Gretel Chomsky

Invité
Invité
avatar







Nom : Chomsky
Prénom : Gretel
Âge : 20 ans
Origines : Américaines
Sexe : Fille
Orientation sexuelle : Gretel se sent mal à l’aise en présence des hommes, donc elle se tourne vers les femmes. Cela ne prouve pas qu’elle soit homosexuelle, par contre. Bref, on pourrait dire que c'est indéterminé.

Statut : Universitaire
Régime : Interne
Poste spécial au sein du pensionnat ? : Leader des intellos

Cursus choisi : Arts numériques
Spécialité : Graphisme
Groupe souhaité : Intello

Rang : Alice in Neverland, ou alors, tout simplement, leader des intellos. Ou les deux, j'sais pas. Choisissez!

Précisions : -Elle a vingt ans mais a l’air d’en avoir quinze. C’est simplement parce qu’elle n’aime pas se maquiller et porte des vêtements qui font un peu enfantin. Son visage rond accentue l’extrême impression juvénile qu’elle donne.
-Gretel est, somme toute, une jeune femme très conviviale et ouverte. Vous vous en ferai une amie précieuse. Les garçons peuvent aisément se risquer à lui parler, elle a un peu peur d’eux mais n’en fait pas une phobie.
-Elle adore faire des mimiques en tous genres, tellement que c’en est devenu une habitude. Ne vous étonnez pas si vous la voyez grimacer en public pour aucune raison apparente.
-Elle a toujours une canette de cream soda à la main. Gretel raffole du cream soda.
-Tant qu’à parler de bouffe, elle adore le poisson.
-Elle s’est fait élever par sa grand-mère. Elle la traite de vieille sorcière, mais au fond, elle l’aime.
-Elle est fière d’avoir le même nom que l’héroïne du conte «Hansel et Gretel».


Adresse à laquelle envoyer votre dossier : Reçu par Emile ♣









Je pourrais commencer par parler de la grandeur de Gretel, élément principal qui fait qu’elle a l’air d’une gamine. En effet, elle ne fait qu’un mètre cinquante-et-un. Et encore, elle est chanceuse dans son malheur : elle est un peu plus grande que sa grand-mère. Sa petite taille a toujours été la cause des nombreuses moqueries – bienveillantes ou non – de tous ceux qu’elle a rencontrés à ce jour. Pourtant, elle n’en fait pas de cas ; en effet, elle affectionne particulièrement sa taille. Comme on le dit, dans les plus petits pots les meilleurs onguents. Elle aime et entretient son apparence enfantine. Gretel n’a jamais touché à du maquillage de sa vie, aucun eyeliner n’a jamais pu ne serait-ce que frôler ses yeux. Pourtant, elle n’en est pas moins jolie, cultivant une beauté toute simple. Lorsqu’on regarde son visage, on se dit qu’il a gardé une certaine forme de son enfance : il est agréablement rond. Lorsqu’elle sourit, ses fortes pommettes roses ressortent d’une façon mignonne et joviale sur sa petite figure rondelette. Gretel a également de grands yeux d’un bleu presque laiteux lui donnant un air vide un peu inquiétant lorsqu’elle est pensive. Ses cheveux légèrement frisottés frôlent ses épaules. D’ailleurs, ceux-ci sont naturellement d’un joli brun-roux, mais elle les teint en bleu. Depuis qu’elle a essayé cette couleur sur un coup de tête, occasionnant par le fait-même une crise cardiaque à sa grand-mère, elle n’ose plus les changer. Pour elle, ils sont parfaits de cette façon. C’est bien la seule modification corporelle que Gretel a daigné d’essayer. Les piercings et les tatouages, très peu pour elle. Elle ne porte même pas de boucles d’oreilles. Elle privilégie les vêtements un peu enfantins, mais son but n’est pas d’être «kawaii». Lorsqu’elle ne porte pas ses simples robes amples, un jean et un t-shirt trop grand peuvent très bien faire l’affaire. D’ailleurs, elle adore les vêtements dans lesquels elle flotte littéralement. Elle s’y sent tout à fait et l’aise. C’est un nouvel élément qui accentue son apparence d’enfant : on ne remarque presque jamais ses formes. Pourtant, comme toute jeune femme, elle en a, ne vous inquiétez pas. .








Dans le cœur de Gretel, on est éternellement au Pays des Merveilles, au pays de Nulle Part ou dans un château enchanté. Elle n’a pas envie de vieillir, et ça se voit. On dirait même que son corps a décidé d’obéir à ses désirs les plus profonds, car lui non plus, il ne semble pas grandir. À vingt ans, elle pleure encore en écoutant le Roi Lion, encourage encore devant son écran Mulan dans son cheminement de guerrière et chante les chansons entraînantes d’Hercule à tue-tête. Elle lit sans cesse, elle carbure à l’imagination. Si Gretel ne s’adonne pas à la lecture, elle accourt directement vers sa fidèle tablette graphique et crée ses propres pays merveilleux. La réalité est si dure, pourquoi devrait-elle y rester en permanence? À quoi bon se prendre la tête, à quoi bon être trop sérieux?

Vous aurez aisément compris que la jeune femme prend la vie à la légère ; c’est précisément pour cette raison qu’elle est presque toujours première de sa classe. Contrairement aux autres prodiges, elle ne prend pas ses notes trop au sérieux et considère le savoir comme un ingrédient précieux qui nourrit son imaginaire. C’est parce qu’elle se permet toujours un temps pour elle seule – un livre en main, ou devant un film, ou encore en train gribouiller à l’aide de sa tablette graphique – qu’elle performe à ce point au niveau scolaire Elle ne se noie pas sous la pression, mais fait bien attention à la procrastination. Bien sûr, Gretel a une facilité innée pour les études, mais cette manière de penser n’a pas toujours été sienne. Sa grand-mère lui a toujours occasionné un stress et une pression incroyables pour ce qui est de sa performance à l’école. Dans son enfance et dans le début de son adolescence, le simple fait d’ignorer la réponse d’une question en classe était une tragédie. Si elle ne connaissait pas la réponse, c’est qu’elle ne valait rien, qu’elle n’avait pas un savoir assez large pour satisfaire les exigences de sa mamy.

La vieille femme ne voulait pas d’une jeune fille dont elle aurait honte, le genre qui privilégiait les garçons et l’alcool au lieu des études. Bref, elle désirait que sa petite-fille soit tout le contraire de sa propre fille. Sa «mémé», comme elle l’appelle, l’a donc élevée d’une manière assez singulière, toujours en vue de créer l’antithèse de sa fille. Elle était très dure avec elle et déblatérait souvent sur des idées fausses à propos des hommes afin que Gretel ne s’approche pas d’eux, ait de bonnes notes à l’école et soit une femme indépendante. Cela aura plutôt créé en Gretel un éternel malaise envers les hommes qui provoque de nombreux problèmes. Afin de cacher ce malaise face aux garçons, elle agit devant eux en gamine d’une façon exagérée ou les ignore totalement.

C’est à force de se faire dicter sans arrêt son comportement et de vivre avec des restreintes exagérées que Gretel a fini par bannir le sérieux de sa vie et s’évader dans l’imaginaire. Depuis qu’elle est haute comme trois pommes (encore plus qu’en ce moment, je veux dire), elle est fascinée par tout ce qui touche au merveilleux. Peut-être savait-elle déjà, à cet âge, qu’elle ne pourrait vivre que dans la réalité. L’excès de sa grand-mère et l’absence de ses parents ont fait d’elle une fille naturellement et éternellement mélancolique. C’est également cette mélancolie que Gretel tente de noyer avec ses manières enfantines et son monde merveilleux. Elle n’aime pas du tout songer à ce qui la rend si triste. Elle sait parfaitement qu’elle a des raisons de se mettre à pleurer, mais préfère penser aux raisons pour lesquelles elle devrait sourire. Son comportement enfantin est, en partie, le camouflage de sa grande mélancolie.








«Mémé, raconte-moi encore une autre histoire. Allez, une autre histoire, mémé!» Je me rappelle qu’à chaque soir, c’était ainsi. Mémé me promettait de me lire un conte – un seul, disait-elle, car ce ne sont que des sottises – et lorsqu’elle avait terminé de lire, j’en redemandais. C’est que déjà, dans mon enfance, j’avais une soif tenace de contes merveilleux. Peut-être savais-je déjà, tout au fond de moi, qu’une grande partie de ce cœur de petite fille ne vieillirait jamais. Je me souviens encore comme si c’était hier du regard excédé que me lançait ma grand-mère après cette requête, soir après soir. Elle avait beau ronchonner, elle finissait toujours par s’exécuter. J’entends encore sa voix enrouée et emplie de reproches me dire : «Et tu en redemandes, de ces bêtises? Bon Dieu, je ne sais même pas pourquoi je te bourre le crâne avec tout ça.»

Ce n’était pas vrai, bien entendu. Ma mamy, c’est une vieille folle. Elle veut avoir l’air fort et raconte n’importe quoi. Bien sûr qu’elle savait pourquoi elle me lisait toutes ces histoires. Elle n’avait jamais rien lu à ma mère, quand elle était gamine, car elle croyait réellement que les contes de fées n’étaient que des sornettes qui allaient ramollir la cervelle de sa fille. Avec moi, elle a voulu faire l’exact opposé de tout ce qui a fait de ma mère ce qu’elle est. Ce stratagème s’est déroulé tout le long de ma vie. Si, lorsqu’elle était petite, ma mère préférait les sports, ceux-ci m’étaient interdits. Oui, avec grand-maman, ça peut aller jusque-là, et bien plus loin encore. J’imagine que, mine de rien, son manège s’est avéré utile, car j’ai maintenant vingt framboises et je suis l’antithèse de ma mère. Si vous saviez tout ce que mamy a pu faire pour élever une petite fille modèle... Il était clair qu’elle sentait qu’elle avait échoué dans son rôle de mère après tout ce que ma propre mère a fait. Elle a vu en moi une seconde chance. Cette fois-ci, elle pouvait corriger son tir. D’ailleurs, je ne crois pas que j’aie réellement parlé de ma mère jusqu’à présent. C’est que je n’aime pas la mentionner, sans compter que je ne sais pas grand-chose de son passé. Mémé est encore plus réticente à parler d’elle que moi…

Je suis une éternelle Alice au pays de Nulle Part née d’une envie subite d’une Cendrillon déchue d’enfanter. Elle avait environ vingt ans et avait le QI de ses pantins de bois inanimés. Elle n’avait même pas pensé qu’un bébé, ce n’est pas une poupée. C’est après m’avoir donné naissance dans ce monde trop réel que ma mère l’a réalisé. Je crois qu’elle s’est vraiment battue pour m’avoir, mais elle s’est très rapidement séparée de mon père dont je ne connais même pas le prénom. D’après mamy, elle tentait réellement de nous faire vivre, elle et moi, mais sans réel succès. Mémé s’est donc proposée pour me garder le temps qu’elle se stabilise, qu’elle fasse des études. Au final, ma grand-mère est devenue celle qui m’a élevée. Ma génitrice n’a jamais terminé d’études. Je la voyais souvent, lorsque j’étais gamine, mais maintenant, je ne sais même plus ça fait combien d’année qu’elle n’est pas revenue. Ni moi, ni mémé ne savons où elle est. Bref, vous avez maintenant un aperçu de comment ma mère est – ou était, ça n’a plus d’importance.

Ma grand-mère m’a élevée d’une manière plutôt stricte. La vieille sorcière m’a toujours dicté exactement comment agir et me racontait des conneries. La version des contes de fées à mémé, c’est celui où une petite Gretel entre dans la maison d’un pédophile lui ayant offert des bonbons au lieu d’une maison en sucreries. Oui, elle me racontait de vraies bêtises «Ne va pas parler aux messieurs, Gretel. Les messieurs, ils sont méchants. Ils veulent s’amuser avec toi.» Pour moi, lorsque j’étais enfant, tous les hommes étaient des pédophiles. Plus tard, j’eus droit aux histoires de mémé relatant à quel point ils étaient supposés être des pervers, des coureurs de jupons, ou encore des insensibles qui briseront mon cœur d’enfant éternelle. Pour mamy, toutes les stratégies sont bonnes pour m’éloigner des hommes. Aujourd’hui, je suis encore mal à l’aise avec eux, sans pour autant avoir peur. Le lavage de cerveau de ma grand-mère a peut-être un peu marché, car quelque part en moi, j’ai peur qu’on abuse de mon cœur de môme, qu’on le découpe en petits morceaux, qu’on le mette dans un sac Ziploc et qu’on le jette dans la rivière.

Pour les notes scolaires, elle a toujours été sans pitié. Je devais toujours travailler avec acharnement afin de ne pas la décevoir – parce que oui, j’avais atrocement peur de décevoir ma mémé. Je m’accablais du double de la pression déjà occasionnée par ma grand-mère : je devais être à tout prix la meilleure des meilleures, la plus parfaite des princesses intellectuelles. Ma caboche devait être compressée d’informations les plus diverses ; je devais impressionner grand-maman. Merdouille, je me rendais esclave de moi-même! De mon primaire jusqu’au collège, j’étais toujours dans un coin de la bibliothèque en train de me bourrer le crâne jusqu’à l’explosion nucléaire. Je n’avais presque jamais eu d’amis, mémé m’emprisonnant presque dans notre petite maison et croyant que les relations en tous genres ne pouvaient que me nuire.

C’est au lycée – lorsque j’ai fait la rencontre d’une fille merveilleuse qui devint ma seule et meilleure amie – que je me suis rendue compte de ma propre sottise. Je n’avais pas à m’enfermer moi-même et à m’occasionner autant de stress pour de simples notes. J’ai donc commencé à m’extérioriser peu à peu, affichant mon caractère enfantin et m’offrant plus de temps pour moi et mes passions. En fait, j’ai découvert qu’en prenant mes études plus à la légère et me reposant de temps à autre, mes notes montaient en flèche. C’est également cette amie qui m’a appris à dessiner à l’aide d’une tablette graphique, et je lui en suis éternellement reconnaissante. Grâce à mes notes toujours situées bien au-dessus de la moyenne, j’ai pu choisir l’université qui me plaisait parmi les plus renommées. Je ne vous cacherai pas que j’ai choisi d’entrer à Volfoni en partie pour m’affranchir de l’emprise que ma vieille sorcière de grand-mère a sur moi. N’allez pas penser que je déteste mémé. Au fond de moi, je l’adore, mais reste qu’elle fait souvent sa vieille harpie rabougrie.


Hors sujet par rapport à Gretel, ma coloc m'a proposé votre forum et j'ai bien hâte de commencer à Rp!
.



Jushirô Himeruya
ᎷᏒ
avatar
Âge du perso : 52 ans
Spécialité : Participer aux conneries des élèves
Fonction : Directeur
Poste spécial : Professeur d'escrime du cursus Théâtre
Avatar : Louis Weasley - Harry Potter (mouaif)
Messages : 478
Date d'inscription : 10/02/2013
ᎷᏒ




Bienvenue sur le forum demoiselle !

Alors, pour moi, ta fiche et parfaite. Je t'accorde le titre de leader des intellos que tu me sembles amplement mériter, autant par rapport à ton personnage que pour les qualités de ta présentation. Pas de gros cliché de l'intello à lunettes qui ne pense qu'à la performance, ici on est à un stade au dessus, et l'apparence de Gretel est également originale vis à vis du groupe que tu as choisi pour elle, qui est généralement un nid à stéréotypes. Tu nous as fait un personnage enfantin sans qu'il soit niais et une jeune fille qui vit dans un conte de fée sans être trop naïve et capable d'un regard critique sur elle-même sur sa manière de vivre dans le monde, le vrai, et c'est extrêmement plaisant d'avoir affaire à ce genre de persos qui n'ont plus rien de cliché dès qu'on prend le temps de leur donner une profondeur, malgré des éléments biographiques qui, balancés comme ça, auraient tendance à rendre méfiant. Bref, son éducation par sa grand-mère est justifiée, développée et tout à fait cohérente vis à vis du personnage actuel et de son histoire en général qui, sans être pleine de rebondissements, est très originale à a façon. Bon, encore une fois, je ne sais pas trop quoi ajouter quand une fiche me plait et est aussi bien rédigée, alors je te valide sur le champ ♪ N'oublie pas de générer ta feuille de personnage et de la remplir ! ♥

Pense à te recenser et à aller consulter le topic de l'event, ça pourrait être sympa pour tes premiers RPs et tu auras ton rang dès que je pourrais te le mettre. Ca ne devrait pas tarder, t'en fais pas.
Sur ce, bon jeu parmi nous ! Et c'est qui ta coloc au fait ? 8D

Ta chambre a été créée ici : il s'agit de la chambre N°011, dans laquelle tu es seul pour l'instant. Tu peux demander un transfert ici.

Viens signaler ton avatar ici : une fois fait, plus personne ne pourra te le piquer !

Envie de rejoindre un club ? D'avoir un rang personnalisé ? Il suffit de cliquer !

Tiens-toi au courant des dernières nouvelles en regardant les annonces du panneau d'affichage !

Besoin d'amis ou d'aventures ? Va faire un tour sur www.needfriend.com et découvre tes profils compatibles !

N'hésite pas à voter et à ramener tes amis sur le forum. Plus on est de fous, plus on rit !
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

Merci d'avoir validé ma fiche aussi rapidement! Il est vrai que j'ai passé beaucoup de temps à peaufiner le personnage de Gretel.

Et ma coloc, ben c'est Adriel. Elle (ou il, c'est mêlant à la fin XD) m'a aidé à créer le personnage ~
Contenu sponsorisé


 
Gretel Chomsky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Necis ~ Royaume d'Hansel et Gretel
» Gretel sans Hansel...
» [#4] Le complot d'Hansel et Gretel. ( t e r m i n e )
» Un biscuit est meilleur trempé dans le thé ~ Gretel
» Chomsky: Haiti earthquake a "class based catastrophe"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Hors RP :: Minnesota :: Présentations :: Présentations abandonnées-
Sauter vers: