ludmila •• un sou c'est un sou

Ludmila Taylor
WITCH HUNT
avatar
Âge du perso : 20 ans
Activité : Plongeuse dans un restaurant chic.
Spécialité : Arnaqueuse.
Fonction : Civile.
Poste spécial : Pickpocket.
Avatar : Original.
Doubles-comptes : Gaby S. King
Messages : 15
Date d'inscription : 09/09/2016
WITCH ♛ HUNT

Ludmila Taylor ••

 
NOM COMPLET - Ludmila Taylor
  ÂGE - 20 ans
  ORIGINES - Ukrainiennes (mère) et allemandes (père)
  SEXE - Femme
  ORIENTATION SEXUELLE - Hétéro.
  SITUATION MARITALE - Maudite.

  RANG - J'vous laisse choisir.
SITUATION PROFESSIONNELLE - Plongeuse pour l'un des restaurants les plus huppés d'Arcadia. A côté, confectionne des bracelets indiens, des colliers, des attrape-rêves et tout un tas de breloques que sa grand-mère vend 5 dollars pièce. Confectionne également des souvenirs qu'elle vend aux touristes ; se propose à eux comme guide touristique.
  TEMPS PASSÉ À ARCADIA - Présente depuis ses neuf ans.
 
PRÉCISIONS •• Vit avec sa mère et sa grand-mère dans une caravane abandonnée sur un terrain vague qui appartient à un financier qui ne les déloge pas par superstition (et parce que le terrain ne se vend pas depuis des années) • Identifiées à des sorcières • Ont le visage marqué par la guerre qu'elle mène pour survivre • Sont si pauvres qu'elles insultent le terme • Sont sollicitées comme les chamanes du village • Mère boiteuse et taxidermiste • Grand-mère tient la boutique et lit l'avenir dans vos paumes pour 10 dollars • Fille pickpocket • Se spécialise dans l'arnaque des touristes • Fait des économies sur tout • Maîtrise la couture, le tissage, la pyrogravure, plusieurs tours de magie • Connaît le moindre recoin de cette foutue ville • Parle l'ukrainien, l'anglais, l'espagnol et le français : l'oral uniquement, elle est terrible à l'écrit, même en anglais • S'intéresse au mandarin et sait juste ce qu'il faut d'allemand pour cracher sur son père dans sa langue maternelle • Catholique pratiquante • Rêve des JO • Pratique la nage papillon à la piscine municipale dès qu'elle peut • Ne peut même pas se permettre le studywork de Volfoni • Rêve de son cursus natation • Lit très difficilement • Professionnelle du monopoly • Adore les jeux de société et les telenovelas • Persuadée qu'une malédiction familiale condamne les femmes de sa famille à finir mères célibataires à 22 ans • Se méfie des hommes mais adore le drame romantique • Tend cette dernière année à se construire une réputation d'ange déchue auprès de la population la plus aisée d'Arcadia afin d'être dans ses papiers et élargir son réseau • A des talents de comptable • Maudit vos écrans plats et vos chaussures cirées •• 

 
PHYSIQUE •• A récupéré les cheveux blonds et les yeux bleus de son père • La peau souple et épaisse de sa mère • A des petits cicatrices pleins les mains • A une musculature de nageuse • Est toujours bien habillée • Obsessive avec son apparence • Obsessive avec ses seins, qu'elle déteste (trop petits : bonnet B) • A eu un piercing au nombril dans un passé pas si lointain • Bronze très facilement • 1m70 • 65 kilos (oscille entre un léger surpoids et l'IMC ; ça dépend du temps qu'elle peut consacrer à la natation - généralement en surpoids à cause de la malbouffe) • Souvent en tennis et jeans • Myope mais porte rarement ses lunettes • Jolie, sans plus ••

 
MENTAL •• Avare • Économe • Désespérée • Narcissique • Vive • Manipulatrice • Flegmatique • Superstitieuse • Assidue • Minutieuse • Aimable • Patiente • Attentive • Opportuniste • Fana du contrôle • Reine de son propre monde • Lèche-bottes • Suit la morale qui l'avantage • Se débat entre son désir de briller et sa position sociale • Dévorée par l'ambition • Acharnée • Il y a une rumeur qui la décrit très bien, en une phrase  : « Pour 5 balles, elle fait tout ce que tu veux - sauf te sucer » ••  

 
HISTOIRE ••
Ta mère, c’est une héroïne. Dans le quartier, tout le monde connaît l’histoire. Tout le monde sait comment à 19 ans, elle a sorti sa propre mère de la prostitution, comment elle l’a fait monter de force dans sa bagnole et l’a emmenée sur les routes visiter l’Amérique et se reconstruire une vie à deux, comment elle a rencontré ton père dans un motel, comment elle l’a aimée et comment il l’a quittée ; tout le monde sait comment tu es née, sur la banquette arrière d’un taxi, et comment elle t’a élevée alors que tu es le portrait craché de l’homme qui l’a trahie. Ta mère, c’est un martyr. On lui donnerait le monde pour lui rendre le sourire, mais son sourire tu l’as volé quand tu as fait fuir l’homme de sa vie avec ta grosse tête dodelinante de bébé - ça, c’est parce que t’étais moche, elle en est sûre ; si t’avais été un beau bébé, il ne serait pas parti, mais t’es sortie toute froissée et elle a eu beau essayer de te rendre présentable, quand il t’a vue, il a été déçu.
C’est ce qu’elle crache toujours dès qu’elle a deux pintes dans le nez.
Ce qu’elle dit, les rideaux clos.
Toi tu sais qu’il est parti car l’été se terminait et son visa touristique expirait ; qu’il la payait vingt dollars pour le soir et qu’il la baisait si mal qu’elle en avait pitié. Tu sais qu’elle l’aimait uniquement parce qu’il la distrayait de sa propre misère, avec ses petits yeux rentrés, son regard de poisson mort, sa violence d’animal. Tu sais qu’ils ne se sont jamais échangés un mot d’amour, qu’il ne prononçait jamais son prénom, qu’elle ne se souvient plus du sien.  
Tu sais qu’elle a tout imaginé pour oublier.
Oublier qu’elle se prostituait pour payer le loyer d’un deux pièces minable qu’elle partageait avec une étrangère, une femme qui avait ses traits et moins de pudeur qu’un chien, des habitudes de bête aigrie par la faim, des yeux d’enfant déracinée. Tu sais qu’elle avait peur de finir avec le même regard, tu sais qu’elle la maudissait, qu’elles se détestaient. Tu sais qu’elles communiquaient par le geste à défaut de parler la langue de l’autre, qu’elles dormaient dos à dos pour se tenir chaud, tu sais qu’elles chassaient ensemble. Tu sais qu’elles montaient parfois dans la même voiture.
Elles montaient parfois dans la même voiture, et on te l’a dit, et tu as écouté.
Tu n’as pas cherché à fuir, tu es restée bien droite.
Ils avaient des moutons à la commissure des lèvres, des cols en V ; le poil épais, dru, noir tous les deux, comme s’ils étaient frère et sœur, et ça te répugnait. Mais tu n’as pas pipé mot, tu n’as pas repris ton souffle.
Ils en venaient à ta naissance, à la façon dont ils avaient appris ton existence quand ta mère était revenue mendier, quatre ans après. Si l’enfer avait un dernier sous-sol, elle l’avait atteint et elle t’en avait ramenée, emmitouflée dans le seul drap propre qui lui restait. La vieille aussi était là, avait-il dit, mais elle, ils l’avaient pas accueillie. Elle, ils l’avaient payée. 500 dollars pour laisser leur famille en paix, pour toujours.
Elle était revenue trois ans plus tard ; pourquoi, ils l’ont jamais deviné mais toi tu le sais, et ta mère aussi l’a su. Le lendemain, les deux avaient disparu, et ta chambre était vide. Ça les a tant dévastés qu’ils n’ont jamais eu le courage d’y retoucher, et lorsque à seize ans, tu y as mis un pied et que tu as vu les dauphins aux murs, tu as paniqué. Ils sont tarés, t’as pensé, ils sont complètement fêlés. Tu n’avais pas moyen d’y échapper, alors tu en as ri. Tu as éclaté de rire. Pile sous leur nez, ou peut-être un peu plus bas, là où commençait le duvet. Tu as ri comme si tu allais en crever, comme possédée, et lorsque enfin tu es parvenue à te calmer, tu avais couru près de quatre kilomètres.
T’es jamais retournée là-bas, et par chance, ils ne sont jamais revenus te chercher. Pendant un temps, t’as guetté le portail du collège mais t’as vite compris que c’était fini. Plus de détectives privés ou d’avocats, plus de visites à la sortie de l’école. C’était fini et tout ce qu’il restait, c’était un nom de famille.
Tout ce qu’il restait, c’était une caravane sur un terrain vague, et deux enfants assoupies l’une contre l’autre. Toute la nuit tu les as observées, bercées par leurs respirations synchronisées ; si ce n’était pas pour la paix de leur visage, tu serais probablement morte ce soir-là, parce que t’avais plus de courage. T’avais plus rien. Mais elles dormaient si paisiblement, et tu avais si peur de les réveiller que tu n’as pas osé.
Et tu aurais voulu, parce que ce n’est pas une vie. Ce n’est pas un destin. Il n’y a rien, au bout de ce chemin, le même rien qui prend toute la place dans tes poches. Mais elles dormaient si paisiblement, et tu avais si peur de les abandonner - tu as eu si peur de la solitude, que tu n’as pas osé.

******

• Les trois femmes arrivèrent à Arcadia dans la nuit, entre le 5 et le 6 juin 2005, dans un vieux pick-up rouge à la peinture écaillée - sur leurs pas une vieille caravane, un modèle Schult des années 50. La première chose qu’elles firent fut d’aller pisser tour à tour contre la clôture du voisin. Par chance, il était 4h57 du matin et personne ne le vit.
• Il était initialement prévu qu’elles repartent à 10h le lendemain matin, Arcadia ne constituant qu’un point de ravitaillement dans leur périple qui devait les mener à une petite ville du sud où un ex-client leur avait promis un appartement à prix réduit pour lequel elles avaient déjà versé une caution. Cependant, à 9h32 le 6 juin 2005, la promesse fut brisée par un coup de fil à la fin duquel la mère, en larmes, jura de ne plus jamais faire confiance à un homme. Suite à cette déconvenue, elles décidèrent de rester à Arcadia le temps de concocter un plan B.
• Un mois plus tard, la mère trouva un emploi de femme de ménage - et leur caravane commença à se fondre dans le décor. Les voisins étant habitués à voir ce terrain se faire occuper par des gens de passage n’avaient rien dit jusque là ; mais lorsque le bruit courut que leur installation devenait définitive, ils changèrent du tout au tout et commencèrent à les menacer. Un groupe de jeunes, poussés par leurs parents, entra par effraction dans leur caravane et défonça l’endroit. Par un concours de circonstances, ce même groupe subit un passage à tabac deux jours après, alimentant les ragots qui couraient sur les origines des étrangères.
• En effet, du haut de ses 9 ans, Ludmila était très fan de la série Charmed et prétendait avec la complicité de sa grand-mère qu’elles constituaient une famille de sorcières. Ce qui n’était qu’un caprice d’enfant devint une rumeur lorsque le hasard commença à faire à la gamine des faveurs en jouant au même jeu qu’elle. Suite à ça, tout un tas d’incidents parallèles à leur vie leur fut attribué, et il devint de plus en plus difficile d’intenter la moindre action contre elles - le propriétaire du terrain se refusant notamment à les déloger. Au final, même les plus sceptiques durent y renoncer.
• Leur installation définitive, la gamine retourna à l’école à la fin de l’été. Mais l’enfant détestant l’endroit, et ses camarades le ressentant, elle vécut très mal cette nouvelle rentrée et se renferma sur elle-même. Au cours de sa scolarité, elle passa ainsi d’un rôle à un autre : d’abord enfant bizarre, elle devint ensuite la terreur de la cour de récréation, étant puissante et teigneuse, puis enfin, au collège, l’une des suiveuses dans un groupe de pouffiasses décolorées qui furent également ses premiers pigeons, puisque c’est pour leur plaire qu’elle se mit à faire des bijoux « empreints d’essences mystiques » qu’elle leur donna dans un premier temps, avant de leur faire payer quand elle remarqua leur succès.
• Rapidement, elle se retrouva associée à des groupes de racailles, puisqu’elle côtoyait activement les petites-amies de voyous ordinaires chez qui elle était accueillie comme une reine. Dans la même foulée, elle découvrit à douze ans la nage papillon, qu’elle se mit à pratiquer simplement parce qu’elle aimait le nom et que sa mère insistait pour qu’elle fasse du sport, avant que la chose ne se transforme en passion. Elle se mit donc à perdre les kilos de sa tendre jeunesse, qui lui avait permis de régner en primaire sur les autres enfants, bien qu’elle ne les perdit jamais tout à fait. Elle devint particulièrement niaise entre ses douze-quatorze ans, ceci ayant un rapport direct avec ses fréquentations, avant de repasser par une phase de violence à quinze ans quand les mentalités changèrent et que certains commencèrent à la réduire à son statut de pauvresse. Elle fut salement rétrogradée et bientôt appréciée comme femme à tout faire, ce qu’elle admit, non sans peine.
• L’année de ses seize ans, sa mère eut un accident de travail et se blessa sévèrement à la hanche, ce qui impacta leurs finances et sa manière de marcher par la suite. La famille atteignit cette année-là des abymes de pauvreté, et Ludmila décida de quitter l’école pour commencer à travailler. Ses relations aux autres se dégradèrent sensiblement ; elle ne fut bientôt plus qu’un larbin. C’est à cette époque que naquit ce mot d’esprit qui devait la caractériser : « Pour 5 dollars, elle fait tout ce que tu veux, sauf te sucer. » Bien qu’elle refusa toujours de participer de manière directe à des activités illégales, car elle disait être une cible trop facile pour les autorités, ses liens avec les milieux les plus obscurs d’Arcadia se renforcèrent. Elle s’enfonça dans une vase épaisse dont elle ne sortit que deux ans plus tard, à ses dix-huit ans, lorsqu’en acceptant un boulot de plongeuse pour un restaurant trois étoiles, elle se rendit compte très bêtement que l’habit faisait le moine. Elle abandonna alors son piercing au nombril, ses anneaux aux oreilles, ses tenues courtes et la teinture brune à laquelle elle se condamnait pour effacer l’héritage de son père, et changea de manière radicale ses fréquentations. Beaucoup lui en voulurent du silence radio soudain qu’elle leur imposa, et certaines de ces rancunes persistent aujourd’hui.
Entretemps, sa mère quitta son travail de femme de ménage, trop physique au vu de son handicap, et se prit d’intérêt pour la taxidermie.
• Après avoir fait le ménage dans sa vie, Ludmila commença à modifier son comportement en étudiant soigneusement celui des clients du restaurant où elle travaillait ; elle se débarrassa de son ancienne gestuelle pour adopter la leur. Son vocabulaire se fit plus dense, elle travailla sa grâce et son art de la conversation, elle améliora ses arnaques traditionnelles que tout le monde voyait venir pour des approches plus suaves. Elle apprit à mettre en confiance - à paraître. Puis elle approcha les filles des clients aisés qui venaient au restaurant, et entreprit de s’en faire des amies, ce qu’elle arriva sans peine grâce au mimétisme social et la curiosité que ces gens portent à tout ce qu’ils n’ont pas encore usé.
• Aujourd’hui Ludmila est en passe d’avoir son propre Daddy-Long-Legs et elle craint toute résurgence de son passé. Si les économies qu’elle a amassées et qu’elle conserve jalousement à la banque permettraient à sa famille de déménager, elle espère les dépenser afin d’accomplir le seul rêve qui lui appartienne : devenir athlète professionnelle et aller aux JO.
En attendant elle lorgne jalousement sur le cursus natation de Volfoni tout en rongeant son frein.


******



 
PARLE-NOUS DE TOI - ici henri.
  QUESTION/REMARQUE ? - l'impatience tout ça. si j'ai oublié une étape administrative je fais harakiri (et m'excuse dans mon agonie). j'ai l'impression de faire buguer ce magnifique code.
  AVATAR - original - je dois retrouver l'artiste.
Voir le profil de l'utilisateur
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

♥♥

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

JTM MEUF




hihihihihihhi

Dépêche toé de faire ton histoire blblbl
Pepper Bell
❀ G pA kOmPri ❀
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : CAISSIERE MDRLOL
Spécialité : Danse
Fonction : Elève universitaire
Poste spécial : KIKOOLOL
Avatar : #RandomBonnasseSexyAuxCheveuxBruns
Messages : 492
Date d'inscription : 31/08/2014
❀ G pA kOmPri ❀

Cc bel sirène :dorian:

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila Taylor
WITCH HUNT
avatar
Âge du perso : 20 ans
Activité : Plongeuse dans un restaurant chic.
Spécialité : Arnaqueuse.
Fonction : Civile.
Poste spécial : Pickpocket.
Avatar : Original.
Doubles-comptes : Gaby S. King
Messages : 15
Date d'inscription : 09/09/2016
WITCH ♛ HUNT

♥️♥️♥️
J'vous aime.
Un koeur pour Salva.
Un koeur pour Jordan.
Un koeur pour Pepper (ps : cé toa la plu bel).

J'ai modifié le nom de famille pour que ça soit en accord avec l'histoire. Je préviens, l'histoire est encore plus hardcore que celle d'Henri  ♥
J'espère que vous l'aimerez quand même.
(Ça résume plein de choses mais ça en omet plein d'autres, que je repréciserais sans doute en RP)
( EL ADRITORE ! )
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Page
___ RUSSIAN/AMERICAN ___
avatar
Âge du perso : 22
Activité : Hockey sur glace, Dovakhiins btchplz
Spécialité : Attaquant
Fonction : Elève Y2
Doubles-comptes : Pepper la kikoo
Messages : 48
Date d'inscription : 11/09/2016
___ RUSSIAN/AMERICAN ___

Laisse moi mourir et ressusciter dans ton histoire stp. C'est trop beau, trop dramatique, trop sombreee j'en meurs Le parquet gondole
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila Taylor
WITCH HUNT
avatar
Âge du perso : 20 ans
Activité : Plongeuse dans un restaurant chic.
Spécialité : Arnaqueuse.
Fonction : Civile.
Poste spécial : Pickpocket.
Avatar : Original.
Doubles-comptes : Gaby S. King
Messages : 15
Date d'inscription : 09/09/2016
WITCH ♛ HUNT

T'as pas idée à quel point ce message a fait ma journée meuf.
Surtout posté avec Nathan (j'adore ce que tu as fait de lui, il est tellement classe).
Mon cœur a fait doki doki comme si je venais de recevoir un sms de mon crush (mais peut-être est-ce le cas  :dorian: )
love you  amoureux
(surtout que je flippais un peu comme c'était vachement violent)
Voir le profil de l'utilisateur
Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ

......... bienvenue à Volfoni !

Ou rebienvenue, en l'occurrence ♪

Bon, par où commencer. Déjà, jolie fiche. De manière globale, c'est bien écrit, court, net et précis, on ne s'égare pas en fioritures et c'est plutôt nice de voir où l'on va dès les premières lignes. Enfin, voir où l'on va, savoir que la fiche tient la route niveau structure et orthographe/grammaire, en tout cas.
Ludmila est vraiment sympathique. Que ce soit dans le physique, les précisions ou le caractère, tu nous as habitué à quelque chose de très bon et n'en déplaisent aux insécurités et à la confiance en soi qui peut parfois se montrer boiteuse, Ludmila est, encore une fois, une réussite sur ces plans en particulier. Une réussite tout court mais j'y reviens dans un instant.
Pour que tu saches à qui tu as affaire (ce qui n'est pas très RP mais j'en ai envie), le personnage que je préfère de ceux que tu nous as montré est Gaby, et j'avoue avoir lu l'histoire avec une petite appréhension en me demandant si Ludmila allait être à sa hauteur. Comme j'ai pu me révéler très sec avec d'autres membres pendant le commentaire de leur fiche après avoir eu des attentes (Enora, Mandy-Lou, encore désolé), je voulais te prévenir pour que tu ais bien en tête que ce que je vais dire est subjectif, biaisé par mes attentes, et purement amoureux de toi et de ton écriture. S'il te plait, ne repars pas déçue ou blessée. Je ne mets pas autant de passion dans un commentaire pour rien.

L'histoire de Ludmila n'a qu'un seul axe, et c'est dommage.
C'est vraiment, vraiment dommage. Il n'y a rien à dire d'un point de vue stylistique, c'est beau, c'est bien, c'est toi, et ça peut être noir (ce n'est pas un défaut ni un handicap) ça passe... et ça passerait encore mieux si le tout avait été plus conséquent. C'est là que je vois les "limites" d'une fiche courte : quand l'axe principal de l'histoire est aussi lourd et significatif et qu'on finit par là, et que toutes les précisions du monde ne suffisent pas à faire oublier que merde, en fait, on ne sait rien de Ludmila. L'histoire tourne autour de sa famille, et elle reste spectatrice de sa propre fiche pendant un bon moment. L'histoire est dure, pesante, et c'est tout. Il y avait de nombreuses voies à exploiter : la réputation de sorcières que la famille se traîne, sa frustration de ne pas pouvoir entrer à Volfoni, très connement sa relation avec Arcadia vue la vie nulle qu'elle y a passé ; et c'est dommage qu'on ne puisse pas aller plus loin.
Je suis frustré. Je suis frustré parce qu'objectivement, tout est bon et il n'y a rien à dire. Tu poursuis ton sans faute haut-la-main et merde, je sais que tu vas t'amuser et je veux que tu t'amuses. Mais fais attention à ce côté très linéaire que tu adoptes à chaque nouveau personnage, à ne présenter par forcément une scène marquante de sa vie, mais un élément décisif/prépondérant dans l'histoire et c'est tout. Ludmila a vingt ans et une vie déjà vécue. C'est trop bête de l'oublier.

Quoi qu'il en soit, félicitations. Encore une excellente fiche que voilà. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila Taylor
WITCH HUNT
avatar
Âge du perso : 20 ans
Activité : Plongeuse dans un restaurant chic.
Spécialité : Arnaqueuse.
Fonction : Civile.
Poste spécial : Pickpocket.
Avatar : Original.
Doubles-comptes : Gaby S. King
Messages : 15
Date d'inscription : 09/09/2016
WITCH ♛ HUNT

Mais en vrai t'as grave, grave raison.
C'est vrai que moi j'aime les toutes petites fiches, parce que je préfère que la fiche soit une sorte de vive aperçu de la psyché du personnage plutôt qu'un résumé de sa vie mais d'un point de vue RP, je ne facilite pas la vie aux gens car je ne leur donne pas beaucoup d'infos. Tout ce que tu as cité, ses 11 ans à Arcadia, je les ai en tête mais je comprends bien que c'est bien beau de les avoir en tête, on communique pas par télépathie et ça ne t'avance pas trop oldritore . Je pense que j'ai peut-être été vite (par habitude) et parce que j'ai tellement galéré à trouver les mots justes pour le peu que j'ai écrit (c'est normal : nouveau personnage) que je me suis dit dans ma tête "et hop c'est bon" MAIS EN VRAI CE N'EST PAS BON PARDON DE TE FRUSTRER SALVA (j'aime le fait que tu aimes gaby).
Pour être tout à fait, tout ce que j'ai omis, je pensais le foutre ailleurs mais ça va peut-être devenir un foutoir sans nom si je le fais, surtout que les gens en ont besoin pour mieux s'approprier le perso en RP doooonc... Laissez-moi 2/3 jours ? Maintenant que tu l'as souligné, j'ai vraiment envie de préciser ce que pour l'instant j'ai laissé dans l'ombre Ou autre chose ~  (et puis faut que je le case) (lol) (pardon c'est pas drôle).
AND DON'T WORRY. J'ai toujours adoré les commentaires sur les fiches, je trouve ça génial l'attention avec laquelle vous les lisez et analysez la chose. JE VEUX DIRE on n'a pas l'impression d'écrire dans le vide, donc je ne suis pas vexée Câlin rotatif .
ALLEZ JE REVIENS VITE ELPEUH MI PLIZ . Je ferai un double post merdique pour dire quand j'ai fini. Pour de vrai. Quand j'aurais fini de finir. J'aime faire chier le monde.
COEUR D'AMÛÛÛR PASSI COEUR D'AMÛÛÛR PASSI COEUR D'AMÛÛÛR PASSI

EDIT : DONE.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
ludmila •• un sou c'est un sou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ludmila Adamovitch ▲ « Il ne te suffit pas de te mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq ! »
» (ludmila x aksana x hemera) girls rule
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Gestion du personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: