Jour de lessive || PV Sooleawa

Invité
Invité
avatar

Tu regardes ta montre, pour la septième fois depuis que tu es arrivée. C'est bon il te reste encore du temps. C'est la première fois que tu fais ta lessive dans un lieu public, ce qui t'angoisse un peu mais sans plus. Surtout le fait que quelqu'un puisse ouvrir ta machine et se servir. Tu fixes à nouveau les yeux sur l'heure. Non c'est bon, tu peux lire. Mais tu n'arrives pas à te concentrer plus de quelques minutes. Peut importe les rimes de Baudelaire, tu te dis juste que c'était pas du tout une bonne idée que de repeindre tes fenêtres et de laver ta blouse après. Ta machine n'a pas apprécié. Si elle pouvait parler, tu es certaine qu'elle t'insulterait et te maudirait. Tu souris à cette idée et baisse les yeux sur ton poème. Sauf qu'il n' pas changé depuis tout à l'heure, et qu'il n'est pas vraiment inspirant. Tu tournes les pages en désespoir de cause avant de t'arrêter, attirée par l'illustration. A une passante. Tu le lis et le relis, cherchant la signification des mots. Tu sais que la beauté n'est pas uniquement là en tant que tel. Tu te concentres. Un tout petit peu trop.

Lorsque tu regardes ta montre, il est trop tard. Et merde. Tu te relèves en vitesse, enfonces tes affaires dans ton sac et parcours les quelques mètres te séparant du lavomatic.
Pourvu que personne n'y ait touché. Pourvu que personne n'y ait touché. Pourvu que... Tu te répètes encore et encore cette phrase, comme une litanie censée te protéger du mauvais sort.
Tu entres en vitesse, attirant quelques regards curieux. Tu rougis alors de la tête au pied et te stoppes dans ton élan. Fixant le sol, tu te diriges vers la numéro 7, où se trouve ton linge.
Sauf que quelqu'un l'a déjà ouverte. C'était prévisible en fait. La pièce est remplie de personnes qui attendent leur tour, et toutes les autres machines sont déjà pleines. Les mains tremblantes, tu t'approches de la jeune fille. Tu remarques qu'elle a pris le temps de remettre tes affaires dans le sac que tu avais laissé là. Une partie de ton inquiétude disparaît alors, mais absolument pas ta gêne.
Tu lui tapes doucement sur l'épaule pour attirer ton attention et essaies de lui parler.

«  Excusez moi. »

Tu voudrais dire un peu plus, mais l'odeur de la lessive te fait éternuer et tu manques d'asséner un coup de tête à l'inconnue.
Sooleawa Capps
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉
avatar
Âge du perso : 19
Activité : Sport - basket
Spécialité : Pivot
Fonction : Universitaire
Avatar : Fem!Marco Bodt - Johanna the Mad
Messages : 188
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 19
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉

• Uheheheeh des fringues
Les fringues, j'adore ça.
Nan mais genre.
J'A-DOOOO-RE ça.
Mais qu'est ce que c'est chiant à laver. Vivement qu'ils invente les fringues auto-lavantes, ou que je soit assez riche pour que quelqu'un fasse mes machines à ma place. J'ai l'air conne avec mes deux gros sacs de courses, rempli à ras-bord de jupes et de tops et de pulls et de tout ce que j'ai cradé ces deux dernières semaines. J'ai l'air conne mais je ne suis pas seule, et pour cause : la laverie est bondée. Les gens pistent les machines en fin de cycles, s'observant les uns les autres du coin de l’œil. Raaah, je savais que j'aurais dû aller chez Iloy après m'être occupé de mon linge !
Bah. De toutes façons, maintenant, foutue pour foutue, autant prendre mon mal en patience et attendre qu'il y en ai une qui se libère. Assise sur mes sacs, je sors Ms. Marvel pour le relire pour la 3456ème fois -on sait jamais, des fois que des pages se seraient rajoutées dans la nuit ! J'ai de la chance, je ne poireaute pas tant de temps que ça avant de repérer une des machines qui a l'air de vouloir finir. Malheureusement, le punk en face de moi la repère aussi, et repère que je l'ai repéré qui repérait la machine (Est ce que vous suivez toujours ?). La machine s'arrête leeentement. J'attrape mes sacs, lui aussi. Elle bipe. Je suis déjà devant. Ahaha. C'est pas parce qu'on est en talons hauts et jupe à motifs pâquerettes qu'on ne peut pas marcher vite. Bitch please.
Le punk retourne là où il était, l'air dépité. Pardon, l'ami punk. Je fais bien gaffe en remplissant le sac qui avait été posé à côté de la machine -exactement le même que les miens, d'ailleurs-, c'est déjà pas super poli, ce que je fais, alors n'allons pas y rajouter quoi que ce soit. Je pose le sac sur la machine, bien en vue, et commence à la remplir avec mes propres fringues.
Je suis en train d'examiner mon maillot de basket et de me demander d'où vient cette tache bleue bizarre dans le dos, quand on me tapote l'épaule :

«  Excusez moi.

Je lâche un petit cri ressemblant étrangement au couinement d'une souris de laboratoire qui comprend qu'elle va être sacrifiée pour le bien de la science. CDGDZXSBHZSAJISZOI les gens qui arrivent pas derrière sans prévenir ! Je lève les yeux sur elle :

« Oui, pardon, excuse moi... à tes souhaits.



_________________
Laughin' in #crimson
Wow. Much gifts. Such vavas. Very thanks.:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

J'attends quelques secondes que mon nez arrête de me démanger, au cas où ça me reprendrait. Mais il semblerait que ce soit bon. Et d'un coup, je me sens stupide. Je ne sais plus la raison pour laquelle j'ai interpellé la jeune fille. J'essaie de me souvenir le plus vite possible. J'ai pas très envie d'avoir l'air plus imbécile que maintenant.
Je tords mes mains dans tous les sens, reconstituant le fil de ma pensée. Finir ma machine- remplir mon sac- prendre mon sac- arriver en retard- voir que mon sac est déjà plein- remercier. C'est ça !
Je me tape le front, comme si c'était évident, et me rends compte que je n'ai toujours pas sorti un seul mot depuis tout à l'heure. Oups.

«  Pardon, j'essayais de me souvenir ».

Mais quelle conne. C'est bien, bravo Amy, t'as pas du tout l'air d'une imbécile là. Je brasse l'air avec mes bras et hausse les épaules. Du coin de l’œil, je fixe le nombre de personne, les compte, et additionne les deux chiffres pour arriver au nombre le plus petit. Une fois fini, je suis de nouveau calme, prête à faire une phrase construite.

«  Je voulais juste te remercier pour mes affaires. C'est … hum... gentil. Merci ! »

Je lui souris timidement, contente d'avoir réussi à parler dans bégayer ou sans paniquer. J'attends quelques secondes, ne sachant pas vraiment quoi faire. Je repars maintenant avec mes affaires ? J'engage la conversation ? Aucune idée ne me vient, lorsque je remarque quelque chose. Je ne sais pas si la jeune femme me parle. En tout cas, si c'est le cas, je la coupe sans scrupules.

«  Votre lessive est en train de couler. »

Je pointe le doigt vers ladite bouteille, renversée sur le sol. Je me précipite pour l'aider, cherchant des mouchoirs dans mon sac à main.

«  Tenez. »

Je lui souris une nouvelle fois, et essaie tant bien que mal d'essuyer le sol.

«  Au fait, je m'appelle Amy. »

Je rougis jusqu'aux oreilles en prononçant ces mots, surprise moi même par l'audace dont je fais preuve. Enfin, c'est pas vraiment de l'audace, j'ai juste donné mon nom. Mais ça représente beaucoup quand même. Après tout, c'est une inconnue. Enfin, une inconnue qui a vu mes sous vêtements, mais peut importe.


HRP:
 
Sooleawa Capps
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉
avatar
Âge du perso : 19
Activité : Sport - basket
Spécialité : Pivot
Fonction : Universitaire
Avatar : Fem!Marco Bodt - Johanna the Mad
Messages : 188
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 19
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉

• La lessive, est-ce propre ?
Elle met quelques secondes avant de répondre : elle a l'air de réfléchir à quelque chose. J'en profite pour ramasser mon maillot qui m'était tomber des mains et le fourrer dans la machine.

« Pardon, j'essayais de me souvenir.

Et elle replonge dans ses pensées. Je souris toute seule : en voilà une qui s'est pris une cuite la veille et qui paye les heures de sommeil manquées. Elle fini par se ré-interesser à moi :

« Je voulais juste te remercier pour mes affaires. C'est … hum... gentil. Merci !

Un coup d’œil sur le sac posé sur la machine. C'est à elle, alors ? Je lui rend un sourire quand même plus assuré que le sien (elle a l'air un peu mal à l'aise, bichette !), et écarte les remerciement d'un revers de ma manucure jaune poussin (ça va avec les pâquerettes de la jupe, ok ?).

« Ah, c'est à toi, donc ? Pas de problème, normalement tout est dans le s...

« Votre lessive est en train de couler.

Ah, tiens, je me fais vouvoyer maintenant ? Attends, quoi ?! Merde, je me tords le buste pour voir derrière moi. Ah naaaan, ma lessive ! J'ai dû la renverser en sursautant, et maintenant il y a une petite flaque de liquide blanchâtre qui sent bon. Merde, Sooleawa !

« Tenez.

J'attrape un des mouchoirs qu'elle me tend, et me penche en avant pour éponger la tache. Meh, c'est de la lessive, par principe c'est pas sale ('fin je crois... Faudra que je regarde, tiens.). Puis les dégâts sont limités, c'est pas comme si j'avais renversé un packet format familial.

« C'est rien, il restait pas grand chose ! Mais merci !

Elle rougit (?) en enchaînant :

« Au fait, je m'appelle Amy. 

Aw, elle est pas meugnonne ? J'ai jamais entendu ce nom, tiens. Pourtant, je connais pas mal de gens, maintenant... Bah, elle a pas franchement la tête à être dans un cursus sportif, ce doit être pour ça. Je shoote ses mouchoirs dans la poubelle contre le mur (gros coup de chance, okay), et reprend avec un sourire :

« Sooleawa, enchantée ! Tu peux me tutoyer, hein.

C'est vrai, je suis pas en âge d'être vouvoyable ! C'est mon petit frère, qui me dit tout le temps ça : "Tu fais trop la boss, on dirait que t'as beaucoup plus que dix-neuf ans.". Je lisse ma jupe du plat de la main, jette un rapide coup d’œil autour de moi et j'ajoute :

« Oh, merci, hein ! Je t'ai remis tes affaires dans ton sac, normalement, mais vérifie, on sait jamais... Faudrait pas que quelque chose soit tombé. Désolée d'avoir pris la liberté, hein... Mais je pense que si c'était pas moi, c'était le punk, là bas.





Spoiler:
 

_________________
Laughin' in #crimson
Wow. Much gifts. Such vavas. Very thanks.:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

Soleawa, c'est un prénom magnifique. Et je crois bien ne jamais l'avoir entendu. Je hoche la tête, contente de savoir que je peux la tutoyer. Je sais pas si ça m'aidera a être plus à l'aise, mais tant pis. Je lui adresse un nouveau sourire, un peu plus marqué que les autres. Elle est vraiment gentille. Elle forme un boule avec les mouchoirs, et les lance en direction de la poubelle. J'écarquille les yeux en la voyant marquer. L'objectif est assez loin, c'est dingue ! Je me retiens de l'applaudir, j'ai peur que ce soit mal interprété, mais surtout que ça attire l'attention sur nous.

«  Oh, merci, hein ! Je t'ai remis tes affaires dans ton sac, normalement, mais vérifie, on sait jamais... Faudrait pas que quelque chose soit tombé. Désolée d'avoir pris la liberté, hein... Mais je pense que si c'était pas moi, c'était le punk, là bas.
- ….. »

Un horrible frisson gelé remonte le long de ma colonne vertébrale. Pas que le punk en question ait l'air méchant. Mais juste... non. Je crois que j'aurais abandonné mes fringues là et que je serais partie en courant jusque chez moi si ça avait été le cas. Le concerné m'adresse un petit signe de tête pour me saluer, me faisant comprendre que je le fixe avec intensité depuis beaucoup trop de secondes.

«  Il n'y a pas de mal. Encore merci »

Je m'accroupis et commence à farfouiller dans mon sac. En vérité, et sans vraiment pouvoir l'expliquer, je lui fais confiance. Mais bon, mieux vaut vérifier. Il y a des chances pour que ça m’évite une scène d'angoisses inutiles ce soir.
Je relève la tête de mon ouvrage, pour lui parler, question de politesse. Et puis, je suis pas sûre que garder le nez dans mes petites culottes m'aide à me sociabiliser.

«  Tu es dans le cursus sportif, non ? »

Je jette un coup d’œil rapide sur la poubelle, avant de revenir sur elle. C'est pas bien difficile à deviner. Mais je sais pas pourquoi, je l'imagine pas non plus en basket. Enfin peut importe. Si ce que j'imaginais était la réalité... mon dieu.

«  Je ne te dérange pas au moins ? »

Je ne sais pas, peu être qu'elle a d'autres trucs de prévu. On ne dirait pas, mais on peut faire plein de trucs en attendant qu'une lessive se termine. Et puis, je commence à lui poser des questions, mais peut être qu'elle n'en a pas envie. Peut être qu'elle veut être tranquille ? Et voilà, je me tourmente un peu trop. Une mini boule d’anxiété se forme dans ma gorge, et je commence à me gratter l’intérieur de la paume droite. Pourtant, je ne me défais pas de mon sourire ni de mon calme apparent.
Sooleawa Capps
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉
avatar
Âge du perso : 19
Activité : Sport - basket
Spécialité : Pivot
Fonction : Universitaire
Avatar : Fem!Marco Bodt - Johanna the Mad
Messages : 188
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 19
ℒes pédales c'est mon rayon ☉ᖭ☉

•  Perspicace Sooleawa
 
«  Il n'y a pas de mal. Encore merci.

Encore un geste de la main avec une petite moue amusée, l'air de lui dire de ne pas s'en faire pour ça. C'est normal, enfin. Elle vérifie son sac, histoire d'être sûre de tout avoir. Bonne idée, je suis totalement le genre à oublier un soutif au fond de la machine.

« C'est rien, c'est rien ! ~

Je fini de vider mon premier sac pour attaquer le second. Bordel, quand est-ce que j'ai pensé avoir besoin de tant de fringues ?

«  Tu es dans le cursus sportif, non ? 

Je lui lance un sourire avant de constater que ce que j'ai dans la main, c'est un t-shirt que j'ai volé à Iloy parce que merde, depuis quand il peut avoir des plus beaux t-shirts que moi ?

« Hm-hm. Je joue ailier fort chez les Northerns Stars.

Je jette un coup d’œil à mes bras maigres, les muscles qu'on voit. J'ai toujours trouvé ça moche mais je peux pas faire sans, et 'faut croire que ça n'échappera à personne, hm ? Ah, je me plains mais sans les cuisses de coureur du tour de France, je ne ferais ni BMX ni dunks. Je ferais mieux de ne pas me plaindre tout court. Arf, quand est-ce que je suis partie sur mes soucis d'image de moi ?

«  Je ne te dérange pas au moins ?

Je relève les yeux vers elle en fourrant ma culotte Yoda (on trouve des merveilles chez Undiz) dans la machine.

« Oh, Choupette, non ! Bien sûr que non, je fais juste ma lessive !

Je plisse les yeux avec un grand sourire : Grand Esprit, qu'elle aille pas croire ça ! J'adore taper la discut', si elle savait. Elle devrait surtout s'inquiéter de comment elle allait pouvoir se débarrasser de moi. Je plie mes sacs vides et les poses sur la machine, puis m’accroupis de nouveau, manquant d'être déséquilibrée par mes talons, pour la mettre en marche. D'un coup, sans que j'y pense, ça me viens :

« D'ailleurs, t'es en quel cursus, toi ? Non, attends, dis rien ! Je vais trouver ! Mh...

Je me lève, l'observe avec l'air rieur. Meh, pas une sportive : je les connais presque tous et je suis certaine de ne l'avoir jamais vu sur un terrain ou parmi les gens qui font leurs jogging dans le parc le matin. Elle est pâle, on a l'impression que ses cheveux ont volé toutes la couleur à sa peau, c'est vrai qu'on l'imagine plus à l'intérieur. Elle n'a pas de peinture ou de coups de stylos sur les doigts, ni quoi que ce soit sur ses vêtements. Pas de perspicace Sooleawa cette fois.

« Une photographe ou une artiste ? Musicienne, peut-être ? Non, je te vois mieux en art plastiques.




Spoiler:
 
[/quote]

_________________
Laughin' in #crimson
Wow. Much gifts. Such vavas. Very thanks.:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
Jour de lessive || PV Sooleawa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Parc est :: Autres-
Sauter vers: