Hydrangeas [Salvatore Kimimichi & Aidan Saerbhreathach]

Invité
Invité
avatar

Occupant l'entièreté de son mur, la fenêtre de l'appartenant d'Aidan lui donnait une vue délicieuse sur la ville d'Arcadia et si l'on se collait à l'une des extrémités, on pouvait apercevoir la mer du coin de l'oeil. Lorsque la lumière descendait à l'horizon, les rayons rasants du soleil y entraient de front et donnaient à son appartement blanc des ombres et des couleurs de fin du monde. Aidan détestait ce court moment et appréciait les soirs nuageux ou bien il tirait les rideaux comme il aurait du le faire à cette heure. Il y pensait en tapotant les coussins de son canapé pour leur donner un joli volume, en pliant son plaid sans trop de rigueur pour lui donner un aspect chaleureux même rangé ou qu'il disposait ses livres en piles faussement désordonnées pour donner un peu de vie à sa table de salon propre comme un miroir. Bien qu'il s'obstina par tous les moyens à essayer de donner un sens au mot "pièce à vivre", il ne put qu'accepter sa défaite et alla s'habiller. Le moindre grain de poussière avait été monstrueusement dévoré par l'aspirateur en furie qui n'avait cessé de mugir pendant tout l'après midi, les surface planes avaient été convenablement purgés de la moindre bactérie par un tsunami de produits chimiques et mêmes les odeurs desdits produits avaient été évacuées par une aération soutenue jusqu'à cette heure précise. Son appartement ne laissait entrevoir aucune réelle activité humaine en son sein, même à vue de nez il ne sentait même pas le propre, il semblait juste mort.

Lorsqu'Aidan revint dans son salon, ses chaussures aussi cirées que son parquet et sa chemise méticuleusement déboutonnée avec nonchalance aussi blanche que son mur, il estima que, effectivement, il avait donné trop de zèle dans sa quête de perfection. Il fallat dire aussi qu'une intense pression pesait sur ses épaules. Elle s'appelait Salvatore Kimimichi. Certes, le véritable Salvatore Kimimichi ne devait guère peser plus cinquante kilos mais l'idée de Salvatore était autrement plus lourde et elle arrivait même à l'empêcher de respirer correctement. Aidan n'était pas très sûr que leurs retrouvailles se soient bien passées. Certes, Salvatore avait accepté de le suivre et de dormir chez lui et certes, il était bien trop tôt sans doute pour qu'il ne forme à son égard qu'une relation de méfiance justifiée, mais le confort des explications logiques ne parvenait plus à convaincre Aidan de s'y laisser aller. Il avait peur, et puis c'était tout. C'était dit. La chose était que, outre le fait qu'ils se voient, ils se devaient de le faire chez lui. Noël approchait à grands pas et l'échéance de la préparation des cadeaux aussi pour une grande partie des habitants d'Arcadia, pour ceux de Volfoni aussi. Il était inimaginable qu'ils se promènent en ville à cette période qui n'était même pas encore celle des vacances scolaires. Aidan se ressassait cette justification à n'en plus finir en faisant les cents pas dans son appartement, les mains soigneusement rangées dans ses poches. La vérité de cette invitation chez lui était qu'il était littéralement mortifié à l'idée de sortir de chez lui, l'endroit où il pouvait se présenter sous son meilleur jour, où il ne pouvait tomber à court de sujets de conversation, où sa tenue ne serait pas dictée par une météo capricieuse et la fin de leur entrevue par le froid ou la fatigue.
L'endroit idéal pour une discussion qui serait idéale aussi.

Le seul problème, c'était que cela faisait plus d'une heure que Salvatore aurait du être là.
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Aidan allait le tuer.
Le soleil commençait à tomber, l'air se rafraîchissait sensiblement et le long manteau que Salvatore portait faisait office de couverture plus que d'accessoire. Pas que l'hiver floridien soit particulièrement sauvage, mais c'était sans compter la redoutable compagnie vers laquelle il se dirigeait. Plus d'une heure de retard et des justifications aussi fantaisistes que celles de collégiens qui feraient un concours de motifs à chier sur leur billet d'absence, Salvatore était tout juste sorti de l'école qu'il semblait déjà y retourner.
L'immeuble d'Aidan était toujours aussi chic. Cependant bien loin de cette considération, Salvatore burina de son doigt gelé par l'angoisse la sonnette, sentit sa main se glisser dans sa nuque et en tirer quelques cheveux. À travers la porte vitrée, le hall d'entrée brillait sous les lumières chaudes des lampes - bien plus parce qu'il était coulé dans du marbre que parce qu'il était brillant. Les décorateurs avaient eu beau tapisser l'endroit de teintures très vieillottes aux murs et le fournir en plantes de toutes sortes, il restait froid et austère et les portes dorées de l'ascenseur n'allaient pas en faisant oublier le kitsch de l'ambiance.
Aidan lui ouvrit la porte et Salvatore se réfugia dans ledit ascenseur, prostré dans un coin, pour gravir les sept étages qui le séparaient de l'enfer.

Le col entravé de sa chemise l'empêchait de respirer, semblait-il, mais au lieu de l'ouvrir l'écharpe qui l'entourait se resserra. Quelqu'un monta dans l'ascenseur, lui jeta un regard désintéressé et absolument pas inquiet. On lui demanda s'il descendait, Salvatore fit non de la tête, appuya à nouveau sur ce terrible sept.
Il trouva la porte de l'appartement ouverte, comme s'il était attendu pour de mauvaises raisons. Une grande inspiration avant d'entrer.

- Aidan ? J'ai cru que j'allais jamais m'en sortir, on nous a gardé une éternité sur le terrain et il a fallut que j'aille prendre une douche après, sauf que j'avais oublié que les bus ne circulaient pas ce soir, avec les nouveaux horaires des trajets à régler ou j'en sais rien...

Il omettait volontairement son épilation des jambes et des sourcils faite sous la douche des vestiaires, le temps fou qu'il avait passé à articuler correctement ses cheveux devant le miroir, la surprise qu'il lui avait réservé. Ce n'était pas important.
Salvatore avait déposé son sac à ses pieds et peinait à quitter ses mocassins, sans plus de raison qu'une peur déraisonnable de mal faire.

- ... J'suis désolé...

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

_ Ce n'est rien. J'avais peur que tu décides de ne pas venir en fin de compte.

Une peur stupide, en fin de compte, et il lui faisait savoir qu'il avait douté de lui. Il ne s'en félicita pas. Il faisait tout de travers, c'était insupportable, il était insupportable à lui-même.Cette lumière orange était répugnante, elle lui creusait le visage et lui aussi devait être adorable, silhouette sombre en contre jour. Même avec une heure de plus, il était incapable de produire un résultat convenable.
Mais il était inutile de se flageller maintenant et il aurait bien d'autres occasions de se maudire au cours de la soirée, pensait-il avec optimisme.

_ Tout va bien ?

Question stupide aussi, et il aurait pu se la retourner.

_ Navré pour le bazar enfin le soleil ce n'est pas très agréable et je n'ai pas pensé à fermer les rideaux attends laisse moi accrocher ta veste c portemanteaux n'est pas très pratique tu veux boire quelque chose ?

Ça n'allait pas en s'améliorant, il était temps de se ressaisir. Il prit une grande inspiration et une mine un peu contrite de tant de confusion et passa derrière le comptoir de sa cuisine, passant un coup de torchon mécanique sur le comptoir reluisant de propreté avant de sortir deux verres.

_ Je suis heureux que tu sois là. Tu aurais pu décommander tu sais, je peux comprendre que ce ne soit pas évident qu'on se voit en semaine, surtout à cette période de l'année.

Cette fois sont sourire n'avait pas l'air forcé et il le garda aux lèvres en sortant les assiettes de jambon cru et les bouchées au magret du frigo. C'était joli, pas très consistant, mais joli. Il espérait que l'entrainement ne lui avait pas rendu un Salvatore affamé ou il allait devoir s'activer en cuisine.

_ Qu'est ce qui te ferait plaisir ?
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Peur de quoi ?
Il souriait et fronçait les sourcils, amorça une réponse avortée par son empressement à ranger son manteau, écrasa le talon de sa chaussure au passage, le regarda s'éloigner. Aidan semblait bien plus à l'aise dans sa tête que chez lui, noyé dans les scénarios catastrophes qu'il avait eu le temps d'inventer une heure durant. Salvatore s'en voulut davantage.
Il quitta enfin ses chaussures, garda ses petites chaussettes blanches et son écharpe autour du cou, et eut beau aligner ses mocassins avec le reste des affaires qu'il avait déposé à l'entrée, le tout finissait immanquablement par ressembler à une déchetterie. Il ne s'y attarda pas, cela dit ; il s'était investi d'une mission bien plus importante à ses yeux.
La main qui déposait l'assiette contenant le repas fut immobilisée par la présence de cinq doigts intrus sur son dos, glissant doucement vers son poignet.

- Eh, Aidan.

Un gentil sourire le dévisageait. Paisiblement, cinq autres doigts s'enroulèrent autour de sa nuque, entraînèrent sa joue contre ses lèvres.

- Un baiser, ça me ferait vraiment plaisir.

Salvatore déposa le sien, captura sa main entre les siennes.

- Je suis heureux de te voir aussi. J'ai attendu ça toute la journée, je n'allais pas décommander à cause d'un soir de semaine. Si on n'est pas à l'aise avec ce qui n'est pas évident, je ne sais pas ce qu'on fait ici.

Ca y est, il souriait tellement qu'il ne le voyait plus.
Salvatore s'éloigna, partit en direction du fameux rideau pour le tirer et sortir Aidan de la torpeur qui l'handicapait.

- Tu n'as toujours pas de Dr Pepper je suppose ? Il anticipa son air dégoûté en se tournant vers lui, tira sur le rideau pour que les plis tombent parfaitement droits. Je plaisante. N'importe quoi de frais, Aidan, un jus de fruit, de l'eau avec des glaçons, peu importe. Merci beaucoup.

Il finit son office, retourna le voir et bâtit un trône avec ses bras posés sur le comptoir pour y accueillir sa tête.

- Ta journée s'est bien passée ?

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

_ J'ai du Docteur Pepper.

Cette merde infâme qu'il avait fallu courir acheter quand il s'était aperçu qu'elle manquait.

_ Cette chose est immonde, tu en as bien conscience ?

Il essayait d'être convaincant, de le ramener sur la voie du bon goût mais il y avait trop de sourire dans sa voix pour qu'il soit pris au sérieux. Et il y avait un petit caillot de bonheur dans son coeur qui arrivait à calmer un peu ses battements désordonnés. Il enleva précautionneusement le film plastique qui recouvrait les assiettes et les posa soigneusement sur le comptoir, à côté de ses cactus tout neufs et de ses verres à pied.

_ Viens voir par là s'il te plait.

Et avant que Salvatore ait pu se pencher vers le frigo qu'Aidan venait d'ouvrir, il le prit dans ses bras et lui fit le câlin le plus maladroit et le plus heureux qu'il eut jamais fait dans une telle situation de stress intense. Heureux parce qu'il l'était, maladroit par qu'il faillit les faire tomber tous les deux en se cognant la hanche au comptoir.

_ Oups. Erm... tu avais.... des projets pour ce soir ?

Il y avait quelque chose de louche sous cette chemise.
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Il écrasait son poignet avec son coude. Ca faisait mal, mais il s'en foutait. Il souriait. Ses bras se croisèrent finalement, et sa tête se pencha toute seule.

- C'est dégueulasse, je sais.

Il souriait. Il avait beau prendre son air sérieux, ses fossettes se creusaient et le visage de Salvatore se retrouvait flanqué d'un sourire qu'Aidan ne pouvait que copier. Il résistait, mais Salvatore se promit que cette comédie ne durerait pas jusqu'au dîner. Il regarda ses gestes appliqués, le soin qu'il apportait à ne rien salir avec son film plastique, la justesse de sa voix alors qu'il l'appelait. Parler de précipitation, d'empressement à le rejoindre aurait été impropre. Il lui obéissait. Il n'y avait là aucune barrière à franchir, et ils avaient tout leur temps.
Un temps infini à passer entre ses bras, comme ça.
Il en frissonna. Son coeur rata quelques battements d'être secoué comme il le faisait en basculant, et ses mains d'abord accrochées à son avant-bras se dirigèrent vers la hanche blessée comme un pansement à appliquer. Il y avait trop d'amour dans ces mains. Il ne savait plus quoi en faire.
Oups. Comme il disait.

- Des proj-... Eto...

Il avait la main dessus, ce n'était probablement pas l'idée de siècle de nier l'existence de ce harnais sous sa chemise. Ce n'était pas une raison pour ne pas rougir, cela dit, et Salvatore ne se fit pas prier.

- Je... Peut-être ?

Il ne s'était pas mis en retard pour ces projets. Il n'avait rien fait pour être prêt à n'importe quelle éventualité, parce qu'on ne sait jamais qui dira oui, ni dans quelles circonstances ; jamais un mensonge n'avait sonné aussi faux et, sous l'écharpe qu'il avait monté sur son nez, Salvatore rougissait davantage.
Il souriait toujours et ne quitta pas son torse.

- Et toi, tu en avais ? Après l'apéritif au Dr Pepper et la charcuterie.

Il mordait sa lèvre et frissonnait toujours. Ca faisait un bien fou.

- Merci, pour le Dr Pepper.

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

Maintenant qu'il l'avait senti, il ne cessait d'y penser. Il ne fallait le tenter comme ça, il était faible, le pauvre. Il eut un sourire un peu gêné mais Salvatore ne pouvait pas le voir il était trop petit.

_ Pas vraiment. Même pas du tout, il faut bien le reconnaître. Je pensais que tu préférerais que nous nous en tenions à des... rapports physiques distants, pour le moment. Je n'aurais peut-être pas dû supposer mais... enfin.

Sa hanche lui faisait mal maintenant, mais il fit comme si il n'en était rien et le garda dans ses bras un moment, jusqu'à ce que le frigo se mette à émettre de petits bruits stridents lui signalant que la porte était restée ouverte trop longtemps.
Cela avait beau être du Dr Pepper répugnant, Aidan le lui servit évidemment dans un très joli verre où la canette rentra en entier et le verre ne fut plain qu'après qu'il y eut ajouté deux glaçons. Aidan adoraient ces verres. Ils étaient absolument parfaits, pensés par des gens avec un esprit parfait de ce que devait être un verre à apéritif au XXIème siècle. Il se servit lui-même un verre de cognac et arrangea assiettes, verres et piques en bois sur un plateau pour les porter au salon. Il ne cessait de lancer des sourires à Salvatore et plusieurs fois il ouvrit la bouche mais se ravisa avant d'avoir dit quoi que ce soit. Un compliment, lui demander de prendre quelque chose, mais il se trouvait toujours soit trop cérémonieux soit trop familier et il se surprenait à être aussi incapable alors qu'il était considéré comme l'image même d'un homme social.

_ Alors, comment s'est passée ta semaine ? Tu sais, si tu as besoin d'aide pour les cours, tu me peux me demander c'est... mon domaine. Mon seul et unique. Enfin euh, du coup, ça t'a plus Belle du seigneur ?

En passant.

Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Voilà bien longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi gêné.
Il profitait d'être dans ses bras pour se maudire d'avoir été aussi maladroit, aussi pressé de retrouver un domaine dans lequel il était doué - son seul domaine de prédilection, quelque chose dans lequel il se sentait à sa place.
Il se dégoûtait et quitta Aidan. À contrecœur ou pas, il n'en savait trop rien. Pendant qu'il préparait l'apéritif, Salvatore se sentait de trop et il avait beau lui rendre ses sourires, son visage perdait des couleurs lorsqu'il fuyait en direction du canapé. Puisqu'il n'était pas sollicité, il alla s'y asseoir.

Le salon n'avait pas changé, et il avait déjà pu le constater le soir de leurs retrouvailles. Tout était irrémédiablement impeccable, n'importe quel être humain se sentirait de trop dans cette abondance d'hygiène et de rangement mais Aidan n'était pas n'importe quel être humain et c'était même son royaume. Un œil implorant à son sac qui cachait ses mocassins à l'entrée. Il était de trop.

- Mmh ?

Il lui fallut un instant pour recouvrer ses esprits, suivre du regard le plateau qui se posait sur la table basse.

- Ah, ouais. C'était bien, oui. La semaine. C'était comme d'habitude surtout, y'a pas eu... de grands changements. Il avait fait l'effort d'assister à tous les cours, cela dit. Ce n'était pas particulièrement évident. Et merci, pour l'aide. J'y penserai haha.

Le rire était gêné. Encore. Salvatore tira sur les manches de sa chemise et sentit son costume de scène frotter autour de son cou comme la corde autour du pendu.

- J'ai rien compris au bouquin. 'Fin, j'ai vaguement compris que c'était une histoire d'amour et que c'était la merde et qu'au début il est à cheval et il va draguer Machine qui l'envoie bouler parce qu'il est moche.

Il voulut rire et se retint de justesse.

- J'ai... Je lis très mal. J'ai pas l'habitude de la grande littérature.

Et s'entendre parler aussi païennement de son livre favori devait être douloureux.

- Il faudra que je le relise plus attentivement. J'y veillerai.

Il voulut le promettre en trinquant, le pied de son verre coincé entre l'index et le majeur.

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

Aidan fut plus rapide et leva son verre en premier.

_ Ne t'en fais pas va, ce n'est pas la peine de t'embêter pour me faire plaisir, tu reliras bien ce bouquin quand tu en auras envie et si tu en as envie. Comme je ne mettrai probablement jamais au basket pour te faire plaisir, je crois que je mourrais qu'on me voit avec ce genre de maillot informe sur le dos, aha.

Il se pencha sur lui et lui embrassa les cheveux avant de s'asseoir dans son fauteuil, en face de lui. Ils auraient pu voir les étoiles par la fenêtre si les rideaux n'avaient pas été fermés et si les grandes agglomérations ne produisaient pas autant de pollution lumineuse. A défaut, ils pouvaient regarder l'écran de télévision éteint, le meuble où étaient classés les jeux vidéos d'Aidan selon un ordre thématique très personnel et son bureau, ce meuble en bois sombre d'apparence ancienne et fragile mais qui supportait deux ou trois liasses de copies assez conséquentes. L'une d'elle était écrasée par un serre-livre en forme de baleine, signe pour Aidan qu'elle n'était plus à faire. Il jeta un oeil à son appartement comme si il allait lui proposer un sujet de conversation nouveau et qui les passionnerait tous les deux mais il dut admettre qu'il ne voyait rien de tel dans cet intérieur digne d'une double page sur papier glacé.

_ Et tu sais, je ne pense pas que tu ais eu du mal parce que c'est de la "grande littérature". C'est peut-être un avis erroné mais je crois que n'importe qui peut être touché par une "grande" oeuvre, dans quelque domaine que ce soit et peu importe sa culture sur le sujet. Evidemment, s'intéresser au domaine en question multiple les chances, mais si ce livre t'a fait peu d'impression, c'est peut-être qu'il ne te parlait pas, tout simplement. Et je me sentirai coupable de te faire relire plus de mille pages pour vérifier cette première impression.

Lui-même n'avait pas commencé à lire ce qu'on pourrait qualifier d'oeuvres littéraires de très bon coeur lorsqu'il était étudiant, et leva légèrement les yeux au ciel en repensant au lecteur récalcitrant qu'il était.

_ Qu'est-ce que tu fais en dehors des cours ? A part faire dealer des lycéens et encourager les rumeurs obscènes qui courent à ton sujet, je veux dire. Et il le dit avec un grand sourire parce que, visiblement, l'un comme l'autre l'amusait.
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Ils trinquèrent froidement. Ils essayèrent, autant l'un que l'autre, de rendre le geste moins solennel. Salvatore n'avait aucune idée de ce qu'y voyait Aidan, mais il se doutait qu'il était au moins aussi confus qu'il l'était lui-même.
Il but le Dr Pepper comme un millésime de premier choix, un grand cru précieux. Il avait tellement l'habitude d'en boire qu'il n'en sentait même plus tous les arômes artificiels, regarda le cognac disparaître entre les lèvres de son hôte. Il n'avait jamais bu d'alcool aussi fort. Quelques bières, un peu de vodka tout au plus. Il n'y connaissait rien, et ce n'était que l'un des nombreux sujets sur lesquels il faisait preuve de totale ignorance. Que ce soit les jeux vidéo, triés et alignés sous la télévision, les reproductions et originaux de tableaux accrochés aux murs, la bibliothèque pleine mais toujours, toujours parfaitement organisée, l'environnement dans lequel il évoluait n'était pas le sien et chaque détail qui le rappelait six mois en arrière lui semblait hostile. Il avait pourtant les clefs de cet endroit. Il y était invité de bon coeur. Il avait demandé à Aidan s'il pouvait dormir dans la chambre d'ami, les premiers temps. L'idée même de rentrer dans sa chambre le mettait mal à l'aise, et c'était pourtant lui qui s'était préparé aux passions qui les y auraient conduis.
Nouvelle gorgée de Dr Pepper. Son regard irrémédiablement perdu sur le rideau tiré.

- J'aimerais comprendre quelque chose par moi-même, je crois. Même avec ton aide à côté, je veux dire, mais réussir à comprendre, et persévérer dans quelque chose de banal, de prétendument acquis. J'aimerais savoir ce que ça fait d'arriver au bout de quelque chose et d'avoir le sentiment que ça ait servi.

Ses yeux le retrouvèrent et son sourire lui réchauffa le coeur.

- Et mon maillot des Lakers est très beau.

Il ne le mettait jamais. Mieux valait se garder d'aimer autre chose que les Heat.

- En-dehors des cours ? répéta-il confus, les sourcils froncés et le sourire amusé. Je joue au basket, principalement. J'essaye, tout du moins, je ne suis pas connu pour mes performances. De manière générale je reste le plus loin possible de l'épicerie. La plupart du temps, je traîne dehors. Quand j'ai le matériel avec moi, je vais surfer ou dans le skatepark, mais là encore c'est pas du très haut niveau.

Et cette simple question le mit bien plus mal à l'aise que n'importe quel examen scolaire.

- Je... Je vais en soirée. Je vais en concert, aussi, mais c'est plus rare. Souvent accompagné. Pour ne pas se sentir seul trop longtemps. Et je traîne sur tumblr avec mon téléphone. En gros.

Ils n'avaient aucun centre d'intérêt commun. Ca sonnait comme une évidence et ce qu'il portait sur lui le lui rappelait avec une extrême cruauté. Son sourire se farda de mélancolie.

- Et toi ? Excepté être prof et ranger ton appartement ?

Ils étaient aussi seuls l'un que l'autre. C'était là leur unique point commun.
Salvatore réalisa cela le verre à la main.

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

Il sourit à mesure qu'il énumérait ses activités. Le mot qui revenait le plus souvent était probablement le verbe "traîner" et il se demanda si c'était une façon de parler trop récente qui lui échappait ou une manière de dire les choses dont il avait un peu honte. Il lui tendit les bouchées au magret après avoir reposé son verre.

_ Eh bien, après on dit que les jeunes passent leur temps devant leurs écrans. Je me sens mal maintenant. Quand j'ai du temps libre je vais courir un peu, je fais un peu de plongée aussi mais généralement je végète devant mon ordinateur ou ma console. Je joue à osu ou à des RPG sur mon ordinateur, je regarde des do it yourself avec optimisme sans jamais en faire aucun. Je lis, bien sûr, et je cuisine. En fait quand j'ai du temps libre, je l'utilise à être lent. Je me fais des goûters lentement et avec soin, ou je prends un bain, ou bien je sors me balader et prends quelques photos, ou j'actualise mon blog... pas forcément des choses très passionnantes, j'en conviens. Et pendant les vacances je suis généralement chez ma soeur pour l'aider à s'occuper de mon père ou je prends mes neveux chez moi. C'est à peu près tout. Je me sens vieux en disant ça, aha.

Il prit une tranche de jambon qu'il plia proprement entre ses doigts avant de la manger, et une autre tout de suite après.

_ Je meurs de faim. Tu... tu aimes l'agneau ?
Salvatore Kimimichi
ℐℯᏱᏁᏱto
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Basketball
Spécialité : Meneur - Steal
Fonction : Y2
Poste spécial : Genre.
Avatar : Rivaille - SnK
Doubles-comptes : Pandarap tranquille.
Messages : 2442
Date d'inscription : 27/07/2014
ℐℯᏱᏁᏱ✝ to ✕

Au plus il parlait, au plus il lui rendait son sourire. Il finit si comblé qu'il baissa la tête en pouffant discrètement, scella ses lèvres d'une morsure ravie. L'adage le forçait à ne pas lui couper la parole pour prendre possession de son cadeau ; Salvatore remercia son hôte d'un signe de tête éloquent pour qui connaissait un minimum la culture asiatique, et il savait que c'était le cas des personnes assises dans ce salon. Les bouchées avaient un goût qu'il reconnaissait, mais dont il n'arrivait pas à retrouver l'origine. Aidan parlait de vacances pendant que la mémoire lui revenait - du magret, le même qu'il avait mangé sur ce canapé, six mois auparavant. Cette fois-là Aidan n'était pas assis mais à genoux devant lui, et se faisait critique gastronomique d'un plat bien moins raffiné. Du magret, donc. Son sourire fondit comme les saveurs dans sa bouche.

- Je n'ai pas l'habitude de manger de l'agneau. Je ne suis même pas sûr d'en avoir déjà goûté à vrai dire, mais il n'y a pas de raison que ça ne me plaise pas. J'ai pas l'habitude de manger autre chose que du poisson pour être honnête, haha.

Il chuchota un « mange, mange » discret dont il eut honte, l'observa sans mot dire pendant un instant.

- J'ai l'impression de rien faire des fois. 'Fin, mon temps je le perds dehors à rien foutre de particulier, j'ai beau ne pas passer mes journées devant un écran - et encore, j'ai un téléphone, j'ai pas l'impression d'en faire autant que toi. Ou alors c'est très peu varié, j'en sais rien.

Il força un nouveau sourire, et le voir manger le rendit honnête.

- Il faudra que je te fasse à manger, aussi. Bon mes compétences sont limitées, certes, mais je sais faire des sushis et je cuisine au wok comme personne. Tu me montreras ce que tu fais ? Tes photos, ton blog... J'ai un blog aussi. Un truc de dépressif de tumblr, très original.

Il reprit une bouchée et attendit de finir ce qu'il avait dans la bouche avant de parler.

- J'y connais rien en jeu vidéo, il faudra que tu me montres, haha.

_________________
DON'T
涙も嘘も愛も許せない俺が || 大嫌いで…でも戻れないから…
•• CADEAUX •• ICONS
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

_ Quand vas-tu arrêter de minimiser tout ce que tu fais ? demanda-t-il en riant, je ne fais pas grand chose non plus et ce n'est pas forcément plus intéressant, tu n'as pas à avoir de complexes tu sais. Et puis, j'ai plus de quarante ans et pas de vie de famille, j'ai sans doute plus de temps libre que toi.

Il faisait pareil, il était horrible.

_ On peut jouer après manger si tu veux, et pour le reste, je peux te montrer tout de suite si ça t'intéresse. Par contre, je dois t'avouer quelque chose : j'aimerais faire de la photographie un peu plus "artistique" disons, pour l'instant ce sont surtout des architectures et des paysages de gros touriste, du coup il est probable que j'insiste pour te mettre à profit comme modèle, si ça t'amuse. Et si ça ne t'amuse pas, n'hésite pas à me mettre des coups sur la tête.

J'aimerais bien voir ton blog aussi.
Il n'osa pas le lui demander, se disant que cela le mettrait sans doute mal à l'aise. C'était courant avec les élèves de l'école, courant peut-être dans cette nouvelle génération, d'avoir à ce point peur d'être jugé sur ce qu'ils faisaient, sur ce qu'il y avait de personnel ou ce dans quoi ils investissaient du temps. Aidan lui jeta un regard attendri et se resservi un verre avant de se lever et de prendre un album à la couverture épaisse das l'un des tiroirs de son bureau. Cela ressemblait à un gros album photos et des feuilles de différentes tailles dépassaient de partout. Il s'agissait en réalité du carnet où il peignait ses aquarelles ou rangeait celles qu'il faisait sur des feuilles volantes. Il le tendit à Salvatore avec un sourire un peu mal assuré et but une gorgée de cognac pour éviter de se resservir encore à manger.

_ Je ne dessine pas très bien mais j'aime beaucoup travailler la couleur, ça... change. dit-il avec un certain amusement en laissant tomber ses yeux de ses murs à son tapis, aussi blancs et propre que du linge de maison neuf. Si tu veux, nous nous mettrons à deux pour finir de le remplir.
Contenu sponsorisé


 
Hydrangeas [Salvatore Kimimichi & Aidan Saerbhreathach]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Une vie pas si simple que ça" Elena Lena Salvatore
» Qu'est ce qu'une vie sans les amies ? Stefan Salvatore
» Damon Salvatore
» Fiche de RP's ► Stefan Salvatore
» Stefan Salvatore is here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: Arcadia :: South Orange Avenue :: Aquarium :: Appartement d'Aidan Saerbhreathach-
Sauter vers: