L'artiste, la teigne et la brute [PV Azylis]

Invité
Invité
avatar

L'artiste, la teigne et la brute
Nom du joueur 1
Azylis C. Delacroix
« L'art se trouve peut-être aussi dans les bagarres ? »
Nom du joueur 2
Dakota Emerson
« Grande gueule un jour, grande gueule toujours »
Vendredi après-midi, le moment préféré de la semaine pour la majorité des lycéens et vous devez sans doute savoir pourquoi alors inutile de s'attarder là-dessus. Ainsi, la vie à Arcadia battait son plein, accueillant les hordes d'étudiants qui s'échappaient de l'académie pour rejoindre leurs lieux favoris et se préparer au week-end qui se profilait. Dakota ne transgressait pas cette règle puisqu'elle se trouvait dans un petit café, très fréquenté par les adolescents. Toujours dans son fauteuil fétiche et factice, elle était à une table au centre de la salle en compagnie de quelques amis. Vêtue d'un simple débardeur noir avec le logo d'un jeu vidéo inscrit en rouge dessus accompagné d'une chemise rouge et d'un short en jean, elle sirotait tranquillement un Schweppes Indian Tonic tout en écoutant les blagues moisies de ses potes.

C'était toujours un réel plaisir pour elle de se retrouver dans ce café. Il avait ses habitués comme son lot de nouvelles têtes chaque semaines. L'ambiance y était toujours des plus agréable et la décoration, sobre et moderne, rendait l'endroit accueillant. Tout le monde se connaissait plus ou moins ici, en tout cas de vue, de ce fait ils ne risqueraient pas de faire de mauvaises rencontres. Quoique... Elle avait sans doute parlé trop vite.

Voilà qu'une bande de racailles d'Arcadia, parfaitement reconnaissable avec leur tronche et leur style vestimentaire, venait de passer la porte du bistrot. La brune fut une des rares à remarquer leur présence avec que ces derniers ne se manifeste.

« - Salut les tarlouzes ! Alors, on sirote un bon jus de mémé ? cracha ce qui semblerait être le chef de fil en jetant un regard mauvais à un pauvre type qui tenait un verre de jus de pomme en main. Putain ça pue le Volfoni ici, ils sont où les enculés qui sont venus nous faire chier hier ? »

Alors comme ça, y avait eu du grabuge hier. Intéressant. Comment Dakota avait-elle pu rater ? Depuis le déménagement de l'académie à Arcadia, une guerre sans merci se livrait entre les racailles de Volfoni et ceux de la ville. Au début, tout le monde se disait que ça allait finir par se tasser, ou même que ça se terminerait sans trop de bobos mais ils s'étaient tous fourrés le doigt dans l’œil. Ça n'a fait qu'empirer et à présent, personne ne pouvait rester neutre face à ce conflit. Ces enflures d'Arcadia s'imaginaient pouvoir prendre le contrôle de l'académie, comme si c'était chez eux, mais ils se trompaient lourdement. La fausse handicapée n'avait pas tardé à montrer son allégance envers Volfoni et à présent, elle se retrouve souvent mêlée à des clashs voire même des bastons entre le gang adverse. Ce n'était pas pour autant qu'elle participait aux magouilles des racailles, loin de là. Elle protégeait simplement ce qui était à elle, en l'occurrence l'école.

Une fille plutôt petite et frêle mais au regard de braise se leva de sa chaise et finit un mouvement de la tête en direction des ennemis, le tout accompagné d'une sourire mauvais.

« - Bah tiens, si c'est pas les sales chiens qui sont rentrés chez leur môman la queue entre les jambes hier. Alors, ça vous a pas servit de leçon les tapettes ? Vous voulez encore une raclée, et public en plus ? »

Il était évidemment que cette fille n'était pas seule, il y avait d'autres racailles avec elle. D'ailleurs, en fouillant l'auditoire, Dakota pouvait en reconnaître quelques unes. En tout cas, cette histoire s'annonçait être croustillante et l'adolescente se ferait une joie de se mêler à tout ça.

« - Ferme ta gueule ou j'te fais manger mon poing dans la figure répliqua le colosse en serrant les poings. »

Ils commençaient à s'agiter par là et le pire, c'est que personne n'osait intervenir. Même le gérant, qui normalement était derrière son comptoir, s'était éclipsé afin de ne pas être mêlée à cette histoire. Il avait peut-être appelé les flics mais le temps que ces derniers arrivent, le café serait déjà sans-dessus-dessous. Certains lycéens avaient déjà quitté l'endroit par la porte de derrière, sachant pertinemment qu'Arcadia ne les laissera pas sortir. Et il y avait les courageux comme Dakota qui restait inflexible face à cette situation. Pire, elle s'en régalait. Complètement folle cette fille. Elle était toujours partante pour chopper les occasions qui lui permettrait d'ouvrir sa grande et merveilleuse gueule.

Les hostilités continuèrent, de plus en plus de racailles vinrent soutenir la jeune fille en balançant des saloperies à leurs rivaux qui eux ne cessaient d'avancer dans le café, martyrisant ceux qui étaient sur leur chemin. Au bout d'un moment, le gorille et ses acolytes finirent par se poster en face de la table de la bande de la brune, s'attardant sur ces derniers et l'armoire à glace explosa de rire lorsqu'il posa son regard sur notre basketteuse. Cette dernière haussa un sourcil. Ouais, elle savait bien pourquoi ce crétin riait. Le fauteuil, évidemment.

« - Putain vous avez même une handicapée dans vos rangs, c'est pitoyable ! S'avez pas où recruter vos membres ou quoi ?

- La ferme pauvre con, j'fais pas partie de cette bande de babouins répliqua la brune en lui lançant un regard noir. En revanche, j'peux pas encadrer les blaireaux comme toi alors tu ferais mieux de dégager avant que je t'éclate. »

Oui, elle était en fauteuil roulant donc oui, elle avait un gros désavantage face à ce molosse et sa bande. Mais qui a dit que c'était une raison pour ne pas chercher des noises aux crétins dans son genre ? Aux dernières nouvelles, personne, si ce n'était la raison et elle, Dakota ne la côtoyait jamais.

Un de ses subordonnés en avait profiter pour venir mettre du feu au poudre à une autre table, et vu ce qu'il disait, Dakota ne doutait pas que les personnes visées allaient rapidement réagir pour le remettre à sa place. En tout cas, elle, elle jubilait littéralement sur place. Vu la tronche que dirait le gorille, il n'était pas content qu'une éclopée s'adresse à lui comme ça.
Azylis C. Delacroix
Swaggy Bitchy
avatar
Âge du perso : 20 ans
Activité : Arts plastiques
Spécialité : Maquillage de cinéma
Fonction : Etudiant
Avatar : Kvallskvistskiss II - Amanda-Kihlstrom
Doubles-comptes : Reyes - Georgie - Kris
Messages : 262
Date d'inscription : 10/01/2016
Swaggy ♚ Bitchy


Un frappucino. C’était tout ce qu’elle demandait. Rien de plus, rien de moins. Et à emporter. Autant dire qu’elle n’allait passer que quelques minutes dans ce café, avant de partir en direction de chez elle, profiter du calme de son appartement après une journée de cours. Mais il faut croire que quelques minutes de calme, c’était déjà bien trop demander. Alors qu’elle venait juste de récupérer sa commande, l’entrée des racailles d’Arcadia se fit rapidement entendre. Difficile de les louper il faut dire. A peine le premier « Salut les tarlouzes ! » qui retentit qu’elle ne peut pas s’empêcher de lever les yeux au ciel. Sérieusement ? Ils ne connaissaient même pas de meilleures insultes ?

Règlement de comptes visiblement. Et c’est bien connu que le meilleur moyen de trouver quelqu’un, c’est de débouler dans un café choisi aléatoirement, dans une rue choisie aléatoirement, quelque part dans la ville. Ah, elles sont efficaces les racailles. Globalement, Azylis n’en avait rien à foutre du conflit. Elle avait fini par prendre parti pour Volfoni dans une conversation entre étudiants, mais sans vraiment connaitre le conflit. Elle voulait juste finir ses études relativement tranquillement. Mais elle ne pouvait s’empêcher de remarquer les âneries de pas mal de ces ‘‘racailles’’ qui ne brillaient pas nécessairement par leur capacité intellectuelle.

Ahah. Vu la réaction de la fille de l’autre côté du café, les racailles n’avaient pas tapé au hasard. Bien, ils n’étaient pas SI bêtes que ça. Poussant un énième soupir, elle regarda la porte de derrière et espérait pouvoir s’éclipser tranquillement. Mais une des racailles referma la porte et elle n’eut plus qu’à lever les yeux au ciel et aller s’appuyer contre le mur pour boire son frappucino. Elle profita de la première goulée avec un immense plaisir : un peu de frappucino vanille et la vie est plus belle. « Hé toi ! Contre la mur ! La poupée barbie ! » Elle poussa un soupir, but une nouvelle gorgée, et posa le frappucino sur la table – toujours éviter de le renverser. « Qu’est-ce que tu me veux ? » « T’aurais pas l’impression d’avoir perdu ton ken ? » Bon, elle retirait ce qu’elle a pensé sur la capacité intellectuelle. C’était désespéré à ce niveau-là. « Je vois que vous brillez toujours autant par l’intelligence et l’éloquence, dites-moi. » « Te fous pas trop de ma gueule, ou tu vas le regretter. » « Oh par pitié, non, j’aurais peur de me casser un ongle sur ta sale face. » Grogna-t-elle finalement en se redressant. Sérieusement, elle n’avait rien demandé. Elle voulait juste un frappucino.

Et voilà que maintenant, ils s’en prenaient aux handicapés. Sérieusement ? A présent remontée, elle se redressa, et héla l’autre brute : « Et toi, là bas ! T’as pas suffisamment d’amour propre pour oser t’en prendre à quelqu’un qui est sur roues et pas sur pattes ? T’as peur de perdre face à quelqu’un qui se tient sur ses deux jambes ? »
Ah, dire qu’elle voulait juste prendre un frappucino à la fin de ces cours.

Voir le profil de l'utilisateur
 
L'artiste, la teigne et la brute [PV Azylis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Le Bon, la Brute et la Truante
» Le Bon, la Brute, et les truands.
» Chaine de Jacque!! brute de forge
» Les chevaux, la brute et le truand [PV : Eidren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: Arcadia :: Oak Street :: Café-
Sauter vers: