Nicole

Invité
Invité
avatar

Nicole Yates ••

Nicole Yates -
ÂGE - 19 ans
ORIGINES - Kentucky mais elle vit en Floride depuis son enfance
SEXE - Vagin
ORIENTATION SEXUELLE - Bi mais elle est la seule à le savoir

RANG - ///
NIVEAU D’ÉTUDE - Y2
RÉGIME - Demi pensionnaire STUDYWORK - ///
POSTE SPÉCIAL - ///

CURSUS - Volleyball
SPÉCIALITÉ - Défenseuse

CLUB - Yoga
PRÉCISIONS •• fait la plonge au King' Chicken après les cours • aime la bière. Les bières même. • fume des indus light mentholées • leader des Cinq muses (Élégance) • ne fait confiance à personne, même pas à un journal intime • adore la marqueterie • gère les finances de ses parents • raconte sa vie en permanence sur Twitter • tient une chaîne YT de "Get ready with me" • a déjà menacé un élève avec un couteau (de cantine, certes) • collectionne les parfums, spécialement les Chanel • finit ses soirées avec une série et un pot de glace • commence toujours par critiquer, même ce qu'elle aime • aurait aimé avoir un chien • déteste qu'on vienne chez elle • adore le thé • ne supporte pas qu'on critique ses parents • prend des salades au McDo • aime les autocollants • trie tous ses cours et ses affaires dans des classeurs recopiés et organisés avec un soin militaire • comme elle ne peut pas avoir de compte en banque, elle met tout son argent dans une tirelire • tirelire qui ressemble d'ailleurs à Dézsidérius Egea • participe à toutes les fêtes où elle peut s'inviter • a des petits seins et se dispense souvent de porter des soutient-gorge • pleure pour rien, mais jamais en public • n'a pas les oreilles percées • le chocolat la rend malade • refuse de prendre des médicaments quand elle est malade

PHYSIQUE •• Nicole trouvait qu'elle était la plus belle femme du monde et ce sans le moindre orgueil de sa part. Elle était également persuadée que son visage changeait selon qu'elle était seule ou entourée et qu'elle y perdait cette beauté. Lorsqu'elle était seule dans sa chambre et qu'elle croisait son propre reflet dans le miroir, il ne faisait aucun doute qu'elle était une femme belle et même sans défaut physique, pourtant, dès lors que ce reflet se croisait dans le regard des autres, il était aliéné et elle se mettait à le trouvait laid. Bien évidemment, Nicole avait parfaitement conscience de ne pas être la plus belle femme du monde mais cela ne l'empêchait pas de trouver qu'elle l'était et de toutes façons, elle n'avait à s'en justifier devant personne. Son visage était le seul dont la vision pouvait la rassurer pleinement, à la fois parce qu'il ne la jugeait pas et par ses traits ronds et doux qui avaient la perfection familière des objets polis par des milliers de coups d'oeil.
Nicole était une grande fille à la peau sage avec des cheveux raides et des cils courts. Ses couleurs étaient claires et tièdes, châtain, blond foncé et noisette, et sa peau aux roseurs orangées était parsemée de grains de beauté. Le rose saumon lui allait bien et c'était d'ailleurs ce qu'elle préférait porter. De la vie et une douce chaleur semblaient attachées à sa chair si bien qu'elles faisaient une grande partie de son charme. En effet, si elle n'avait pas eut pour elle cette légère aura printanière, Nicole aurait pu en être totalement dépourvue. Elle était dynamique mais pas gracieuse, secouant ses membres avec brusquerie, se tenant droite sans élégance et portant dans sa voix sucrée un parler de médiocrité intellectuelle qui fleurait les plats surgelés.
Certains diraient qu'elle aurait pu être jolie si- mais en réalité elle était jolie, de cette joliesse sans éclat qui la rendait agréable à l'oeil comme un meuble bien taillé. Elle était très lucide sur ce point et savait ce qu'il en était, aussi prenait-elle bien soin de ses traits et de ses couleurs. Bien qu'elle ne soit pas excellente une fois un crayon entre les mains, elle savait comment parvenir à un maquillage simple qui la mettrait suffisamment en valeur pour dépasser le stade de la simple fille jolie mais sans plus. Elle était obsédée par l'idée qu'on la juge ainsi et refusait de sortir de chez elle sans être convenablement apprêtée même si cela devait lui coûter, qu'il s'agisse de retenues pour ses retards à l'école ou du mécontentement de ses amies. Dans cette peur, elle soignait également ses tenues et bien qu'elle se trouvât loin des excentricités que l'on pouvait voir à Volfoni, elle y consacrait suffisamment d'efforts pour que ceux-ci soient remarqués. Son intérêt se portait généralement sur les bas courts et les hauts aux tissus délicats. Elle affectionnait également les bijoux et aimait les regarder sur elle, apprécier le contraste du métal ou des couleurs criardes qui juraient avec sa peau tendre aux poils dorés. Une autre de ses hantises, ses poils. Bien qu'elle soit claire, sa pilosité était abondante, recouvrant presque chaque parcelle de son corps. De ses mains jusqu'à ses joues et ses fesses, sa peau était recouverte d'un petit duvet blond qui devenait extrêmement visiblement dès que le soleil y jouait un peu et qu'elle passait une grande partie de sa toilette et essayer d'éradiquer de tous le moyens possibles et imaginables.
En fait, Nicole était une jeune fille extrêmement banale qui essayait de combattre cet état de fait par le soin et le temps qu'elle s'accordait et pour cela, elle avait du mérite.

MENTAL •• Une grande partie de Volfoni s'accordait à dire que Nicole était une pouffe, plutôt à raison qu'à tort. Cela ne faisait certainement pas d'elle un monstre, mais nombre de ses défauts étaient indiscutables, étalés au grand jour comme ses plus précieux bijoux. Égoïste, ingrate, méprisante, médisante, vulgaire et cruelle, voilà autant de traits que beaucoup d'élèves de l'école avaient déjà eu à subir en l'espace de la première année de Nicole à Volfoni et, dommage pour eux, elle n'avait pas abandonné et même obtenu sa première année avec brio. En effet outre son attitude assez discutable vis à vis de ses camarades, Nicole était une personne travailleuse et organisée qui se laissait difficilement abattre, que ce soit par la mauvaise opinion qu'on pouvait avoir d'elle que par la masse de travail conséquente à laquelle elle devait faire face. Car les élèves n'étaient pas les seuls à détester son attitude. Ses parents étaient les premiers à se plaindre de sa conduite et à le lui faire savoir sans détour à peu près tous les jours. Qu'il s'agisse de sa façon de s'habiller qu'ils considéraient comme vulgaire et provocante ou son mépris affiché pour les "losers du bahut" en passant par sa façon de participer à toutes les fêtes alcoolisées (et plus) auxquelles elle était invitée (ou pas d'ailleurs), ils ne manquaient jamais une occasion de lui rappeler quels parents déçus ils étaient.
Nicole avait donc du apprendre à vivre en subissant la constante désapprobation de ses proches, inutile donc de préciser ce qu'elle pensait de l'avis d'abrutis bien pensants et hypocrites qui avaient bien souvent de moins bonnes notes qu'elle. C'était ça qui la réconfortait après tout, l'idée que derrière le fait qu'elle soit haïe par certains ou juste considérée comme une énième pétasse sans intérêt par d'autre, elle était meilleure en cours que la plupart d'entre eux, avait plus d'argent que la plupart d'entre eux et une vie plus intéressante que la grande majorité d'entre eux. Plus d'avenir, ça, elle n'en était pas sûre. En fait si, elle en était sûre : Nicole n'avait pas d'avenir. Elle vivait avec la fébrilité des animaux à l'approche de l'hiver, un hiver aveugle, bouché par un mur, et vers lequel elle avançait tout aussi aveugle. La raison était en parrie que, bien que sa famille vécut dans une certaine aisance, elle avait toujours du faire des efforts colossaux pour obtenir ce qu'elle désirait, ou même ce dont elle avait besoin. Elle devait gérer seule sa vie depuis le début de son adolescence, ses parents étant pour elles des forces contradictoires qui faisaient opposition à chacun de ses désirs. Nicole travaillait donc seule à l'accomplissement de chacun de ceux-ci, autant par plaisir que par provocation et se réconfortait pour réussite par un bon verre de whisky.

HISTOIRE •• Nicole n'arrivât à Arcadia qu'à la fin de ses années de lycée. Bien qu'elle eut vécu dans sa banlieue proche pendant quasiment toute sa vie, ses parents l'envoyèrent faire ses études dans un établissement catholique de Sebring sur conseil de leur curé. Ils n'étaient pas très croyants mais, ayant tous deux étaient élevés de façon religieuse, ils gardaient malgré tout un certain respect vis à vis de l'Eglise et une croyance qui relevait bien davantage de la superstition.

Nicole n'était pas très intelligente, c'était ce qu'on lui répétait depuis qu'elle avait commencé à apprendre à lire et à compter. Elle aussi avait bien remarqué qu'elle n'apprenait pas aussi vite que ses camarades, que rien ne restait dans sa tête, elle avait donc du travailler beaucoup plus et son père l'avait grandement aidée dans son apprentissage. Il avait mis au point toutes sortes d'exercices pour l'aider, comme lui faire composer des phrases correctes avec des mots découpés dans des magazines, qu'ils appelaient "les étiquettes", ou se lancer avec elle dans des courses de tables de multiplications.
Son enfance, Nicole s'en souvient comme d'un grand moment de complicité avec son père qui l'emmenait au square et la poussait très fort à la balançoire, jusqu'à ce qu'elle ait peur, ou qui inventait pour elle les costumes d'Halloween les plus effrayants de l'école. Depuis qu'elle avait cessé d'être une enfant pour être une fille, leur complicité s'était évanouie et ils se cantonnaient à des rapports minimaux et très conventionnels : crise d'adolescence, papa qui gronde, papa qui ne comprend rien de toutes façons, heureusement que maman est là, maman qui ne l'emmenait pas au square pour jouer. Maman préoccupée, sérieuse dans son rôle de maman, qui ne l'aurait jamais poussé très fort au risque qu'elle tombe et se fasse mal, et Nicole apprit que les enfants et les femmes ça ne s'amusent pas pareil. Elle a préféré continuer à travailler du coup. Elle avait fini par devenir bonne, elle était devenue logique et performante, machine ronronnante au rythme régulier, avec une vague culture générale qui la sauvait quand elle commençait à boire la tasse.
Il y avait un raté dans sa vie, elle le savait, parce qu'à partir du moment où elle était entrée dans le secondaire, Nicole sut qu'elle allait bientôt mourir.

Son existence était indissociable de celles des autres. Elle vivait parce qu'elle faisait partie d'un ensemble, dans des groupes. Elle se serait évaporée si elle avait été seule. Voilà pourquoi elle ne pouvait envisager d'avenir pour elle-même, incapable qu'elle était de s'imaginer vivre dans son seul intérêt. Elle avait donc la folle conviction qu'elle serait fauchée par une mort violente et prématurée avant d'avoir quitté la maison, ce qui coupait court à ce futur improbable. La seule raison pour laquelle elle faisait des économies était de laisser quelque chose à ses parents quand elle serait morte. Cette idée d'une mort imminente était tellement ancrée en elle qu'elle avait rédigé une petite lettre qu'on pouvait considérer comme un brouillon de testament dans laquelle elle détaillait les dispositions à prendre pour ses funérailles en indiquant leur prix approximatif.

A part vis à vis de sa propre mort, Nicole se laissait rarement aller à la superstition et aux pensées irrationnelles. Elle était terre à terre et matérialiste et se nourrissait de satisfactions quotidiennes plutôt que d'espoirs et de rêves (elle se souvenait rarement de ceux-ci par ailleurs). Malgré, ou plutôt à cause de cela, elle la tête pleine de lassitude en permanence et quand elle pensait à sa mort prochaine, il lui venait un soulagement coupable. Elle se pardonnait cependant et se réservait ses plus beaux élans de compassion. Elle en avait bien besoin : il n'était pas difficile pour elle de faire la dure toute la journée et de porter sa vie à bout de bras, elle en avait la force physique et mentale tant qu'il faisait jour, mais c'était autre chose que d'être seule dans le noir.
Nicole faisait donc tout son possible pour n'être jamais seule et toujours trop épuisée en rentrant chez elle pour avoir à veiller les yeux ouverts. Elle avait choisi d'occuper chaque minute de son temps et avoir du temps libre la mettait mal à l'aise. En dehors des cours, elle s'était mise à travailler dès qu'elle l'avait pu, sachant pertinemment que ses parents ne lui donneraient jamais d'argent pour quelle continue de porter des shorts qu'ils jugeaient trop court ou des soins capillaires qui lui revenaient plus cher que leurs courses alimentaires.

A une époque, lorsqu'elle avait quitté l'école primaire, Nicole avait reçu un journal intime en cadeau d'anniversaire. Elle avait été très contente car toutes ses amies en avaient et puis elle s'était demandé ce qu'elle pourrait bien y écrire. Sa mère lui avait dit qu'elle pourrait y noter tous ses secrets mais Nicole n'avait pas de secrets à cacher à qui que ce soit. Quand elle commença à en avoir, il lui sembla bien plus judicieux de les garder pour elle et, par dégoût que lui inspirait l'idée même d'avoir un journal intime avec son nom écrit à l'intérieur, elle le brûla au fond du jardin et enterra ce qu'il en restait derrière la cabane à outils.

Quand elle ressasse ses souvenirs d'école, Nicole est toujours étonnée de constater avec quelle facilité elle a oublié ou remplacé les gens qui l'entouraient. Ses amis, ses professeurs... elle n'a jamais fait l'effort de garder le contact avec qui que ce soit. Ca a toujours été plus facile de laisser couler les relances et de se faire des amis neufs pour aller avec ses cahiers vierges. Après, elle n'avait plus trop le temps de sortir après les cours. Elle avait son travail et puis elle n'avait besoin de personne qu'elle disait, et puis elle rencontrait toujours du monde de toutes façons. Elle faisait un peu peur à crier et à être bornée, elle faisait chier aussi, beaucoup, et ça faisait d'elle le centre d'une petite galaxie de chieuses. Ca lui allait bien, elle aimait ça.

PARLE-NOUS DE TOI - Vagin
QUESTION/REMARQUE ? - A première vue non
AVATAR - Afuri Terumi (Inazuma Eleven)
Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ

......... sing hallelujah !

On les enchaîne, c'est fou 0/

Bon, elle est née la divine enfant, et en soit, eh bien c'est une super bonne idée. Nicole est bien foutue et surtout, très bien traitée dans son fond moral : une garce, c'est pas juste une garce, et Nicole est limite trop sage dans sa fiche de présentation pour qu'on se rende compte de ce dont elle est capable. Le seul truc qui me poserait problème est lié à ça, d'ailleurs, mais j'y reviens.
En soi la fiche est parfaitement lisible et ce ne sont pas les quelques mots qui manquent (EL ADRITORE !) qui ruinent la lecture. Fais juste attention à te relire pour de vrai et à PRENDRE TON TEMPS POUR LE FAIRE parce qu'on peut même pas parler de fautes d'orthographe s'il n'y a pas de mots tout court. Y'a même une fois où t'as oublié le verbe et là par contre, c'est quand même plus chiant, il s'agit pas juste d'un déterminant.
À titre personnel, j'aurais attendu plus de précisions concernant le physique, même si la description dans sa forme est assez sympathique je l'admets. Après, toujours pareil, on imagine assez bien Nicole dans l'ensemble et c'est le plus important. Par contre, gros coup de coeur pour le caractère ET J'EN AI MARRE DE T'AVOIR EN TRAIN DE TE FOUTRE SOUS TA COUETTE A ME HARCELER POUR AVOIR CE COMMENTAIRE BORDEL et donc il est très bien parce que j'aime les gens qui sont persuadés de bien faire quoi qu'ils fassent. Et en l'occurrence, c'est totalement le cas.

Ce qui me peine un peu cela dit, c'est bien l'histoire, que je trouve assez fade. En fait, je ne sais pas bien à quoi c'est du, peut-être au fait que ce soit une histoire simple (et pas mauvaise, attention) dans une forme simple et plus longue qu'à ton habitude, mais j'ai l'impression qu'on n'a pas accès à grand-chose de la vie de Nicole. En vrai c'est faux, parce qu'il se passe plein de trucs, mais rien de significatif, et même lorsque quelque chose d'important arrive (sa peur de la mort) elle couvre tout un pan de sa vie qui aurait peut-être mérité d'être présenté. D'autant plus qu'elle est native de la région d'Arcadia et qu'elle peut d'ores et déjà connaître quelques têtes, ou qu'elle est à Volfoni visiblement depuis deux ans et qu'elle n'y est pas n'importe qui. Cette place parmi les Cinq Muses, le concept même des Cinq Muses, auraient mérité d'être évoqués, par exemple. Mais j'imagine qu'on ne pourra pas passer à côté une fois que tu auras commencé à RP avec elle, haha.

Rien de plus sinon. Encore mon bon point pour le caractère qui décidément me plaît beaucoup. Pour ce qui est des groupes, je te propose les populaires (tu peux en être recalée si jamais ça fonctionne pas blablabla), les intellos et je te mets deux options sur les sportifs et les R.O.S.E si jamais l'un des deux te parle. Des zibous !
Voir le profil de l'utilisateur
Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ

Je DP pour le signaler comme il faut :
Tu as choisi les populaires, tu peux donc en être rétrogradé si ton personnage ne fait rien pour conserver son titre. Si jamais c'est le cas, les administrateurs te placeront dans le groupe qui correspond le mieux à ton personnage. ♪
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nicole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nicole RIEU
» Le Cercle Bilderberg ou le bal des vampires ?
» FINALE!!! Natalie Meija VS Nichole Cordova
» Scénario : 07. Partyin’, partyin’ YEAH ! (accordé par le staff)
» Nicole Sumire Nakajima [OVER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Gestion du personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: