Dans la gueule du loup [Raffaela De Palma & Logan Alvarez]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar


Le bus semblait avancer avec une lenteur incroyable pour Logan.  Assit près des portes arrières, il regardait défiler le paysage par la fenêtre en écoutant de la musique, son casque sur les oreilles. Le trajet n'était pas aussi long d'habitude quand il voulait aller en ville ! Il en était persuadé en tout cas. Il n'avait pas prit de sac avec lui, il n'aurait pas su quoi emporter avec lui de toute façon, juste son téléphone portable qui lui servait également de GPS et son lecteur mp3. Il devait s'avouer qu'il était assez excité à l'idée de revoir Raffaela sans personne pour les observer ou les juger.

Lorsqu'elle était partie du gymnase tout à l'heure, il avait tout expliqué à Josh à propos de sa situation compliquée avec Sam et du rendez-vous qu'il avait obtenu chez la surveillante le soir même. Josh avait bien entendu désapprouvé fortement son comportement et avait souligné un à un tous les dangers que représentait le fait de sortir avec une surveillante, mais il avait tout de même promis de ne rien dire à personne et Logan lui en était reconnaissant pour ça. Ensuite Logan avait décidé de rattraper au moins une ou deux heures de sommeil avant d'aller la retrouver et c'était ce qu'il avait fait en retournant dans sa chambre, réglant soigneusement son alarme. À son réveil il avait repris une douche rapide et avait enfilé un pantacourt en toile et une chemise avant de se saisir de ses affaires et de partir.

Maintenant, à juste deux arrêts du sien, il était de plus en plus impatient et excité à l'idée de rejoindre Raffaela et désespérait de voir le bus se déplacer plus lentement que les piétons qui marchaient à côté. D'un autre côté il était aussi un peu effrayé par cette prochaine rencontre. Comment est-ce que ça allait se dérouler ? Auraient-ils des choses à se dire, et s'ils n'avaient absolument rien en commun à part leur désir mutuel ? Le souvenir du sourire et de la réplique qu'elle lui avait lancé avant de partir du gymnase tout à l'heure le firent se tortiller sur son siège, un peu gêné. Elle était scandaleusement tentatrice quand elle s'y mettait et affreusement gênante.

Plus qu'un arrêt à présent. Des gens montèrent et descendirent du bus et la place à côté de lui trouva un occupant. À cette heure là il y avait toujours beaucoup de monde dans les transports en commun, les étudiants rentraient chez eux pour ceux qui n'avaient pas de voiture, certaines personnes quittaient leur lieu de travail ou d'autres comme lui allaient certainement retrouvé une personne qui leur était cher, peut-être une maîtresse ou une rencontre d'un soir. Il s'amusa à regarder les gens autour de lui et a tenter de déterminer qui allait probablement rejoindre quelqu'un en douce pour la nuit ou simplement quelques heures.

Cet exercice ne dura pas trop longtemps car cette fois-ci son arrêt arriva très rapidement. Il sortit en souriant comme un idiot, une espèce de boule dans le ventre et du pink plein les oreilles. On aurait un adolescent à son premier rendez-vous. Pathétique. Son mp3 se chargea de l'en informer en passant « stupid girl » dans ses oreilles, bien qu'il ne se sente pas vraiment concerné par l'insulte indirecte du destin. Il sortit son téléphone de sa poche et chercha le message avec l'adresse. Il était dans la bonne rue mais il était un peu en avance, les horaires de bus ne lui permettant pas d'arriver pile à l'heure. Il regarda les numéros et commença à marcher dans la direction de l'appartement de Raffaela.

Il faisait plutôt beau pour le moment, mais sans doute un peu frisquet vu le regard que lui accordait les passant en voyant sa tenue. La plupart portaient des pulls et étaient en pantalon, mais Logan était certain qu'il aurait trop chaud dans cette tenue. Du coup il avait plus l'air d'un jeune se rendant à la plage la plus proche en plain mois d’août que de quelqu'un rentrant chez lui au début du mois d'octobre mais bon, quand on le connaissait ça n'avait rien d'étonnant.

Enfin il arriva devant le bâtiment C, au 148 rue Roosevelt et se trouva devant plusieurs boutons pour les différents interphones des appartements. Un instant il fixa le numéro quinze sans rien faire puis, il éteint son mp3 en baissant son casque autour de son cou et s'apprêta à appuyer sur le bon bouton lorsque quelqu'un passa à côté de lui et appuya sur un autre auquel on décrocha immédiatement. Sans même pâlir devant le regard que lui jeta Logan, le type échangea deux mots avec la personne à l'autre bout du combiné puis entra lorsque la porte se déverrouilla devant lui. En haussant les épaules Logan se faufila à sa suite, elle aurait la surprise comme ça !

Il monta plusieurs marches pour arriver au bon étage puis chercha le numéro qu'il lui fallait sans rencontrer de difficulté pour le trouver. Avec un grand sourire il se dirigea vers la bonne porte et, après un autre petit temps d'arrêt, frappa trois coups.
Invité
Invité
avatar

Spoiler:
 
Vite fait bien fait. C'est ce que l'on pourrait dire de la fin de journée de Raffaela. Elle a été d'une efficacité à toute épreuve, lui permettant même de sortir vingt minutes plus tôt. C'est donc pour seize heure pile qu'elle était chez elle. La première chose qu'elle fit après avoir bu un long verre d'eau, fut de prendre une douche et de mettre la chaîne hi fi en route avec en fond, le dernier album de Melody Gardot.

. La journée avait été chaude à courir de partout et elle commençait à sentir le fennec. Et c'était quelque chose de pas très classe, si vous voyez. Une douche rapide, bouclée en quinze minutes la rafraîchit et la fit partir d'un bon pied pour les quarante minutes restantes. Une serviette autour de son corps, quelques mèches de cheveux humides, elle part à la recherche de vêtements dans son placard. Elle ne voulait pas remettre de pantalon, mais elle ne savait pas quoi mettre à la place. Seulement, voyant les aiguilles tourner pendant qu'elle réfléchissait, elle se décida pour un short en jean, un débardeur noir sur lequel elle a posé un tee-shirt tombant sur ses épaules aux rayures noires et oranges. Coiffant ses cheveux avec un crayon, elle retourna dans le salon ou elle fit un peu de ménage.

Quelques magazines traînaient, des vêtements sur un fauteuil. Un petit passage et c'était présentable. Plus que quinze minutes. Plus on se rapprochait de cinq heure, plus elle était impatiente. Elle attendait à entendre la sonnerie habituel de l'interphone en bas. Quelle résonne dans son appartement. Au moindre bruit elle était à l'affût.


Mais rien ne venait encore. Passant maintes et maintes fois devant le miroir à l'entrée, elle recoiffait une méché, refaisait sa coiffure. Son sourire grandissait au fur et à mesure. Mais quel âge avait-elle ? Raff se tira une joue pour se reprendre et sursauta en entendant la porte et trois coups. Il était déjà la ? Un coup d’œil à la grande horloge, il était presque l'heure. Serait-il en avance ? Raffaela se tourne vers la porte et l'ouvrit, tombant avec joie sur Logan. Lui aussi s'était changé. Elle sourit et ouvrit grand la porte pour l'inviter à entrer.

«  Tu es venu alors. » Non, elle ne doutait pas de son arrivée mais sait-on jamais.

Fermant la porte après son entrée, elle se mit devant lui. Pieds nu, elle était misérablement petite. Elle aurait dû garder ses talons, mais en appartement, pas certaine que ses voisins apprécient. Sans plus de formalités elle se dresse sur ses pieds pour aller poser ses lèvres sur celle de son invité, quelle ne laissera pas partir tout de suite. Elle s'aida de ses mains sur sa chemise pour garder l'équilibre et ne pas lui tomber dessus.

" Bonjour ~"
Invité
Invité
avatar

La porte s'ouvrit sur une Raffaela rayonnante habillée encore plus court que lui. Elle n'avait pas peur du froid dans son appartement et une fois de plus elle portait du orange. Elle devait aimer la couleur. En l'entendant il lui sourit, bien sûr qu'il était venu, comment aurait-il pu rater ça ? Il entra rapidement et elle ferma la porte derrière lui avant de lui bloquer le passage. Elle se mit ensuite sur la pointe des pieds et vient poser ses lèvres sur les siennes, faisant louper un battement à son cœur sous le contact. Il aimait la sentir s'accrocher à lui comme elle le faisait sur sa chemise en ce moment même, quant à sa bouche, il la trouva aussi douce et délicieuse que la dernière fois qu'il y avait goûté. Après une courte réflexion, Logan se dit qu'il n'y avait sans doute pas de meilleure façon de souhaiter la bienvenue à quelqu'un.

Il entoura sa taille de ses mains en réponse et se pencha pour approfondir le baiser, ressentir à nouveau tout ça était tout se dont il rêvait depuis qu'il l'avait vu dans le gymnase. Logan pouvait facilement oublier qu'il tenait une surveillante dans ses bras lorsque celle-ci l'embrassait avec tant de conviction.

-Rebonjour, dit-il en souriant lorsqu'elle le libéra.

Il la regarda encore un instant dans les yeux, savourant de l'avoir dans ses bras sans personne pour le dévisager d'un air désapprobateur, puis la curiosité l'emporta sur la présence presque hypnotique de la jeune femme et il redressa la tête pour regarder par dessus elle. Vu d'ici il ne voyait pas grand chose de son appartement, juste un canapé avec une télé au fond et un couloir qui séparait perpendiculairement l'entrée de ce qui semblait être le salon. Il attira Raffaela à lui en l'embrassa dans le cou avant de sa pencher pour retirer ses convers et de les placer à côté du meuble à chaussures de son hôte. En général les gens n'aimaient pas trop que leurs chaussures soient mélangées avec celles des autres.

En se redressant, tout sourire à l'idée d'être chez elle, il lui captura une main et la traîna presque jusque dans le couloir avant de s'arrêter juste avant de ce qui était effectivement le salon et d'attirer Raffaela contre lui, plaquant son dos contre son ventre et partant à l'assaut de son oreille. Il était aussi enthousiaste qu'un jeune chiot qui découvrait un nouveau terrain de jeu malgré ses vingt-et-un ans.

-Tu me fais visiter ? Lui demanda-t-il doucement, certains que son sourire s'entendait carrément dans sa voix.

Il devait certainement avoir l'air un peu gamin à l'instant même, mais qui s'en souciait ? Il avait des papillons dans le ventre et des étoiles dans les yeux, un peu comme un enfant qui découvre ses cadeaux au pied du sapin le matin de noël. Et quel cadeau ! Logan profita du temps qu'elle mettait à répondre pour l'observer un peu, s'arrêtant sur ses jambes. Elle devrait porter des shorts plus souvent, elle en avait des plutôt belles ! Il se retint néanmoins d'y toucher tout de suite et préféra aller embrasser la peau découverte de ses épaules et de son cou, toujours tout sourire. Il espérait qu'elle n'ai rien contre les jeunes adultes pas encore tout à fait sortit de l'adolescence, sinon elle allait avoir du mal à le supporter. D'ailleurs cette réflexion lui rappela une certaine question qui trottait toujours dans son esprit.

-Au fait, lâcha-t-il avec désinvolture entre deux baisers. Tu dois toujours me dire en quoi j'ai dormi avec toi cette nuit...
Invité
Invité
avatar





Oui, une entrée en matière des plus significatives. Elle pensait pouvoir se composter normalement pendant un moment encore. Et quand on dit normalement, c'est comme une adulte responsable, invitant un élève chez elle. Mais du départ déjà, c'était foiré. Rien que le «  Une adulte responsable invitant un élève chez elle » mettait à l'eau ses résolutions. C'est donc avec un baiser qu'elle le saluât. Lui ne s'en formalisait pas. Non. Au contraire, il y donnait suite, le garnement. Il se pencha sur elle, participant avec volonté à cet instant.

Rompant ce contact, Raffaela le regarde dans les yeux, pour se convaincre encore d'avantage qu'il était bien là. Toujours dans ses bras, elle restait accrochée à sa chemise, comme si c'était ici, sa place. Logan leva les yeux un moment, pour observer son environnement puis la serra à lui pour provoquer un long et savoureux frisson dans son cou. Dans le même temps, il retira ses chaussures après avoir libéré la damoiselle. Après les avoir mises à coté du meuble, il se redresse en sourire. Un sourire que Raffaela ne peut lâcher du regard. Comme attirée, elle aurait aimé reposer ses lèvres contre les siennes. Mais avant de retourner à l'assaut de ce sourire tentateur, il prit ses mains pour la tirer plus avant dans le couloir.

A l'intersection des deux couloirs, il passa dans son dos, se collant à elle. Raffaela ne s'en priva pas pour s'appuyer sur ce grand torse. Elle garda une main dans la sienne, tout sourire. En entendant sa voix, ce dernier s'agrandit. Il était visiblement très content d'être là. Cela lui faisait plaisir. Le faire visiter ? Certainement. Raff s'était préparer à cette étape et savait quoi dire. Bon, elle n'allait pas lui faire un historique des travaux et moments déco. Non. Elle allait le faire assez rapidement. Alors qu'elle allait s'y mettre, des lèvres chaudes et humides se posèrent sur son épaule, la chatouillant quelques peu. Un léger rire lui échappa quand elle remontait son épaule pour éviter les chatouilles. En réalité, elle aurait préféré les chatouilles que sa question qui la fit sourire et rougir. Rougir, surtout.

Et comme plus tôt, elle ne voulait pas répondre avec des mots à sa question. Ca serait vraiment embarrassant pour elle. Alors changeant encore de sujet, elle raffermit sa prise sur sa main. Il verrait bien plus tard. Au bout du couloir.

Guide, cette fois, elle le tiré à sa droite pour lui montrer la cuisine tout équipée dont Raff était fière. Un comptoir séparait le salon et la cuisine. Une décoration assez moderne, sans en être aseptisées et terne. Un travail de plusieurs mois dans les magasins à trouver son bonheur. Enfin un chez elle. Une pointe de fierté montrait le bout de son nez. Mais elle la garda pour elle.

«  La cuisine, et le salon ! Une seule pièce presque. » annonce-t-elle avant de faire un demi tour pour lui désigner la porte derrière eux. «  Ici, c'est plus... un débarras. Les machines et les trucs qui ne sortent que les années bissextiles. » Ensuite elle avança dans le couloir, remontrant de la main le salon. «  La pièce à vivre ».

Les doigts emmêlés dans les siens, elle ne le lâchait pas. Elle le tira doucement vers la pièce en face du salon.

«  Un bureau, qui fait également chambre si un jour des invités doivent dormir. »

A ses mots, un sourire taquin s'adressa à Logan puis continua rapidement. Quelques pas à près, toujours à leur gauche, elle ouvra pour lui montrer la salle de bain. Sa douche à l'italienne était comme sa cuisine. Sa petite fierté. Comme chez elle. Enfin, avant, chez ses parents.

La jeune femme referma la porte après quelques secondes puis leva les yeux vers lui. La dernière pièce. Peut être la plus importante pour cet impatient de sportif. Une petite moue aux lèvres, mais les yeux brillants, heureuse qu'il soit là, elle gonfle un peu sa joue droite avant de pousser la porte de sa chambre. C'était rangé. Pas, supra rangé, mais c'était en ordre. Son lit est fait et hormis une paire de pantoufles qui gisaient près du pied du lit c'était en ordre. Et près de son oreiller, son pull. Celui qu'elle portait le soir de leurs ébats.

Raffaela lâcha la main de Logan. Elle ne voulait pas le faire trop entrer, de peur de ne pas ressortir bien frais de cette pièce. Ce qui pouvait très bien se passer. Alors elle se pencha sur le lit pour attraper son pull, quelle garda dans ses bras avant de le tendre au visage de Logan pour qu'il le sente. Peut être qu'il ne reconnaîtra pas son odeur, qu'il se posera d'autre question, qu'il l'a trouvera stupide, gamine, adolescente ? La moue de Raff resta sur ses lèvres en observant son visage et sa réaction.

" Ne te moque pas."




Invité
Invité
avatar

Logan se laisse balader dans la maison, elle n'a pas répondu à la question sous-entendu mais il a confiance. Il sait qu'elle finira par lui parler. Elle le fait d'abord passer par la cuisine, un pièce à l'air assez moderne, bien équipée et qui dispose d'un comptoir qui donne sur le salon. Son premier réflexe fut de vouloir fouiller dans le frigo mais il du se retenir pour ne pas paraître impoli et parce que de toute façon la main de Raffaela le retenait. Son contact était vraiment agréable, il la caressa du bout du pouce pour le lui signifier et écouta ses explications à propos des la pièce suivante.

Un débarras, une sorte de fourre-tout, là où se rangeait plus ou moins tout le reste de l'électroménager. Il imaginait sans peine toutes les machines qu'il y avait là-dedans, l'aspirateur, le sèche-linge, la machine à laver, un ou deux balais et une serpillière avec son seau. Quoi que vivant en appartement, elle utilisait peut-être la laverie du bâtiment pour ses affaires, même s'il avait déjà vu des gens qui tenaient à avoir leur propres gros appareils ménagers malgré qu'ils ne vivent pas dans un lieu plus grand que celui où vivait Raffaela. Un moment il s'imagina l'emmener dans sa maison de vacances, un sorte de palace noyé dans le soleil du Mexique avec deux piscines et plus d'une centaine de pièces et de personnes s'occupant des affaires ménagères ou de faire la cuisine. Son père aimait bien aller là-bas pour les vacances, il disait que ça le « faisait se sentir comme un roi au milieu de sa cours » mais qu'il ne pourrait jamais vivre éternellement là-dedans.

Sa mère, elle, s'y sentait comme un poisson dans l'eau. Elle avait vécu là-dedans et avait parfois du mal à s'habituer au mode de vie américain. De plus ça lui fait plus de gens sur qui crier et moins de concentration de colère sur une même personne donc, tout le monde en sortait gagnant. Cette réflexion lui fit penser que finalement il réfléchirait un petit peu avant de ramener Raffaela chez lui pour les vacances. Une rencontre avec sa mère pouvait être fatal à n'importe qui.

Continuant sa visite elle lui désigna le salon qu'il avait déjà entre aperçu tout à l'heure en entrant, puis une pièce qu'elle désigna comme bureau et « chambre d'ami » pour les invité, mais le regard qu'elle lui lança lui faisait parfaitement comprendre qu'elle avait d'autres projets pour lui s'il restait dormir là. Elle lui désigna ensuite la salle de bain, pas de baignoire mais une douche droite dite « à l'italienne » dans laquelle il se plut à les imaginer tous les deux ensembles dans le plus simple appareil.

Cependant la meilleure partie qu'elle avait soigneusement gardé pour la fin arriva juste après et elle lui lâcha la main pour l'occasion. Sa chambre. Une jolie chambre, assez rangée pour ne pas faire bordélique mais pas trop en désordre pour faire manique du ménage et accro à l'ordre. Elle entra dans la chambre et il resta dans l'embrasure, presque intimidé à l'idée d'entrer. Être dans sa maison était une chose, mais la chambre portait une tout autre dimension encore plus personnelle de l'intimité et y pénétrer lui faisait tout drôle. Elle attrapa un objet juste à côté de son oreiller et le lui agita sous le nez. Ça ressemblait fort au pull qu'elle portait hier soir. Comme elle avait dormi avec et dans sa maison, il portait son odeur qu'il trouva des plus agréables, mais il était assez intelligent pour deviner que ce n'était pas pour sa propre odeur que Raffaela l'avait gardé auprès d'elle.

Avec un air à la fois innocent et curieux soigneusement étudié, Logan s'empara de son pull et le déplia devant ses yeux avec un air interrogateur avant de sourire à sa remarque.

-C'est le pull que tu portais hier non ? Mais quel est le rapport avec le fait de dormir avec moi ?

Il avait déjà deviné la réponse, mais il désirait l'entendre de sa bouche, et si pour ça il fallait jouer à l'imbécile, il était tout disposer à le faire.
Invité
Invité
avatar





Se moquer. Il ne devait pas se moquer d’elle. Il était certain que s’il faisait ça, elle allait le frapper à coup d’oreiller ou de pull. Comme une enfant. Elle en avait l’état d’esprit pour le moment. Mais aucun rire, aucun sourire ne se faisait entendre. Il aurait pu pourtant, ça aurait été tout à fait normal. Avisant d’un peu plus près son expression en passant sous le vêtement déplié pour le regarder, elle se questionne. Logan semblait curieux. Bien sûr qu’il devait l’être, c’est bien lui qui avait posé la question de ses mots. Et des questions il en avait.

Alors près de lui, Raffaela était aussi rouge que les tomates de printemps. Fallait-elle vraiment qu’elle mette des mots sur son acte ? Pourquoi ne comprenait-il pas d’un coup ? Un couinement reste dans sa gorge, ne pouvant décemment pas passer ses lèvres. Elle détestait montrer un tel côté de sa personnalité. Alors que depuis des années elle essaye de passer au niveau au-dessus, voilà que sa simple présence la fait régresser. Et surtout que, personne pour les observer, étudier leur comportement, elle se laissait d’autant plus aller.

Elle lui prit le pull des mains et se retourne, le contourne et file dans la cuisine en trottinant. Le vêtement contre elle, Raffaela y met son visage une fois qu’elle a passé le seuil, elle ouvre le grand frigo. C’est à la fois un moyen de faire autre chose que de réfléchir aux mots qu’elle pourrait employer mais aussi de se rafraichir agréablement. Cherchant des yeux quelque chose qu’elle pourrait sortir, elle remarque un bouquet de basilique, frais de la veille. C’est à ce moment qu’elle regarde l’heure et se demande ce qu’il pourrait manger ce soir. Car il va bien rester manger non ? Oui, très très certainement.

Comme transformée, elle pose le vêtement sur un des tabourets autour du comptoir, qui fait aussi table pour le repas. Elle se penche pour chercher Logan du regard et pose sa question.

« Un plat de pate al rabiata, ça te va pour ce soir ? »

Encore un changement de conversation. Une subtilité étonnante. Logan aimait-il les pates ? Il le doit. Un sportif aime les pâtes. C’bon pour l’effort dit-on. Raffaela ne les aime pas pour ça mais il ne faut pas de raison pour aimer un plat. La sauce proposée est assez forte et haute en couleur. Il fallait savoir s’il ne craignait pas.

« Tu manges épicé au moins ? »

Ce n’était pas égal aux piments de certains pays mais selon la préparation et les ingrédients, il fallait bien se tenir. Notre jeune femme referme la porte de son grand frigo après y avoir sortis un paquet de poivrons rouges et jaunes qu’elle pose sur le plan de travail, près de l’évier. Cuisiner allait lui permettre de rester grande, adulte et … et quoi ? Pourquoi tenait-elle à se montrer sous un jour respectable à ses yeux ? Son cœur s’affola, ajoutant quelques battements supplémentaires à sa symphonie. Tout en réfléchissant à ça, elle prit un grand couteau et le posa près des légumes. Elle passe ses derniers sous l’eau rapidement avant de commencer à les couper en deux pour les vider.

Nettoyant, coupant, se concentrant, elle finit par lui répondre. Changeant de sujet encore une fois.

« Il avait ton odeur, alors c’est un peu comme dormir avec toi. Même si j’aurais préféré t’avoir en chair et en os ».

Un sourire flotta à ses lèvres alors que son couteau tranche la chaire souple du légume. Elle voulait être franche avec lui mais éviter aussi de montrer son complexe aussi facilement. Elle allait avoir trente ans, elle avait passé l’âge d’être émerveillée par des peluches, passé l’âge d’avoir à sautillé en attendant un colis ou un beau garçon à la porte de son appartement. Pourtant, c’est ce qu’elle faisait. C’est ce qu’elle faisait. Deux pauvres légumes finis, elle entame le dernier. Un rouge. Une belle couleur. Mais à force de se concentrer sur autre chose que sa préparation, elle finit par caresser de l’index la lame aiguisée. Un couinement aigu lui échappa ainsi qu’un juron étouffé. Une fine trace de sang s’est invitée.

« C’est de la sauce De Palma que je vais te faire si je continue à ne pas me concentré moi. »

C’est à la fois adressé à lui mais aussi à elle.


Invité
Invité
avatar

Confrontée à sa question, Raffaela rougit sans doute autant que lui tout à l'heure au gymnase, faisant monter en lui d'en profiter pour la taquiner comme elle même l'avait fait pendant son moment de gêne. Cependant il n'eut pas l'occasion de faire quoi que ce soit car elle vint précipitamment lui prendre le pull des mains avant de s'enfuir dans avec dans une autre pièce. Logan resta juste quelques secondes de plus dans la pièce le temps de faire passer un léger rire qui prenait naissance dans sa gorge puis il la suivit.

En sortant de la chambre il la repéra facilement au moment où elle posait le pull sur l'un des tabourets du comptoir. Elle le chercha du regard et le trouva également assez rapidement avant de lui proposer un plat pour le repas du soir. Des pâtes ? Les yeux du sportif s'illuminèrent soudain. Il aimait les pâtes, toutes les sortes de pâtes, qu'elles soient froides, chaudes, en salade, nature, en sauce, avec ou sans accompagnements, mélangées à des légumes ou à de la viande, toutes les variétés de pâtes !

-Quelle sorte de pâtes ?

Logan était amoureux des pâtes, mais il était aussi de ceux qui voyaient une différence de goût entre les différents types de pâtes. Pour lui il était impossible de ne pas voir la nuance gustative entre des spaghetti et des penne par exemple, et les façons de les cuisiner étaient également différentes. Il n'obtint pas de réponse à sa question mais s'en fit poser une autre à la place. Est-ce qu'il mangeait épicé ? Logan eut un sourire en coin. Il partait au Mexique un mois et demi par an, il avait intérêt à les aimer, les plats épicés.

-Oh oui, t'en fais pas pour ça.

Il voulu s'approcher d'elle et remarqua pour la première fois que le sol était en fait un parquet, or Logan était en chaussettes... Mais ça ne ferait pas très adulte de faire une telle chose, et il souhaitait tout de même garder un semblant de crédibilité auprès de Raffaela avant qu'elle ne regrette de s'être laisser séduire par ce qui ressemblait fort à un enfant dans un corps de géant. D'un autre côté une toute petite glissade de rien du tout ne pourrait sûrement pas lui faire perdre une quelconque crédibilité n'est-ce pas ? Il était presque sûr qu'elle même se laissait parfois aller lorsqu'elle était en chaussettes aussi ou en pantoufles. Ne cherchant pas à se trouver plus d'excuses, Logan fit quelques pas en arrière pour prendre de l'élan et couru avant de se laisser glisser avec joie sur une courte distance.

Une fois arrêté, Logan se chargea de retirer ses chaussettes pour ne pas céder une nouvelle fois à la tentation et alla les ranger sagement dans ses chaussures qui l'attendaient près de l'entrée. En revenant il reçut enfin la réponse qu'il attendait depuis qu'ils s'étaient croisés dans le gymnase. Cette réponse fit fleurir un sourire sur son visage, alors comme ça elle tendait à se comporter comme une jeune lycéenne ? Il trouvait ça mignon, ce n'était pas très mature pour une fille de son âge mais ça arrangeait Logan. Il n'avait actuellement pas vraiment le profil de quelqu'un de mature non plus à être obligé de retirer ses chaussettes pour s'empêcher de faire des glissades sur le parquet. Il allait lui proposer son aide en cuisine lorsqu'elle poussa un petit cris de surprise et jura. En à peine quelques enjambées il fut sur les lieux du crime commit par un couteau sur le doigt de Raffaela.

-Si ça te dérange pas je préférerais te garder pour le dessert, lui dit-il en venant dans son dos et en lui prenant les bras avant de la déplacer sous le robinet de l'évier où il fit couler de l'eau. Ne bouge pas de là.

Il l'embrassa sur la joue avant de partir rapidement dans la salle de bain, là où les gens rangeaient la plupart du temps leurs trousses de soins et autres médicaments. Il retrouva la porte assez rapidement et chercha un peu partout avant de tomber sur une boite avec une grosse croix rouge dessus dans le placard sous l'évier. Bingo ! Avec un sourire il s'empara de la boite et l'ouvrit avant d'en sortir un pansement et de la ranger à sa place. En fouillant un peu plus il trouva même une petite bouteille de désinfectant qu'il emporta avec lui jusque dans la cuisine où Raffaela l'attendait toujours. C'était le moment de prouver que lui aussi savait prendre les choses en mains et se montrer responsable, même si c'était juste pour une petite coupure.

Il revint donc auprès de sa belle et coupa l'arrivée d'eau pour nettoyer la plaie au désinfectant. Ensuite il appliqua soigneusement le pansement sur la plaie qu'il embrassa une fois se travail terminé.

-Ça c'est pour le blessé, dit-il.

Puis il posa ses mains sur sa taille et ses lèvres sur les siennes pour un long et doux baiser avant de lui murmurer :

-Et ça c'est pour le médecin. Tu aurais besoin d'aide pour le reste du coup ? Rajouta-t-il en désignant les légumes à l'abandon.

Il n'étais vraiment un bon cuisinier puisqu'il n'avait jamais réussit à préparer quoi que ce soit de mangeable, mais il était prêt à y mettre de la bonne volonté.
Invité
Invité
avatar





Cet accident est pire qu’un cliché.
Mais vraiment. Alors que, maitresse de maison, jeune femme avec un garçon, elle lui prépare à manger, elle se coupe avec le couteau qu’elle utilise presque tous les jours. Elle ne cherchait pas à s’attirer les douces attentions de Logan, bien qu’elle ne les repousserait pas, mais… cliché quoi. On dirait un film du pays tellement c’était prévisible.

Avant qu’elle fasse quoi que ce soit pour arrêter le sang, un preux Logan était dans son dos, guidant son corps et ses bras vers l’évier. La garder pour le dessert ? Ça serait une bonne idée. Mais elle aurait pu continuer son découpage et lui offrir une Raffaela en rondelle caramélisée. A gouter. A gouter… Il ouvrit le robinet et plaça sa main sous le jet froid et rafraichissant. Ne pas bouger, elle sait faire. Mais ne sait pas si elle doit le faire. Ce n’est clairement pas dans ses habitudes d’avoir quelqu’un chez elle qui s’occupe de sa personne, même pour des broutilles telles que cette coupure. D’un côté c’est déstabilisant, mais de l’autre c’est agréable. Agréable de se reposer sur quelqu’un. De se reposer sur lui.

Les yeux sur l’eau qui coule, elle voit son sang partir en filet dans les limbes des canalisations. Dilué, le sang avait une couleur moins intense, moins captivante. Pendant son observation, Raffaela avait entendant Logan partir pour la salle de bain. Elle entendit le bruit familier du placard sous l’évier et ne s’étonna pas de le voir revenir avec quelques objets de sa boîte à pharmacie. A son retour, il coupa l’eau et désinfecta la plaie rapidement. Son pansement au couleur fades, appliquée, il fut ravi de se voir touché par les lèvres de son sauveur. Le comportement de Logan faisait sourire Raffaela. Mais ce n’était pas un sourire moqueur, amusé, mais une expression de bien être, de chaleur et de bonheur. C’était une scène agréable à vivre et elle aurait presque aimé se couper les neuf autres pour qu’il s’occupe ainsi d’elle.

Le baiser qu’il demanda en payement de son service était des plus agréables. Raffaela se dressa sur ses pieds pour y mettre du sien puis redescendit sur ses talons.

« C’est un plaisir de régler vos honoraires monsieur le docteur. Il faudrait que vous fassiez plus de visite.» rit-elle. « Euhm.. Pour la suite, si tu veux m’aider, c’est avec plaisir. Il faut finir de couper le poivron en dés, comme les autres. Et couper une gouse d’ail, vu que je te laisse la tâche du couteau. »

Elle posa une main sur son épaule en restant près de lui, lui indiquant le poivron et la botte d’ail dans un bocal juste en face de lui. C’était vraiment une scène inédite. Un rapide aller-retour dans le frigo, elle lui apporta un piment qu’elle posa sur le plan de travail.

« Et celui-là, en lamelle. Je vais faire revenir le reste de la sauce. » Aussitôt dit, aussitôt en cours.

Le feu allumé, elle laisse chauffer la poêle avant d’ouvrir une boite de tomates pelées et apporté le sel poivre et vinaigre près du feu.

« Tu aimes cuisiner ? »

Ouvrant un placard, celui ou elle range ses pâtes, elle propose des penne. Ce qui allait le plus souvent avec une telle sauce. Lui souriant, elle prend l’ail alors coupé en morceau et le met dans la poêle avec de l’huile d’olive. Ca crépite joyeusement et Raff se recule pour ne pas être victime d’une goutte plus excitée que les autres. Se concentrant d’avantage que pendant le découpage de poivron, elle retourne l’ail plusieurs fois, jusqu’à qu’ils deviennent presque transparent. Alors elle y ajoute les dés colorés et le piment. La poignée de la poêle en main, une cuillère en bois dans une autre, Dame De Palma regarde vers le frigo, comme si elle voyait à travers. Pourquoi ne pas boire un coup pendant qu’il faisait la sauce ? Ca les occuperait un peu.

« Je peux te demander de nous servir à boire ? Je sais, je devrais le faire mais comme t’as pu le voir, j’peux pas vraiment faire deux choses à la fois sans me blesser » lui sourit-elle. « Les verres sont au-dessus de ta tête et il doit y avoir du vin, de la vodka, smirnoff ou coca au frigo. »

Ils agissaient comme un petit couple. Raffaela se surprit à apprécier la pensée. Elle se sentait aussi bien que si elle était dans ses bras. Même dans contact physique, elle le savait présent chez elle, près d’elle, rien ne pouvait venir les déranger. Devant sa poèle, alors qu’elle ajoute la tomate, un peu de vinaigre, de sel et de poivre elle sourit tranquillement. Un dernier tour de cuillière et un couvercle vint recouvrir le tout. Il faut laisser mijoter une heure.

« On a une heure à surveiller. » Annonce-t-elle en s’installant sur l’un des tabourets du comptoir. Une des rares fois ou elle ne s’assoit pas sur une table.



Invité
Invité
avatar

Logan suivit les instructions Raffaela à la lettre, découpant ce qu'il fallait comme il le fallait avec plus ou moins de talent. Il n'avait jamais vraiment été très habile au couteau, mais pas dans le sens maladroit, plutôt dans le sens ''précis''. Les morceaux qu'il découpa étaient grossiers, vraiment pas esthétiques et n'avaient que vaguement la forme escomptée, mais Logan se consolait en se disant que ça ne changerait rien au goût qu'ils auraient une fois cuits et prêt à être dégusté. Lorsqu'elle posa sa question il grimaça et lui montra son œuvre.

-Pas vraiment, ça me donne l'impression d'être balourd et absolument pas efficace. En plus je n'ai jamais réussi à préparer quelque chose de convenable seul.

Elle ne sembla pas se formaliser de son travail de découpage cependant puisqu'elle le prit et le mit dans une poêle qui commença à crépiter. Ça aussi il n'aimait pas trop, l'huile qui n'arrête pas de sauter dans tous les sens. Pour quelqu'un qui passe la majeur partie de son temps sans vêtement, il n'était pas étonnant de détester que des gouttes brûlantes se baladent en liberté. Il continua son découpage dont chaque partie finissait invariablement dans la poêle crépitante.

Une fois ceci fini, elle lui demanda de leur servir à boire, il se lava donc les mains et étendit le bras pour attraper deux verres et alla chercher dans le frigo le coca ainsi que les différents alcools qu'elle lui avait proposé, bien qu'il trouva un peu étonnant de mettre du vin dans un frigo. Peu désireux de prendre de l'alcool, il se servit simplement un verre de coca. Il n'aimait pas vraiment les boissons alcoolisées, le goût était un peu trop fort pour lui et il n'aimait pas ne plus avoir le contrôle de son esprit ou de son corps.

-Je te sers quoi ? Demanda-t-il en lui souriant.

Elle était en train de rajouter les derniers éléments du mélange qui constitueraient la sauce, touilla une dernière fois les ingrédients et les recouvrit d'un couvercle. Il lui servit un verre de ce qu'elle demanda et lui posa devant elle, sur le comptoir lorsqu'elle s'assit sur l'un des tabourets. Il l'imita en choisissant le siège juste en face d'elle et en commençant à boire son coca. C'était rafraîchissant comme boisson, et il aimait les sodas pétillants bien qu'il préféra le fanta dans ce genre là.

Une heure à attendre... ça n'était pas long une heure, surtout en bonne compagnie. Là il s'agissait cependant d'une heure à passer avec une femme qui lui plaisait beaucoup alors que leur relation venait tout juste de débuter, donc il y avait encore cette sorte de tension légèrement sexuelle qui s'installait dès qu'ils n'avaient plus de quoi s'occuper, une tension qui disparaîtrait peu à peu à force de faire et de refaire l'acte. Logan souhaitait pourtant éviter de lui sauter dessus pendant que quelque chose était en train de cuir, il ne souhaitait pas provoquer de catastrophe dans la maison de Raff ou gâcher un bon dîner alors qu'ils leur suffisaient de patienter la fin du repas pour s'envoyer en l'air en toute sécurité. C'était quand même mieux d'attendre que de mettre le feu à la maison pas vrai ?

Se concentrant sur la musique, il se rendit compte qu'il ne connaissait pas l'artiste. Il écouta un instant, curieux, avant de déterminer que ce n'était pas vraiment son style. Ça faisait un peu musique de vieux sur les bords, du genre années dix mais avec un meilleur micro, et il trouva amusant qu'une fille de vingt-sept ans écoute ce genre de chose. Est-ce qu'elle n'écoutait que des musiques de ce genre ? Il devait en avoir le cœur net.

-Dis-moi, tu les ranges où tes disques ? J'aimerais examiner ta collection.

Il se rappela alors que ses écouteurs étaient toujours autour de son cou et il se leva pour les enlever et les déposer avec son mp3 sur un des meubles du salon, son verre de coca à la main.
Invité
Invité
avatar





Une heure à surveiller. A la fois long et cours, tout dépends de la compagnie et de l'occupation. Répondant à Logan qu'elle prendrait comme lui, elle regarde le verre se remplir de coca. Une légère envie de sucre. L'alcool pouvait attendre, voire ne pas être invité. Installé tout les deux au bar de la cuisine, un silence prenait place. Raffaela le regardait, de ses mains à son cou, con visage, ses cheveux, puis son torse, son ventre, sa taille. Tout. On pourrait presque dire qu'elle le dévisage. Indécente créature.

Elle avait envie d'aller l'embrasser, d'aller dans ses bras mais elle ne savait pourquoi, elle se retenait. Lui enlever cette chemise aussi. Une vague de chaleur passa en elle et vînt rougir ses oreilles. Fort heureusement pour elle, il s'était levé pour aller farfouiller dans ses cd. Ce qu'elle avait ? Et bien... Tout et rien.

«  Heum... Sous la chaine hi-fi, dans le meuble. Mais y'a pas grand chose d’intéressant. »

C'est vrai qu'elle avait laissé tourné l'album de Mélody Gardot. Il passait «  La vie en rose », chantée en français. Ce ne devait pas vraiment être le style musical de Logan. Qu'écoutait-il ? Curieuse de ce qu'il pourrait découvrir, elle se leva, son verre à la main et le suivit. Accroupie devant le meuble, elle regarde par dessus son épaule. De là, elle voyait les derniers albums acheté. Elle n'en prends pas des masses, alors il doit y en avoir une dizaine, tout au plus.

«  Je n’achète que ceux que je préfère »

Et donc, deux boites de Pink, Avril Lavigne, qu'elle suit depuis la fin de son adolescence. L'album des Pixies également puis celui des Dresden Dolls. Et aussi Céline Dion.

Le voyant regarde ce qu'elle aime, elle se demande s'il ne va pas se moquer d'elle. Raffaela tourne le bouton du son pour le réduire et se relève pour aller poser son postérieur sur la table basse.

«  Quelque chose que tu connais peut être ?
 » Et curieuse de savoir ce qu'il pouvait écouter, elle lui pose la question. «  Tu écoutes quoi toi ? »

Croisant les jambes, elle le regarde de dos, admirant son dos, ses épaules. Une envie irrépressible l'envahit. Toujours assise sur la table basse, elle l'interpelle.

«  Logan ? » Un temps en suspens, le temps qu'il tourne la tête elle continue d'une petite voix désireuse. «  Tu viendrais m'embrasser ? »

Souriante, elle a la tête relevée, pour pouvoir le regarder, ce grand garçon. Elle ne voulait pas l'enmener dans son lit et lui faire passer une nuit des plus mouvementées, non. Seulement le sentir près d'elle quelques instants, sentir son souffle, sa main sur son bras.

Invité
Invité
avatar

Sous la chaîne hi-fi, Logan se jeta presque dessus pour voir ce qu'il s'y trouvait. Peu de disques cependant et il en fut un peu déçu. Lui même avait toute une collection de chanson acquises plus ou moins légalement sur son baladeur, et il se promit de lui graver quelques cd pour enrichir sa collection si elle le souhaitait. Il pourrait certes les acheter, mais parfois on aimait qu'une ou deux chansons sur un album, alors autant juste télécharger la chanson de cette album et la mettre sur un cd avec d'autres morceaux tout aussi esseulés. En plus ça ferait un peu de diversité. Il en sortit quelques une pour les examiner. Du p!nk, Avril Lavigne, les Pixies et Dresden Dolls. Ah ! Du Céline Dion aussi. Il reposa rapidement l'album de cette dernière artiste. Il ne pouvait pas supporter cette chanteuse et avait détesté Titanic de toute façon.

Rangeant tout ceux qu'il avait sortis à part l'album ''Funhouse'' de Pink, Logan fit sortir de le cd de la chaîne et le remplaça par celui de la rockeuse. Il rangea soigneusement l'autre dans sa boîte et répondit à Raffaela, toujours de dos.

-La plupart de ce que j'ai vu je le connaissais déjà. J'écoute pas mal de styles différents, rock, rap, classique, r'n'b, pas d'électro par contre, je supporte pas ça. J'aime bien la variété aussi.

Il refermait le placard qui contenait tous les disques lorsque Raffaela appela son nom. L'air curieux il se retourna pour la regarder et la vit, les jambes croisées et en train de le dévorer du regard depuis la table basse. Lorsqu'elle lui exposa sa demande, courte et concise, Logan n'hésite pas. Ce baiser il veut sans doute autant qu'elle, si ce n'est plus et alors que la chanson ''So what'' passait dans les enceintes de la chaîne, Logan se releva pour rejoindre son hôtesse.

Arrivé devant elle il se mit à genoux sur le sol et lui décroisa les jambes. Sans la quitter des yeux il se rapprocha alors d'elle, son regard témoignant de toute l'intensité du moment et il posa ses mains de part et d'autre d'elle, à plat sur la table. Ses yeux firent alors la navette entre ses lèvres et ceux de Raffaela, faisant ressortir le désir puissant qu'il avait de l'embrasser. Il se lécha les lèvres, savourant d'avance l'idée de goûter à nouveau aux siennes, puis, enfin, se pencha lentement sur elle.

Juste avant que leurs deux bouches entrouvertes n'entrent en contact, Logan lui souffla :

-Bien sûr que je viendrai t'embrasser...

Mais au lieu de combler les quelques centimètres qui les séparaient encore, Logan laissa un sourire diabolique apparaître sur son visage et s'écarta brusquement de la belle surveillante et commença à chanter d'un air nonchalant en se relevant pour récupérer son verre. Avec un air tout innocent et naïf, il bu une gorgée de son coca et alla le déposer sur le comptoir, chantonnant en même temps que le morceau qui passait.
Invité
Invité
avatar





Raffaela sourit en entendant la voix de Pink envahir son appartement. Tout à fait différent que l'album précédent, mais tout autant appréciable. Mais ce qu'elle regardait n'était pas le CD ou son contenu, mais Logan. Ce dernier arrive pour la rejoindre en peu de pas. Il se met à genoux et décroise ses jambes. Elle se laisse faire, appréciant le contact de ses mains chaudes sur ses jambes nues. Il s'avance, ses deux bras de chaque cotés de son corps. Raffaela sens son cœur battre un peu plus rapidement, témoignant de son désir et de son impatience. Quand il se lécha les lèvres, elle n'avait qu'une idée en tête. L'embrasser, l'embrasser, l'embrasser. Elle ne voulait que cela en cet instant précis.

Elle pouvait sentir son souffle passer sur ses lèvres, sentir son odeur. Elle n'avait qu'à avancer son visage pour capturer ses lèvres tentatrices. Mais Logan ne voyait pas cela pour tout de suite. Il se mit à sourire avec une expression de triomphe malsain en se relevant. Debout, il retourna prendre son verre et boire, tout en chantonnant. Raffaela, toujours assise sur sa table basse se mordit la lèvre, un grand sourire sur le visage. Elle passa une main dans les cheveux puis se relève, buvant son coca pour réhydrater ses lèvres sèches.

« Bien plus tard, c'est ça ? »

Elle laissait ce jeune homme mener le bateau. La destination risquait d'être la chambre de la maîtresse de maison. Un grand sentiment de frustration au cœur et aux lèvres, elle le rejoins sans le regarder. Elle évite son regard. Autrement, elle risquerait de lui sauter dessus. L'entendre chantonner dans son dos la fit sourire.

Pour penser à autre chose que cette paire de chaire désirée, elle retourne devant la plaque de cuisson et ouvrit le couvercle. Une grande masse de fumée caressa son visage, embuant totalement les verres de ses lunettes. Posant le couvercle à coté, elle retira ses verres, que Raff posa sur le comptoir, près de son coca. Puis elle refait un pas vers la poêle qu'elle remue avec sa spatule en bois. Une odeur délicieuse de tomate épicée monte dans la pièce. Elle le lèche les lèvres, alléchée par l'odeur. Une pointe de faim montre le bout de son nez.

«  Bon, Logan. » Elle tourna la tête dans sa direction, un regard lourd de reproche de ce baiser non offert et encore attendu. « Il reste une bonne demie heure, tu veux discuter de quelque chose ? »

Reflechissant elle même à un possible sujet, elle lève la spatule, en signe d' « Eureka ».

«  Des questions, pour mieux se connaître. Car... hormis tes capacités physique et scolaires... je ne sais rien sur toi, Logan. » Souriante, contente de son idée, elle énumère plusieurs questions pour qu'il ai à répondre par la suite. «  Donc... Pourquoi Volfoni ? Tu étais d'ou avant ? Tu as des frères et sœurs, des animaux ? »

Des questions larges et qui peuvent alimenter une conversation. Du bout de la spatule, elle lèche la sauce en préparation, du bout de la langue. C'était SU-CCU-LENT.

Invité
Invité
avatar

Logan est à nouveau assit sur l'un des tabourets du comptoir, tapant sur le support en rythme avec la chanson qui passait. Sober était très certainement sa chanson préférée de Pink, il la connaissait par cœur mais ne la chanterait pas. Il ne chantait pas assez bien pour lui rendre honneur. Ni à elle ni à aucune chanson d'ailleurs. La vérité était que Logan chantait très mal et qu'il ne le faisait que lorsqu'il était seul. Chantonner n'était pas vraiment chantonner, c'était à la portée de tout le monde de reproduire un air sans ouvrir la bouche, juste avec un bruit de gorge, et il ne le faisait pas assez fort pour qu'on puisse remarquer que ce qu'il chantait sonnait faux.

Raffaela vint le rejoindre, évitant de croiser son regard et allant plutôt vérifier la sauce qui cuisait toujours. En ouvrant le couvercle de la poêle, une grande bouffée de fumée s'en échappa et vint obscurcir ses lunettes qu'elle fut contraint d'enlever. Logan l'observa sans rien dire, il l'aimait bien avec ses lunettes, mais il devait avouer qu'il la préférait sans. Il avait lu quelque part que les hommes aimaient bien les femmes à lunettes car ça leur donnait l'impression de sortir avec deux femmes en même temps. Est-ce que c'était vraiment le cas par contre, Logan n'en était pas persuadé. Avec ou sans lunettes, Raff restait la même personne. Avec ou sans lunettes, Raff était une personne désirable et désirée.

Elle le coupa dans ses pensée en le regardant enfin avec reproche et en lui adressant la parole. En effet, elle ne connaissait pas grand chose de lui, et c'était réciproque. Il sourit lorsqu'elle souligna le mot « physique » dans sa phrase. Apparemment elle était assez satisfaite de ces capacités là. Puis une espèce d'avalanche de questions auxquelles il tenta de répondre du mieux qu'il pu, bien que légèrement mal à l'aise. Il n'aimait pas vraiment parler de sa vie, simplement parce qu'elle ne regardait que lui, mais il pourrait essayer de faire un effort pour Raffaela.

-Doucement, plaisanta-t-il, une question à la fois sinon je vais pas m'en sortir... J'ai voulu aller à Volfoni à cause de la réputation de l'académie bien entendu, et parce que le cursus sportif m'intéressait. Sinon ma maison se trouve à San Francisco, donc pas vraiment la porte à côté. C'est là-bas que j'ai fait mes études, mais j'ai aussi passé beaucoup de temps au Mexique dans la famille de ma mère. Je n'ai pas de frères, pas de sœurs et pas d'animaux.

Il ne développa pas plus que ça, son regard tourné vers la spatule que Raffaela tenait dans la main et léchait du bout de la langue. Il se mit à penser que cette langue pourrait être bien mieux employée à lécher tout autre chose, mais avait que cette idée ne lui retourne complètement le cerveau, il se leva et, faisant courir ses doigts sur comptoir, il s'approcha lentement de Raffaela. Il ne se déroberait pas cette fois, cette fille savait le manipuler pour obtenir ce qu'elle voulait. Car oui ! Il considérait totalement ça comme de la manipulation pure et simple. Une fois à sa hauteur, il se rapprocha encore et s'arrêta à juste quelques centimètres de son corps.

-Tu me ferais goûter ? Demanda-t-il.

Cependant il écarta la spatule et préféra plutôt prendre le menton de la jeune femme dans sa main avant de se pencher vers elle, capturant sa bouche de la sienne. Sa langue chercha doucement un passage entre ses lèvres, les léchant jusqu'à l'obtenir et à trouver le contact avec celle qu'il convoitait. Il pu ainsi savourer le goût à la fois de la sauce en train de cuire, et à la fois celui de Raffaela qu'il embrassait avec délice. Il la laissa cependant partir au bout d'un certain moment et se lécha de nouveau les lèvres.

-Ça m'a l'air très bon, vivement que ça soit prêt.

Puis il lâcha son menton et retourna s'asseoir de l'autre côté du comptoir, en appui sur son avant bras et la dévorant du regard.
Invité
Invité
avatar





Avait-elle posé beaucoup de questions ? Peut être. Mais elle ne savais pas comme s'y prendre. Pour connaître un élève, il lui suffisait de lire sa fiche, son dossier, d'en parler avec des profs ou le coller pour le faire parler lui même. Mais là c'était une autre situation. Elle avait déjà couché avec un élève par le passé mais ne s'était jamais intéressée à son passé ou son futur. Juste leur prochaine rencontre. Tout en léchant sa spatule, elle écoute attentivement la … les réponses.

San Francisco ? Non, en effet, ce n'est pas la porte à coté, ni même l'état d'à coté. Ne mère Mexicaine et fils unique, pas même un chien avec qui jouer. Il faut dire qu'elle aussi, est fille unique. Repensant un moment à ses parents, son regard devient vide alors qu'elle léchait toujours sa cuillère de bois. Ce n'est que quand Logan la rejoins qu'elle se reconnecte.

Tout près d'elle, elle pouvait sentir la chaleur de son corps contre le sien. Elle leva le visage pour le regarder en souriant. Le faire goûter, certainement. Goûter à tout ce qu'il voulait. Tout ce que tu veux, Logan. Elle n'eut pas à lui répondre car déjà il prenait son menton dans sa main et l'embrassa. Raffaela ferma les yeux, ne profitant que de ce contact tant attendu et entre-ouvrit ses lèvres pour laisser à leur langue le temps de se rencontrer à nouveau. Pendant ce baiser, Raf avait posé sa main libre sur l'épaule de Logan, sa spatule toujours dans l'autre.

L'air bon ? Succulent, elle avait dit. Même.

Quand il lâcha son menton, Raffaela voulu lui prendre la main pour la mettre sur sa joue, ne pas rompre ce contact. Mais aussi rapidement que venu, il retourna au comptoirs, son regard ne la quitta pas. C'était vraiment plaisant et tentant. Raah. Se retournant pour mélanger la sauce et remettre le couvercle, elle sourit. Visiblement contente.

La maîtresse de maison sortit une casserole du placard à ses genoux et la remplie d'eau. Chaque gestes étaient calculés, pour ne pas faire de bourde tout en restant dans son habitude. Elle savait qu'il ne la lâchait pas des yeux. L'eau finis de remplir et elle mis le feu à une autre plaque. Un autre couvercle et une autre attente. L'eau chauffante, elle repartis vers le comptoire, juste à coté de Logan. La, elle pris, non pas son verre, mais celui du garçon, qu'elle fini, le fond qu'il restait.

« Je ne suis jamais allée à San Francisco, pourtant j'en ai fait des états. » sourit-elle en s'installant sur le tabouret, les jambes croisées. «  Je suis fille unique aussi. Et mes parents vivent dans le Connecticut.. Normalement. »

Pour ce dernier mot, elle leva les yeux au ciel, réfléchissant de l’exactitude de cette information. Cela faisait un très long moment qu'elle n'avait pas eu de contact. Leur avait-elle même dit ou elle était ? Cette question pensée, elle l’effaça bien vite de son esprit et reprit la parole pour ne pas se lancer dans ce tourbillon de pensées.

«  Même en sachant qui je suis, tu ne regrettes pas d'être venu ici ? » demande-t-elle, curieuse.

C'est aussi un autre moyen de changer de conversation, car son ' normalement' est un appel à la question. On sait ou sont ses parents, normalement. Plantant ses prunelles brunes dans ses jumelles bleus, elle lui sourit. Une telle relation était dangereux pour les deux partis.


Invité
Invité
avatar

Le temps qu'elle fasse ses préparations, Logan ne la quitta pas un instant du regard, ne perdant aucun de ses gestes. Lorsqu'elle eu fini sa préparation, elle vint s'asseoir à côté de lui et lui siffla le reste de son verre sans lui demander une quelconque permission. Sans en paraître dérangé, le jeune homme se resservit un demi verre de la même boisson qu'il avala d'un seul trait avant de le reposer sur le bar. Il ne fallait pas qu'il boive trop de soda sinon il risquait de ne plus avoir faim pour la suite. D'un autre côté les pâtes étaient des pâtes, et son estomac était assez grand pour supporter les deux. Il se resservit donc un grand verre de coca auquel il ne toucha pas immédiatement, se rafraîchissant juste les mains en les plaçant autour du récipient.

Jamais allée à San Francisco ? Logan faillit hoqueter. San Francisco était une ville où il fallait se rendre au moins une fois dans sa vie, au même titre que Los Angeles ou bien New York. Là-bas tout est changeant, rien n'est figé. À chaque fois que Logan rentre chez lui pour les vacances, il retrouve la ville dans un état complètement différent d'avant, une nouvelle mode qui est apparu, un nouveau style de vie et tout le monde s'y est mis. Il n'était pas rare qu'il reçoive un mail de son père critiquant le nouveau courant qui passait dans la ville suivit d'un message de sa mère s'extasiant sur les changements qui arrivaient.

En repensant à ses parents, il ne fit même pas attention à la remarque de Raffaela. Ça aurait pourtant piquer sa curiosité à vif, une telle remarque n'était pas anodine. Lorsqu'il percuta enfin ce qu'elle venait de dire, elle avait déjà enchaîné avec une autre question à laquelle il fut forcé de répondre avant de réfléchir à ce qu'elle avait dit.

-Non, ça me changera un peu de mon colocataire, sourit-il.

Elle pensait que ses parents vivaient dans le Connecticut ? Quel genre de personne pouvait ne pas savoir où vivait ses propres parents ? Deux solutions, soit la jeune dame était adoptée et elle ne connaissait pas le lieu d'habitat de ses parents biologiques, ou soit elle n'était pas du tout adoptée et était en mauvais termes avec eux. Mais en mauvais termes avec eux depuis suffisamment de temps pour avoir oublié leur adresse et en même temps le lieu où elle avait tout de même du passer une bonne partie de son enfance.

Il trouva également étrange que des parents laissent leur unique enfant se détacher d'eux aussi facilement, lui laissant rompre les liens ou même étant la cause de cette rupture. Quelque chose d'assez terrible avait du se produire pour qu'ils en arrivent tous les trois à cette situation. Et la famille lointaine alors ? Était-elle aussi partagée ? Est-ce que les grand parents de Raff avaient prit partie ? Est-ce qu'ils étaient encore vivant au moins ? Est-ce qu'elle était seul contre les représentant de son sang et de sa famille ? Il résuma toutes ces questions en une seule, plus politiquement correcte.

-Comment ça « normalement »?

Il la fixa avec un sérieux qui indiquait que la question n'était pas vraiment à prendre à la légère, qu'il s'intéressait de près à la réponse, mais tempéra ça en allant lui caresser une main de ses doigts désormais froids.
Invité
Invité
avatar





Une telle relation était dangereuse pour les deux partis. Mais, toujours assise, elle ne voulait pas y penser. Ils étaient ici, chez elle, sans personne pour les déranger. Ils pouvaient discuter, s’embrasser, se toucher à loisir. Tout était permis chez elle. Et il n’y avait pas de colocataire. Raffaela sourit à sa réponse. Ah, la colocation. Un moment que l’on regrette un jour. Car c’est bien de rentrer à sa piaule et d’avoir quelqu’un à qui raconter sa journée, se défouler ou rigoler. Même si on ne l’aime pas.

Alors que le verre de Logan se remplissait, se vidait, se remplissait, elle le regardait faire tranquillement. C’était étrange de parler comme cela. Etrange, mais agréable. Enfin, cela dépends des sujets. Et Logan s’engageait sur un terrain assez… non, un terrain vague. Ca faisait parti de son histoire, et bien que cela lui fasse de la peine de ne plus voir ses parents, elle ne souffrait pas d’en parler. Etait-ce vrai ? En avait-elle déjà parlé ? Pas même à Jushirô. Alors pourquoi lui répondrait-elle ?

Son regard faillit la faire flancher, son intérêt visible, et sa main sur la sienne, froide, rafraichissante, agréable. Elle avait de tout déballer, lui dire qui elle était, sous toutes les coutures. Mais… était-ce correcte ? N’allait-elle pas plomber l’ambiance ?

Alors que ces questions se bousculent dans sa tête, le couvercle de la casserole se met à rebondir, grondant de colère, qu’on ne s’occupe pas d’elle. Alors Raffaela reprit sa main et alla soulever le couvercle, l’eau se calma. Un tour de cuillère pour apaiser la flotte et elle y mis les pennes. Assez pour deux, voire deux et demis. La sauce de son coté, on pouvait la sentir par-dessus son chapeau. De longue minutes encore et les deux seraient près en même temps.

Bon Timing.

Respirant un coup, elle se tourna vers Logan qui la regardait toujours. Elle ne pouvait éluder la question par une autre. Que répondre ? Ah mais… simplement.

« Ca fait plusieurs années déjà que je n’ai pas vu mes parents. »

Une phrase simple mais qui ne répondait pas totalement, n’est-ce pas ? aussi rapidement venue, la voilà repartie à sa place. Elle se torturait la tête pour rien. C’était un grand moment de sa vie, la séparation de ses parents mais pour Logan, ce n’était qu’une information de plus, un point qu’il pourrait connaitre. Alors passant une main dans ses cheveux, elle détailla un peu plus sa réponse.

« Je n’ai pas vu mes parents depuis… cinq ou six ans. Oui, ça doit être ça. Depuis mon petit tour américain. » Elle compte sur ses doigts. "A moins qu’ils aient déménagés, ils devraient toujours habiter leur appartement. On s’envoie des lettres mais ils ne peuvent venir ici et moi aller là-bas. »

En pleine figure lui revint la peur qu’elle avait de recontacter ses parents après sa fugue, sa fuite, son départ, appelez ça comme vous voulez. Cependant, ils savaient qu’elle était encore en vie par les lettres envoyée.

« Et toi, tu vois tes parents pendant les vacances ? »

Change de sujet, encore. Elle pose une main sur sa cuisse, griffant un peu le tissu. Ce n’était rien de provocateur, elle devait seulement s’occuper les mains. Dans un coin de sa tête, elle se dit qu’elle leur enverrait une longue carte, lettre, livre, pour leur expliquer. Ou qu’elle prendrait un long congé pour faire le voyage. Oui. Mais pouvaient-ils changer de sujet ? Ou Logan avait d’autre question à lui poser ?



Invité
Invité
avatar

Logan regarda Raff verser les pâtes dans la casserole avec envie et fut un peu surprit d'entendre la réponse une fois qu'elle revint. Ça faisait plusieurs années qu'elle ne les avait pas vu, même pas pour les fêtes, même pas pour noël ou pour les anniversaires. Étrange tout de même, en général même si les gens s'éloignaient de leur famille, ils en restaient assez proche pour se rappeler de leur lieu d'habitat. En plus ça faisait long cinq ans, très long. Elle n'était même plus sûr de combien d'années exactement ça faisait qu'elle les avait quitté pour faire un ''tour américain''.

Par contre un détails l’intrigua dans ce qu'elle lui raconta. Elle leur envoyait des lettres sans connaître leur adresse ? C'était quoi ce contresens bizarre ? Logan sentait que l'histoire était légèrement plus compliquée qu'elle n'y paraissait mais il ne fit aucun commentaire, se contentant de la regarder avec un air vraiment pas convaincu pour ce qui était de la dernière partie. Elle lui demanda ensuite de lui parler de ses propres parents et s'il les voyait pendant les vacances. Peu désireux de la presser de questions puisque lui-même n'aimait pas trop ça, il lui répondit au lieu de repartir à l'attaque.

-Oui, je pars rejoindre ma famille à San Francisco pendant les vacances scolaires, et pendant les grandes vacances on retourne au Mexique pour voir la famille de ma mère.

La famille de sa mère qui était presque aussi riche qu'elle d'ailleurs. Elle avait pas mal hérité de ses parents, mais elle avait très bien su faire fructifier le revenu qu'on lui avait confié avant de se monter sa propre entreprise et de toucher encore plus que le salaire déjà important que ses grands-parents touchaient lorsqu'ils travaillaient. Logan avait donc grandit dans un climat de richesse mais pas d'opulence, son père y avait veillé malgré le fait que sa mère adore tout ce qui était clinquant.

C'est pour ça que depuis qu'il était parti au lycée ici, puis à l'université, ils s'étaient trouvé des petits arrangement. Ils passaient deux mois au Mexique dans la résidence de sa mère, puis deux mois à San Francisco dans la maison qu'ils avaient acheté ensemble. Cependant, malgré tout ses efforts, il ne serait pas difficile même là-bas de reconnaître les signes d'une certaine richesse, aussi bien au niveau du mobilier que du côté installation. La maison était totalement écologique puisque c'était la mode lorsqu'ils s'y étaient installés. Elle avait coûté très cher, mais était très design, avec de grands murs en verre aux volets électriques, un toit plat recouvert de panneaux photovoltaïques et un récupérateur d'eau assez impressionnant. Bien entendu le garage était également bien rempli, son père adorait les belles voitures.

Le seul problème de cette maison était qu'elle était un peu isolée des autres, toujours dans la ville mais assez éloignée pour ne pas trop se mêler aux autres et se permettre un bassin ainsi qu'une jolie vue sur un petit bois. Par contre, leur maison au Mexique pouvait être résumée en un mot. Palace. Sa mère avait fait construire un véritable palais pour juste trois personnes dans lequel vivaient tous les domestiques qui y travaillaient, sauf bien entendu ceux qui ne le souhaitaient pas. Mais ce palace, outre d'être un homâge à la richesse de la famille, était aussi une façon pour sa mère de faire dans l'humanitaire. Aucun des domestiques présent dans cette maison n'étaient des professionnels à part bien entendu le maître des lieux. C'est lui qui formait les gens en recherche de travail et un peu désespéré. Travailler dans leur ''maison'' représentait une chance de toucher un bon salaire sans avoir besoin de se prostituer, et il garantissait en plus une bonne chambre et plusieurs repas chauds par jour. En échange ces gens aidaient à maintenir un semblant d'ordre dans la maison et la faisait vivre en l'absence de leurs propriétaires.

La main de Raffaela sur sa cuisse le ramena à la réalité et il lui sourit. Il ne souhaitait pas étaler sa richesse, même si ce n'était pas vraiment difficile à deviner que ses parents gagnaient beaucoup d'argent : il portait des habits de marque et la plupart de ses équipements multimédias étaient de haute qualité, comme le mp3 avec le casque qui reposaient sur la table du salon. Sa propre main vint recouvrir celle de la jeune femme et il lui demanda avec curiosité :

-Dis moi, où est-ce que tu aimerais partir en vacance ?
Invité
Invité
avatar







Mexique et San Francisco ? Eh bien, il était bien logé, ce petit Logan. Elle ne répondit pas tout de suite, observant avec plaisir et patience le visage de Logan. Il semblait plongé dans une réflexion, un souvenir. Sa famille, peut-être. Raffaela pensa à la sienne. Son histoire ne tenait pas de bout. Après sa fuite suite à son entrée à l’hôpital, elle n’avait laissé qu’un mot à ses parents pour leur dire qu’elle partait. Son téléphone, elle ne l’avait pas pris. Laissé à côté de la table. C’était seule qu’elle s’était engagés dans son voyage. Elle n’était pas retournée chez elle depuis. Indépendante, elle avait toujours eu peur de refaire face à sa famille. Il lui arrivait de voir les autres membres, plus larges quand ils passaient dans le coin mais ses parents… Pourtant, elle savait qu’ils allaient bien, et inversement.

Jushirô avait retrouvé son adresse. Celle de ses parents et contacté sa famille. Pourquoi ? Elle ne savait pas. L’année de son tour, Raff envoyait quelques cartes postales, leur disant qu’elle allait bien. Un signe de vie. Et depuis son travail ici, elle avait reçue de nombreuses lettres. De grandes, de sa mère qui s’excusait. Qui la comprenait et regrettait ses agissements envers sa fille unique. Alors Raff vivait bien, elle était en paix avec elle, ses parents et leurs relations. Mais deux grands sentiments la tiraillaient quand elle pensait à eux. Aller les voir, car ils lui manquent. Mais d’un autre côté, elle avait fui, elle avait été lâche et elle avait peur de les revoir, de ses serrer de nouveaux dans leurs bras. C’est confus. Elle ne veut pas y penser.

Se ramenant à la réalité, elle caressa d’avantage la cuisse de Logan. Son sourire lui fit plaisir. Sa main, chaude, sur la sienne, elle écouta sa question. Elle ne s’y attendait pas. Et n’y avait jamais vraiment réfléchis.

« Hé… Hé bien. San Francisco, déjà, pour voir ce que cette ville a à offrir. » Et aussi pour combler le fait qu’elle n’ait pas vu cette ville importante. « Mais dans l’idéal, une, voire deux semaines au bord de l’océan. Trainer en maillot de bain du matin au soir, bain de nuit, grasses matinée. Et de la chaleur. » Elle rit. « Tout ce que je ne fais pas ici. Et toi ? »

Raffaela caresse du pouce la main de son invité. Son autre main sur la table, jouant des ongles sur la surface lisse du comptoir. Un coup d’œil vers l’horloge, un petit calcul. C’est bientôt près, normalement. Il fallait alors mettre la table. Mangeaient-ils ici sur le canapé ? Manger en discutant a leurs places ou s’installer confortablement dans le canapé, l’assiette à la main. Elle allait lui demander mais préféra la première solution pour un premier repas. Serrant sa main dans la sienne, elle se redresse pour poser ses lèvres au coin des siennes.

« C’est prêt ! Tu mets la table s’il te plaît ? »

Déléguer, c’est le bien. Elle lui montre le placard pour les assiettes. De jolies assiettes rondes, blanches crème. Une fois debout, elle allât aux fourneaux, arrêter la sauce après l’avoir gouté et repris un bain de buée. Décidément. Elle laisse la poêle sur le plan de travail et regarde la cuisson des pâtes. Elle les goutte. Très bien.

Un torchon dans les mains, elle prend la casserole et renverses l’eau bouillante dans la passoire dans l’évier. Encore un bain de buée. Le visage rougi par tant de chaleur, elle le détourne le temps de tout renverser. Quelques gouttes brulantes lui arrivent sur les avants bras mais dû attendre de finir pour s’essuyer.

« C’est un bain de chaleur, faire des pâtes » s’amuse-t-elle.

Le temps que s’égoutte leur repas, elle se dirige vers Logan. Glisse dans son dos et passe les bras autour de son bassin. Elle pouvait très bien se cacher derrière lui, on ne la verrait pas. Sa joue sur le dos massif du jeune homme, elle le serre doucement, contente qu’il soit là.


Invité
Invité
avatar

Les vacances, c'était une question facile ça ! Il y avait beaucoup de choses à voir sur cette planète, et encore plus de choses à faire. Logan avait déjà pas mal voyagé étant petit, c'est un plaisir qu'on ne se refuse pas quand on est riche. Il avait bien aimé l'Australie, leur culture, les alligators, les kangourous qui étaient devenu son animal préféré et le rugby, un dérivé Européen du football américain. Le Canada avait été sympa, mais très froid. Il avait même été obligé de porter un manteau par dessus son pull. Le carnaval de Rio avait été une pure merveille, très fun et très beau à voir. La forêt Amazonienne lui avait déplu par contre. Trop d'humidité et de bestiole qui venait vous bouffer. Les promenades au Vietnam avaient été plutôt cool, mais il avait détesté l'Inde.

-Te voir traîner en maillot de bain toute la journée ne serait pas déplaisant, sourit-il. Je voudrais visiter l'Europe. Au moins l'Angleterre, l'Italie, la France, l'Espagne, l'Allemagne, la Russie, la Grèce et la Suède.

Logan rit de lui même en se rendant compte que sa liste sensée être courte avait été légèrement rallongée. Tout le continent Européen était tellement imprégné de culture, de diversité, de vieilleries passionnante! La Mongolie et ses peuples nomades lui aurait plu également, et il rêvait de voir la Grande Muraille de Chine, l'une des sept merveilles du monde. Le Japon devait être pas mal à visiter également, avec toute la culture et les gens un peu déjantés qui y vivaient. Pour les jeux-vidéo et consoles également, bien que la langue soit terrible.

Raffaela caressait doucement sa main, un contact agréable qui lui causait de plaisants petits picotements dans tous le bras. Elle jeta un coup d’œil à l'horloge et du y lire qu'il était temps de manger car elle se mit en mouvement non sans l'avoir embrassé au coin des lèvres. Il du se charger de mettre la table, ce qu'il fit en sifflotant en même temps que la musique avec bonne volonté pendant qu'elle s'occupait de la nourriture. Il sortit les assiettes mais du ouvrir plusieurs tiroirs avant de trouver l'endroit où étaient rangés les couverts puisqu'elle ne le lui avait pas indiqué. Il installa la table assez rapidement mais proprement, les couteaux parallèles aux fourchettes, à droite et le côté coupant dirigé vers l'assiette. Il mit leurs deux verres un peu au hasard, ne se souvenant plus vraiment lequel était à qui. Ça n'avait que peu d'importance finalement.

Une fois cela fini, deux bras vinrent enserrer sa taille et il sentit sa belle se coller dans son dos. Il ferma les yeux et profita du contact un moment, appréciant sa chaleur et son touché qu'il adorait. Le vrai bain de chaleur viendrait plus tard dans la soirée Raff, pas d'inquiétude à avoir là-dessus. Avec un sourire taquin, il se défit de son étreinte et se retourna en la prenant par les hanches pour la recoller contre lui.

-Dis-donc, tu es une bien mauvaise hôtesse. Demander à son invité de mettre la table n'est pas très convenable jeune dame !

Il avait dit ça avec un faux petit air pincé de vieux riche qui se plaignait de l'éducation des jeunes de leur génération, un peu comme sa grand-mère paternelle avait l'habitude de le faire quand elle voyait tous les nouveaux clips de chanteuses à la télé. Il ne pensait pas ce qu'il disait, mais qui serait-il pour louper une occasion de l'embêter ? Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait se montrer aussi décontracté avec une surveillante. Ce n'était pas non plus tous les jours qu'on pouvait les prendre par la taille pour se coller à elle. Enfin techniquement si, on pouvait le faire tous les jours. Après restait à savoir si on pourrait y survivre.

L'odeur de la sauce et des pâtes lui chatouillait les narines depuis quelques temps déjà, mais ce n'est que maintenant que son ventre se mit à grogner pour réclamer que la chose qui produisait cette senteur vienne le rejoindre par la voie rapide.

-Ça sent terriblement bon ce que tu nous a préparer, soupira-t-il presque.
Invité
Invité
avatar







Il voulait en visiter beaucoup des lieux. L'italie, serait agréable à revoir. Mais opur le moment, c'est Logan qu'elle visite. Ses mains se font balladeuses sur son ventre, regrettant pas pour autant le tissus qui le recouvrait. Un contact qu'il rompit en se retournant pour le plus grand plaisir de notre femme. Ses mains sur sa taille, elle levait la tête pour le regarder. Avidement. COllée à lui, elle sourit à sa brimade. Dit donc, il faut bien payer son repas. Un peu.

" Hey, si t'es pas content d'être là tu le dis de suite "

Elle lui tire la langue, sachant qu'il s'amusait. Mais c'est vrai qu'elle aurait dû s'occuper de tout. Seulement, c'était plus vivant si les deux mettaient les mains à la pattes, ils pouvaient profiter du repas en ayant le plaisir d'y avoir participé. Il sentait bon ce repas, d'ailleurs. L'heure de manger a sonnée. Caressant le bras de cet élève invité dans sa cuisine, elle retourne vers les pâtes esseullées.

" Gouttons ça sans attendre, gourmand. Je commence a avoir faim en plus".

Elle les secoue une dernière fois avant de les remettre dans la casserole. Elle aurait bien pris un saladier mais elles auraient refroidies plus vites. Une fois cela fait, elle y ajoute la sauce, jusqu'à la dernière cuillère. L'odeur lui donnait envie, vraiment. Remuant le tout, elle apporte le plat sur la table. Son comptoir est invicible et la chaleur ne lui fait pas peur. Un aller retour au frigo, elle ramena un sachet de parmesan. Pas un vrai bout de fromage avec la rapière, non. Elle aime peut être ça, mais ce n'est pas le genre de truc qu'elle aime garder dans son frigo. Ca empeste, après.

" Alors goutons si notre repas est à la hauteur de nos attentes. "

Remontant sur son tabouret, elle se hisse sur les bras et prends l'assiette de Logan pour la lui remplir. Un bonne part pour le sportif. Il doit prendre des forces. Elle se sert elle même, une part moindre, cependant. Ouvrant le sachet de fromage, elle en sème sur son plat.

" T'en veux ?"

Elle pose le sachet près de ses couverts avant de regarder la table et ses occupants. Ca faisait très repas de famille, sans grandes présentations, sans table mises avec classes, fin... repas de midi avant de reprendre le boulot.

"Et ehm... Désolée pour la présentation, c'est pas aussi classe qu'au restau" sourit-elle, presque gênée. " Surtout la casserole."

Elle se mord la lèvre inférieure puis prends sa fourchette en main. Commencant à piocher quelques pennes sur ses piques de fourchette pour les porter à ses lèvres. La sauce se fit immédiatement sentir et Raff fut assez contente de ce plat. C'était même assez fort. Ils avaient dû faire mariner la sauce un peu plus longtemps que convenue mais qu'importe, c'était très bon.

"Si c'est trop fort, je prends hein" dit-elle, la fourchette au bord des lèvres.

Invité
Invité
avatar

Elle lui tira la langue pour répondre à sa remarque, montrant qu'elle avait compris qu'il plaisantait. Il sourit et alla s'asseoir à sa place lorsqu'elle retourna s'occuper des pâtes. Elle renversa tout dans la casserole qui avait servie à les faire cuire et rajouta la sauce par dessus avant de remuer le tout pour que les pâtes soient bien imbibées et que les éléments de la sauce ne restent pas sur le dessus. Elle ramène ça sur le comptoirs sans mettre de protection en dessus, ce qui étonna un peu Logan mais il ne dit rien. Elle est dans sa cuisine, elle doit savoir ce qu'elle fait. Un dernier aller retour jusqu'au frigo pour récupérer du parmesan en sachet et enfin elle le sert généreusement.

Par bienséance, Logan se retient de commencer à manger tant qu'elle même ne l'a pas fait, ça ne se fait pas sinon. Il décline gracieusement la proposition de mettre du fromage dans ses pâtes qu'il souhaite tout d'abord goûter sans rien. Une petite tradition on va dire. Elle pose donc le sachet sur la table avant d'observer celle-ci avec un air un peu gêné.

-Et ehm... Désolée pour la présentation, c'est pas aussi classe qu'au restau. Surtout la casserole.

Logan lui sourit et la rassura sur ce point.

-Ne t'en fait pas, j'ai en face de moi quelqu'un pour me distraire de la présentation de la table, répondit-il.

C'était un peu bateau comme phrase, mais ça faisait toujours plaisir. Enfin c'est ce que son père lui avait dit lorsqu'il avait essayé de lui apprendre à être un gentleman pour ce qu'il appelait une « soirée de riche de ta mère ». Il en avait retenu la plupart des principes puisque cette soirée ne fut certainement pas la dernière, mais il n'avait pas vraiment d'autres d'occasions de les mettre en œuvre à part pendant ces soirées, justement.

Enfin elle commencer à manger, tant mieux, il avait vraiment fin et ce plat de pâte sentait super bon. Il attrapa sa fourchette et ramassa plusieurs pennes avant des les fourrer dans sa bouche. Ça par contre ce n'était pas très classe, mais il n'était pas là pour manger les pâtes une par une. Les épices ne tardèrent pas à se faire sentir et Logan en fut plus que ravit, ça lui rappelait les plats que feu son grand père lui cuisinait lorsqu'ils passaient les vacances chez lui. Il adorait sa cuisine.

-Si c'est trop fort, je prends hein

Logan fini de mâche ce qu'il avait dans la bouche et avala avant de lui servir un sourire qui allait bien.

-Tu parles à un Mexicain là, Raff. Rien n'est trop fort pour moi. C'est délicieux !

Il rougit légèrement en se rendant compte qu'il l'avait appelé de manière assez familière. Puis il se rappela qu'il avait fait un peu plus que d'être familier avec elle et piqua plusieurs pâtes pour faire diversion. Il n'avait pas mentit lorsqu'il lui avait dit que les pâtes étaient délicieuses, il devrait penser à lui demander la recette, comme ça il la ferait passer aux cuisiniers de sa maison de vacances qui pourraient lui en faire. Un plat de ces pâtes à savourer, étendu à l'ombre sur une chaise longue de sa terrasse serait certainement un vrai plaisir.

Il termina rapidement son assiette et loucha sur ce qu'il restait des pâtes dans la casserole. Normalement il ne serait pas convenable de se resservir après avoir été si bien servit, de plus il n'était pas motivé par la faim mais par la gourmandise. Ça comptait non ? Si il en reprenait ça voulait tout de même dire qu'il avait apprécié le plat et en revoulait. Et puis de toute façon il était l'invité, alors fuck le protocole. Sans avoir besoin de trop se relever, il reversa des pâtes dans son assiette en en laissant un peu qu'il tendit vers Raffaela.

-Tu en reveux ?

Si elle disait oui il les lui donnerait, sinon il les finirait. En plus comme ça, ça ne ferait pas de reste. Gentil petit Logan va.
Invité
Invité
avatar






Quelqu’un pour le distraire ? Elle sourit, rassurée.
Mangeant tous les deux, elle déguste avec délice son repas. Fort à souhait, ça avait du gout. Raffaela, contente de son plat sourit en l’entendant répondre. « Raff ». Ils n’étaient plus dans une relation Personnel élève mais amis. Plus qu’amis, même. Qu’étaient-ils, cependant ? Cette question se fit une place dans son esprit avant que ce dernier ne se fasse submerger par les informations apportées par son palais.

Elle nota son rougissement mais ne dit rien, bien trop amusée. Mangeant tranquillement, elle se rendit compte que Logan mangeait bien vite. Son assiette vide, il se penchait déjà sur la casserole. Et bien, s’il n’avait pas dit qu’il avait faim, elle ne l’aurait pas cru. La jeune femme se dépêche d’avaler ses dernières pâtes et de lécher sa fourchette des restes de sauces. Sa gorge chauffait un peu avec son assiette alors elle tendit le bras pour avaler d’une traite son coca. Les bulles lui firent du bien et pu répondre à Logan.

« Une poignée, je te laisse le reste. »

Elle tend son assiette pour se faire servir une louche de ses pennes délicieuses et reprends sa fourchette pour recommencer sa dégustation. Elle le regarde faire, ravi. Une autre fourchette en bouche, elle regarde son lave-vaisselle. Un tout petit, pour elle seule, qui tournait comme un grand. Elle n’avait clairement pas envie de mettre les mains dans l’eau ce soir alors qu’il était là. C’était peut-être la dernière fois qu’il venait et elle ne voulait pour rien au moindre manquer un instant.

D’ailleurs, le lendemain, comment est-ce que ça allait se passer ? Et la copine de Logan ? C’était ce qui lui posait le plus de problème dans tout ça. Devait-elle en parler ? Ses yeux se posent sur le visage visiblement heureux de Logan et elle ne peut se résoudre à le voiler par des réflexions douloureuses. Sa mains se repose sur sa cuisse, tendrement alors qu’elle avale une dernière fourchette de son repas.

« h’a fignis » dit elle, la fourchette entre les lèvres.


Une enfant, mais elle assumait. Souriante, elle se lève, son assiette à la main. Elle se penche pour ouvrir le lave-vaisselle et ranger ses couverts. Logan avait bientôt finis alors elle attendit qu’elle avale sa dernière malheureuse avant de lui prendre son assiette et ses couverts qui rejoignent les siens. Elle y met ce qu’elle a utilisé et le referme prestement.

« Que faisons-nous ? Tu veux boire un autre verre sur le canapé ou faire quelque chose en particulier ? »



Invité
Invité
avatar

Sa réponse alla à ravir à Logan qui lui servit exactement ce qu'elle demandait avant de se réserver la plus grosse portion. Voir son assiette se remplir était toujours un plaisir pour lui, surtout lorsqu'il s'agissait de pâtes, bien qu'il ne soit pas difficile en nourriture. Il finit rapidement son assiette en grand gourmand qu'il était et la regarde s'occuper de débarrasser la table, regrettant un peu le contact de sa main sur sa cuisse. Tous leurs couverts finirent dans le lave-vaisselle, une petite machine qui convenait parfaitement pour une personne ou deux. Logan se dit qu'il n'avait jamais rien vu de si petit en électroménager et alla l'examiner de plus près, s'accroupissant devant.

-C'est fou, rigola-t-il en le pointant du doigt. Il est presque mignon ton lave-vaisselle.

-Que faisons-nous ? Tu veux boire un autre verre sur le canapé ou faire quelque chose en particulier ?

Un sourire un peu vicieux apparut alors sur les lèvres de Logan qui se releva doucement.

-J'ai bien quelque chose en tête oui, mais peut-être serait-il plus sage d'attendre la fin de la soirée.

Il lui donna un léger avant-goût de ce qu'il entendait pas là en l'attirant à lui pour lui voler un baiser qu'il approfondit pour le rendre plus langoureux. Puisqu'il était là pour la nuit, autant en profiter non ? De plus ce soir ils pourraient faire autant de bruit qu'ils le souhaitaient, et tant pis pour les voisins. Ils ne risquaient pas de se faire renvoyer du lycée ici, et il serait étonnant qu'ils reçoivent une visite des autres locataires.

Lorsqu'il interrompit le baiser, un léger doute s'insinua en lui. Si elle n'avait pas de préservatifs, la soirée risquait d'être un tout petit peu plus ardue que prévu. Il se voyait mal dormir dans la même chambre que lui sans pouvoir la toucher parce qu'ils n'avaient pas de protection. Cependant il ne pouvait décemment pas essayer de la toucher si jamais elle n'avait pas de quoi les protéger tous les deux, il était trop responsable pour ça. D'un autre côté, si Raff était le genre à proposer à des garçons un soirée sympathique à l'infirmerie alors qu'elle venait juste de les rencontrer dans un couloir, c'est qu'elle devait être en quelque sorte parée à toute éventualité. Remarque... lui aussi devrait être censé être « paré à toute éventualité ». Après tout il avait accepté de la suivre, mais ça ne faisait pas de lui un détenteur de la capote salvatrice.

Sans rien laisser paraître de son doute, il lui sourit en se décollant d'elle, faisant glisser sa main le long de son bras jusqu'à attraper la sienne qu'il captura. Le frigo se trouvait dans son visuel et il l'appelait toujours avec une certaine insistance, il n'avait pas eu de dessert, même pas un yaourt ! Étonnant qu'elle ne lui en ai pas proposé. Peut-être qu'elle n'en avait pas ! Elle n'était sans doute pas aller faire des courses rien que pour lui, et elle ne pouvait se permettre de lui offrir un yaourt sous peine d'en manquer d'un avant le jour fatidique où elle devrait retourner faire des provisions.

Attendez, il se compliquait pas un peu la vie pour rien là ? Il se rendit compte qu'il faisait tout un plat pour un pauvre petit dessert, se perdant en pronostiques et faisant grand cas d'un pauvre petit yaourt et se força à arrêter. Il suffisait de lui demander !

-En attendant ça ne te tente pas un petit dessert ?

La question était posée sur le ton de l'innocence même, en espérant que la réponse serait positive, il détestait ne pas finir un repas par un dessert froid.
Invité
Invité
avatar






Quelque chose en tête ? Raffaela sourit, comprenant totalement de quoi il retourne. Peut-être avait-il raison, peut être fallait-il attendre la fin de la soirée. A la fois dommage et raisonnable. Devant le mignon lave-vaisselle, Logan l’attire à lui pour une douce étreinte et un baiser provocateur. Elle porte une main à sa nuque, l’autre sur le bras du jeune homme alors que sa langue caresse sa jumelle. C’est chaud, épicé, délicieux. Comme lui. Elle aurait voulu que ce baiser dure toute la nuit, qu’il ne prenne pas fin, qu’il ne recule pas ce visage.

Un visage souriant à la fin de cette étreinte, elle grappille quelques instants supplémentaires en prenant sa lèvre entre ses dents, jouant un peu avec. Ses mains s’accrochai à leurs prises avec une tentation de plus en plus grande, mais en tant que jeune femme responsable et civilisée, elle ne lui sauta pas dessus. Pas tout de suite en tout cas.

« J’espère que plus tard arrivera vite alors » susurre-t-elle.

Sa main fût capturer délicatement et elle vit que Logan regardait le frigo. Une dernière chose à avaler ? Faisant l’inventaire dans son esprit, elle pense à ce qui pourrait servir de pré-dessert. Pas de fromage. Elle devait avoir des danettes chocolat blanc ou des yaourts à… à rien. Au yaourt. Et quand la question du dessert tomba, elle sourit d’avantage. Elle tira la main du sportif pour l’emmener devant le frigo et lui montrer les deux choix qu’il s’offrait à lui. En espérant qu’il aime. Le chocolat blanc n’est pas au gout de tout le monde mais le yaourt nature devrait lui convenir.

« Chocolat blanc ou nature ? »

Pour sa part, elle prit le chocolat blanc et lâcha sa main pour aller prendre deux cuillères dans le tiroir. Elle laisse le frigo ouvert pour que Logan puisse choisir et file sur le canapé ou elle s’installe, sur les genoux. Elle glisse un coussin sous son bras et le regarde. Ses mèches sombres dépassant de la porte. Elle ouvre l’opercule, léchant ce dernier avec application jusqu’à l’arrivée de Logan. Elle lui tend la cuillère et le regarde s’installer.

Ce soir, que faire. Ils allaient certainement parler en mangeant leurs desserts, attendre un peu que ça se calme avant d’aller dans la chambre se repaitre du désir de l’autre. C’est comme ça qu’elle voyait la soirée. Une boule d’impatience dans le ventre, elle avale la première cuillérée de chocolat blanc, ses yeux plantés dans le bleu des siens. Ils glissent sur ses lèvres, sa nuque, puis ses épaules et ses bras, se disant qu’elle aimerait beaucoup s’y installer. Cela ne lui prit pas longtemps pour se décider. Attendant qu’il s’installe sur le canapé, correctement, Raffaela se tourna, dos à lui et recule jusqu’à entrer dans la zone appréciée de ses bras.

« Je m’installe, hein.. » Sourit-elle en levant le visage, pour le voir à l’envers, contente.


Invité
Invité
avatar

Logan la laissa jouer un peu avec sa lèvre à la fin du baiser. Elle aimait bien faire ça apparemment, et ça tombait plutôt bien parce que lui adorait se laisser faire. Il sentit les mains de la jeune fille se crisper sur lui pendant qu'elle le mordillait gentiment et il sentit son envie faire écho à la sienne. Ce baiser n'était peut-être pas une bonne idée finalement, il s'était totalement retourné contre lui et lui avait donner envie de sauter le dessert. Dans tous les sens du terme si on considérait Raffaela comme étant le dessert. Oui, lui aussi souhaitait que ''plus tard'' arrive vite, il était impatient même.

-Chocolat blanc ou nature ? Lui demande-t-elle après l'avoir entraîné devant son frigo.

Logan n'avait rien contre le chocolat blanc en tablette même si ce n'était pas vraiment son truc, mais en yaourt il ne pouvait pas le supporter. Il lui fit une légère caresse sur la main avant de répondre.

-Nature pour moi s'il te plaît !

Il se servit juste après elle et referma la porte du réfrigérateur, notant au passage qu'elle avait sortit deux petites cuillères qu'elle avait emporté avec elle. Il retira l'opercule qu'il jeta directement à la poubelle avant de la rejoindre sur le canapé, attrapant la petite cuillère qu'elle lui tendait avant de la planter dans son propre yaourt dont il prit une bouchée. Raffaela ne semble pas vouloir le quitter des yeux et ce n'est pas si déplaisant. Il lui rendit son regard, la dévorant des yeux en même temps qu'il dévorait son yaourt.

Lorsqu'elle vint s'installer sur lui, Logan se laissa faire et écarta même les bras pour qu'elle puisse s'installer plus confortablement.

-Je m’installe, hein..

-Je vois ça, répondit-il.

Il se pencha et l'embrassa rapidement avant de retourner à son yaourt. Manger quelque chose d'aussi doux après un repas bien épicé était rafraîchissant, ça permettait aussi de "rincer" un peu la bouche au passage, après tout, qui sait à quoi elle allait servir dans les prochaines heures? Un petit sourire étira ses lèvres en y pensant mais il le dissimula en fourrant une cuillère de yaourt dans la bouche. Il ne fallait pas commencer à se faire des films maintenant, ils n'avaient même pas fini le dessert.

Le problème de Logan c'est qu'il avait tendance à faire de grandes bouchées lorsqu'il mangeait des pots de yaourt ou de compote, il finissait donc en général après seulement deux ou trois cuillères et était condamné à regarder tous les autres finir leur dessert plus lentement que lui. Il était rarement dans les derniers à finir son assiette, mais il était suffisamment patient et bien élevé pour ne pas s'agiter sur sa chaise le temps que le reste des gens finissent ou bien pour sortir de table en les plantant là. Il eu donc fini avant Raffaela et se pencha en avant pour poser son yaourt sur la table avec sa cuillère à l'intérieure de façon à ne pas la salir. Il reprit sa position initiale en s'excusant pour le dérangement occasionné à la jeune femme et posa ses mains sur son ventre. Cependant il ne s'arrêta pas là, se décidant à l'embêter un peu.

Il vint poser sa bouche désormais plus fraîche dans son cou, la parsemant de baisers humides et se déplaçant sur son épaule dénudée. Ses mains étaient également passées sous son haut et caressaient lentement ses hanches dans un mouvement lascif. Elle avait voulu venir manger sur lui, maintenant elle allait devoir en assumer les conséquences, bien qu'il fut convaincu qu'elle était prête à le faire avec plaisir. Sa bouche changea de côté et fit le chemin inverse cette fois-ci, partant de son épaule pour aller à son cou, le long de sa mâchoire et enfin vers son oreille où il demanda :

-Ça va? Je suis assez confortable?
Contenu sponsorisé


 
Dans la gueule du loup [Raffaela De Palma & Logan Alvarez]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Hors RP :: Minnesota :: RP :: Aitkin-
Sauter vers: