lorsqu'il revint vers les filles, et qu'elle surprit le regard glacial que Zoey échangea avec Hector, Pepper se mit à penser que ce qu'elle faisait était peut-être impoli. En se mettant à la place de Zoey une seconde, elle se dit que ça ne lui aurait vraiment pas plu de voir Jordan traîner avec une connaissance, tout seuls tous les deux. Pourtant, pour rien au monde elle aurait voulu de échanger de place, là, maintenant tout de suite. Elle a beau se sentir un peu peste de faire comme si de rien n'était, mais Hector était vraiment cool, et parler avec lui était si chouette. Non, vraiment, pour rien au monde elle aurait souhaité être ailleurs en ce moment-même. Alors elle fit semblant de ne pas remarquer le regard froid de Zoey, et s'arrangea pour vite l'oublier.

La vie d'Hector était passionnante, vraiment, ou peut-être était-ce l'alcool qui le rendait passionnant, quoiqu'il en soit, Pepper buvait chacune de ses paroles avec admiration tout en buvant quelques gorgées, juste de quoi se maintenir dans cet état « joyeux », la tête qui tourne, les complexes qui disparaissent, mais toujours consciente de ce qu'elle entend et de ce qu'elle raconte.

Et même lorsqu'Hector rend son repas du matin sur le gazon, Pepper le trouve classe.

Non c'est une blague, mais elle est suffisamment alcoolisée que pour ne pas avoir été dégoûtée, ou du moins, elle s'est efforcée de se dire que ce genre d'accident arrive même aux meilleurs, et qu'elle aussi est déjà passée par là, mais pas ce soir, oh que non pas ce soir.

Pepper profita qu'il aille vers les cuisines pour y déposer la bouteille vide dans un coin de la pièce et vider son fond de verre dans l'évier avant de l'empiler sur un autre gobelet vide. Elle se tourna ensuite vers lui après avoir entendu l'eau du robinet se couper et s'apprêtait à lui demander s'il se sentait mieux lorsqu'elle réalisa que la distance ne tenait plus qu'à deux doigts entre eux. Dès l'instant où il leva la main, son cœur battit à en rompre ses os, elle savait ce qu'il allait faire, elle savait qu'il ne lui restait que quelques secondes pour tout arrêter, elle savait que « Hahaha! » Wait what ?

« Oh, j’ai tellement mal au cœur, je veux m’étendre! » Pepper resta figée un instant, trop choquée par ce qui s'était, ou plutôt ce qui ne s'était pas passé. Elle expira une bouffée d'air, à moitié soulagée que rien ne ce soit produit et suivit Hector sans broncher jusqu'au canapé. Son cœur battait toujours, moins fort, mais quand même, ses mains tremblaient, ses jambes tremblaient, dans sa tête, la scène repassait en boucle, encore et encore, et Pepper se rendit à contre-cœur à l'évidence. Elle était déçue.

Son amour pour Jordan était fou, sans limite, elle pourrait donner sa vie pour lui s'il la lui demandait, mais, là, Jordan n'était pas, Pepper était légèrement saoule et Hector se trouvait sur ses cuisses. Elle avait beau aimer Jordan de toutes ses forces, elle se sentait bien, là tout de suite, et elle savourait ce moment.

Ce moment où enfin Hector lui portait l'intérêt qu'elle recherchait.

Hector, ce garçon qui a pourtant toutes les filles à ses pieds, tous les mecs pour le suivre, tous les profs pour le remarquer et tout Volfoni pour parler de lui, et pourtant, c'est Pepper qu'il est en train de regarder maintenant. Doucement, elle passe sa main sur ses cheveux, effleure son front, il a la peau douce et plutôt brûlante. « Merci » souffle-t-il. « De rien... » Répond-elle sans être sûre de savoir pourquoi. Et c'est cet instant qu'il choisit pour se redresser, et d'un seul geste, l'embrasser.

Une demi-fraction avait suffit pour que ses intestins prennent feu. Elle ne sent plus ses mains, ni ses jambes, et dans sa tête, c'est le bordel. Un mélange de « Oui ! » et de « Oh Merde. », mais elle n'a ni le temps de regretter, ni d'apprécier, Zoey vient d'arriver, et Hector et elle disparurent la seconde qui suivit. Pepper se retrouva seule au milieu d'une banquette deux fois trop grande pour son petit corps, et elle qui se sentait si bien une minute plus tôt avait à présent l'impression d'être la pire des merdes. Complètement paumée, elle regarde l'heure sur son téléphone, il est bientôt deux heures du matin.

Sans réfléchir elle se lève, attrape sa pochette, y jette son téléphone et fait claquer la fermeture d'un mouvement si brusque que celle-ci explose et le joint doré s'éjecte au sol avant de rouler sous le canapé. Comment la situation a-t-elle pu virer au cauchemar en si peu de temps ? Sur le point de craquer, elle file à la salle de bain se passer un grand coup d'eau, retirer tout ce blush et ce fard à paupière dont elle s'était farcie le visage, et regarder son propre reflet qui lui sembla d'un coup abominable. Ses cernes avaient tourné violet, pas seulement à cause de la fatigue, mais de son maquillage qui gouttait le long de ses cils. Bien sûr qu'Hector ne se serait pas intéressée à elle plus longtemps, c'est à peine si on lui donnait 16 ans avec sa petite taille et son nez en trompette. Elle repense à tout ce qu'il vient de se passer, maintenant que l'alcool est redescendu et que son esprit s'est éclairci, elle se sent vraiment naze d'avoir pensé qu'elle aurait pu faire partie du monde d'Hector, il est beaucoup trop différent, sa vie est beaucoup trop différente, et elle, c'est encore une gamine qui a tout à apprendre.

Elle s'éclabousse le visage une dernière fois avant de fermer le robinet et de se sécher le visage avec le premier essuie de bain qui lui passe sous la main. Son maquillage y laisse des tâches colorées, elle retourne à l'évier et tente de le rattraper, en vain, mais elle continue de frotter, machinalement, agressivement, ses yeux brûlent, sa vision est de plus en plus floue et commence même à se dédoubler. Du revers de la main elle s'essuie les larmes qui n'ont pas encore eu le temps de couler.

Quelle idiote, mais quelle idiote. Elle espère seulement que Jordan lui pardonnera. Elle en a la nausée rien que d'y penser. Quelle idiote.

A cet instant la porte s'ouvre, et à son plus grand étonnement, c'est la tignasse blonde d'Hector qui apparait, suivie de son pote, un des camarades qui était assis près d'eux tantôt.  Il le traîne jusqu'à la cuvette, un bras autour de ses épaules pour l'aider à marcher, et ses pieds manquent de justesse de se prendre dans le revers de la carpette. Une fois au bord du WC, il tente tant bien que mal de lâcher le grand blond en douceur avant de le pencher au-dessus de la lunette. Il est vraiment dans un sale état le pauvre.

Son pote sait tenir debout, mais il ne semble pas en meilleur état non plus. Il s'efforce de rester à son chevet, mais ne tient pas plus de deux minutes qu'il repart déjà, tenté par l'appel de ses autres camarades qui l'invitent à un dernier affont.

A présent, ils n'étaient plus que tous les deux. Pepper pose ses yeux sur Hector sans trop oser faire quoique ce soit en premier lieu, il ne semble pas l'avoir remarquée. Et plus elle le  regarde, plus elle a l'impression qu'ils sont retournés au point 0, comme s'ils ne se connaissaient plus vraiment et que tout ce qu'il s'était passé n'était plus qu'un vieux souvenir. Elle hésite à le laisser là un instant mais se ravise lorsqu'elle le voit frissonner. Finalement, elle fait deux pas vers lui, puis se décide à s'accroupir à côté de lui. Au point où il en est de toute façon, il ne se rendra sûrement même pas compte que quelqu'un s'occupe de lui. Elle pose d'abord une main sur son dos légèrement tremblant, comme elle avait l'habitude de le faire avec Anneth, son amie. Elle lui disait qu'elle avait l'impression de recevoir un massage alors que Pepper ne faisait que lui caresser les épaules, peut-être qu'Hector ressentira la même chose, peut-être pas.

Le voir la tête par-dessus les chiottes lui faisait bizarre. Ça le rendait tellement vulnérable et il paraissait si différent. Elle l'observa longuement, toujours en passant une main sur son dos, une autre sur ses épaules.

Sans trop savoir quoi faire d'autre, elle fit un rapide aller-retour à la cuisine pour attraper un gobelet vide, le remplir d'eau, et chopper un morceau de pain piqué dans le panier en osier qui n'était pas censé servir pour la soirée.

    - Hector... ? Lui murmura-t-elle d'une voix presque inaudible. Je t'ai ramené de l'...

Elle s'interrompt, Hector a l'air endormi, ou peut-être juste dans le vaps, mais elle n'est pas sûre qu'il l'entende, alors elle se contente de déposer le verre à côté de lui et le pain en équilibre dessus pour ne pas qu'il se dégueulasse sur le sol collant. Elle ne sait pas trop quoi faire, elle ne sait même pas si elle devrait faire ce qu'elle est entrain de faire, peut-être qu'Hector a l'habitude, peut-être qu'il sait se débrouiller tout seul, et peut-être même qu'il préfère se débrouiller tout seul... Tant pis, après tout, qu'est-ce qu'il peut arriver de pire.

Le comas ? Oh God. Pepper se redresse, si son père l'interdisait de boire, c'était bien parce qu'il voyait tous les jours des complètement inconscients et à peine vivants débarquer dans son hôpital par dizaine. Qu'est-ce qu'il avait pu la bassiner avec ses premiers secours, mais n'empêche... Dans le tas elle a quand même réussi à retenir deux-trois trucs à vérifier, les lèvres bleues, le pouls rapide et les mains froides. Pepper prend alors les mains d'Hector dans les siennes, mais ses propres mains sont si chaudes qu'elle a l'impression que celles du garçon sont glacées. Elle laisse glisser ses doigts le long de son poignet pour prendre son pouls, mais elle ne sent rien, même en arrêtant de respirer. Prise de panique, elle écarte un peu Hector de la cuvette et pause son oreille sur son torse.

Son cœur bat toujours. Et correctement.

Elle soupire, soulagée, Hector ne risque rien, mais au cas où, elle préfère rester tout de même rester près de lui.


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Hector Waltman
C A P T A I NAMERICA
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Hockey
Spécialité : Goaler (gardien de but)
Fonction : Universitaire
Avatar : Netherlands --- Hetalia
Messages : 46
Date d'inscription : 26/08/2015
C A P T A I N ✮ AMERICA


Tenir les cheveuxHector Waltman & Pepper Bell

... Quoi? Qu'est-ce qui vient de se passer? Je suis où déjà? Uh? Mon premier réflexe est de taper mes poches de jeans pour m'assurer que j'ai encore mon porte-feuille et mon cellulaire. Cependant, ce faisant, je déplace une personne couchée sur mon torse. Je baisse les yeux, toujours un peu ébranler, et je remarque la petite Pepper Spray qui se réveille doucement, se frottant les yeux. On est tous les deux assis, comme des cons, sur le sol de la salle de bain, et on ne dit pas un mot. Bon, on pourra toujours dire qu'on a déjà dormi ensemble apparement. Je sens un mal de dos puissant qui vient me poignarder. Je passe ma main sur ma nuque et tente de m'étirer sans vraiment la déplacer, mais elle finit par reprendre conscience. Je me demande d'ailleurs quand, moi, j'ai perdu conscience. Ce n'était pas un phénomène nouveau ni un truc qui méritait un évènement Facebook, mais je savais que je devais avoir l'air du dernier des imbéciles. Ma soirée était tellement... flou, dans ma tête. Je ne me souviens pas comment je me suis rendu ici et je ne sais définitivement pas du tout ce que Pepper fait là.

Elle ne m'incomode par, non, mais disons simplement que le choc prend un temps à se dissiper de mon esprit. Il faut simplement que je remette les choses en perspectives. J'étais au party, qui est désormais complètement mort, et j'ai vraiment beaucoup bu. Pourquoi exactement? Je n'en ai aucune idée, puisqu'il n'y avait pas d'évènement à fêter, c'était une soirée bien ordinaire. J'ignore pourquoi il a fallu que je bourre la gueule, encore, pour rien. Bref, ça c'est réglé. Maintenant, c'est de savoir ce qui s'est passé après ma enième bière. Est-ce que j'ai fais des conneries? Sûrement. Wow, total Black Out, c'est pas normal... Je deviens faible! Oh non, c'est la fin de moi! J'ouvre grand les yeux et réalise que mon téléphone vibre à cause de notifications. Je le sors de mes poches, un peu forcé de pousser la demoiselle de sur moi en même temps, et je regarde l'écran. 7h30 du matin, 12% de batterie, 28 notifications. 2 appels, 4 messages facebook et le reste ce sont des messages textes divers, dont 5 de Zoey. Shit.

Je les lis tranquillement, alors que la demoiselle se met au même exercises d'étirement que moi. On est assez cloitrer ici, et j'ai vite envie de me lever. Je le fais, malhabile, et je tombe sur mon reflet dans le miroir. Oh wow, j'ai l'air mort. Les cernes, les yeux ternes, les cheveux dégueux, vraiment pas beau à voir. La face du type qui a trop but et qui regrette tout. Les messages de Zoey me font clairement part de mon aventure d'hier, et à quel point je suis un "enfoiré de merde qui ne sait pas être avec une seule fille" et un "con qui a pas de respect" ainsi qu'un "mec célibataire à partir de maintenant. Ciao bye". J'ignorais que j'étais en couple. Je me frotte les temples, les yeux fermement clos. Ow, lendemain de veille qui claque. Je pose mes yeux sur Pepper, qui est désormais levée de sol aussi, et j'échange un regard... confus avec elle. Elle sait ce qui s'est passé, mais j'ignore si j'ai envie de demander. Je sais que Zoey vient de me plaquer, j'ignore pourquoi, mais je sais que ça devait être assez grave pour qu'elle doive m'insulter à ce point en rajoutant un beau "tu me dégoute". Je secoue la tête, ce que je réalise être une très mauvaise idée par la suite, et je soupire longuement avant de dire, simplement « Quelle soirée uh? ». Je pince les lèvres et j'hésite à ajouter quoique ce soit en voyant son air déconfi. Elle semble démolie. Je lui prend les épaules et je dis, doucement « Ça va? T'as pas l'air bien ». Err, je dois avoir une haleine de merde. Fort heureusement, je n'ai pas le temps de la faire souffrir avec mon souffle répugnant qu'un de mes pote pousse la porte et s'excuse, car il pensait qu'il n'y avait personne. J'hoche la tête et sors de la salle de bain, accompagné de Pepper qui ne cesse de fixer tout ce qui se trouve sur son chemin, excepté moi.

Je me dirige à la cuisine, où deux filles discutent à la table à manger, et je me cale un énorme verre d'eau. Oh. Que. Oui. Pour un instant, j'étais la personne la plus deshydratée sur Terre. Je soupire, la tête penchée vers l'arrière, appuyé au comptoir. Pour faire partir la gueule de bois imminente, je fixe le luminaire, et j'entend Pepper ramasser son sac au sol. Je baisse les yeux et hausse un sourcils. Elle va marcher? Je m'approche d'elle et je propose de la reconduire. Je suis à pieds, certes, mais quand même, au moins jusqu'à l'entrée de l'école. « Aller, ça va pas te tuer, un peu de compagnie » dis-je. Je parle pour elle, mais en fait, il s'agit de moi. J'ai besoin de quelqu'un avec moi, avant qu'on en me retrouve mort dans le fossé en chemin vers chez moi. Je prend son sac, maintenant elle a pas de choix. « Je t'attend dehors » lançais-je. Je ramasse également mon sac et je me précipite vers la porte d'entrée de la maison, puis sors sur le perron, question de prendre l'air. Ça a l'air de rien, mais une salle de bain sans fenêtres, ça tue. J'inspire longuement et, pour gâcher la mise, je me sors une cigarette. Il fait frisquet, alors je met ma veste et fume tranquillement ma cigarette en relisant mes textos de la soirée d'hier. Franchement rien de bien intéressant, sauf pour ceux de Zoey. Zoey qui était d'ailleurs introuvable. Son auto n'était plus dans le stationnement, elle devait donc être partie tôt ce matin ou son amie avait conduit. Qu'importe en fait, je vais la recroiser à l'école de toute manière. Qui sait ce que je vais raconter comme excuse, mais je sais cependant très bien la réponse que j'aurais. Une belle gifle ou un doigt d'honneur. Dans tous les scénarios, c'est fini elle et moi, alors à quoi bon m'acharner. Je vais m'excuser à c'est tout. The end.

J'attend Pepper, fumant toujours, le regard fixée sur la rue, où tout est calme. Putain de soirée, eh bin. J'espère au moins que la petit brunette a eu du plaisir, ne serait-ce qu'un tout petit peu.

© Lady


_________________









LOVE DOESN’T EXIST.


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
Laisse-moi te tenir les cheveux si tu vomis [ Hector ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» Cheveux doux et brillants
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc central :: Internat :: Chambres :: Chambres filles-
Sauter vers: