Délicats petits poissons [pv Vitalis Febo Da Fozca]

Invité
Invité
avatar

Ce fut le plus beau lever de soleil qu’il n’est jamais vu depuis qu’il était installé ici, quoi que, cela ne valait pas ceux de son pays natal. En écosse quand le soleil se lève sur les plaines montagneuses, l’effet de rouge sangs qui envahit le ciel est absolument inoubliable. Une fois ce joli spectacle terminé, Duncan fut bien obligé et contraint de retourner dans ses appartements pour pouvoir se préparer à l’affreuse journée qui allait lui tomber dessus. Cela ne fessait que quelques jours qu’il était ici et il ni avait encore personne qui fréquentait son cabinet, ainsi le pauvre garçon passait des journées entières à espérer avoir un peu d’action. C’est en entrant dans son cabinet, alors que l’horloge affichait huit heures pille que le jeune infirmer remarqua une lettre, cette fameuse lettre lui rappela que son compte épargne était à moitié vide.

"Ah la belle journée"

Commença-t-il par dire avant de jeter violemment la lettre en boule direction poubelle. Quelques heures passèrent tout en pianotant sur son ordinateur quand tout d’un coup, un joli rayon de soleil passa à travers la seule et unique fenêtre (qui fut assez grande) de la salle. L’horloge affichait maintenant midi et quand il regarda par cette fameuse fenêtre Duncan aperçus quelques élèves qui sortaient déjà de cours, après une longue inspiration, celui-ci retira son blouson blanc d’infirmer et s’attacha les cheveux qui commençaient à lui tomber sur les épaules. Avant de partir, le jeune homme ferma la porte à clés et pris ses jambes à son coup, au revoir tristesse, bonjour tous le monde. C’est ainsi qu’après mures réflexions l’infirmer se retrouva à trainer ses pieds dans le campus,l’endroit le plus fréquenter quand vient l’heure du déjeuner. Alors que le jeune homme c'était trouvé une place convenable juste au bord du bassin des carpes et qu'il s’amusait à leur jeter des morceaux de pains, une silhouette apparu derrière lui et le bousculât, dans un frisson Duncan faillit tomber dans l'eau à un cheveu près ,dans un élan il se releva et se retourna vers la silhouette qu'il ne voyait pas bien à cause du soleil. Il annonça avec un air des plus sévère bien que cela ne fut pas son style d'entreprendre la conversation comme il le pouvait.

"Bien les excuses bravo !"
Invité
Invité
avatar

Le silence, quel son magnifique à écouter lorsque l'on dort. Mais c'est sans compter sur le réveil qui se déclencha brusquement, ce qui provoqua un grognement venant d'un des lits dans la chambre. Un oreiller écrasa l'appareil, posé juste à coter d'un lit, étouffant légèrement le boucan. La couverture posait le matelas se mit à s'élever, puis retomba, dévoilant le corps d'une jeune femme, dans l'état de somnolence. Elle marmonna un juron incompréhensible et se laissa retomber à nouveau sur le matelas, relevant la couette jusqu'à sa tête. Elle resta allonger quelques minutes, fermant les yeux.

La jeune femme ôta la couverture, l'envoyant au pied du lit et leva les bras vers le plafond, s'étirant, avant de les laisser retomber moelleusement sur son ventre. Laissant un soupire s'échapper, Vitalis se leva, tout en baillant, s'asseyant au bord du matelas. Elle regarda à travers la fenêtre de la chambre, clignant des paupières et se leva pour ensuite se diriger vers son armoire. Elle ouvrit les portes et fourra le nez à l'intérieur, pour en sortir un jeans troué, un débardeur noir, une chemise à carreau rouge, dépecé vers les bords et des sous-vêtements. Elle se passa une main sur le visage et commença à s'habiller.
Observant son reflet sur un miroir, Vitalis finissait de se coiffer et ajouta à son poignet divers bracelets, toujours ces bracelets se liant à son style punk. La voilà habillée. Elle chopa son sac de cours posé contre son lit, un sac en bandoulière. Elle attrapa quelques cahiers, livres, présent dans le bordel de son armoire, ainsi que sa trousse, fourra le tout à l'intérieur du sac et y ajouta un livre. Enfin prête, l'italienne sortit de la chambre et se dirigea vers la sortie de l'établissement résidentiel. Observant les autres étudiants et lycéens sortir peu à peu des chambres, elle arrangea sa chemise et se mit en route vers l'université.

* * *
Elle soupira. Accouder sur la table de cours, l'italienne gribouillait sur une feuille. Elle bailla discrètement et posa son crayon, portant son regard vers l'extérieur de la salle, dehors. Restant un petit moment à contempler le paysage extérieur, elle en oublia le cours. Bien que depuis le début, elle ne suivait pas grand-chose. La sonnerie marqua enfin la fin de la matinée, la tirant de ses rêveries. Ni une, ni deux, elle rangea toute la paperasse de son bureau dans son sac, se leva et sortit de la salle. Les couloirs étaient maintenant remplis d'étudiants. Vitalis, comme la majeure partie des étudiants, quittèrent l'établissement pour ensuite rejoindre la cafétéria. À peine sortit de l'université, elle attrapa le livre dans son sac et commença la lire, marchant en direction des résidences.
Elle traversa le parc, toujours plonger sa lecture. Le livre parlait principalement sur la musique moderne. Ce qui la passionnait au plus haut point. La jeune femme leva la tête un instant, regardant devant elle. Il n'y avait pas grand monde au parc, ni même trop de bruit. Tant mieux. Replongeant le nez dans la lecture, elle reprit sa marche. Les minutes s'écoulèrent, la faim commença à se montrer. La jeune femme n'était plus bien loin de l'établissement des résidences.
Tandis qu'elle oublia ce qui l'entourait, Vitalis ne fit pas à attention à ce qui se trouvait devant elle et bouscula une personne sans s'en apercevoir, pensant que se devait être un rocher. Elle continua sa marche, jusqu'à ce qu'on l'interpelle, ce qui la fit sursauter et lâcher son bouquin.
    Bien les excuses bravo!

Vitalis se retourna brusquent, regardant à qui elle avait à affaire. C'était un jeune homme à la chevelure blanche. Elle ramassa son livre, le remet dans le sac et s'approcha.
    Je suis désolée, je n'avais pas fait attention à ta présence.

Elle ne l'avait jamais croisé à l'académie. Un nouveau? Sans doute. Elle détailla un court instant le physique de cet homme, se disant qu'il ne devait pas être étudiant, bien qu'il était jeune. Enfin bon, elle doutait.
     Tout vas bien? Tu ne t'es pas fais mal? Encore désolée. 

Son estomac lui rappela qu'il était l'heure de le nourrir, mais elle s'en fichait, un tout petit peu.
     Tu es nouveau à l'académie, je suppose?

 
Délicats petits poissons [pv Vitalis Febo Da Fozca]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite patrouille avec mes mentors[Pv Source aux Petits Poisson et Lac de Givre]
» Mignon, mignon, les petits poissons ! ~Aquarium {Libre
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Les petits santons ;-)
» Mort d'un nombre important de poissons dans le Lac Azuei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Hors RP :: Minnesota :: RP-
Sauter vers: