we barely spoke to each other before, but look at us now || jay

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Finalement troquer le rendez-vous contre une sieste plus que méritée, ça n'avait pas été une mauvaise idée.

Un soupire empreint d'un sommeil qui ne semblait pas encore tout à fait décidé à la quitter, alors qu'elle se retournait sur le dos, paupières toujours closes. Ça n'était définitivement pas son lit, et le bras que rencontra sa main lorsqu'elle se tourna confirma cette hypothèse. De là, le pourquoi du comment lui revint rapidement en mémoire, entrainant avec lui un léger sourire. Quand l'idée était venue sur le tapis, la blonde n'avait pas vraiment été déçue à vrai dire, plutôt soulagée même ; fallait dire que lui comme elle ressemblaient plus à des zombies que des humains fonctionnels et éveillés, et autant elle avait plus que hâte de passer du temps avec lui, autant elle doutait pouvoir profiter de quoi que ce soit dans cet état-là.

Autant le dire tout de suite, Jolene ignorait combien de temps ils avaient pu dormir, et surement pas quelle heure il pouvait bien être. Ce qu'elle savait par contre (certaine même!) c'était qu'elle avait bien dormi. Et ne daignant toujours pas rouvrir les yeux la voilà qui vint se blottir un peu plus contre le dos de son compagnon de sieste, comme si c'était la chose la plus naturelle qui soit. Mais ça n'était pas sa faute, c'était confortable, elle était encore à demi assoupie, et la chaleur étouffante qui les avait empêché de dormir la nuit passée n'avait pas semblé vouloir totalement jeter son dévolu sur cette fin de journée - ne pas en profiter aurait été criminel. Définitivement.

« — Hey. Tu dors encore? »

Ca avait été soufflé à mi-voix, son bras glissé contre son flanc et sa main reposant sur son torse, sans plus bouger. Peut-être qu'autant de proximité et d'affection le dérangerait, quelque chose que l'esprit de la blonde ne semblait pas avoir encore envisagé, à vrai dire. Non, au lieu de cela, la voilà qui ne trouva rien de mieux que de nicher son visage contre sa nuque, un soupire la quittant.

« — J'ai pas envie de bouger. »

C'était bien trop confortable pour ça.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
- Oui, je dors.

Jay sourit de sa connerie, trop endormi pour comprendre que ce n'était drôle que pour lui, et sa main alla cueillir les mèches de cheveux qui lui chatouillaient le menton. D'une délicatesse à faire pâlir les abeilles couvertes de pollen. Ça faisait du bien, de l'avoir contre lui. Il ne s'en rendait pas vraiment compte, mais sa présence lui était précieuse. Il aimait à dormir avec ses copines dans cette position, même s'il finissait toujours par les écraser en bougeant. Et il tenait à ne pas écraser Jolene, étrangement. Pas avant qu'ils soient mariés depuis dix ans, qu'elle l'ait vu avec la plus grosse crève du monde, qu'ils se soient perdus en cherchant le Ikea le plus proche et qu'ils se soient engueulés à propos du repas du soir. Il y tenait.
Il avait gardé ses chaussettes et se grattait le dessus du pied de la pointe de l'autre comme il pouvait. Il aurait aimé pouvoir se gratter les côtes aussi, mais il était allongé dessus et il y avait comme qui dirait un obstacle en travers de sa route. Un adorable obstacle mais voilà. Jay se consola en la prenant un peu plus dans ses bras et en remuant un peu le torse histoire que le drap serve de truc à gratter les côtes, sans grand succès, pour son plus grand malheur. Ça valait le coup. Il tourna la tête pour bailler et se lova à nouveau contre elle.

- Alors ne bouge pas et sers-moi de coussin.

Patriarcaaaaaaaat.
Il fronça les sourcils et la serra un peu plus contre lui.

- ... Attends j'déconne hein, reste là.

Encore un ordre. Décidément.

- Enfin voilà quoi.

Si avec ça elle ne se levait pas, c'était qu'elle devait vraiment avoir la flemme de bouger.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Elle eut un sourire endormi, et même un semblant de rire en l'entendant. Fallait croire que son propre cerveau ensommeillé trouvait ça suffisamment drôle pour l'exprimer, quoi que ce façon un peu pâteuse et bancale. Franchement, y'avait aucune raison valable pour se lever en cet instant ; elle était bien trop confortablement installée, agrippée au torse du blond, son visage niché contre sa nuque. Que demander de plus?

La suggestion lui tira un haussement de sourcil mais pas la moindre répondre ne franchit la barrière de ses lèvres. Au lieu de cela, elle le laissa plutôt s'empêtrer dans ses propres mots, bien contente de le sentir se blottir contre elle de la sorte. Cela dit, c'était peut-être cruel de ne rien dire, alors après quelques instants, la blondinette redressa doucement la tête, un sourire au bord des lèvres et ses prunelles ambrées  posées sur lui.

« — Y'a pire comme sort que terminer en coussin. J'veux bien me sacrifier pour toi. »

Encore un léger rire, alors qu'elle se redressait un peu plus en prenant appui sur une main, l'autre glissant sur son épaule pour le laisser rouler sur le dos. Il ne lui en fallut pas plus pour que ses prunelles s'égarent sur les traits de son visage, le sourire, lui, ne devant plus qu'une esquisse vite effacée. Au lieu de cela, la voilà qui se prit à mordiller sa lèvre, le bout de ses doigts glissant sur sa joue avec une tendresse certaine ; ce ne fut qu'après quelques instants qu'elle réalisa son geste pour promptement retirer sa main. Et fuir sa propre gêne en se tournant, semblant chercher quelque chose abandonné sur le sol.

« — Attends. »

Un soupire et une petite Jolene qui se pencha au bord du lit, tentant de ne pas perdre l'équilibre tout en fouillant dans son sac laissé là plus tôt. Avant de finalement se redresser, bouteille d'eau encore vaguement fraîche en main. Quelques gorgées avalées (et ne faisant nullement disparaitre la rougeur de ses joues) avant d'enfin reporter son attention sur lui.

« — T'as soif? »

A la question elle ajouta un haussement de sourcils interrogatif et ladite bouteille tendue vers lui. Avec celle chaleur, fallait rester hydratés. Puis c'était toujours mieux pour s'embrasser, de pas avoir la bouche sèche.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
- J'dis pas non.

Son sourire ressemblait à celui de ses potes devant une fille qui portait un short, mais il s'en rendit compte trop tard et ferma les yeux en buvant, les lèvres frôlant à peine le goulot pour faire plus « mec ». C'était absurde, lui-même le savait, mais peut-être qu'un type stylé aurait l'air moins stylé s'il roulait un patin à une bouteille pour éviter de s'en foutre partout. C'était comme décapsuler une bière au briquet ou rouler le bras accoudé à la fenêtre ouverte et la paire de lunettes de soleil sur le nez, ça faisait stylé, et Jay voulait être stylé.
Surtout face à ses potes. Surtout à Volfoni. Surtout face à Jolene.
Il n'avait toujours pas la moindre idée de comment une fille comme elle avait pu le trouver séduisant, ne serait-ce qu'une pauvre seconde, alors qu'elle était dans ses bras, consentante, et qu'elle lui filait son eau à boire. Il manqua de s'étouffer avec, sentit la goutte merdique faire sa vie sous son maillot trop grand - la même goutte merdique qui s'amusait à glacer les poils de torse pendant le brossage de dent - et lui rendit la bouteille en la regardant dans les yeux. Pas un sourire, Jolene avait gardé le bouchon pour elle. Elle n'avait qu'à la ranger toute seule.

- T'es... Vraiment mignonne, tu sais.

Et parfaitement à mon goût, se retiendrait-il presque d'ajouter. Il n'en pensait pas moins, surtout après avoir lorgné sur ses cuisses nues, la jupe qu'elle portait ayant depuis longtemps désertée ce territoire-là. Étrangement il eut une pensée pour Jiang Li et les robes qu'il avait porté pendant des années, essaya de les imaginer sur lui et pas sur un asiatique androgyne pédé, et son sourire se crispa. Jay voulut laisser glisser sa main contre sa hanche, la laissa paisiblement contre son matelas, hésita à la reprendre. Ca faisait indécis de ne pas aller plus loin.

- Puis t'es adorable quand tu rougis, haha.

La gêne. Autant pour elle que pour lui sans doute. Il opta pour un doigt contre la joue, très vite remplacé par la main. Les lèvres contre ses lèvres un instant.

- Ce serait dommage de se contenter de te transformer en coussin franchement.

Il ne se trouvait même pas drôle. Juste lourd et gauche.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Ce fut avec un sourire qu'elle lui laissa donc récupérer la bouteille, et ce fut avec le même qu'elle la récupéra quelques instant plus tard, rapidement bouchonnée et abandonnée sur la table de chevet. Il n'y avait plus que ses doigts encore légèrement froids posés contre ses propres cuisses pour la faire vaguement frissonner, et ses mots pour lui tirer de nouveaux rougissements. Eh, fallait bien admettre que ça flattait son égo de l'entendre dire, et puis c'était rassurant venant de la part de celui dont on était amoureuse, hein. Non pas qu'elle allait le lui admettre, pas comme ça et pas de but en blanc, pas après tout juste une journée ensemble, et encore. Et elle aurait voulu trouver quelque chose à répondre, faire autre chose que sourire bêtement et maltraiter sa pauvre lèvre inférieure n'ayant absolument rien demandé - en bref cesser d'avoir l'air de l'idiote coincée qu'elle était vraiment.

Autant dire alors que sa seconde remarque n'arrangea pas ledit rougissement, lui tirant au passage un léger rire et quelques mots qui ne prirent jamais forme, étouffée par ses lèvres contre les siennes. Alors elle rit légèrement, le bout de ses doigts venant se poser contre son autre main, un geste teinté d'une tendresse qu'elle n'était pas sûre de pouvoir exprimer, pas déjà. Et le geste fut suspendu en l'entendant, un haussement de sourcil traduisant aisément la question que ses mots ne tardèrent pas à former.

« — Et qu'est-ce que tu proposes, hm? »

Il y avait toujours un peu de maladresse et d'incertitude dans sa façon de se comporter, et malgré l'énième sourire (ou n'avait-elle tout simplement pas cessé de sourire depuis qu'ils étaient éveillés?) qu'elle lui offrit, la bulgare savait très bien qu'au fond, le peu d'assurance qu'elle tentait de rassembler était bien maigre. Un fait si évident qu'elle était se retrouvait persuadée qu'il devait déjà l'avoir remarqué, et si ses compliments la réconfortaient quelque peu, l'idée était toujours là, nichée au creux de son esprit et se rappelant à elle incessamment - infatigable.

Là, c'était peut-être le moment de faire quelque chose, n'importe quoi. Mais pas n'importe quoi justement, de quoi montrer qu'elle n'était pas juste une ingénue attendant son prince charmant, bien que ne leurrons personne, elle collait plutôt bien au titre. Pourtant, ses doigts ayant précédemment effleuré sa main remontèrent doucement, imitant son geste d'un peu plus tôt en se posant sur sa joue, son index finissant alors par suivre la courbe de sa mâchoire.

« — Eh, je m'étais jamais imaginée me retrouver aussi proche de toi, eh. T'es définitivement encore plus cute de proche. »

Réalisant que c'était affreusement cheesy comme remarque, cent fois répété et parfaitement en accord avec l'impression niaise qu'elle devait donner, la petite blonde roula des yeux et laissa échapper un rire pour masquer son propre embarras, avant de prendre l'initiative de l'embrasser, elle aussi. Et pas juste un petit bisou de rien du tout, ses lèvres pressées contre les siennes avec bien peu de chasteté sans toutefois aller trop loin non plus, pas culottée à ce point-là. Mais au moins suffisamment pour qu'elle finisse par reculer et détourner le regard, replaçant une mèche fuyarde derrière son oreille tout en souriant bêtement, ses dents mordillant ses lèvres pour tenter de le dissimuler avec bien peu d'efficacité.

« — Plus sérieusement, qu'est-ce qu'on fait? »

Le changement de sujet était maladroit quoi que saluable, mais à la façon dont elle se rallongea, un bras replié au-dessus de la tête avec nonchalance montrait bien qu'elle n'avait justement pas envie de faire grand-chose mis à part rester là. Et il y avait pire comme premier rendez-vous, surtout quand le leur avait fini par être rien d'autre qu'une sieste bien méritée. Agréable sieste s'il en était.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Pas de quoi s'affoler, hein.
Pas de quoi, c'était juste un baiser. Son coeur s'emballa et il pria pour qu'elle n'en sente rien. Contre toute attente, qu'elle ne s'en aperçoive pas, se contente de l'imaginer impassible et fort, ce qu'il était face à ses copines et face à sa mère, la même force qui lui manquait face à son père, à ses profs et à Jolene. Il ne ferma pas les yeux, pas une seconde, dévorait ses grains de beauté comme elle dévorait ses lèvres, tenta par bien des moyens de la reléguer au rang de petite copine, de petite chose dans sa vie, elle qu'il pouvait déjà comparer à son daron. Elle qui prenait de la place, immanquablement. Son coeur s'emballait et il rata des battements lorsqu'elle se déroba à ses piercings. Il se dépêcha de fermer les yeux pour les rouvrir juste après. Faire genre elle était captivante et on ne pouvait que s'abandonner dans ses affections, le genre de conneries qu'il avait lu dans un magasine quelconque. Dans sa poche, une feuille s'était froissée.

Elle avait toutes les nuances de l'automne sur la peau, les frémissements des larves d'insectes qu'on enterre au creux des reins, là où il avait posé l'une de ses mains, et Jay se dit qu'il y avait mieux à penser qu'aux larves d'insectes - qu'il y avait plus jolie formulation pour parler de la vie, des picotements qu'on ressent au bout des doigts quand l'air se fait plus vif et que la rosée devient gel. Il y avait meilleure façon de parler d'amour que le comparer à la saison où tout se meurt.
Même avec dix sens de plus, Jolene n'aurait pu sentir Jay fondre sur elle comme il le fit. L'arrête de son nez baisant ses clavicules, la pointe de sa langue forçant peut-être trop le passage de ses lèvres, ses cheveux pris dans ses deux grandes mains froissés comme les derniers pétales secs de l'été. Lui sur elle, encombrant spécimen au sourire bancal. Il avait renoncé à paraître autre chose que « cute » à ses yeux. Il n'y pouvait rien.
Ce n'était pas du rap qu'il entendait lorsque ses ongles courts griffaient sa carotide palpitante. Ca ressemblait à de l'electro mais ce n'était pas fait pour danser.
Il la lâcha en sentant le piercing de sa lèvre cogner contre ses dents.
Reprit son souffle.

- J'sais pas.

Ce qu'on peut faire. Je suis nul en rencard.
L'impression de ne pas avoir le droit de la toucher. Il était à quatre pattes au-dessus d'elle et il ne savait plus comment bouger.

- T'as... T'as cours à un moment donné ? J'sais pas trop là.

Je sais jamais rien.

- Sinon on peut rester là et discuter. C'est ce qui s'approche le plus du coussin.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Derrière la nonchalance qu'elle se forçait d'afficher, feignant un naturel qui n'était pas le sien, Jolene s'en voulait. Parce que c'était foutrement égoïste que de compter sur lui à chaque fois qu'elle se sentait trop niaise, c'était pathétique d'espérer que lui aurait les réponses qu'elle n'avait pas. Et ça, elle le savait très bien en croisant son regard mais préférait fermer les yeux, se disant que ça passerait et ne voulant pas admettre que ça compliquait les choses plus que les simplifiait. Et peut-être aussi que ça n'était pas vraiment un manque d'imagination, ce qui serait ironique quand on savait à quel point la sienne était fourmillante ; mais Jay n'avait rien à voir avec les personnages factices qu'elle couchait sur papier, bel et bien réel de la chaleur de sa peau sous sa paume au contact de ses lèvres contre les siennes.

Et c'est à cause de ces dernières que cette réflexion-là eut vite fait de se dissoudre dans la surprise,  son souffle suspendu contre ces lèvres auxquelles elle ne pouvait rien refuser, surtout pas un autre baiser - et bien plus passionné que les précédents. Ses doigts sans trop attendre retrouvèrent sa nuque, effleurant quelques mèches blondes alors qu'elle se savait définitivement à sa merci, et pas vraiment désireuse que cela chance. Ca cognait fort dans sa poitrine, et ses joues devaient être plus rouges que jamais, mais qu'importe dans l'instant, elle avait mieux à faire qu'y penser. Et penser tout court d'ailleurs.

Ce fut alors un soupir presque déçu qui quitta ses lèvres, suivit une petite moue traduisant ce même sentiment.  Et si son souffle court indiquait le contraire, la petite blonde aurait bien voulu que ça dure encore.

Si lui ne savait pas quoi faire, elle au contraire semblait avoir trouvé la réponse qu'elle cherchait - il ne lui restait plus qu'à trouver le courage de la formuler. Ce qui n'était pas si simple en ayant au-dessus d'elle le garçon qui la rendait tout chose, lui volant son souffle sans le lui rendre ensuite, la laissant alors essoufflée et confuse.

« — Pas à cette heure-ci. »

Discuter c'était bien aussi, pour sûr, mais pas vraiment ce qu'elle avait en tête dans l'instant. Pourtant, croiser son regard la fit hésiter un instant, et pas même à cause de la gêne.

« — Qu'est-ce qui te tracasse? »

Elle fermait les yeux sur beaucoup de choses, surtout ses propres torts, mais à force fallait finir par admettre que quelque chose avait l'air de ne pas aller.

« — Si quelque chose va pas, tu peux me le dire hein. »

Et histoire de remplir son rôle de coussin, sa main précédemment glissés sur sa joue trouva son épaule, l'invitant à s'allonger d'un mouvement de tête, avant qu'elle ne puisse l'enlacer, le bout de ses doigts effleurant quelques mèches blondes. Eh, c'était sa copine non, fallait bien qu'elle remplisse son rôle.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Quelque chose ne va pas.
Il n'aurait pas dit ça comme cela. Pas grave.
Ca revenait au même.
Ca revenait à dire que sa trique était déconvenue, presque autant que les obscénités qui venaient à lui traverser le crâne quand il était question de ses lèvres roses ou de ses jolis seins tout ronds. Il le savait, ça se devinait, il avait vu son haut s'aplatir et les enrober et depuis il n'avait pu les oublier. Pas mécontent de porter un baggy, les siennes de lèvres se tordaient dans ce qu'il aurait aimé pouvoir appeler un sourire. Ca ressemblait plus aux contractions post mortem d'un ver de terre qu'à un sourire alors il repensa à ses seins et ça ne le fit pas sourire non plus. Au contraire.
Un lourd orage assombrit son visage d'un coup. Pour un peu, il se serait mit à pleuvoir.

Il sombra dans des draps inconnus. Jolene n'avait pas que son cou en sa possession. Doucement noyé dans la terre humide et les fleurs fraîches de son parfum. Il ferma les yeux et l'écouta s'inquiéter sans avoir pitié d'elle. Elle ne chercha pas à se mettre sur lui et il en remercia tous les saints.
Il l'imaginait sur lui, autour de lui, sa tendre lingerie écartée, et Jay cacha ses yeux du revers de la main. Il devait avoir l'air gay et s'en foutait éperdument.
Quelque chose ne va pas, elle tombait bien juste, c'en était terrifiant. Il n'y avait plus qu'à lui faire entendre cette jolie voix qu'il réprimait sans cesse, ces quelques rimes griffonnées à la va-vite, le genre à parler de ses joues roses de gêne et de ses fucking cuisses quand sa jupe se soulève - le genre de trucs qui plait aux copains et qui le dégoûte, le même papier qu'il avait brûlé parce que Jolene n'était pas ce genre de fille.
Il était perdu. Juste perdu.

- Est-ce que t'es vierge ?

C'était sorti tout seul. Tout son corps se glaça.

- J'veux dire

Explique-toi.

- Tu es, genre, la fille la plus mignonne que je connaisse, dans tous les sens du terme. T'es adorable, jolie, intelligente, t'es sexy mais des fois j'ai l'impression que t'es mineure ou que si j'te touche y'a ton daron qui va venir me casser la gueule, comme si t'allais te casser si je te touchais et je sais pas quoi faire en fait.

Ca lui brûlait les lèvres et il pensait à ce joli ampallang* qu'il s'était fait faire il y a un an, bien cicatrisé, pas même infecté, et il se disait que ça aurait été poli de le présenter à Jolene avant de lui faire du rentre-dedans.

- T'étais avec Angel Reeves avant, c'est ça ? Vous avez... ?

On prend son pied entre filles ? Même quand y'a pas de dildos ?

- Genre c'est- Le prends pas mal mais j'sais pas, j'te cache pas que je t'aime beaucoup et- Putain j'sais pas j'veux pas te faire de mal.

Ben voilà.
Ca devrait aller mieux maintenant.

*pour les curieux, il s'agit d'un piercing au gland, alors évitez de googler ça devant vos parents.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

« — Hein? »

Jamais un mot n'avait aussi bien traduit sa pensée que celui-ci. C'était probablement là la dernière question qu'elle aurait pensé qu'il ose lui poser, ou du moins, pas si vite. Et pourquoi? La petite blonde n'en avait pas la moindre idée, mais il était clair qu'elle n'était pas sure d'apprécier, sans pour autant réellement le manifester. Juste ses prunelles rivées sur lui et les lèvres pincées, ses traits exprimant à la fois confusion et gêne, ses joues ayant d'ailleurs facilement pris deux teintes de rouge en plus - au minimum.

Et tout à coup, à mesure qu'elle entendait les mots filer d'entre ses lèvres, elle pouvait sentir sa gorge se serrer, toujours un peu plus. Pas de surprise, oh non, c'était même terriblement prévisible, sans rendre le tout moins désagréable. Désagréable parce qu'elle avait tout à coup l'impression de l'entendre décrire ce qu'elle pensait d'elle-même, bien basse opinion qui plus est. La fille naïve et coincée, en aucun cas du girlfriend material, quoi qu'il en dise. Au-delà de ça cependant, restait la gêne vis-à-vis de sa première question, et une sale impression qui ne voulait plus quitter son esprit. Tous ces petits doutes que jusque-là elle s'était efforcée de mettre sur le côté, faire la sourde oreille en disant que tout allait bien, qu'elle se faisait des idées, tout bonnement. Mais là, avec juste quelques mots, il les avait poussés sur l'avant de la scène, et le malaise se faisait grandissant.

« — Oui? Enfin, non. J'veux dire- »

La voilà qui s'empêtrait dans ses propres mots, son minois rougi niché derrière ses paumes. Ah là, son calme avait volé en éclat, et le peu de sang-froid que la Bulgare avait à grand peine rassemblé s'était envolé, la laissant balbutiante et affreusement mal à l'aise.

« — Mon père risque surement de te menacer de tes casser les genoux avec son balai mais il est inoffensif, en vrai. »

Ca n'était probablement pas la réponse qu'il attendait, mais c'était la preuve parfaite qu'il allait peut-être un peu trop vite en besogne pour elle. Ou en tout cas, l'avait prise en traitre, sans lui laisser le temps de se faire à l'idée de quoi que ce soit, ou ne serait-ce qu'accepter l'idée qu'elle pouvait lui plaire à ce point-là.

Une inspiration alors, tandis qu'elle restait toujours sur le dos, immobile, peut-être dans l'attente d'une réponse qui ne venait visiblement pas. Et le problème ne venait pas de lui répondre ou non - ça n'était pas ce qui la gênait dans cette histoire - le problème c'était elle et ses propres insécurités, peut-être aussi un petit côté vieillot, et définitivement coincé, quoi qu'il arrive. On ne changeait pas une équipe qui gagne, non?

« — Je le suis plus depuis longtemps. Enfin, bien avant Angel en tout cas. »

Mordant ses lèvres, elle avait retiré ses mains pour parler, se redressant légèrement par la même occasion. Et assise à présent, c'était la vue de son dos qu'elle lui offrait, fixant ses propres genoux. C'était à elle d'avoir des questions maintenant, sans cependant laisser trop apparentes toutes les fissures lézardant son assurance feinte.

« — C'est important? »

Sa voix s'était faite petite, trop petite à son goût, et le pitoyable regard qu'elle lui jeta par-dessus son épaule n'arrangea rien. Tout juste un soupir de plus, avant de se rallonger, plus agitée qu'elle ne le voudrait, un souci de plus à ajouter à la liste. Et, les doutes étaient de retour.

« — Et… C'est vrai? Ce que t'as dit sur le fait que je te plais vraiment beaucoup, tout ça? »

Pouvait-il sentir à quel point elle-même n'y croyait pas, le ton incertain ainsi que son regard, le manque de confiance en soi qui se glissait entre chaque syllabes, mais malgré tout un petit espoir que ce soit vrai? Parce qu'au fond, elle voulait le croire, oh oui.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Sa stupidité aussi lourde à porter que ses deux paumes sur le visage. Jamais il ne s'en déferait, comme jamais il ne pourrait totalement oublier l'intonation que prenait la voix de Jolene en lui demandant des explications. Comme il ne pourrait faire fi de sa gêne, désormais.
Il n'y avait pas grand-chose à dire. Du moins, c'était ce que laissait supposer l'absence de mots pour répondre à ses questions sensées, elles, et Jay se flagella mentalement de manquer déjà de tact à ce point. S'il avait eu sa mère à côté de lui, elle aurait claqué son front puis son fils et serait retourné bouffer ses chips sur le canapé en regardant la scène. Cela aurait eu le mérite d'avoir un quelconque comique, dans le pire des cas ça aurait fait avancer l'action. Il n'y avait pas grand-chose à dire et pas grand-chose à faire non plus, alors Jay ne fit rien du tout pendant de longues secondes. Il oublia de respirer. Une éternité.

Il sentit l'anneau autour de son annulaire droit contre ses lèvres et le mordilla machinalement. Il n'avait que trop tiré sur ses labrets et menaçait de s'attaquer les lèvres à défaut de pouvoir bouffer le métal. Une brutale envie de piercing lui traversa l'esprit car tout était mieux que la confrontation. Que voir le visage défait de Jolene, son incompréhension gravée le long des veines qui striaient sa nuque pâle. Tout valait mieux que la regarder à cet instant précis. Il s'en convainquit et retint un profond soupir juste avant qu'il n'ait franchi le seuil de ses lèvres.

- Non. Non, ça l'est pas.

Important.
Ca comptait beaucoup pour lui.
Pas vraiment de raison logique ou rationnelle. Ca lui semblait être un détail important, peut-être même une base à la longue, et s'il aurait pu penser que la virginité était quelque chose de pur, le depuis longtemps ne l'effraya pas plus que le regard qu'il devinait posé sur lui, méfiant et déçu. C'était Jolene, et il ne retenait que cela. Rien n'était sale chez Jolene. Tout était doux.
Un haut-le-coeur comme s'il allait rendre tous les boulets qu'il avait avalé depuis son départ de Chine.

- Puis bien sûr que c'est vrai c'que j'dis, pourquoi j'mentirais ? J'm'en fous que tu sois vierge ou pas, c'est juste- il se redressa à son tour, son visage toujours encadré de deux mains fébriles. C'est juste que j'ai pas l'habitude d'être entouré de gens aussi gentils que toi, c'tout, et d'aussi mignons aussi. Je sais pas, y'a pas de raison à cette question, j'suis juste inquiet et j'veux pas te faire de mal et je sais que j'suis un con et que j'ai aucune gêne ou j'sais pas mais ouais, ouais tu me plais et non j'ai pas envie de te blesser en disant de la merde. Excuse-moi.

Il avait pensé s'arracher la gorge plus que ça.

- Tu le dis si tu veux plus me voir pour le moment, hein. C'pas grave. Sérieux, j'suis pas en train de te faire un coup de pute.

Sait-on jamais.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Si ça n'était pas important pourquoi l'avait-il demandé? Et à cet instant Jolene s'en voulu d'ainsi questionner ses intentions et de douter de lui, elle s'en voulut de ne pas réussir à le croire sur parole. Mais la désagréable surprise était toujours présente et peut-être qu'il ne fallait pas la blâmer si elle en venait à s'interroger de la sorte.

Pourquoi lui mentirait-il? Elle-même n'en savait rien à vrai dire, peut-être pour la même raison qu'il lui avait posé cette question ou le fait qu'il affirmait que ce n'était pas important par la suite. Ça ne faisait pas le moindre sens, pas plus que le malaise qui lui serait encore la gorge. Parce qu'elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle l'avait mal pris ou lui en voulait, ça n'était pas le cas et surement pas la question ; certes, la surprise n'avait pas été très bien accueillie, et la blonde ignorait encore le pourquoi du comment, mais lui en vouloir? Ça ne lui ressemblait pas.

Et elle l'écouta à nouveau sans laisser filer un mot, tentant de se concentrer sur son propre souffle dans l'espoir de retrouver un semblant de calme - sans succès. Non, elle s'en voulu un peu plus d'avoir douté de lui, tentant de s'accrocher à chacun de ses mots et d'y croire pour de bon cette fois. C'était stupide d'ailleurs, évidemment qu'il lui plaisait, sinon pourquoi serait-il là avec elle, pourquoi l'aurait-il supporté toutes ces semaines avant de finalement l'inviter? Alors oui, la voilà qui se sentait tout à coup profondément bête d'avoir réagi de la sorte, surement aurait-elle du cacher sa surprise, dire autre chose? La bulgare n'en savait rien, pas douée avec les relations, éternellement maladroite - un peu comme lui, en y repensant.

« — Hey. »

Là c'était peut-être à elle de rattraper sa propre maladresse, humectant ses lèvres comme si ça pouvait la rendre plus éloquente - ça n'était pas le cas.

« — Pourquoi est-ce que je voudrais plus te voir, hein? »

Un soupir, ses doigts venant lentement chercher le bord de sa mâchoire et volant la place des siens, une fois redressée à nouveau. Oh, elle aimait beaucoup l'avoir si proche, sentir sa peau sous ses doigts et son souffle la chatouiller. Y penser lui tira un léger sourire qu'elle tenta alors de garder, plus convainquant que la moue de biche égarée.

« — C'est juste que je m'attendais pas vraiment à c'que tu me poses cette question aussi vite. Bon d'accord sur le coup ça m'a stressée un peu, mais t'as rien fait de mal. »

Oh non, au bout du compte il était bien plus honnête que d'autres avant lui, et définitivement plus attentionné. Ses rouges n'étaient plus rougies par la gêne mais par bien autre chose, douce chaleur qui emplissait le creux de sa poitrine tandis qu'elle l'observait sans un mot, maltraitant sa lèvre inférieure. Franchement, aurait-elle essayé de nier être totalement en train de craquer pour lui que personne ne l'aurait crue, surtout pas elle-même.

« — C'est plutôt à moi de m'excuser, j'aurais pas dû réagir comme ça. Et t'es absolument pas con, mais définitivement parfait. »

Ca avait été soufflé contre ses lèvres avant qu'elle ne vienne l'embrasser, se surprenant elle-même d'être ainsi culottée, ou tout bonnement plus à l'aise avec l'idée d'agir de la sorte - avec lui, évidemment. Et peut-être que ses mots étaient issus de l'euphorie d'être amoureuse à nouveau, son petit cœur battant la chamade et son souffle mourant contre sa bouche sans qu'elle ne puisse le retrouver.

Et avec tout ça, ils n'avaient toujours pas trouvé quoi faire. Quoi que.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Définitivement.
Il avait du sang de poète dans ses veines, et goûter du bout des lèvres la valeur d'un mot aussi puissant l'effraya un instant, peut-être deux. Encadrer la taille de l'aimée de paumes fébriles, c'était facile. Comme répondre à la passion qui battait dans sa lèvre inférieure encore humide, des gestes tendres et oubliables, des éléments dont la portée n'avait rien d'exceptionnel. Il était définitivement dans son coeur et Jay se sentit investi du même devoir de protection que celui qui le liait à sa mère, en plus vibrant. C'était bizarre. Il ne s'estimait pas prêt à ça. Son étreinte se resserra autour d'elle et ses bras devinrent boucliers.

Il y en avait eu, des occasions de mentir. De celles qui assurent un couple que tout présente vain, de celles du coup d'un soir vite oublié par le second parti, et Jay n'était pas fier de cela maintenant que ses doigts dénouaient la peau frissonnante sur laquelle ils glissaient. Elle était belle, penchée sur lui, le souffle court. Il rapprocha sa tête d'une main ferme, cogna leurs nez un peu violemment, s'excusa par un rire confus et s'écarta lentement.

- Pas parfait, franchement, commenta-il sans volonté, j'ai peur de te faire mal à chaque fois que je te touche Jolene. C'est pas très assuré comme façon de faire.

Un baiser sur sa joue, son front.

- Parfaite, peut-être. Sans doute. On peut pas te reprocher grand-chose.

Un rire confus, encore.

- Et me fais pas trop de compliments, tu vas me faire rougir.

Ses joues étaient déjà cramoisies.
Sentit sa chaleur mal placée et elles s'enflammèrent plus encore.

- Est-ce que je suis un boulet si je t'avoue que mon pantalon est pas tranquille, là tout de suite ? Il trouvait ça rigolo. À voir s'il n'avait pas un humour de merde. C'est p't'être précipité, quand même. Désolé.

Pas de quoi, c'est bien normal.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Malgré la soudaine douleur -vite oubliée cependant- qui pinça son nez, elle ne put s'empêcher de sourire tout en resserrant légèrement son étreinte elle aussi. Elle aurait voulu lui dire de se taire, Jolene, lui dire qu'il pensait trop et qu'il ferait mieux d'accepter ses compliments, qu'elle essayait très fort de lui faire comprendre tout ce qu'elle pouvait ressentir sans paraître trop insistante ou déjà trop attachée. Mais la vérité, c'était que cette façon qu'elle avait de se tenir proche de lui la trahissait déjà, et son regard posé sur lui ne mentait pas.

« — Tu devrais arrêter de t'en faire autant. » Malgré les sourcils froncés elle capitula très vite sous ses baisers. « Raconte pas n'importe quoi. »

Elle eut un léger rire tout en le repoussant légèrement, sa main ne quittant jamais son épaule cependant, pas plus que son regard le sien. Lui faire du mal? Avait-elle donc l'air fragile à ce point pour qu'il vienne à le penser? Ah, c'était tout de même un peu vexant bien qu'elle ait parfaitement conscience de l'impression qu'elle laissait aux autres, en général.

« — Ah non, si tu l'es pas je le suis pas non plus. »

Peut-être qu'avoir utilisé ce mot en premier lieu avait été une erreur, du genre qu'on mettait sur le compte de l'emportement du moment, un trop plein d'émotions qui poussait toujours à enjoliver ses paroles.

« — T'en mérites pourtant. »

Ça avait été soufflé à mi-voix, une réponse à la fois pour lui mais surtout pour elle. Son regard toujours rivé sur lui, elle frissonnait à chaque fois que ses doigts effleuraient son épiderme, son sourire ne semblant vouloir s'effacer. Quoi qu'il trouva les mots pour le faire s'évanouir, laissant à la place une expression vaguement confuse sur le minois de la blondinette. Une confusion à vrai dire plus gênée qu'autre chose, et qu'elle tenta de dissimuler derrière un léger rire qui secoua ses épaules alors qu'elle détournait le regard.

« — Ah non, arrête de t'excuser pour rien. T'as le mérite d'être honnête, et c'est pas comme si je pouvais t'en vouloir de toute façon. »

Et elle se décolla légèrement de lui, soufflant légèrement pour tenter d'oublier la chaleur montée d'un cran un peu partout, la bulgare tenta très fort de garder son regard vers son visage et nulle part ailleurs. Le fait est qu'elle n'était pas non plus profondément gênée par tout ça, juste peut-être un peu surprise qu'il le mentionne d'un coup, comme ça. Ça n'était pas non plus la première fois que ça lui arrivait, et en toute confidence, à force d'être collée à lui elle s'en était légèrement rendue compte.

« — Je suppose que je peux prendre ça comme… un compliment? »

Un autre rire alors qu'elle lui jetait un regard, le sourire un peu bancal mais pas moins sincère. Ah oui, le rire était fort pratique pour faire mieux passer les choses, et feindre une contenance qu'elle ne possédait pas réellement, du moins pas suffisamment à son goût. Mais un peu de sérieux ne ferait pas de mal non plus.

« — Est-ce que tu veux que je me décolle de toi, ou- euh je sais pas? Faire quelque chose pour que ça passe? »

Et elle baissa le regard avant de le remonter, se raclant légèrement en réalisant la portée de ses mots. Adieu le sérieux et bonjour le retour des rougissements stupides, accompagnés d'une lèvre inférieure mordue et d'un regard fuyant - mais aussi un léger sourire en coin.

« — Pardon, tu vas t'imaginer des trucs maintenant. » Ses doigts tirèrent légèrement sur l'une de ses mèches blondes, remontant ses prunelles vers son visage. « J'dis pas que je veux pas te toi hein, mais euh- hm- »

Il avait parlé d'être un peu précipité, et là c'était totalement déplacée ; le pire c'était qu'elle n'avait pensé à rien pas sur le coup, ayant juste suggéré de la laisser respirer et rien d'autre. Sauf que là, elle avait l'air plus que coupable et roula des yeux, un lourd soupir secouant sa poitrine et sa main pour dissimuler la gêne (la vraie cette fois!) peinte sur son visage.

« — Quand je te disais que j'étais loin d'être parfaite. J'crois qu'on se vaut bien, niveau raconter n'importe quoi. »  Et pas assumer ensuite.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Assumer, hein ?
Il faudrait bien trouver un moyen de briser la glace, de toutes façons, et il n'avait que cela en tête pour le moment. Jolene s'écarta légèrement, et il en profita pour plier ses jambes sur le lit et poser ses bras sur ses genoux le temps d'un grattage de tête et de se demander une dernière fois s'il osait vraiment. Bah, assumer pour assumer, autant commencer par là directement.
Ses sourcils se froncèrent exagérément, et il fit mine de regarder son entrejambe avec l'air d'un parent qui sermonne son gosse.

- Tu as entendu, Junior ? déclara-il d'une voix ferme et très sérieusement. Jolene elle te considère comme un compliment, alors on se tient bien et on fait honneur à ce qu'elle pense, okay ?

Son visage se détendit d'un coup lorsqu'il retrouva le visage de la jeune fille à côté de lui. Pour la peine, elle avait même droit à un beau sourire.

- Il est d'accord pour être gentil, j'crois. Puis t'en fais pas hein, ça va passer. J'vais juste éviter de trop me coller à toi pendant cinq ou six minutes, ça devrait s'calmer tout seul. T'as entendu, toi ? conclut-il en matant à nouveau Junior du coin de l’œil, hochant la tête de satisfaction. Il a entendu.

Il lui sourit encore, toujours, se demandait seulement s'il pouvait se décrocher en la regardant, se gratta la nuque, contourna ses piercings, joua un instant avec celui de sa langue et retourna voir Jolene. Elle lui manquait déjà.

- T'as pas de quoi être gênée, d'accord ? 'Fin, ok, on est des boulets, et tant qu'on se fait pas de mal ça va aller j'pense, il suffit de se le dire quand ça arrive. Puis euh, t'inquiète. On dirait pas mais j'sais tenir Junior quand il se sent plus et... et c'est pas pressé, ok ? C'est quand tu veux aussi.

Surtout quand tu veux.

- En attendant on peut faire une partie de Cluedo. J'suis intestable au Cluedo.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

L'espace d'un instant, elle se contenta de le dévisager sans un mot et sans l'ombre de la moindre expression. Et dire que certains avaient dit qu'elle était étrange à donner des voix à ses animaux de compagnie. Ça c'était carrément un niveau au-dessus et l'espace de quelques instants la voilà qui se demanda si c'était courant de parler à son entrejambe, chassant très vite l'idée d'un claque mentale.

Pourtant, ça avait eu l'effet de détendre l'atmosphère, un rire finissant par filer entre ses lèvres tandis qu'elle s'asseyait correctement sur le lit, secouant doucement la tête. Franchement, que demander de plus? Il la faisait rire et la rendait tout chose dès qu'il la regardait, et c'était là tout ce qu'elle demandait. Non franchement, elle n'avait finalement pas exagéré quand elle lui avait dit qu'elle le trouvait parfait - parfait pour elle ça c'était clair et net. Et ce sourire! Ah, elle avait envie d'immortaliser ce genre d'instant, et à défaut de pouvoir le faire réellement, ce serait un souvenir qu'elle garderait avec affection, tout en espérant le voir sourire ainsi plus souvent.

« — Wow, quand tu souris comme ça t'es encore plus- wow quoi. »

Petit rire idiot et sa lèvre encore maltraitée par ses dents, son regard une fois de plus accroché à lui. C'était foutrement clichée d'être ainsi envoutée, ou en tout cas franchement nunuche. Non pas qu'elle en avait quelque chose à faire, ou en était simplement conscience. C'était juste bien trop plaisant comme situation, si on mettait de côtés l'embarras omniprésent mais doucement effacé.

« — Ca me semble être un bon compromis. »

Ca avait été soufflé avec sobriété, sa joue venant reposer contre son épaule et ses mains vinrent chercher une des siennes, le bout de ses doigts suivant inconsciemment les lignes de sa paume.

« — T'en fais, je te fais confiance pour ça. Enfin, j'te fais confiance tout court en fait. »

Un petit rire pour cacher l'ombre d'un doute qui s'était réveillé ; le problème venait surtout d'elle et de sa crainte stupide d'être moins bien à ses yeux si elle acceptait là, de suite. Parce que la vérité, c'était que ça lui donnait bien envie, sans qu'elle ose l'admettre. La faute à ses stupides principes qu'on fourrait dans la tête des jeunes filles : ne rien faire le premier soir, ne surtout pas devenir une fille facile et toutes les conneries dans cette veine. Mais ça, elle le garderait pour elle, y repenserait encore dix fois avant ce soir et ne dormirait surement pas une fois de plus.

« — Et je suis affreusement nulle à ce jeu. »

Jolene, bluffer? La bonne blague et ça devait se voir sur son visage, ce regard de chiot abandonné et le rire qui suivit.

« — Franchement je serais pas contre juste rester là dans tes bras et rien faire. » Un léger sourire, et la petite bulgare qui s'étire avant de soupirer. « Quoi que ça risque de réveiller- enfin voilà quoi. »

Là, ce fut encore le ricanement un peu gêné mais pas trop coincé, l'observant finalement sans un mot de plus après s'être redressée. Juste son souffle pour troubler le silence impromptu, et une hésitation au bord des lèvres - lèvres qu'elle mordit finalement, secouant la tête.

« — T'es trop loin, hm. »

Et pourtant vraiment très proche vu la modeste largeur du lit. C'était comme avouer ce qu'elle voulait sans le faire vraiment, non?
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Il lui souriait. Le constat lui en parut bien étrange et ses dents disparurent petit à petit sous ses hésitations. Il n'était pas certain de ce qu'il devait penser de ce qu'il voyait comme une faiblesse écrasante. Avouer qu'elle ne faisait pas que lui plaire lui aurait fait mal, pas tant par honte que par précipitation ; ça ne collait toujours pas. Ca n'allait pas avec l'image qu'il donnait de lui, de son comportement, d'officialiser aussi vite. Ca n'attirerait rien de bon à Jolene de se mettre avec lui s'il continuait à traîner avec sa bande de beaufs, s'il ne prenait pas lui-même du plomb dans la cervelle. Il avait beau dire, il trouvait cela toujours aussi improbable que Jolene puisse passer d'Angel à lui, surtout après avoir couché avec elle. Parce qu'il avait bien compris du coup. Y'avait plus de doute là-dessus.

Et pourtant il lui souriait. Improbable, soutiendrait-il jusqu'à ce qu'il soit rassuré. Et ce n'était pas pour tout de suite.
Elle lui faisait confiance et il sentit comme une énorme responsabilité lui tomber sur les épaules lourdement. Elle ne le fit pas flancher et son côté superstitieux lui ordonna de prendre cela comme un signe de bonne fortune.
Il caressa sa joue tant qu'elle était posée sur son épaule, déposa un baiser du bout des lèvres sur son front. Lui aussi serait bien resté des heures durant à la serrer dans ses bras, cela dit, et il allait répondre à sa proposition par la positive avant qu'elle ne se redresse une seconde, qu'il se mette à nouveau à douter. Il savait où elle pouvait regarder et, peu fier de devoir s'en excuser à ce stade là de la relation - trop tôt, bien trop tôt, il soupira un instant.

- Au pire ça se réveillera et j'm'en occuperai après va. Même si j'sais bien qu'il y a plus attrayant qu'un Junior au taqué.
« — T'es trop loin, hm. »

Il ne répondit pas et se demanda un instant s'il n'avait pas imaginé le sous-texte latent de ce genre de remarque. Il la regarda fixement, sans aucun a priori, avant de battre des cils pendant une bonne seconde et laisser son regard tomber sur les draps du lit. Il serra sa main tendrement.

- Et si t'en as envie on peut le faire aussi. On peut y aller doucement. Mais j'peux pas deviner Jolene, j'suis désolé.

Il retrouva ses yeux et fondit sur elle comme un aigle sur une proie pour la prendre dans ses bras et ne plus la lâcher. Sa voix était un peu trop éraillée pour qu'il ose la regarder en face tout de suite.

- Mais je peux faire ce que tu veux, d'accord ? T'es ma princesse.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Son sourire, elle craignait de finalement le voir disparaitre, à force d'être coincée et indécise, à force de maladresse et d'insécurités accumulées et qu'il finirait surement par remarquer. C'était probablement stupide, mas là voilà qui se retrouvait à chérir ce sourire-là, et à craindre le pire. Définitivement pas l'état d'esprit le plus agréable qui soit, pas alors qu'on tentait de tout laisser derrière pour apprécier l'instant. Ça avait même quelque chose de terriblement frustrant et décourageant à la fois, de réaliser qu'à peine tout ça avait commencé qu'elle craignait une fin possible - à croire qu'elle ne leur donnait aucune chance, ce qui était définitivement faux.

Pour sûr, on trouvait toujours plus attrayant qu'une érection arrivant au mauvais moment, c'était définitivement quelque chose que Jolene n'allait pas nier ; pourtant, pas l'ombre d'un reproche à ce sujet, et c'était surement dut à son honnêteté concernant tout ça. De quoi la mettre un peu plus à l'aise, juste un peu, et la conforter dans l'idée qu'il ne fallait définitivement pas se fier à son extérieur peut-être un peu trop intimidant - il avait au final bien plus l'air d'un ours (panda?) adorable que d'une brute.

Sans un mot elle lui rendit son regard, le soutenant avec une timidité presque touchante, si seulement ses prunelles ne s'emplissaient pas de doute à chaque seconde qui filait. Avait-elle dit quelque chose de mal pour qu'il la fixe de la sorte sans rien dire, semblant ne pas savoir comment réagir? Avait-elle était trop loin? Allons, ça n'avait été qu'une remarque somme toute innocente (bien que cachant un désir qu'elle n'osait exprimer) et il n'y avait pas de raisons qu'il le prenne mal. Si? Ce furent alors ses mots qui tranchèrent la question, à croire qu'il avait sur deviner, à moins de partager le même genre d'idées, ce qui était plutôt recommandé dans ce genre de situations.

Elle aurait voulu réagir en premier, lui dire qu'il devait arrêter de s'excuser pour des choses qui étaient loin d'être de sa faute, mais plutôt la sienne - après tout c'était elle qui ne savait pas être suffisamment honnête sur ses propres sentiments et émotions. Mais il fut plus rapide et le résultat loin d'être désagréable ; une Jolene blottie contre lui et nichant son visage contre son cou, histoire de cacher ses joues rougies et tout l'embarras que faisaient naître ces quelques mots.

« — Sois pas désolé, ok? »

Quelques mots soufflés contre sa peau, avant de relever la tête, ses deux mains venant se glisser contre ses joues pour rapprocher son visage du sien, lui volant au passage un baiser ayant abandonné le désir d'être innocent - la façon dont son corps cherchait l'intime proximité du sien le prouvait plus encore.

« — Ce que je veux, hm? » Un taquin et un sourire assortit. « Ca c'est déjà pas mal mais pourquoi pas un peu… plus?  »

Sa propre inhabilité à clairement s'exprimer avait quelque chose de décourageant et de franchement ridicule, ne lui laissant d'autre choix que de l'embrasser à nouveau pour masquer son agacement face à sa propre attitude. Et c'est là qu'elle en vint à se demander si elle n'allait pas trop loin, si ses actes n'étaient pas trop cavaliers - même si ce qu'il lui avait confié l'avait quelque peu rassurée. De quoi l'aider à rassembler suffisamment de courage pour récupérer ses mains et le faire remonter le long de ses flancs en direction de son buste, détournant le regard.

« — C'est pas que je veux pas de toi, mais. Je me sens pas de coucher aujourd'hui. Ca doit sonner stupide pardon. » Le rire habituel, le lâchant doucement. « Mais j'ai pas envie d'arrêter là. Au pire, hm, je te dirais quand arrêter? »

Oh la petite blonde avait honte de ce qu'elle lui avouait (avec une maladresse évidente), surtout en agissant ainsi, ses lèvres peinant à rester longtemps loin des siennes. Peut-être devrait-elle lui laisser le temps de répondre, de faire quelque chose?
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Sa princesse.
À croire que tout ce qu'elle venait de lui dire était passé bien au-dessus de son crâne, très loin dans un ciel qu'il ne regardait pas par peur de s'y perdre ou d'y laisser la vue, soleil brûlant. Sa princesse qui raisonnait encore et encore, inlassable refrain mobile entre ses tempes comme une balle rebondissante. Son dos s'usait à force de courbes et il se permit un étirement qui le fit bâiller. Il regretta tout de suite son élan de confort et s'affaissa à nouveau, bien à sa taille et bien tordu, assez fier d'être à ses côtés pour que toutes les incommodités d'une grande carcasse mal foutue comme la sienne soient supportables. Sa princesse et ses désirs.
Il avait presque l'impression d'être le loup en répondant à son baiser. Ses lèvres perdirent de leur velouté et son œil pleura. Jay en eut honte et passa deux paumes entières sur ses paupières closes pour ne rien en montrer. Aurait-ce été imbécile d'avoir peur à ce moment précis ? Elle guida ses mains jusqu'à son buste et il souhaita plus à son tour. D'aucun l'auraient appelé sorcière, à tort. À défaut d'être une princesse elle était une fée.

- Ca sonne pas stupide.

Rien n'est stupide désormais.

Elle lui dirait quand arrêter. Elle lui dirait. Il était intimement convaincu qu'elle aurait du mal à l'arrêter même s'il y avait un problème et elle put sentir son doute lorsque ses doigts agrippèrent sa peau tendrement.

- Ok. Ok. Ouais. Soupir gêné ou décontracté, lui-même n'en savait trop rien. Tu veux bien me passer la bouteille d'eau, d'abord ? J'crève de soif.

Et quelque chose le bloqua. Il se sentit stupide, foutrement stupide, attrapa Jolene comme un naufragé embrasse une bouée et il se promit que ce baiser-là serait son premier vrai baiser, celui qui contiendrait tout ce qu'il aimait et tout ce qu'il voulait, qu'il partagerait sa joie comme ses doutes et qu'il serait puissant, très puissant, comme si quelque chose d'aussi simple qu'un baiser pouvait porter tout l'amour d'une personne pour une autre - du moins il osait le croire, il osait croire aussi que son amour suffisait et il le voulait pour l'amour de dieu il le voulait et ses mains trouvèrent les reliefs de sa lingerie qu'il contourna pour caresser sa gorge mais c'était pas pratique pas pratique alors il garda son sein dans sa paume la massa doucement et baisa ses clavicules un nombre de fois que les nombres ne peuvent comprendre. Il n'y avait plus de mesure juste elle et lui et lui pauvre mortel ambitieux il eut peur que son amour puisse encore se voir se dessiner alors qu'il était déjà trop grand pour lui, incalculable dans son immensité, ce que doivent être des bras pour enlacer leur princesse.
Ses deux grands bras.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Il ne s'était éloigné que brièvement, et elle l'en avait remercié ; il était bien trop tôt pour se séparer, bien trop tôt prématuré étant donné le temps qu'il leur avait pris avant de finalement sauter le pas. Et pour être totalement honnête, Jolene n'avait tout simplement pas envie de le laisser s'éloigner, très égoïstement, profitant de ce moment où elle pouvait l'avoir pour elle, et uniquement pour elle.

L'entendre de sa bouche était bien plus rassurant que toutes ses convictions, et si l'ombre d'un doute subsistait - toujours fidèle à elle-même - elle fit un effort supplémentaire pour le mettre de côté. Un effort aidé par sa demande soudaine et le geste qu'elle amorça pour récupérer la bouteille, avant d'être arrêtée par un Jay semblant avoir changé d'avis à croire qu'il était plus indécis encore qu'elle - ce qui serait franchement inattendu.

La suite, elle ne s'y était pas attendue malgré son propre geste et l'envie qui réchauffait le creux de ses reins ; c'était peut-être de la naïveté ou de la pure stupidité, le tout aidé d'une bonne couche d'insécurités. Parce que la vérité et malgré ce qu'il avait pu lui dire un peu plus tôt, elle n'était pas encore convaincue de lui plaire tant que ça, d'être aussi bien et charmante qu'il avait pu le lui confier. C'était bête d'ailleurs car elle s'en rendait compte si elle jetait un regard à son propre reflet autrement qu'en y cherchant des défauts ; et les défauts n'ont jamais empêché personne d'être séduisant. Dans l'instant cependant, ce fut une considération qui perdit toute son importance dès lors que ses lèvres trouvèrent les siennes, un souffle lui échappant autant de surprise que d'appréciation.

Ses doigts n'avaient pas attendu pour saisir ce qui passait à portée, son t-shirt en premier lieu avant de remonter, ses paumes épousant la courbe de sa mâchoire ; il était indéniable que ce baiser-là avait quelque chose que les précédents n'avaient pas, et si la blondinette ne pouvait réellement deviner ce qu'il avait en tête dans l'instant, il fallait croire que le sentiment était compris, d'une façon ou d'une autre.

Et elle frissonnait sous ses mains et ses lèvres, quelques soupirs tremblants la quittant alors qu'elle tentait de les garder pour elle, honteuse encore de ce qu'elle pouvait ressentir et exprimer, soucieuse toujours qu'il la juge alors qu'il avait définitivement autre chose à faire. Elle le laissa faire d'ailleurs, tandis que ses propres doigts s'en allèrent satisfaire leur propre curiosité, se glissant sous le tissu et effleurant son ventre, avant de timidement remonter - sa  peau était si chaude contre la sienne, tant qu'elle réalisa ne pas vouloir s'arrêter là. Il lui fallut pourtant quelques instants de plus, comblés par un baiser, avant que sa main ne soit rejointe par la seconde, tirant sur le vêtement dans l'idée de lui faire comprendre silencieusement qu'elle désirait qu'il le retire - un souhait exaucer sans tarder et pour son plus grand plaisir. Il y eut alors un sourire tandis qu'elle l'observait malgré tout avec une certaine pudeur, avant de remonter le regard et croiser le sien, un sourire étirant ses lèvres rougies et les joues rosies.

C'est là qu'elle se dit qu'un peu d'égalité - mais pas trop parce que toujours la gêne et un corps qu'elle n'aimait pas assez - serait de mise. Un semblant d'égalité donc qu'elle instaura en déboutonnant son débardeur, dévoilant la dentelle décorées de fleurs, rappelant leur rencontre et celles qui trônaient encore dans sa chevelure à ce moment-là. Et c'était ridicule, réalisa-t-elle, de voir que même le haut de son buste rougissait, alors elle laissa échapper un petit rire avant de lui jeter une œillade en coin. Un geste qui entraina un baiser et une Jolene frémissante contre lui, avant qu'elle ne s'écarte légèrement, l'ombre d'un souci soulevant ses sourcils.

« — T'as toujours soif? »

Attentionnée, hein.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Entre tout autre chose, comprenant sans surprise le bien-être de Jolene à cet instant précis, Jay s'inquiéta de savoir si ses tétons percés n'étaient pas trop perturbés d'avoir à combattre l'extérieur aussi subitement.
Un coup d’œil vers lesdits tétons. Ca avait l'air d'aller.
Il ne fut pas si étonné que ça de s'amuser à penser à sa Sainte Trinité percée qui devait se rouler en boule en pensant à toutes ces occasions manquées, ou encore à son nombril percé à l'air boudeur - parce que oui, Jay avait gardé sa manie de gosse de trouver que son nombril tirait la gueule - tétanisé d'avoir à apparaître au grand jour, ou encore à ses hanches percées, frémissantes voisines des sillons qu'avait creusés les doigts de sa douce sur leur passage qui, il fallait être franc, étaient délicieusement souhaités. Jay s'inquiéta surtout pour les quelques rougeurs qu'il avait ça et là sur le torse, qu'elles soient dues à l'angoisse, à la chaleur, à une quelconque allergie bâtarde ou aux extraterrestres qui venaient le visiter sans aucune raison pour lui laisser des marques de griffures à des endroits qu'il ne grattait pas, parce qu'il ne voulait pas inquiéter Jolene et le haut de son buste pivoine qui en disait long sur sa fébrilité. Il avait toujours peur de la casser, il se trouvait con au possible, sa trique ne partirait pas de sitôt et s'il avait pu l'écraser en laisser tomber un parpaing dessus sans qu'il n'y ait de séquelles il l'aurait fait, et il ne s'était pas senti aussi bien depuis un long moment.
Il sourit à l'évocation de l'eau, laissa un rire s'échapper de ses lèvres percées mais surtout mordillées et il hésita un instant à faire l'enfant, à planquer son visage derrière ses mains, le temps de s'apercevoir une fois pour toutes qu'il était amoureux. Histoire que le mot ne l'effraye plus. Qu'il n'y ait plus aucun remord à lui témoigner toute l'affection qu'il voulait lui témoigner.
Si on lui avait fait remarqué son œil humide, Jay aurait juré ne pas avoir de larmes à dispenser pour ça. Fierté de merde, mais fierté quand même.

- Putain je t'adore.

C'était sincère.

Plutôt que la voir il garda les fleurs contre lui, fit des doigts de sa main cinq pétales pour coiffer sa chevelure, lissa sa colonne vertébrale en tige fière, elle aussi, car ils devaient être fiers d'être là - du moins l'était-il et aurait-il voulut partager sa pensée radieuse avec une princesse, il aurait été rassuré de sa valeur.
Un seul mot d'elle désormais loi ; il la déshabillait des yeux et cantonnait ses mains aux creux de ses reins. Pas de mal à froisser les tissus qui la recouvrait comme ses frayeurs infondées. Il trouva le chemin vers son sein comme un chien truffier déterre sa gloire. Ses lèvres trouvèrent le chemin vers les siennes toutes seules aussi.

- J'espère que les... piercings font pas trop peur.

Ca fait bizarre de goûter un piercing à la langue, la première fois.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Ça n'était que quelques mots et ils la prirent par surprise ; ça n'était que quelques mots et le rouge de ses joues n'était définitivement pas prêt de disparaître.

« — Eh. » Il lui avait volé son souffle et cette fois-ci, elle ne pouvait même pas blâmer ses lèvres. « — Moi aussi. Sincèrement. »

Mais la vérité c'était qu'adorer ne rendait pas justice au sentiment que croiser son regard lui évoquait. La vérité, plus encore, c'était qu'elle n'osait en dire plus que lui-même, craignait dans le cas contraire d'aller trop vite, encore et toujours. Et en y pensant, il n'y avait pas d'urgence après tout, cela ne faisait que commencer et surement devrait-elle cesser de s'en faire, pour mieux profiter de l'instant, et rien de plus.

Sous ses doigts elle était infiniment fébrile, les frissons ne semblant vouloir s'arrêter et n'ayant de cesse de se renouveler, comme si chaque caresses était une découverte. Le baiser n'aida en rien, et à défaut de retrouver son souffle il lui tira un gémissement qu'elle tenta vainement de garder discret, pour ensuite le dévisager sans un mot. Et un rire, finalement.

« — Évidemment que non. » Le rire continua de secouer doucement ses épaules, avant de replacer quelques mèches blondes lui chatouillant la joue. « — J'veux dire, rien qu'avec ce qui est visible quand t'es encore habillé, je me doutais bien qu'il devait y en avoir d'autres. »

Oh oui, elle avait suffisamment d'imagination pour en supposer d'uatre, et à la fois assez d'innocence (ou naïveté?) pour ne pas pousser la réflexion trop loin - et donc probablement garder encore un peu de surprise.

« — Promis. »

Le rire c'était calmé aussi vite qu'il s'était fait entendre, et la voilà qui optait pour une étreinte un peu plus tendre, sa joue reposant contre son épaule alors que le bout de ses doigts venaient tracer d'invisibles arabesques sur le haut de son torse. Qu'il soit rassuré, que ce soit les piercings ou le reste, rien de tout ça ne la dérangeait, et la façon dont sa main malgré tout curieuse en dépit d'une once de retenue pudique effleuraient son épiderme devait bien le lui prouver. Et profitant d'échapper quelque peu à son regard, une part d'elle bien enfouie craignant toujours un quelconque jugement, ses lèvres doucement contre l'épaule qui jusque-là lui servait d'appui, cheminant doucement jusqu'au creux de son cou, son souffle le chatouillant probablement au passage.

Leur proximité actuelle était étourdissante, mais toujours pas suffisante semblerait-il, pas à son goût en tout cas ; suffisamment pour qu'elle finisse par se détacher de lui sans pour autant réellement s'éloigner, ses doigts callés contre sa nuque ne lui laissant d'autre option que suivre le mouvement. Prise d'un soudain sursaut de confiance, la voilà qui inversait la tendance, se retrouvant alors à le surplomber, l'échine courbée au-dessus de son prince charmant lorsqu'il se retrouva finalement allongé.

« — C'est… Plus confortable comme ça. »

Et à la fois plus gênant peut-être, l'évidence de l'effet que tout cela lui faisait impossible à ignorer étant donné qu'elle était littéralement assise dessus. Mais elle ne se dégonfla pas, pas l'ombre d'un instant, ses coudes la supportant tandis qu'elle l'observait - un sourire plein de tendresse se dessinant alors.

« — Je pourrais passer des heures à faire ça- te regarder je veux dire hein. »

Elle eut un rire gêné rapidement transformé en soupir, déposant un baiser sur son nez. Pourtant, autant le dire, il y avait bien des choses qu'elle pourrait passer des heures à faire avec lui, du genre de celles qu'ils faisaient présentement. Et si ses hormones ne savaient plus où donner de la tête, qu'elle se savait égaler la teinte des pivoines et que l'embarras lui mordait les côtes, Jolene fini malgré tout par se redresser, ses doigts prenant à peine appui sur le ventre de son petit-ami, tout en maltraitant sa lèvre.

« — Définitivement. »

Et dire qu'il était beau ne suffirait pas, et n'expliquerait pas tout, et la blonde alors réalisa que les mots lui manquaient de plus en plus - mais peut-être que les mots étaient superflus tout compte fait. Tous, sauf les deux qui pendaient à ses lèvres mais qu'elle ne prononcerait pas.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Sois un homme.

- Pfff.

Sois un homme.

- Pfteuh.

Sois-en un bordel.
Les éclats de son rire étouffés. Perdus.
Comme s'il restait à dire quoi que ce soit.
Ses bras, les seuls amis qu'ils aient jamais eu. Quand les humains se foutaient de sa gueule, eux avaient la force - le courage - d'empoigner le bonheur à portée de main. Elle aurait pu devenir une partie de lui, greffée qu'elle était, maintenue serrée contre son torse qui souffrait d'un poids étranger sur les bijoux dont il était criblé, comme on pare les rebords des fenêtres des rez-de-chaussée de pointes acérées. Ses bras de valeureux chevaliers, des chevaliers servants ; Jolene n'était plus. Elle était Reine, elle avait un trône et une suite et une traîne de marguerites, que ses pieds n'est plus à toucher le sol. Elle avait un destrier, un page, une compagnie.
L'amant ne lui venait pas à l'esprit.

- J'ai envie de toi.

Sois un homme. Une fois dans ta vie.
Elle était contre lui, sur lui, elle y resterait jusqu'à ce que l'épuisement le gagne et même là il soupirerait le nom de sa dame, elle était à lui, égoïstement elle était à lui il la voulait pour lui à côté de lui collé à lui égoïstement humblement elle lui appartenait et ses yeux clos ne voulaient pas s'en convaincre. À lui.

- C'est pas une surprise, faut croire. Pfteuh.

Une épée déchirante. Quelque part en lui il se dégoûtait.

- Je peux plus te regarder.

J'ai honte.

- J'suis nul à chier pour parler d'amour, tu vois ?

Sois un homme.

- Je peux pas mentir, j'ai envie de toi.

Sois un homme.

- C'est pas que tu me plais, c'est que tu peux plaire et que c'est tombé sur moi tu vois.

Sois-en un.

- Je me sens plus de te passer la bague au doigt que d'enlever ta jupe.

Blaireau.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

Elle ne s'était pas redressée en l'entendant, pas plus qu'elle n'avait semblée outrée de l'entendre ; la vérité était qu'elle s'y attendait probablement, qu'elle l'avait déjà remarqué. Difficile à manquer vu l'absence de distance entre eux, même en étant aussi naïve qu'elle – Jolene n'était pas si innocente, et surtout pas stupide.

Alors elle accueillit aussi gracieusement que possible la révélation qui n'en était plus vraiment une rendu où ils en étaient : avec un sourire et l'ombre d'un rire, encore, ses lèvres ne faisant alors qu'effleurer son épiderme à portée. Et lorsqu'il continua de parler, semblant tout à coup bien plus embarrassé qu'elle, la blonde aurait voulu avoir été plus rapide que lui, ou avoir trouvé un moyen de le faire taire, qu'il cesse de trop penser – et parler. Au-delà de ça elle se retrouva démunie devant ses paroles, ne sachant exactement comment réagir ou quoi dire ; et ses derniers mots finirent par lui tirer ce qui ressemblait plus à un hoquet surpris qu'autre chose.

« — C'est un peu prématuré, non? » Bien sûr que ça l'était, idiote. Et elle s'était sentie stupide en disant ça, se redressant alors que ses doigts torturaient ses mèches blondes. « — J'veux dire, je t'aime – beaucoup, mais — » Stop.

Ça lui avait échappé, deux mots qu'elle avait tenté de rattraper mais sans succès. Alors elle tentait de se tenir droite, à la mortifiée et plus embarrassée que jamais, les papillons pourtant ne cessant de s'agiter au creux de ses entrailles. Au final, c'était avant tout son attitude à lui qui la rendait si incertaine, et elle-même n'osait plus vraiment le regarder. Ils avaient l'air bien fins tout à coup, et réalisant qu'elle ne pourrait pas éternellement fuir (ni rester là sans rien faire quand bien même elle l'aurait voulu), la demoiselle fini par relever le nez, ses deux mains venant chercher son visage pour l'obliger à croiser son regard.

« — On t'as déjà dit que tu pensais beaucoup trop? » Un soupir, et elle se voulait aussi douce que possible, réalisant qu'il semblait tout aussi mal qu'elle. « — Si t'es pas bon pour en parler, ne le fais pas. »

Ça n'était pas grave, elle pourrait comprendre autrement, et pour l'instant, parler ne semblait pas vraiment à l'ordre du jour. Quoi que s'il en avait envie, ils pourraient parler, de tout ou de rien, toute la journée et jusqu'au lendemain. Tout ce qu'il voudrait.

« — T'en a envie, et — » Déglutissement, un sourire gêné qu'elle tenta de réprimer. « — moi aussi, alors c'est tout ce qui compte non? »

Elle voulait s'en convaincre et réussir à en faire de même pour lui, qu'il cesse de se torturer pour une raison qu'elle ne pouvait comprendre.

« — Je sais pas à quoi tu penses, ou ce qui te tracasses à ce point, mais tout va bien, d'accord? Vraiment — »

Et l'avoir si proche d'elle (elle s'était rapprochée sans réellement s'en rendre compte, toujours un peu plus à chaque mots) était une torture sans l'embrasser. De toute façon, elle n'avait plus de mots à lui donner, plus aucun d'intelligent ou vraiment intéressants, alors les gestes devraient suffire. Elle l'espérait.
Voir le profil de l'utilisateur
Jay I. Howard
Sweet dreams are made of you
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Musique
Spécialité : Rap
Fonction : Y3
Poste spécial : Wesh de l'école
Avatar : Noiz - DMMD
Doubles-comptes : Japogay Tranquille
Messages : 317
Date d'inscription : 05/10/2014
Sweet dreams are made of ❦you

Us.
Mais.
Mais mais mais.
Ca lui avait fait bien plus mal qu'il voudrait jamais l'admettre.

- En général on me dit que j'pense pas assez.

L'amertume à la commissure des lèvres. Il espérait qu'elle n'était pas transmissible par la salive.
Doucement, ses mains découvraient une peau habitée par mille reliefs en tout genre. Clavicule, cartilage, phalange et hanche, désespérément faciles d'accès. Une facilité qui lui faisait peur, qui lui rappelait à un statut d'élu qu'il s'imaginait de toutes pièces, parce que beaucoup, mais.
Il lui mordit la lèvre. Sagement, comme le fait un chaton qui ne sait pas qu'il blesse. Ses mains remontaient le long de ses cuisses et plus avant. Au-dessus, elle était au-dessus et ça lui allait ; bien mieux qu'à lui. L'extérieur de ses cuisses et pas encore ses reins, il sentait les os de son bassin.
Il voulait lui retirer son haut, mais ses mains refusaient de bouger. Il était bien, là, la dentelle de sa lingerie entre les doigts.
Sa langue lâcha la sienne sans un mot. Ne plus parler, donc.

_________________


Cadeaux:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Brady
Rossignol & Rose ▪
avatar
Âge du perso : 20yo.
Activité : théâtre
Spécialité : voice acting / doublage
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : karina lyle - tiger & bunny
Doubles-comptes : mandy-lou, billie-dean & felice
Messages : 239
Date d'inscription : 06/01/2015
Rossignol & Rose ▪

L'avait-il mal pris? C'était une question à laquelle elle n'avait pas la moindre réponse, une fois de plus. Une question rapidement repoussée dans un coin également, se laissant emporter par l'instant sans tenter d'y résister, sachant sa volonté frémissante dès qu'il venait trouver ses lèvres.

Un soupir qui n'était ni le premier et ne serait surement pas le dernier lui échappa, alors qu'elle s'osait à rouvrir les yeux après quelques instants, son regard accroché au sien et son souffle perdu quelque part hors de sa portée pour le moment. Ses mains finalement immobilisées lui firent baisser les yeux, un bref instant, devinant sans trop de peine – supposait-elle – ce qu'il voulait, mais incertaine de vouloir céder à son désir. Les insécurités faisaient leur retour et Jolene releva simplement le nez vers lui, hésitante.

« — C'est vraiment nécessaire? »

Sa voix n'était devenue qu'un couinement ridicule alors que ses mains tentaient de la couvrir vainement ; c'était stupide, il n'y avait rien à cacher sauf peut-être un peu de gras accumulé à force de paresse, et qu'importe de toute façon. Si c'était important, il l'aurait déjà surement jugée bien avant ça, la blonde le savait pertinemment, et pourtant.

« — J'aime pas vraiment— devoir tout enlever. » Ses doigts tirèrent légèrement sur le tissu de sa jupe. « — Ça me dérange pas mais, pas le haut. »

Et voilà, il allait surement être déçu, réaliser qu'il perdait son temps. Oh c'était frustrant d'immédiatement en arriver à de telles conclusion, réalisant qu'elle devrait se donner – et à lui également – un peu plus de crédit. Alors elle se redressa, s'échappa à son étreinte pour se redresser maladroitement, tentant de se débarrasser de cette foutue jupe sans gâcher l'ambiance un peu plus, et sans perdre l'équilibre. Le tout pour finalement retrouver sa place auprès de lui, embarrassée et honteuse à la fois.

« — Je veux pas que tu sois déçu. Et je te l'avais dit, je suis loin d'être parfaite. »

Un rire pour faire oublier l'ambiguïté de ses mots et cacher ses doutes, tentant de se convaincre que ça irait quand même, que ce n'était pas si grave. Fallait bien commencer quelque part.
Voir le profil de l'utilisateur
 
we barely spoke to each other before, but look at us now || jay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» UNTIL HAITI SPOKE by FREDERICK DOUGLASS
» PPV ECW : Barely Legal 1999
» ONE YEAR ▬ discours d'un kangourou bourru

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc central :: Internat :: Chambres :: Chambres garçons-
Sauter vers: