Tacos ▬ Percy.

Enora Clifford
V E U V E N O I R E
avatar
Âge du perso : 21 yo [19 janvier]
Activité : Arts Plastiques
Spécialité : Dessin & Fusain
Fonction : Universitaire (y3)
Avatar : Suigintou ○ Rozen Maiden / Nox ○ Ajgiel
Doubles-comptes : Le gros et le spaghetti (Méliès & Brendol)
Messages : 364
Date d'inscription : 05/01/2015
V E U V E ✝ N O I R E

Ils ont probablement tous crus que son regard perdu à travers la vitre du bus était un regard rêveur.
En réalité, il s’agissait juste d’un regard absent, Enora était occupée à espérer qu’on lui veuille quelque chose d’important –tout en priant le contraire.
Elle estime avoir vécu suffisamment d’évènements importants, elle en frissonne encore en tirant sur les manches de son chemisier.

Lorsqu’il lui fallut descendre, elle n’était toujours pas décidée sur ce qu’elle voulait.
Lorsqu’il lui fallut marcher, elle fixa enfin sa préférence sur quelque chose de trivial.

Quelque chose de léger, juste un repas sympa avec quelqu’un qui ne lui veut pas de mal.
Elle n’y croit même pas.

Elle commence également à douter de la pertinence de leur lieu de rendez-vous ; il y a toujours du monde au centre commercial et elle ne se souvient pas vraiment de l’apparence de celui qu’elle cherche.
Techniquement, Enora se souvient juste qu’il est roux ; et elle cherche, c’est à elle de chercher parce qu’elle a quand même une quinzaine de minutes de retard, une quizaine de minutes qu’elle n’a pas vues filer au moment de partir et peut-être qu’il se demande si elle va venir ou non –comme elle se l’est demandé elle-même.
Depuis quelque temps, sa chambre a quelque chose d’incroyablement rassurant, elle a vraiment du mal à en sortir.


Peut-être qu’il est déjà parti.


Ah non, elle le voit (il n’y a pas beaucoup de roux au centre commercial, encore moins de géant roux). Son visage lui revient au moment où elle le voit –c’est étonnant qu’elle ne se soit pas rappelé de ses yeux, songe-t-elle vaguement.  

Elle s’arrête à deux pas de lui, le fixe avec cette défiance qui lui est propre.
Respecte sa distance de sécurité.

Salut, hmmm… Perceval. »

Elle a hésité sur le prénom, parce qu’il a eu beau le lui donner au premier SMS, elle l’a appelé "Roux – neige" dans son répertoire.

La tache orange sur fond blanc lui parle bien plus que « Perceval ».

Enora aime bien ce prénom, au demeurant.

C’est par où, le bandit mexicain ? »
Elle s’était promis de lui demander comment il allait, pourtant.

Elle continue de tirer sur ses manches, s’arrête au moment où elle s’en rend compte.
C’est pénible de chercher son assurance.
Voir le profil de l'utilisateur
Perceval Hartwood
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Cursus théâtre
Spécialité : Marionnettes
Fonction : Lycéen
Poste spécial : Tuteur pour élèves en difficultés, membre du Conseil des Élèves
Avatar : Rock Briefers, de Panty and Stocking With Garterbelt
Doubles-comptes : Angel Reeves
Messages : 704
Date d'inscription : 21/10/2014
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠

Assis sur un banc, je consulte ma montre et, pour la énième fois, la cherche du regard parmi la foule. Elle est en retard. Et dire que je suis arrivé en avance, parce que je pensais que ma jambe me ralentirait... Enfin, ce n'est pas grave, ce n'est pas comme si j'avais quelque chose de particulier à faire. Mais peut-être que je devrais lui envoyer un message ? Au moment où cette possibilité me traverse l'esprit, je l'aperçois à l'entrée du hall. A la fois soulagé et anxieux, je remet mon sac à dos - d'où émerge l’extrémité du poster d'Enora, que j'ai enroulé avec précaution -, attrape ma béquille de la main gauche, et me lève avant de me diriger vers elle. Elle me remarque au même moment, et avance vers moi.

Elle s'arrête à une certaine distance, et je choisis de faire de même pour ne pas la mettre mal à l'aise. Enfin, pas plus qu'elle n'a déjà l'air de l'être, en tout cas. Son hésitation sur mon prénom ne me gêne pas particulièrement - on se connait à peine, alors je ne vais pas lui en vouloir - et je lui souris, peut-être un peu timidement.

"Salut, Enora."


Le bandit mexicain... Décidément, ce nom ne finira jamais de me rendre perplexe.

"Dans une rue à côté. On y va ? Oh, et désolé, je suis un peu lent, ces temps-ci
, dis-je en désignant ma béquille d'un mouvement de tête. Problème de hanche. J'espère que ça ne te dérange pas."  

Ma jambe s'est mal remise de l'épisode Ian Eisenmann. Ça commence à aller mieux, et je pourrais sans doute bientôt me remettre à marcher sans serrer les dents à chaque fois que mon pied droit s'appuie un peu trop sur le sol ; mais pour l'instant, je préfère ne pas forcer dessus.

Je me mets en route avec ma lenteur caractéristique. J'hésite à lui expliquer la raison de notre rendez-vous tout de suite, mais il vaut peut-être mieux attendre qu'on soit posé dans le restaurant. Je ne sais toujours pas comment je vais lui présenter la chose. A vrai dire, je ne comprends toujours pas pourquoi ce dessin s'est retrouvé devant ma porte... J'espère qu'elle ne me prendra pas pour un voleur.

"Comment tu vas ?"
je lui demande en sortant du centre commercial. "Désolé de t'avoir fait venir alors que tu as du boulot à rattraper, j'espère que ça ne te dérange pas trop."

Ça fait deux fois que je dis que j'espère ne pas la déranger. Il serait peut-être temps d'arrêter.

Nous ne tardons pas à arriver devant le restaurant de tacos. La rue dans laquelle il se trouve est assez fréquentée, ce que j'ai choisis de manière volontaire, histoire de la rassurer. Je  jette un coup d'oeil à l'enseigne : un moustachu masqué au sourire mystérieux, qui porte un sombrero et serre dans ses mains deux pistolets encore fumants. El bandito. Je me demande où est-ce qu'ils ont trouvés une idée pareille.

Un serveur ne tarde pas à nous conduire à une table. Celle-ci est collée au mur, juste en dessous d'une affiche représentant le bandit mexicain qui donne son nom au restaurant. Je m'assieds avec précaution et pose ma béquille sous la table, puis souris à Enora et attrape mon menu.

"Tu n'en as jamais mangé, c'est ça ? Si tu sais pas quoi prendre, dis-le moi, je peux toujours te conseiller des trucs."


Il serait peut-être temps de lui parler du dessin, et je me promet de le faire aussitôt que nous aurons commandé.

_________________
En 009933 ~♥️

Particularité physique absente de l'avatar : :
 


Cadeaux ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Clifford
V E U V E N O I R E
avatar
Âge du perso : 21 yo [19 janvier]
Activité : Arts Plastiques
Spécialité : Dessin & Fusain
Fonction : Universitaire (y3)
Avatar : Suigintou ○ Rozen Maiden / Nox ○ Ajgiel
Doubles-comptes : Le gros et le spaghetti (Méliès & Brendol)
Messages : 364
Date d'inscription : 05/01/2015
V E U V E ✝ N O I R E

Comment tu vas ?
Aha.
Toujours la même interrogation.

Normalement. »

Enora va normalement, elle ne peut pas vraiment en dire plus. De toute façon, elle doute franchement que l’autre ait fondamentalement envie d’en entendre plus, c’est le genre de question rhétorique que tout le monde pose et dont personne n’écoute la réponse.
Sur le moment, un coup d’œil sur la béquille de Perceval semble lui démontrer avec brio l’inutilité de lui retourner la demande.

Le trajet se fait donc dans le silence, elle s’est contentée de secouer doucement la tête à deux reprises.
Non, ça ne la dérange pas s’ils marchent lentement (c’est elle qui est trop lente d’habitude).
Non, ça ne la dérange pas d’être là plutôt qu’à rattraper son retard (le psy lui a fait des mots d’excuse de toute façon).

Il est quand même très conciliant comme garçon –à moins qu’il ne fasse partie de ceux qu’elle effraie.  

Ce n’est qu’une fois arrivée devant le fameux bandit mexicain qu’elle songe qu’elle a quand même oublié quelque chose de relativement important.

Et désolée d’être arrivée en retard. Au fait. »

Je sais que c’est pas normal de m’attendre pendant 15 minutes, juste comme ça, hein.
C’est sans doute ce genre de délai avant un « désolée » pourtant basique qui fait passer Enora pour quelqu’un de détestable.

En entrant dans le restaurant, elle se rend compte qu’elle n’a pas vraiment d’avis à son sujet, à peine un léger mépris pour le manque d’inventivité de l’affiche au-dessus de leur table.
Elle s’y installe toutefois, avec presque autant de précautions que Perceval, mais pour elle il s’agit simplement de ne pas froisser sa jupe (c’est important).
Il a encore souri, elle commence presque à trouver ça louche, attrape le menu pour se justifier de ne pas faire de même, et lâche finalement un énième signe de dénégation.

Non, j’en ai jamais mangé. J’sais même pas pourquoi j’ai pensé à ça. Peut-être qu’Angel avait parlé de tacos la veille, je sais plus, elle parle tellement. »

C’est fou comme ils ont écrit leur menu en caractères minuscules, elle a vraiment du mal, et à force de plisser les yeux d’une façon probablement comique, elle regrette que ça ne soit pas entré dans son équation quand elle oublié de mettre ses lentilles.

C’est la… fille qui partage mon bungalow. » lâche-t-elle en guise d’explication, pour faire diversion probablement.

Enora repose la carte, signe caractérisé d’abandon ; elle va sans doute se contenter de prendre la même chose que lui de toute façon.
Après avoir scruté la salle de son air absent, elle désigne d’un index la béquille de Perceval.

Ca, c’est à cause de… mh, la dernière fois ? »
Cette béquille la tracasse vraiment.
Voir le profil de l'utilisateur
Perceval Hartwood
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠
avatar
Âge du perso : 19 ans
Activité : Cursus théâtre
Spécialité : Marionnettes
Fonction : Lycéen
Poste spécial : Tuteur pour élèves en difficultés, membre du Conseil des Élèves
Avatar : Rock Briefers, de Panty and Stocking With Garterbelt
Doubles-comptes : Angel Reeves
Messages : 704
Date d'inscription : 21/10/2014
⠠ Petit coeur ⠒⠕⠢⣂⡦ In your hands⠠

Normalement, hein ? Je n'insiste pas pour en savoir plus, parce qu'elle n'a pas l'air de vouloir s'étendre sur le sujet. De toute manière, si elle s'est enfermée chez elle ces derniers temps, ce doit bien être pour une raison... Je ne sais pas vraiment ce qui lui est arrivé l’autre jour, mais ça a sacrément du la retourner. Et je comprends tout à fait qu’elle n’ait pas envie d’en parler avec un quasi-inconnu.  

Son excuse quand à son retard manque de me surprendre ; je n'y pensais même plus.

“Oh, c’est pas grave, t’inquiète.”


C’est déjà sympa d’être venue. J’étais pas sûr que tu le ferais.

Elle attrape son menu sans me retourner mon sourire, ce qui ne me surprend pas vraiment. Elle doit se demander ce qu’elle fiche là. A vrai dire, j’ai un peu peur de la suite des évènements, et même si je ne peux pas non plus le reporter indéfiniment, je trouve notre discussion à propos de tacos bien plus confortable que ce que je devrais lui dire pour expliquer de la présence de son dessin dans mon sac.

“Angel ?”
je relève dès la fin de sa phrase, ne sachant pas de qui elle parle.

Elle précise que c’est sa colocataire. Je ne sais pas trop quoi rajouter à ça, alors je me contente d’un vague “Oh” avant de regarder de nouveau la carte. Enora, quand à elle, ne tarde pas à reposer la sienne, apparemment rapide à faire son choix.

Sa question sur ma béquille me tire un sourire gêné. Je souris souvent, quand je suis gêné.

“Oui et non. J’ai été renversé par une voiture l’an dernier. Et même si je m’en suis relativement bien tiré compte tenu du choc, ça m’a laissé une jambe boiteuse. D’habitude, je n’ai pas besoin de béquille, mais l’autre jour, elle a… pas mal morflé, en fait, alors j’ai plutôt intérêt à la ménager si je veux qu’elle continue à fonctionner. ”


Le fauteuil roulant, ça va deux minutes.

Un serveur s’approche et nous demande si nous avons choisis. Je regarde la carte, toujours tiraillé entre les tacos “Arsenos Lupinos” et “Masqued Zorro”. Finalement, j’opte pour ce dernier, et j’aurais presque eu honte de prononcer ce nom à voix haute si tous les tacos de la carte n’avaient pas des noms aussi inspirés que celui du restaurant.

Après qu’Enora ait commandé, le serveur repart et je lui jette un regard, hésitant. Je prends finalement mon courage à demain et sors précautionneusement de mon sac le poster qui avait atterri devant ma porte avant de le lui tendre.

“C’est à toi, non ?”


Mes joues s’enflamment - évidemment.

“Ma mère l’a trouvé devant notre porte. Je sais que c’est difficile à croire, mais… je crois que quelqu’un te l’a pris et l’a laissé devant chez moi ? Oh euh, ça date déjà de plus d’un mois, désolé, mais j’ai mis du temps à trouver que tu en étais l’auteure, alors… Voilà. ”


Mon dieu, je sonne tout sauf crédible. Même moi, à sa place, je ne me croirais pas.

“Quoiqu’il en soit, je… Je voulais te le rendre plus tôt, mais avec ce qu’il s’est passé, j’ai… Enfin, bref, voilà, je te le rends. Désolé, j’aurais du le faire plus tôt.”


Je ne suis pas un voleur. Je te jure.

“J’ai fais de mon mieux pour ne pas l'abîmer.”


Encore heureux.

“Pardon.”

Comme si j’étais coupable de quelque chose.

_________________
En 009933 ~♥️

Particularité physique absente de l'avatar : :
 


Cadeaux ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Clifford
V E U V E N O I R E
avatar
Âge du perso : 21 yo [19 janvier]
Activité : Arts Plastiques
Spécialité : Dessin & Fusain
Fonction : Universitaire (y3)
Avatar : Suigintou ○ Rozen Maiden / Nox ○ Ajgiel
Doubles-comptes : Le gros et le spaghetti (Méliès & Brendol)
Messages : 364
Date d'inscription : 05/01/2015
V E U V E ✝ N O I R E

Menton en équilibre relativement précaire sur les doigts de ses mains jointes, Enora écoute son explication ; ça parle d’accident de voiture, de jambe défaillante, de problèmes de fonctionnement et c’en devient bien plus parlant que cette cicatrice au milieu de son visage –elle est lassée des cicatrices.

C’est triste…

Elle le dit sincèrement, mais pas pour Perceval ; son sentiment d’abattement est trop diffus pour se projeter sur lui.

Lorsque le serveur arrive, elle panique un peu et montre leur nouveau taco, celui qu’ils affichent partout, sur les pancartes au mur et sur les plaquettes qui servent de centre de table, elle le montre pour éviter d’avoir à prononcer  « Arsenos Lupinos » et se rendre complètement ridicule avec son accent espagnol, ajoutant à peine assez fort  « je-voudrais-ça-s’il-vous-plait ».

Elle se sent un peu stupide, heureusement que le roux fait diversion.
Heureusement ?
Son histoire ne lui plait pas beaucoup pourtant

Elle tente l’impassibilité, mais tout la trahit ; sa main qui hésite, son regard fuyant, la raideur soudaine de sa nuque, tout semble hurler son malaise.
Le paroxysme est atteint dans la lenteur avec laquelle elle déroule le poster.

Bien sûr que c’est à elle puisque c’est d’elle et qu’elle ne l’a dédié à personne.
C’est son œuvre et elle est un peu horrifiée, un peu choquée, d’y être confrontée sans s’y être préparée.

Un bref silence pour s’en remettre et Enora reporte son attention sur Perceval.

Tu… ton excuse est bizarre. T’as rien trouvé de mieux en un mois ?

Agressive, indubitablement et la crispation de ses doigts est une traitrise de plus.
Son effort de réflexion lui fait froncer les sourcils.

C’est tellement nul que ça a vraiment du se passer comme ça. Soit c’est ça, soit t’es con.

Voilà, tout est dit.

Les autres clients commencent à lorgner plus ou moins discrètement sur l’objet de leur petite réunion, et elle se demande ce qu’ils en pensent –ça faisait un moment que ce n’était pas arrivé, pourtant.

Elle, elle sait, elle sait que ce sont des poissons, que c’est un feu d’artifice, et que c’est surtout beaucoup de noir, du noir si laid qu’il vient lui jeter avec violence toute sa saturation dans la rétine.  C’est quelque chose qu’elle a fait en rentrant de l’aquarium ; et comme toujours après ses heures de contemplation ichtyenne, elle était d’humeur massacrante.
Comment est-ce qu’elle a pu sortir quelque chose d’aussi agressif ?
Elle joue avec une mèche de cheveux comme si ça pouvait effacer les sanglots au fond de sa vie.

Tu n’as pas l’air vraiment con, il n’est pas abîmé. Un temps. Merci.

Même si sa froideur lui donne l’air plutôt hypocrite, les remerciements lui semblent suffisamment appropriés pour être prononcés (du bout des lèvres).

Tellement appropriés qu’elle pourrait se lever et partir dès maintenant, qu’elle pourrait estimer en avoir terminé avec cette histoire, avec ce garçon, avec ces tacos, qu'elle pourrait enfin retourner dans sa chambre et ça serait bien comme ça.

Ou presque.

Dis, Perceval…

Elle tourne le poster vers lui et c’est une curiosité toute académique qui ressort de son regard absorbé.

Qu’est-ce que tu vois, toi ?

Elle tapote de l’index sur le dessin, comme si ce n’était pas assez clair, comme si elle avait peur qu’il se trompe et réponde ce qu’il voit lorsque c’est elle qu’il regarde.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
Tacos ▬ Percy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» percy jackson
» Partenariat [Percy Jackson RPG]
» The New World Of Percy Jackson
» Percy Jackson (B)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: Arcadia :: Oak Street :: Arcadia Mall-
Sauter vers: