Son chat s'appelle Bob (づ  ̄ ³ ̄)づ

Brendol H. Caleibh
12 gays ֎ in space
avatar
Âge du perso : 33 ans [12 mai]
Activité : Professeur d'anatomie & kinésithérapeute
Spécialité : Troller lel
Fonction : PROPAGER LA JOIE
Poste spécial : Tuteur & référent club de boxe + yoga
Avatar : General Hux - Star Wars :The Force Awakens
Doubles-comptes : Enora & Méliès
Messages : 76
Date d'inscription : 29/09/2016
12 gays ֎ in space

Brendol Caleibh ••

NOM COMPLET - Brendol Heim CALEIBH
ÂGE - 33 ans
ORIGINES - Irlandaises
SEXE - Masculin êe
ORIENTATION SEXUELLE - Bisexuel
SITUATION MARITALE - Célibataire

RANG - Débrouillez vous ♥
PROFESSION - Professeur d'anatomie + kinésithérapeute à Arcadia.
RÉGIME - Externe
POSTE SPÉCIAL - Tuteur & professeur référent du club de Boxe + Yoga –à titre temporaire, en attendant qu’un vrai titulaire se décide à les reprendre.
PRÉCISIONS •• Reste toujours debout quand il prend les transports en commun -- Il ne bouge pas du moindre millimètre quels que soient les talents du conducteur, à l’exception de ses doigts qui battent la mesure -- Ce n’est pas le style de musique qu’on lui attribuerait spontanément vu la sévérité (involontaire et inconsciente) de son expression dans ces moments-là, mais en réalité les écouteurs verts de Brendol crachent de la K-pop --  Il émerge toujours 5 minutes avant son alarme et essaie de se rendormir quand bien même il sait que c’est une très mauvaise idée -- Quel que soit son temps de sommeil, il écope d’une migraine quand il se lève, ce qui fait du réveil le pire moment de sa journée -- Baille très fréquemment -- Chante (très faux) dans son appartement, ne se rend pas compte que les voisins l’entendent probablement --  Laisse passer beaucoup trop de temps avant de répondre aux mails et aux SMS -- Il est encore plus looooooooong à corriger et rendre les devoirs, du coup il en fait très peu -- Ne met jamais rien dans ses poches -- Tient un bullet journal (beaucoup plus pratique qu’esthétique) -- Pour ses cours, il fait ses schémas d’anatomie à la craie et se lave donc soigneusement les mains à la fin de chaque séance. S’il faisait un diaporama, ça lui prendrait des heures parce qu’il n’y connait rien et ça serait sans doute affreusement kitsch de toute façon -- Il se donne toutefois la peine de faire des polycopiés résumés ; mais il ne les imprime pas (convictions écologiques et imprimantes récalcitrantes obligent), il les envoie par mail ou les donne directement aux étudiants qui emmènent une clé USB -- La plupart amènent une clé USB et attendent la séance suivante pour poser leurs questions parce qu'en plus de son temps de réponse qui donne l'impression de parler dans le vide, son adresse mail (12gays.in.space@gmail.com) les perturbent -- Ses schémas d’anatomie sont beaux mais il serait bien en peine de dessiner quoi que ce soit d’autre -- Il adorerait lancer des éponges humides sur les élèves qui bavardent mais il n’ose pas -- Il pleure facilement devant les films et ça ne lui fait même pas honte -- Aime les comédies romantiques et les bouquins mièvres -- Il se retrouve parfois à lire des fanfictions et laisser des commentaires positifs pour encourager leurs auteurs -- Suit scrupuleusement les recettes, mais même en leur absence il est bon cuisinier --  Végétarien -- Il se prépare des tupperware qu’il mange dans le parc à midi si son emploi du temps lui impose / permet de rester à Volfoni -- Adore les animaux, prendrait un chien s’il n’avait pas peur qu’il s’ennuie en appartement -- Ses pâtes préférées sont les spaghettis -- Ses fleurs favorites les tournesols -- Maitrise le langage des signes -- Joue plutôt correctement de la flute traversière -- Gaucher, écriture ronde, plutôt jolie mais irrégulière -- Son téléphone est un Blackberry à touches, son forfait exclut l’utilisation de 3G / 4G / whatever, pour ce qu’il se sent concerné… -- Sur son portable comme sur son ordi, les fonds d’écran sont ceux par défaut, il n’a jamais pensé à les changer -- Quand il aura compris qu’on peut acheter des œuvres d’élèves, il investira probablement -- Il adore faire des balades sur la plage et écrire des trucs stupides dans le sable -- Il lui arrive fréquemment de dessiner un smiley au tableau en début de cours et de demander sa signification aux élèves car Célestine, sa nièce la plus âgée (12 ans), lui envoie des SMS avec une tonne de smileys trop pointus pour qu’il les comprenne et il ne veut pas paraître ringard en lui demandant directement (Edan a fini par en avoir marre alors maintenant il le laisse se débrouiller) -- Conduit avec une extrême précision et un tel respect du code de la route qu’il pourrait sans doute être moniteur d’auto-école -- Physiquement extrêmement souple, il lui manque à peine 5 centimètres pour réussir un grand écart parfait ; il est à l’affût de la moindre occasion lui permettant de le montrer -- Grand gamin, en somme.

PHYSIQUE (speak to me) ••
Brendol laisse échapper son rire habituel, son rire qui ressemble à un gloussement de collégien.

« Je sais pas ? »

Sa voix est plus grave qu’on ne pourrait s’y attendre, il a un léger accent irlandais et bouffe certaines syllabes plus qu’il ne les prononce.

«  Je vois pas vraiment ce qui pourrait pousser des gens à me capter plus qu'un autre. Je sais pas, je suis… trop roux »

Adolescent, il teignit ses cheveux en brun durant une brève période, mais tous ses autres poils le trahissaient. Maintenant, il trouve cette idée singulièrement stupide.
Le matin, il se coiffe consciencieusement, mais à la fin de la journée il a passé 45182 fois la main dans sa tignasse et il ne reste donc plus grand-chose de ses efforts.

« , trop pâle »

Il parle de sa peau ; les éphélides qui en parsèment chaque centimètre carré deviennent folles dès qu’il reste une journée au soleil, ses membres se couvrent de bleus pour des chocs parfois minimes.
Il parle également de la couleur assez indéfinie de ses yeux ; un vert qui tire notablement vers le bleu, un gris qui tend au vert ? Qui sait ¯\_(ツ)_/¯

« , trop maigre ? »

Il aime beaucoup nager et boxe deux heures par semaine, mais à son grand dam, il conserve des hanches étroites et  des membres dégingandés.
(Il ne se pèse jamais. Il n’est pas réellement maigre, juste sec et incapable de prendre en largeur.)

« Enfin ça, c’est peut-être aussi parce que je suis trop grand. »

Mesurer 1m92 devrait effectivement suffire pour lui apposer cet adjectif, d’autant qu’une certaine irrégularité dans sa gestuelle globale accentue le côté assez arachnéen de son corps.
En résumé, sa dégaine de spaghetti est assez caractéristique.

« C’est peut-être un avantage, vu qu’il parait que je fais jeune et que ça m’aide pas forcément à avoir énormément de crédibilité en tant que prof. »

Lorsqu’il laisse pousser sa barbe, il ressemble au trentenaire bien tassé qu’il est, mais dès qu’il se rase, il perd effectivement quasiment une décennie. C’est assez ridicule –ça ne l’empêche pas de se raser.

« Enfin, on a tous nos petites… insécurités –à moins d’être con. J’m’aime bien de manière générale. Ouais. J’crois que je suis plutôt pas mal. »

Libre à vous de faire votre propre jugement à ce propos, dans la mesure où son visage aux pommettes proéminentes, lèvres pleines et philtrum marqué mérite probablement davantage la qualificatif d’atypique que celui de beau, mais ce n’est pas une question.

« J’aime bien mes mains. »

Il parle énormément avec, souvent sans même s’en rendre compte mais à part leur expressivité elles n’ont rien d’extraordinaire. Il est clair qu’il prend soin de ses ongles, en revanche (il se les rongeait énormément, avant).

« J’aime bien mon sourire, aussi. »

Il est brutal et transforme l’ensemble de son visage d’un seul coup, sans la moindre hésitation (cela surprend, les premières fois), dessinant au passage des fossettes sur ses joues et des pattes d’oie au coin de ses yeux.
Objectivement (bien sûr), il est magnifique.

« Par contre… »

Successivement et assez systématiquement, il se gratte la nuque, passe la main dans ses cheveux et joue avec le lobe de son oreille droite lorsqu’il est gêné. C’est manifestement le cas actuellement.

« Je claque trop de fric dans mes fringues. »

C’est exact, selon les standards ascétiques qu’il entretient avec son salaire. Il possède très peu de vêtements, en réalité, et s’achète une pièce par mois maximum. Toutes sont impeccablement coupées et surtout, toutes coutent affreusement cher.

Nouveau gloussement. « J’ai eu droit un nombre incalculable de fois à des ‘’vieux bourge’’ et autres ‘’tapette’’. »

Brendol boutonne ses chemises jusqu’au col la plupart du temps. Il affectionne les manteaux longs qu’il jette parfois sur ses épaules sans en passer les manches et les écharpes qu’il met au moins deux minutes à nouer avant d’être satisfait. Ses couleurs de prédilections sont, de loin, le noir et le bordeaux ; globalement, ses tenues brillent par leur totale absence de prise de risque sobriété (stricte, quasi militaire).
Ponctuellement il revêt une pièce assez excentrique, que ce soit par son modèle, sa matière ou un motif quelconque, et à ce moment-là seulement on peut comprendre qu’il a du gout.

« Ce qui est marrant, c’est de voir les élèves se rendre compte que j’ai un tatouage seulement à la fin de l’année scolaire, quand il fait trop chaud et que je suis obligé de retrousser les manches de mes chemises pour pas me liquéfier. »

C’est quelqu’un d’assez frileux ; il dort sous deux couettes, et sera toujours le premier à sortir son manteau le plus épais ou le dernier à mettre un bermuda. Mais les températures de la Floride estivale finissent par avoir raison de tout le monde, n’est-ce pas ?
Le tatouage en question prend la sobre forme de trois lignes noires cerclant le haut de son avant-bras droit à intervalles réguliers. Il n’en a pas honte mais ne tient pas particulièrement à l’exhiber au monde entier.

«  La plupart ne s’y attendent pas. »

MENTAL (beat your chest like an animal) ••
Comprendre Brendol n’a rien de compliqué car Brendol est le type le plus transparent du monde ; non pas transparent « oubliable », mais transparent dans toute la largesse de son affligeante spontanéité, dans la mesure où tout, absolument tout, transparait dans son visage, dans ses attitudes, dans ses phrases.

Dans la mesure où il suffit de regarder son appartement pour le comprendre.

Notez les murs blancs sans personnalité du type qui n’a pas vraiment l’habitude de s’installer, notez le léger bordel d’un homme qui ne s’affole jamais et encore moins lorsqu’il invite du monde dans son petit appartement (il jure du contraire mais son appartement EST petit).

Notez les meubles de récup’, notez le lave-vaisselle comme seul équipement moderne dont dispose sa cuisine (sa cafetière fonctionne encore aux filtres) et dans lequel il a investi uniquement pour consommer moins d’eau, notez l’ordinateur qui a quelque générations de retard et qu’il n’a pas l’intention de changer car « le capitalisme c’est le mal » (d’autant qu’il s’en sert presque uniquement pour faire des résumés de cours, regarder des DVDs empruntés à la vidéothèque et sélectionner via GiveWell vers quelles associations partira le tiers de son salaire).

Notez la fissure qui étiole la fenêtre de sa cuisine et qu’il se jure de faire réparer alors qu’en réalité il la trouve esthétiquement jolie (il sourit en la voyant mais en réalité, TOUT le fait sourire), notez le placard de sa salle de bain qui croule sous les médicaments entassés dans un capharnaüm immonde et auxquels il devrait faire gaffe car la plupart sont probablement périmés.

Notez son linge de lit dépareillé mais sans fantaisie dans le choix des couleurs, notez son canapé obèse sans télévision pour lui faire face, notez l’étagère sur laquelle s’entassent des livres –tous de seconde main- d’histoire de l’art, d’astronomie, d’anatomie, d’énigmes, et même Guerre et Paix qu’il s’est procuré quand il fut pris de prétentions littéraires (mais qu’il n’a en réalité jamais commencé).

Notez cette autre étagère dans laquelle vous pourrez trouver pêle-mêle un appareil photo, une paire de gants de boxe, une flute traversière et un tapis de yoga, notez aussi son immense collection de CDs triés par ordre alphabétique et soigneusement alignés –sauf l’album d’Atrium Carceri qui est en retrait et couvert d’une légère pellicule de poussière car il est un peu trop anxiogène pour son petit cœur d’artichaut.

Notez sur sa table de nuit le tournesol séché trônant dans un pot biscornu qu’une gamine lui a offert à l’issue d’un atelier de poterie qu’il animait dans un cadre associatif, notez tous ses meubles qu’il a changé de place pour exposer au mieux une statuette (très laide, en vérité) faite par un autre gosse au cours d’un autre atelier.

Notez sur son bureau en bronze patiné par l’usage le bocal (anciennement de confiture) dans lequel sont rangés ses stylos multicolores, juste à côté de son bullet journal et de sa carte d’abonnement mensuel de bus qu’il a oublié de remettre dans son sac hier soir (il a le permis de conduire mais par conviction écologique ne possède pas de voiture).

Notez la tasse personnalisée d’un dessin (laid, mais lui trouve tout beau) de ses neveux et nièces qui traine avec son fond de café dans l’évier car il est parti en retard ce matin, notez l’extrême discrétion avec laquelle il monte les escaliers quand il rentre un peu trop tard de soirée.

Notez tout cela et voilà, vous avez compris Brendol et son immense sourire qui ne sait pas mentir, Brendol qui est trop naïf et optimiste pour être rancunier, Brendol qui a vraiment du mal à faire des choix et qui en est débordé (trop d’engagements associatifs, trop de sports, trop de cours, trop de patients, trop de tout).

Brendol qui ne prend pas sa vie au sérieux et qui est très heureux comme ça, merci bien.  

HISTOIRE (and turn around let me see you) ••
Ses bulletins scolaires tenaient tous substantiellement le même discours. « Niveau correct dans chaque matière, pourrait faire mieux mais manque de rigueur et surtout de concentration. De CON-CEN-TRA-TION. » Ca le frustrait car il avait l’impression de donner son maximum, mais avec le recul, Brendol ne peut donner tort à ses enseignants. Il n’a jamais réussi à avoir 20/20 en vie scolaire, il bavardait trop. Et il a fait quelques conneries, aussi, il lui faut bien l’avouer ; c’était un gamin immature et influençable (quoique cela soit toujours d’actualité).

•••

Brendol se souvient vaguement de l’Irlande comme de grandes étendues très vertes et très belles, comme du fracas de la houle contre une falaise blanche, comme d’une pluie grise dont le froid s’infiltrait dans ses os. La famille a émigré lorsqu’il avait huit ans –maman a une opportunité, lui ont dit ses parents, maman a une opportunité et vous vous ferez pleins de nouveaux copains, ne vous inquiétez pas. Vous allez voir, ça va être super, vous allez adorer l’Amérique.

Abban était déjà réservé, il n’était pas particulièrement ravi mais n’a pas protesté.

En revanche, Maureen… Maureen a tout tenté pour saboter le départ. Du haut de ses 14 ans, elle faisait preuve de trésors d’imagination vicieuse dans lesquels elle a entraîné Brendol sans la moindre difficulté.

Leurs plans foireux n’ont servi à rien d’autres qu’avoir des histoires drôles à se raconter des années après (sur le coup, ça n’amusait pourtant pas du tout papa et maman) ; ils sont tout de même partis, évidemment.

Comme prévus, les garçons se sont fait pleins de copains, comme prévus ils ont adoré l’Amérique.
Même leurs parents, qui n’étaient pas aussi confiants qu’ils voulaient bien le leur faire croire, ont fini par laisser l’habitude triompher de leur nostalgie ; ils louent depuis vingt-cinq ans la même maison, dans la même banlieue pavillonnaire, avec les mêmes voisins et les mêmes commérages dont ils raffolent encore davantage maintenant qu’ils sont retraités tous deux.
Mais Maureen, elle, est pugnace. Elle a décidé qu’elle n’aimerait pas l’Amérique et ne s’y est donc jamais acclimaté, est repartie en Irlande dès qu’elle l’a pu. Maintenant elle gère un élevage de moutons, il lui semble. Ou de chèvres.

•••

Beverly, Beverly.

Bien sûr, auparavant, il y avait eu des « amoureuses » et des lèvres chastes qui s’effleurent, mais ces jeux d’enfants ne lui ont pas laissé un souvenir assez marquant pour mériter d’être décrétés « premier » de quoi que ce soit.
Alors que Beverly, elle, porte l’étiquette « première copine », « premier baiser » et « premiers émois ».
Elle n’a pas vraiment celle du premier amour toutefois, car en réalité c’était beaucoup plus superficiel entre eux, c’était juste cette règle tacite qui vous interdit de refuser de sortir avec la fille la plus populaire de la promo si vous voulez rester apprécié ; et apprécié, ça, Brendol l’était beaucoup. En plus, il était dans le club de théâtre et à ce moment-là c’était à la mode.
Ils ont gravé en gloussant deux B dans un cœur sur l’écorce des arbres de la cour de récré, ils ont explosé leurs factures téléphoniques pour se raconter des absurdités le week-end, ils se sont embrassés en essayant de ne pas être trop ridicules malgré leurs appareils dentaires.
A la rentrée suivante, l’attrait du football américain dépassa celui des planches.
Brendol a vaguement hésité, mais il a continué le théâtre ; il n’en était pas encore lassé.

(Beverly, elle, s’est lassée)

Brendol a continué le théâtre, continué pendant 7 ans et c’est l’activité extrascolaire qu’il a pratiqué le plus longtemps au cours de l’intégralité de sa vie.
Il a même rêvé qu’il pourrait devenir un comédien, un grand acteur peut-être. C’était son premier rêve d’avenir, un des plus vivaces. Il a joué dans les spectacles de fin d’année au collège ; au lycée, il a intégré une compagnie sans prétention qui lui a permis de monter sur scène dans d’autres villes.
Il a même tenu le rôle d’Estragon pour toute une tournée et aujourd’hui encore il en est extrêmement fier.
Il a adoré le théâtre.
Et puis il s’est lassé.

(Il ignore totalement ce que Beverly est devenue)

•••

Outre le théâtre, il a probablement tout essayé.
Le solfège puis le trombone, le djembé un peu plus tard, le handball, la langue des signes, le badminton, le hip-hop, le chinois, le billard, le tennis pour suivre sa sœur, le dessin pour suivre son frère, le basket, le tir à l’arc, le ping-pong, la danse classique, les claquettes, la danse classique et les claquettes en MEME TEMPS…

Tout.

Et il continue.
Jusque récemment encore, la flûte traversière et la danse contemporaine étaient ses média de prédilection mais actuellement, ses préférences se portent sur la boxe américaine et la natation.
Sans oublier un peu de yoga.

•••

- Tu vois, le cercle c’est la continuité, l’infini recommencement, c’est la conception platonicienne du temps, en fait. Et trois, c’est parce que…
- Au pire, si tu veux t’faire ce tatouage juste parce que tu trouve ça beau, c’est pas grave, hein. Personne t’en voudra d’avoir zéro justification derrière trois putains de cercles noirs, t’es un grand garçon maintenant.

Une pause puis un gloussement.

- Ouais, t’as raison.

Maureen a toujours été la brute qui lui remet les idées en place. Il la voit un peu comme une ancre contre laquelle il est douloureux de butter pour l’ego susceptible. Elle l’a copieusement invectivé lorsqu’il a commencé à fumer (des kreteks) ; c’est grâce à sa pugnacité haineuse qu’il est parvenu à arrêter quelques années plus tard.
Il faut juste réussir à supporter son irascibilité, son étroitesse d’esprit et --ben, tout le reste en fait.
Son compagnon y parvient… par intermittences. Ils se sont séparés environ, oh, 43 fois ; actuellement ils projettent de se pacser. Benjamin, leur fils (trisomique), a appris à vivre avec leurs sautes d’humeur.
Abban a abandonné l’affaire des années auparavant. Elle tient davantage du bulldozer que de l’être humain, en vérité, et il a toujours été le plus fragile des Caleibh. Ils ne se voient qu’au réveillon de Noël, pour faire plaisir à leurs parents, et même à cette occasion ils évitent soigneusement de se parler.

•••

- Matt, arrête sérieux ! J’ai des tâches de rousseurs partout, t’es pas obligé de dessiner tes saloperies de constellations sur mon visage.

Matt suspend son feutre fuchsia un instant, puis glousse et reprend son dessin.

- Je déconne pas, arrête. J’vais avoir l’air con en cours si j’arrive pas à les effacer.

Matt n’arrête pas, Brendol soupire, quitte le lit pour échapper au stylo et s’arrête devant le miroir pour estimer l’étendue des dégâts –ce qui lui inspire une autre remarque.

- Faudrait arrêter d’me mordre dans le cou, aussi, ça laisse des marques.  Oh, tu m’écoutes ?

Le grognement excédé de Matt est étouffé par l’oreiller qu’il a mis sur son visage lorsque Brendol a allumé la lumière.

- Bah, arrête de faire genre. T’façon avec tes chemises fermées jusqu’au dernier bouton, personne les voit.

Brendol ne se donne pas la peine de répondre, il sait que l’autre va surenchérir –il l’entend s’extirper des draps et approcher.

- Connard de bourge coincé.

Des mains qui glissent sur ses épaules et un baiser brutal.
Prévisions : des bleus sur les hanches, des ongles creusant des sillons sur ses bras. Probablement : des dents qui attaquent la peau autour de sa clavicule.
Brendol sourit.

•••

- Alors, tu t’es décidé à virer pédale définitivement ?
- … Qu’est-ce que tu raconte, encore ?
- Ben ça fait un moment que t’es avec Matthew, hmmm. J’pensais que c’était une de tes phases habituelles pour inquiéter un peu les parents mais t’as pas l’air décidé à revenir aux femmes.
- Fais pas comme si tu croyais vraiment à l’existence d’une frontière infranchissable entre homos et hétéros.
- Oh. Encore ton histoire de « bisexualité », hein ?

Maureen dessine les guillemets du bout des doigts, quand bien même l’ironie suintant de sa voix rend la démarche très superflue.
Brendol croise les bras en lâchant un soupir exaspéré.  

- Arrête.
- Non mais c’est cool, on a bien compris, ça te rend intéressant d’aller choper un mec de temps en temps. Moi, tu sais, tant que tu redeviens normal la semaine d’ap…
- Stop.
- Ca va, commence pas avec tout ton bullshit de justice sociale.
- …
- Tu sais quoi, tu me les brises, laisse tomber.  

Il y a des jours où Brendol comprend que son frère ne la supporte pas. Il n'ajoute rien; il attend (lâchement, songe-t-il) qu’un autre mène ce combat à sa place.

•••

Matthew était un anarchiste écolo doublé d’une grande gueule, le mec qui a marqué ses premières années d’études. Une histoire d’une vingtaine de mois à laquelle il pense encore avec attendrissement –ils sont restés en vague contact. Matthew s’est un peu calmé, il est paysagiste, maintenant ; c’est la distance qui les a séparés, en partie la distance due à leurs orientations scolaires finalement divergentes.
Brendol a tenté le concours de médecine, notamment, il l’a tenté en jouant l’argent qu’il économisait de son travail à mi-temps, il l’a tenté un peu comme un challenge en se doutant que ça ne fonctionnerait sans doute pas.
Il n’a jamais été particulièrement intelligent, ni doté d’une mémoire phénoménale ; il en est parfaitement conscient. Il avait sa bonne volonté mais elle n’a pas suffi.
En revanche, elle lui a permis d’accéder aux écoles de kinésithérapie et ça lui convenait. En plus, il s’endetterait moins longtemps. Ha ha.

L’idée d’être prof, c’est venu plus tard ; à vrai dire, c’est venu presque comme une lubie, à force de rééduquer des membres de petits gangs foireux blessés au couteau lors d’une rixe, à force de discuter avec la concierge de la dernière descente de flics dans le quartier, à force de voir tous ces mauvais choix.

•••

- Je t’ai déjà dit, elle voulait des enfants, moi pas, c’est une excellente raison pour mettre fin à une histoire.

Il n’en a rien dit à sa famille, mais évidemment, il l’a vu venir –cela faisait des mois que le sujet revenait de plus en plus régulièrement dans leurs conversations. La séparation s’est faite délicatement, sans violence, sans éclats de voix et pourtant il l’a trouvée brutale car brutalement, il était tout seul dans son appartement.
Cat’ est partie. Avec un autre, bien sûr, un autre qui, lui, veut probablement des enfants. C’est comme ça. Il n’a ressenti aucune colère, pas de déception, pas de ressentiment –précisément parce qu’il fut très heureux avec elle.
Il a juste pleuré une heure ou deux, le soir, car son lit lui semblait froid.

- Donc c’est fini –vraiment fini ? Pour… ça ? Après quatre ans ?!
- Eh ouais.

Abban laisse échapper une insulte que Brendol n’écoute pas mais accueille d’un sourire qui se veut rassurant. La colère de son frère est la colère de celui qui ne veut pas comprendre, la colère de celui qui a peur des choses pérennes qui finissent pourtant par s’effondrer, la colère de celui qui tient son mariage à bout de bras.
Mary ne se donne plus la peine de trouver des excuses lorsqu’elle découche mais il se tait, il emmène leurs trois enfants (Célestine, Finnian et Aurora) à l’école le matin, il lave des culottes en dentelle qu’il ne connaissait pas, il lui dit que son soufflé au fromage est délicieux parce que c’est ce qu’il lui a toujours dit.
Ils font l’amour une fois ou deux, ce n’est pas extraordinaire mais après ils se disent qu’ils s’aiment alors il songe que tout va aller mieux, qu’il lui suffit d’être patient, d’être un peu compréhensif, mais c’est ça qu’il ne veut pas comprendre, et tout recommence.
Abban se tait, Mary aussi, mais parfois, c’est trop, et les enfants ne sont plus assez pour retenir ce qui commence par des remarques au vitriol et qui finit par des injures affreuses.
 
Brendol sait tout ça parce qu’après, Mary va dormir ailleurs et c’est lui qu’Abban appelle lorsqu’il est tout seul, lorsqu’il est fatigué d’avoir du réconforter les gamins et lorsque la blessure de son amour-propre se fait trop lourde.
Il les regarde se déchirer avec amertume. Il aime bien  Mary, ne ressent aucune animosité à son égard, juste une certaine déception parce qu’il la voit comme quelqu’un qui fait toujours les mauvais choix. Il la défend parfois lorsqu’elle est victime sans le savoir de la vindicte parentale (tout le monde sait ce qui se passe dans leur couple, même les voisins de leurs parents).

- Mais t’aime les gosses, toi, pourtant, non ?

L’expression perplexe d’Abban se fige un instant sur l’écran de son ordinateur tandis que la connexion internet flanche.  Brendol n’a jamais dépensé beaucoup d’argent dans ces conneries.

- Oui, j’aime les gosses. Beaucoup. Ceux des autres.

Il refuse la responsabilité de donner la vie ; il n’a jamais été un fondu de l’engagement.  

•••

Son appartement actuel est le seul qu’il a visité à Arcadia. Il a signé immédiatement, non pas qu’il ait eut le moindre coup de cœur, mais le loyer n’est pas excessif pour la localisation et il était décidé à aménager à South Orange avant même de mettre les pieds dans un quelconque logement. C’est l’amassement de touristes qui l’a convaincu. Il adore les bains de foule, surtout lorsque celle-ci est éclectique.
Cela fait quelques temps déjà qu’il est là ; il se demande si c’est le début de la maturité qui le convainc de rester si longtemps au même endroit, lui qui a déménagé 13 fois depuis qu’il est arrivé en Amérique, ou juste la paresse. Parfois, Brendol se prend à rêver d’un chalet boisé et du froid des Appalaches, mais cela ne dure qu’assez brièvement.
Le plus souvent, il en revient à l’Irlande.

•••

Pour son premier cours, il a porté sous ses vêtements habituels une combinaison avec un squelette imprimé, au-dessous d’une autre avec les muscles et il s’est déshabillé au fur et à mesure. Il était très fier et il aimerait dire qu’il a trouvé cette idée tout seul, mais c’est Maureen qui lui avait parlé d’une enseignante néerlandaise qui a fait le coup. Il a trouvé le concept hilarant (il a le rire facile), il a copié, il a trouvé que ça valait le coup. Il ne sait pas trop ce que les élèves en ont pensé.
Il se dit parfois qu’il s’en fiche, mais alors il s’en veut d’être aussi égoïste.

•••

Certains parlent de lui comme d’un dompteur de fauve depuis qu’ils se sont rendu compte que Gaby King se comporte gentiment en sa présence ; et bien sûr, il y a de nombreuses rumeurs associées, des rumeurs qu’il balaie d’un haussement d’épaules. Il est bien incapable de concevoir quel est le problème que peuvent avoir les gens avec cette femme ; mais il a accueilli ses remarques acides d’un rire soulagé en pensant que c’était un gentil bizutage de bienvenue, après tout.

PARLE-NOUS DE TOI - immigré immigré immigré immigré
QUESTION/REMARQUE ? - L'adresse mail de Brendol est valide EL ADRITORE ! (et pardon je pense que la fiche va être méga longue j'essaye de tout raccourcir mais c'est dur)
AVATAR - General Hux ▬ Star Wars: The Force Awakens
Voir le profil de l'utilisateur
Billie-Dean K.-Takahashi
rich bitch
avatar
Âge du perso : 20 yo.
Activité : surf
Spécialité : longboard
Fonction : universitaire y1
Poste spécial : //
Avatar : in gyi yoon / queen © girls of the wild's
Doubles-comptes : mandy-lou, jolene & felice
Messages : 280
Date d'inscription : 05/07/2015
rich ♚ bitch

Avant de partir faire les courses, je tiens juste à dire qu'il est parfait et que je l'aime déjà. voilà. ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

DVRFTBGYNHBJBVDDFVGBHNJBFTBGYNHJ



♥♥♥
Hasard
ACCRO AU MCDO
avatar
Âge du perso : On ne demande pas ça à l'entité du chaos D8
Spécialité : Le café le café le café 8D
Fonction : Deus Ex Machina
Messages : 3139
Date d'inscription : 19/01/2013
Localisation : Au McDo comme les gros.
ACCRO AU MCDO ♥

EL ADRITORE !

_________________

Voir le profil de l'utilisateur http://academievolfoni.forumactif.org
Edan L. Abhainn
Edan la prairie ❀ Ingalls du XXIème s
avatar
Âge du perso : 23 ans
Activité : Surveillant
Spécialité : Secret
Fonction : Membre du personnel, what else ?
Messages : 328
Date d'inscription : 01/02/2015
Edan la prairie ❀ Ingalls du XXIème s

S'isoler dans les vestiaires.

En avoir marre du monde et des vieux.

Sortir son portable.

Et puis ....

Brendol

Etre heureuse ♥

_________________
Merci ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Gaby S. King
∨ . ⊙ . ℵ
avatar
Âge du perso : 32 ans.
Activité : Professeur de maths.
Spécialité : Mathématiques.
Fonction : Professeur.
Poste spécial : Emmerdeuse publique.
Avatar : Annie Leonhart de SnK.
Doubles-comptes : Ludmila Taylor
Messages : 89
Date d'inscription : 14/01/2015
Localisation : Au fast-food du coin.
∨ . ⊙ . ℵ

EL ADRITORE !
il était temps.
wesh.

_________________
cado:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Brendol H. Caleibh
12 gays ֎ in space
avatar
Âge du perso : 33 ans [12 mai]
Activité : Professeur d'anatomie & kinésithérapeute
Spécialité : Troller lel
Fonction : PROPAGER LA JOIE
Poste spécial : Tuteur & référent club de boxe + yoga
Avatar : General Hux - Star Wars :The Force Awakens
Doubles-comptes : Enora & Méliès
Messages : 76
Date d'inscription : 29/09/2016
12 gays ֎ in space

vous êtes tous adorables
je vous aime beaucoup beaucoup ♥♥

ET JE CROIS QUE CETTE FICHE EST FINIE
je suis désolée pour la longueur, vraiment
j'ai fait mon maximum pourtant
du coup si vous voulez prendre 2 semaines pour la lire en fractionné je vous autorise lolololol

zoubis zoubis
Voir le profil de l'utilisateur
Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ

......... \0/

Et le voilà, le fameux prof d'anatomie 0/
Tout d'abord désolé du retard, j'ai été pris ailleurs ces derniers jours et je ne me suis pas du tout penché sur ta fiche avant maintenant. C'est pour les mêmes raisons que ce commentaire sera probablement moins complet que d'autres, et aussi parce qu'il n'y a pas grand chose à dire sur la fiche de manière générale (et certainement pas sur Brendol). Comme "c'est long", c'est "le moins allergique à la longueur des admins" qui s'y colle et, très franchement, je n'ai pas trouvé ça long du tout. C'est pas court, on s'entend, mais le texte est aéré, les paragraphes sont courts, eux, le format saynètes est franchement pas de trop et soutient très bien la lecture - surtout d'un résumé d'une vie d'adulte relativement banale - et finalement, ça passe parfaitement. Alors non, tu aurais pu faire bien pire niveau longueur et/ou difficulté de lecture, mais merci de nous avoir épargné les longs paragraphes bien compacts comme il faut haha.

Autrement, il n'y a honnêtement pas grand-chose à dire. Le tout est impeccable : le fond comme la forme, la syntaxe et le détail... Il ne me semble avoir vu aucune faute non plus, et puis y'a Steven McRae et jamais je ne conseillerais assez aux gens d'aller regarder ce qui se fait au Royal Ballet pour savoir ce que c'est que la danse alors merci de l'avoir fait à ma place.
J'aime beaucoup Brendol, et si j'en viens à donner un avis aussi ouvertement subjectif c'est qu'il n'y a rien à en dire d'un point de vue administratif. À mon sens c'est le plus beau compliment qu'on puisse faire, mais mes compliments sont un peu rêches.
Et y'a trop de grands roux sur Volfoni vous puez tous. #percy #toi #deuxc'esttrop

Bon le seul doute que j'ai eu c'est quant au groupe, parce que Brendol rentre tout aussi bien dans celui des civils (et que dans l'idée ça n'aurait pas été volé - il a probablement plus d'heures en dehors de Volfoni qu'en dedans, le titre de professeur est un peu bancal donc) mais dans les faits, comme les deux vont, j'ai mis professeur et on verra selon "l'évolution" de Brendol en RP (si tu trouves ce choix judicieux ou pas, mais là encore ça se fait en jouant, rien n'est pressé).
Par contre, un conseil. Ne te limite pas au RP en écriture. Brendol est l'exemple même du genre de personnage assez complet pour avoir sa propre histoire (antérieure, postérieure, parallèle à Volfoni j'en ai rien à foutre) et tu peux arriver à quelque chose de fantastique avec lui : écris avec lui à côté, pour toi quand t'as rien à faire ou que t'as besoin de te détendre, n'importe quoi, et ne prends pas ça comme un exercice mais comme une très longue introduction de RP. Ce genre de choses ça te permet de compléter l'écriture de manière générale : comme tu es à l'aise, tu écris plus naturellement et, naturellement, tu sais ce qui rend bien ou pas, ce qu'il faut garder ou pas. Comme ça, on sait être synthétique quand il le faut, on sait s'étaler quand on peut se le permettre, et on progresse. Je déborde tout à fait de mon rôle d'admin, mais la plupart des membres sur Volfoni en sont aux études supérieures ou fin secondaire et c'est là qu'on sollicite le plus les qualités d'écriture de chacun. Le RP c'est un jeu, alors autant mêler l'utile à l'agréable et merci de me permettre cette digression.

Ta fiche est impeccable et, plus qu'une fiche, tu tiens un excellent personnage. Très bon travail bichette.
Des zibous.
Voir le profil de l'utilisateur
 
Son chat s'appelle Bob (づ  ̄ ³ ̄)づ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Gestion du personnage :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: