Quand on se prend une balle dans la tête (Robin & Elyas & Phoebe)

Invité
Invité
avatar


Le terrain de baseball... c'est ici que tous les rêves de Robin avaient commencé. Une balle qui fuse à toute allure jusqu'à un batteur en position parfaite pour la réception. Derrière, le receveur donne des indications à l'aide de signes discrets des doigts à un lanceur expérimenté et sûr de lui. Il n'y avait pratiquement aucun vent sur le stade et ça éviterait au lanceur de devoir calculer des trajectoires trop compliquées pour que sa balle arrive pile au bon endroit. L'équipe qui attaquait avait pour le moment le soleil dans les yeux, ce qui gênerait légèrement pour bien capter la balle et la renvoyer au loin et le lanceur comptait bien utiliser cet avantage pour décontenancer son adversaire avec un lancer fourbe. On imaginait sans peine les encouragements du public, les pompoms girls sur le côté et la musique qui va bien avec.

Bien entendu il n'y avait rien de tout cela, juste une équipe d'étudiant qui s'entraînait sans trop de sérieux sur le stade avec Robin à la batte qui avait effectivement le soleil dans les yeux. Son ami qui était posté sur le monticule le regardait avec l'air parfaitement sadique de quelqu'un qui prépare un sale coup, un vieux sourire aux lèvres et un regard qui en disait long sur la satisfaction qu'il allait prendre à lancer cette balle.

-Tu peux rêver pour la toucher celle-là, Rob' !

Robin sourit et rajusta sa casquette avant de raffermir sa prise sur la batte en bois plein qu'il tenait dans les mains.

-Non seulement je vais la toucher, mais en plus elle va t'arriver dans les burnes ! Répliqua-t-il avec une trace d'accent français dans la voix.

Son lanceur éclata de rire et se mit en position pour lancer la balle. Robin l'imita sans perdre son sourire mais en essayant de ne pas perdre la balle des yeux. À partir du moment où il ne la verrait plus, que ce soit à cause du soleil ou d'une seconde d'inattention, il ne pourrait plus la retrouver à temps pour frapper et il perdrait un lancer. Cette éventualité était absolument inacceptable pour un amoureux du baseball tel que lui, sans parler du fait qu'il connaissait son ami lanceur comme sa poche. Il avait répertorié tous les lancer qu'il était capable de faire dans un coin de sa tête, réfléchissant sur la probabilité que tel ou tel coup sorte en fonction des derniers qui avaient été lancé. On pouvait dire tout ce qu'on voulait sur ses capacités mathématiques en cours, lorsqu'il était en situation réelle tout était différent. Il laissait alors son instinct prendre le dessus et calculer des pourcentages de chance ou autre devenait un jeu d'enfant, et là, il était sûr à quatre-vingt-cinq pourcents que c'était un slider qui allait lui arriver dessus.

Sans laisser plus longtemps le suspense, le lanceur cacha sa balle dans son gant pour effectuer la prise qui convenait à son lancer, prit son élan et envoya sa balle en l'accompagnant jusqu'au bout. Ce type était le meilleur lanceur de l'équipe après lui, il était capable de faire des balles partant dans toutes les directions et de toutes les vitesses, mais Rob' le connaissait comme sa poche et ce fait jouait fortement en sa faveur. La balle s'avançait vers lui à toute vitesse, un tir très puissant et rapide, mais ce n'est qu'au dernier moment qu'il pivota sur lui-même pour frapper. Comme il s'y attendait la balle avait ralenti au dernier moment, c'était bien une balle slider. La puissance de son coup de batte envoya la balle loin dans le champ extérieur, puis, dépassant la limite des home run, elle retomba sur la piste de course qui entourait le terrain.

Sans perdre de temps à regarder la trajectoire de la balle, Robin se mit à courir à toute vitesse, survolant la première base sans regarder autour, mais le joueur qui servait d'arbitre siffla avant qu'il ait eu le temps de rejoindre la deuxième base. Qu'est-ce qui se passait là ? Il n'avait fait aucune faute ! Pourquoi est-ce qu'on interrompait sa course alors qu'il allait caser un superbe home run ? Énervé il vit que l'arbitre se dirigeait également vers le fond du terrain et le rattrapa avant qu'il n'y parvienne.

-Il se passe quoi là ? Lui demanda-t-il avec colère en lui attrapant le bras.

-Mec, je crois que ta balle a assommé quelqu'un.

-Quoi ? Mais y avait personne sur le terrain de course, tu dois te tromper.

-C'est peut-être un animal genre un chat ou un chien.

Robin ne perdit pas plus de temps et se dirigea vers l'attroupement qui se formait là où sa balle était retombée. Si la balle avait heurté un petit chien ou un chat, il y avait peu de chances que l'animal soit encore en vie. Un humain pourrait s'en sortir, mais un animal de petite taille... Il se mit à courir en espérant que ce ne soit pas le chat du directeur, déjà qu'il ne souhaitait pas avoir un cadavre sur les bras, si en plus c'était celui du principal il aurait des problèmes.

Sans montrer qu'il avait peur de ce qu'il pourrait découvrir, Rob' écarta les membres de son équipe pour s'avancer vers ce qu'il avait frappé et... poussa un soupir de soulagement lorsqu'il se rendit compte que ce n'était qu'une fille d'apparence banale écroulée sur le sol.

-C'est bon les gars, je m'en charge. Dave, prend ma place à la batte, je vais l’accompagner à l'infirmerie et je vous rejoins.

L'équipe retourna reprendre le match et Robin s'agenouilla à côté de la fille en la secouant légèrement par l'épaule pour tenter de lui faire reprendre connaissance. Il pensa un instant que prendre des cours de secourisme aurait sans doute pu aider pour ce genre de situation, mais il chassa cette idée de son esprit. La jeune fille remua un instant et commença à ouvrir les yeux. Robin lui servit un sourire magnifique et lui lança :

-Content que tu sois toujours en vie !
Invité
Invité
avatar

Ce n’est pas ton jour ma vieille !

Vous avez déjà tous connu CE jour ! Cette journée maudite, ou tout se passe de manière catastrophique… Vous n'y pouvez rien, le monde entier semble contre vous. Même les plus petits nuisibles semblent se liguer afin de vous mettre hors contrôle … A se demander si vous n’avez pas brisé un miroir ou bien traversé sous une échelle pour en fin de compte cumuler 7 bonnes années de malheurs !

J’exagère me dirai vous ! Alors, dites-moi qu'elle est la probabilité de vous faire assommer par un objet volant non identifié sur un terrain presque vide ? Elles sont très minces …

Alors comment Phoebe Jones, a réussi cet exploit ? Ah, si seulement elle savait … La blonde aurait dû s’en douter après le début chaotique de sa matinée.
L’eau chaude qui s’amuse à disparaître, pile au moment ou la tête est remplie de savon. Le monstre qui a terminé tout le pot de peanuts butter, son plateau qui s’écroule par terre. Le gymnase occupé par l’équipe de cheerlding. Tant de signes qui ne se trompent pas, elle aurait dû s’enfermer dans sa chambre et passer la journée en mode hibernation afin d’éviter de se faire tuer.

Alors pourquoi, fallait-il qu'elle aille courir dehors ? Pourquoi n’a-t-elle pas écouté son instinct pour une fois ? D’un côté qui pouvait prévoir ce qui allait arriver ?

Phoebe Jones est connue pour son calme olympien mais elle en reste humaine. Une légère pointe d'énervement venait de se glisser en elle, et pour éviter d'exploser en cours. Elle opta pour un bon footing ! Ah le footing rien de mieux pour vous changer les idées, laisser votre esprit vagabonder dans des contrées lointaines alors que vos pas sont rythmés par la musique endiablée de vos écouteurs ! L'air frai du Minnesota, l'obligeait à porter un large sweat acier. Cela ne la mettait pas spécialement en valeur, mais elle s'en fichait royalement seule la joie de courir était présente. Son regard marine, observait avec curiosité les joueurs de Baseball. Le Baseball a vrai dire, elle n'y connaissait absolument rien. Pour elle le but consistait à frapper une balle avec une batte et courir autour d'un terrain, elle se doutait que c'était beaucoup plus complexe , même peut être trop ...

Qu'a-t-elle fait ensuite ? Eh, bien ses souvenirs sont flous ... Un coup sur la tête, les jambes qui l'abandonnent et puis le noir total ! La première réaction a été ça est je suis morte ! Du moins c'était ce qu'elle pensait jusqu'au moment ou elle entendit des voix... Soit le coup elle se dit je suis folle et elle entendait comme Jeanne D'Arc (manquerait plus que ça ...), soit des gens l'entouraient. Alors qu'elle se remettait doucement avec un horrible mal de crâne, on la secoua comme un prunier ! En plus de lui avoir collé un mal de tête, on voulait la faire vomir ? !Ou peut-être qu'on cherchait à l'achever ?
Dans tous les cas, Phoebe réussit à ouvrir les yeux, la lumière du soleil qu'elle trouvait si belle il y a un instant, était une véritable torture. Une forme apparut derrière les rayons , trop flou pour la distinguer correctement.

-Content que tu sois toujours en vie !

Son cerveau analysa la phrase une bonne minute, le choc l'ayant rendu vaseux. Avec le peu force, qu'il lui restait, elle s'agenouilla et lui répondu d'une voix lasse :

-Et moi donc ...

La politesse sera pour un autre jour, son esprit se remettait doucement de cette "attaque", et l'impression d'avoir un marteau piqueur dans le crâne ne partait plus. Ses mains, frottant inutilement la zone douloureuse. Mais dans quelle galère s'était-elle encore mise ?

Invité
Invité
avatar


« QUAND ON SE PREND UNE BALLE
DANS LA TÊTE »
Feat. Robin Dubois & Pheobe Jones




Aujourd'hui était un jour commun pour Elyas. Il avait prévu de passer un peu de son temps libre sur le terrain de basket-ball pour s'entraîner à faire quelques tirs étant le seul joueur de basket disponible. Les Volfoni Knights n'étaient pas libre à cette heure pour faire quelques passes, et les autres basketteurs n'étaient pas à proximité. Le jeune sportif avait donc par conséquent décidé qu'il s'entraînerait seul en ce jour ensoleillé. Ce n'était pas une si mauvaise idée après tout, de temps en temps ça faisait du bien de se retrouver seul à seul avec un ballon. Et Elyas devait avouer qu'il avait jusqu'à présent toujours eu un compagnon de fortune pour partager ce même ballon.

C'est donc la tête dans ses pensés qu'il se dirigeait vers le terrain de basket, contrairement à son habitude il fit un petit détour par le terrain de baseball. Il y avait du monde sur ce dernier, un attroupement même. Curieux de nature Elyas remit son entraînement à plus tard et marcha en direction de tout ce beau monde. Malgré sa taille il ne put rien voir de la personne -puisqu'il se doutait que s'était une personne d'après les paroles des autres commère, qui se trouvait au milieu de se troupeau de curieux. Suite à quelques tentatives infructueuses pour tenter de découvrir l'identité de l'inconnu, Elyas abandonna la partie et se retourna. En faisant ce geste, quelle ne fut pas sa surprise de voir Robin se diriger en courant vers le troupeau, ou plutôt vers l'inconnu en question.

Robin était le capitaine de l'équipe de baseball masculine de Volfoni. C'était sous cette appellation que tout le monde le connaissait. Mais pour Elyas c'était différent, ils avaient le même âge et sont entrés à Volfoni en même temps. Le baseballeur était donc devenu en quelque sorte le meilleur pote d'Elyas. Et même s'ils ne pratiquaient pas le même sport ils s'entendaient très bien. Elyas aimait taquiner ce dernier sur son accent français, lors de leur première rencontre sur un des terrains de sport, c'était la première chose qui l'avait choqué.

Le leader sportif revit ses projets de quitter le terrain de baseball en voyant que Robin avait fait partir les troubles faits pendant qu'il était dans ses pensés. Quand il constata que la cause de cet attroupement était une volleyeuse de l'équipe de Rebecca qui avait l'air mal en point, il fronça les sourcils. Il s'accroupit face à elle et prit enfin la parole, cependant, son ton était perplexe.

-'bin t'as l'air sonné toi. Qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Puis il se tourna vers Robin en percutant à ce que le baseballeur venait de dire.

-Comment ça content qu'tu sois toujours en vie !? C'est quand même pas toi qui l'as... assommé ?

En regardant où était les joueurs de baseball qui continuaient leur petit match ses yeux s'agrandirent.

-Et tu vas pas m'dire que tu l'as fait de là-bas ?

Du doigt il indiquait lesdits joueurs. Elyas connaissait les talents de son ami et savait qu'il était le meilleur de sa discipline mais il en restait bouche bée.

Quelques secondes après avoir assimilé l'information il se tourna de nouveau vers la blonde qui n'avait pas l'air de se sentir mieux.

-Tu arrives à t'lever … Comment c'est ton nom d'jà ?

Il avait bien du mal à retenir les prénoms des gens, déjà savoir quel sport ils pratiquaient et dans quelle équipe ils étaient lui suffisait, le reste s'était facultatif.


Invité
Invité
avatar

Derrière son épaule, une voix bien connue s'éleva puisqu'il s'agissait de celle de son meilleur ami, Elyas, le Leader des sportifs. Pratiquement aussi connu que les populaires grâce à ce titre, il attirait pas mal les regards sur lui peu importe l'endroit où il allait, mais il était possible que ce soit simplement à cause de sa taille plutôt grande qui l'avantageait fortement au basketball, le sport dans lequel il était le plus doué. Malgré tout il restait le type simple qu'il avait connu lorsqu'ils étaient arrivés à l'académie, et c'était pour ça que Robin l'appréciait beaucoup. Il ne le laissa pas dans l'ignorance plus longtemps et lança avec décontraction :

-C'est une tactique d'approche française, t'en fais pas.

Devant l'étonnement bien visible de son ami, Robin précisa ses dires :

-Bah ouais, je serais pas un capitaine très représentatif de mon équipe si je savais même pas tirer des balles suffisantes pour faire des home run. Après, j'ai pas fait exprès de la viser, je l'avais même pas vue !

Une fois que l'information fut montée au cerveau d'Elyas, celui-ci se tourna vers la jeune fille toujours allongée et lui demanda si elle pouvait se relever. Cependant elle ne semblait pas vraiment en état de le faire pour le moment, ils allaient sans doute devoir la porter jusqu'à l'infirmerie. À deux ça ne devrait pas être trop difficile.

-Elle a pas dit son nom encore, laissons-lui cinq minutes pour se reprendre, c'est déjà pas mal qu'elle ait réussi à ouvrir les yeux après ça. Ça fait mal une balle de baseball !

Puis, cessant de se comporter comme si elle n'était pas là, Robin s'adressa à elle avec une certaine politesse toujours pleine de décontraction.

-Je m'appelle Robin. Désolé pour la balle, en général je vérifie pas vraiment où ma balle atterrit. Ça doit vraiment pas être ton jour de chance ! Est-ce que tu te souviens de ton nom ?

Il posait la question en pure forme, il se doutait bien qu'elle devait parfaitement s'en souvenir mais avait entendu quelque part qu'une balle lancée à pleine vitesse dans la tête de quelqu'un pouvait provoquer évanouissement et perte de mémoire, donc autant se méfier un petit peu. Pendant qu'il posait la question, Robin se rendit compte d'un détail illogique dans la scène qui se déroulait devant ses yeux. Elyas ne venait jamais au terrain de baseball alors pourquoi était-il là ? Il se releva et se tourna vers lui, les mains sur les hanches et un air perplexe sur le visage. En général il préférait de loin zoner près du terrain de basket à enchaîner les paniers seuls ou avec son équipe. Parfois Rob' venait jouer un peu avec lui et quelques potes, mais il n'était pas aussi bon que son ami malgré son niveau plus qu'acceptable dans ce sport. Sa spécialité était le baseball, mais il était un type un peu touche à tout, que ce soit en sport ou en amour.

-Mais au fait... qu'est-ce que tu fais là Elyas ? On te vois rarement par ici en général !

Puis il jeta un rapide coup d’œil vers son équipe qui s'entraînait toujours et reconnut le joueur à la batte malgré la distance. Il n'était pas le seul à pouvoir envoyer la balle à l'autre extrémité du terrain, rester ici pourrait être dangereux vu la chance de la jeune fille étalée devant eux.

-Euh... c'est Mike qui est à la batte là, on devrait sans doute l'amener à l'infirmerie ou au moins l'évacuer du terrain avant qu'il ne lui arrive malheur. Tu m'aides à la transporter ?

Robin n'avait pas demandé son avis à la jeune fille pour deux raisons : la première était qu'il était sûr à cent pourcents que si elle tentait de le faire seule elle tomberait et la deuxième était qu'il était impensable qu'elle refuse l'opportunité de se laisser transporter par deux beaux mecs comme eux. Trop sûr de lui ? Robin ? Non, il ne voit pas de quoi vous parlez...
Invité
Invité
avatar

Était-il vraiment nécessaire de préciser que la jeune fille était complètement paumée ? Elle avait l’étrange impression d’être une vache perdue dans le centre de New York (métaphore pour le moins originale je vous l’accorde …). Qu'est-ce qu'elle foutait ici ? Et surtout comment était-elle arrivée là ? Depuis quand faire un innocent footing, risquer de vous tuer ? Tant d’interrogations qui n’arrangeait en rien son mal de crâne…

Alors que des hypothèses plus ou moins farfelues s’enchaînaient dans son esprit, une voix l’interpella. Pas la même que la première non une autre bien différente. Elle cligna plusieurs fois ses yeux avant d’apercevoir enfin correctement la personne en face d’elle. Mais qu'est-ce qu'Elyas Sharrkan faisait ici ? C’est un basketteur, non ? Phoebe n’avait pas le souvenir de l’avoir aperçu plus tôt… A moins que le coup eut endommagé sa mémoire, possible !

Elle aurait bien voulu lui répondre, mais la blonde ne connaissait pas elle-même la réponse. Pas que l’herbe ne soit pas spécialement confortable mais, être la victime d’un évanouissement ainsi ne lui plaisait guère. Et pour couronner le tout, des phrases incompréhensibles volaient autour d’elle. La forme de blanche du début n’était entre autre Robin Dubois, capitaine de Baseball. Celui parla d’une technique d’approche française. Alors qu'Elyas l’accusait assommé quelqu'un… Une minute ! Donc c’était ce Robin qui l’avait envoyé dans les choux ?! De plus avec l’aide d’une balle de Baseball ?! C’était donc ça le coup sur la tête, mais le terrain est à l’autre bout d’ici … L’endroit n’était pas assez grand ? Certes il ne l’avait pas vu, élément courant chez Phoebe. Mais qu'aurait-elle du faire, rentré avec un haut parleur afin de signaler sa présence ? Savoir la cause, de cet accident ne la rassurait guère. A présent une nouvelle ribambelle de questions accourait à grands pas.

Elle ne voulait même pas imaginer, ses expressions faciales en ce moment. Phoebe avait dû passer de l’incompréhension au choc en quelques instants et voilà qu'elle devait sans aucun doute froncer légèrement son front signe d’une extrême concentration. La raison de cette concentration ? Et bien le fait d’essayer de trouver son prénom. Dans un premier temps elle se disait : bah oui que je connais mon nom ! Mais alors, qu'elle s’apprêtait à parler : LE VIDE ! Ce n’était pas humain d’oublier son nom ! Elle se souvenait de la date de l’indépendance des USA, de la hauteur réglementaire d’un filet de volley, du régime alimentaire de son cochon d’inde mais son nom … Elle se retourna le cerveau dans tous les sens, exactement le même effort quand vous cherchez une réponse avec désespoir durant un test. * Mais merde alors ! Je m’appelle comment ? * Étaient les seules phrases qui passaient en boucle dans sa tête. Ne plus savoir son nom était assez problématique quand même !

Elle leva son regard vers les deux garçons, prête à leurs annoncer qu’elle ne savait plus qui elle était mais un flash miraculeux arriva:

-C’est … Phoebe ! Voilà c’est ça ! lança la jeune fille d’une voix enraillée et fatiguée. Ce n’était pas possible d’avoir été aussi crevé, la journée avait certes mal commencé mais de là d’avoir l’impression d’avoir couru le marathon de Paris !

Une bonne chose de faite, elle n’allait pas finir amnésique toute sa vie. Par contre si son temps de réflexion restait aussi lent, elle le prendrait a priori TRES mal comme toute personne sensée a vrai dire. Alors qu'elle avait mis ses capacités à réfléchir sur pause. Elle entendit qu'on parlait d'elle sans vraiment demander son avis... PARDON ?! Était-elle invisible à ce point ? Bien que l'idée devait partir d'une bonne intention, cela ne plut guère à la jeune fille ( sa maudite fierté !). L'impression d'être une assistée, ne la quittait plus. Sous le coup de la fatigue ou de la surprise sa réponse eut une drôle de forme.
En effet la phrase qui sortit de sa bouche n'était pas seule originalement prévu :

-Qu... Quoi ?

Seule la moitié de la phrase était sorti mais était-ce nécessaire de le préciser ? Que sa phrase originale était « Quoi ? Je vous demande pardon ? Mais ça va aller, donnez moi justes 5 min ! » Maintenant c'était officiel, on allait penser qu'elle avait le QI d'une huître bouillie !




Hors rp:
Spoiler:
 
Invité
Invité
avatar

Elyas ne semblait pas vraiment vouloir se charger de porter la demoiselle. Il avait le regard assez éteint tout à coup et fixait le terrain où ses joueurs continuaient le match. Avec un haussement d'épaule qui n'engageait rien, Robin se tourna à nouveau vers la jeune fille qui avait bien voulu entre temps leur donner son nom. Phoebe. Un joli prénom, ça lui rappelait son enfance à fantasmer sur Alyssa Milano en regardant Charmed. Bien entendu il garda se détails pour lui, il ne souhaitait pas paraître complètement obsédé aux yeux de la jeune fille.

-Bon, je la raccompagne à l'intérieur, rejoins nous dès que t'as fini de phaser mon grand !

Sur ce, il lui donna une tape amicale sur l'épaule et souleva la fille comme une princesse. Aussitôt, elle s'agrippa plus ou moins à lui par réflexe pour ne pas tomber et Robin put alors admirer la force musculaire dont elle faisait preuve, même en étant toujours dans les vapes. Elle était assez grande pour une fille d'ailleurs, ça aussi il put le remarquer en la transportant, moins que lui, mais ça devait rester pratique pour faire des sports qui nécessitaient une grande taille comme le volley ou le basketball. Car bien entendu il ne faisait aucun doute pour Robin qu'elle était une sportive. Pendant qu'il la transportait il tenta de la faire se détendre en engageant la conversation, ça lui permettrait du même coup de l'empêcher de tomber à nouveau dans les pommes et de le mettre dans une situation délicate.

-Wow ! Avec la force que t'as, du doit être une sportive non ? Est-ce que tu en fais juste en option ou bien tu as choisi un cursus spécial ?

Pendant ce temps il continuait de marcher, regardant derrière lui à un moment pour jeter un coup d’œil vers son meilleur ami qui regardait le match d'un air pensif.

-Si ça continue, il va finir par se convertir au baseball ! Plaisanta-t-il allègrement.

Étrangement Robin était de bonne humeur. En même temps ce n'était pas lui qui avait reçu une balle en pleine tête tirée par un gros bourrin de la batte comme lui. Il se demandait vraiment comment il avait pu ne pas la voir, lui qui visait juste le champ droit pour faire travailler son joueur... en tout cas il admirait la solidité du crâne de la demoiselle. Elle ne saignait même pas ! Voilà au moins une bonne nouvelle, sinon il aurait vraiment eu des ennuis.

Une fois devant la porte des vestiaires il la déposa doucement sur ses pieds tout en gardant toujours un bras autour de sa taille pour ne pas qu'elle chute à nouveau et la fit rentrer dans la pièce. Ça va, elle n'avait pas l'air de vouloir retomber tout de suite. Il la fit néanmoins s'asseoir sur l'un des bancs du vestiaire pour qu'elle puisse récupérer encore un peu avant de sortir par la porte de derrière pour se rendre à l'infirmerie. Il avait toujours trouvé ça stupide que cette infirmerie soit placée si loin du terrain de baseball, c'est vrai quoi ! Avec toutes les battes, les balles, et les joueurs qui se rentraient dedans, le directeurs devait bien se rendre compte qu'une unité de médecin scolaire devrait être placé à proximité tout de même !

Cette pensée le fit secouer doucement la tête et il fouilla dans son casier pour en sortir un petit cachet qu'il gardait en cas de bleu et de bosse ainsi qu'une bouteille pour le moment non entamée.

-Tiens, dit-il en lui tendant les deux objets. Ça devrait calmer un peu la douleur.
Invité
Invité
avatar

Tout était passé trop vite…

La balle qui tombait du ciel, qui l’assommait. Les deux garçons qui se pointaient de nulle part et lui posaient des questions. Et qu’elle se retrouvait portée par le joueur de Base Ball.
Elle n’avait même pas eu le temps de réagir. Que déjà elle était dans les bras de Robin. Phoebe nota dans un coin de sa tête de vraiment revoir ses réflexes. Ça lui permettrait peut-être d’éviter les balles de base Ball par exemple. Donc, revenons à nos gentils moutons, la blonde était légèrement terrorisée, peur de s’écraser au sol sans doute. Elle s’accrocha donc par reflexe avec force à la nuque du jeune homme, en espérant de pas lui briser. Mais Robin était très grand et costaud, assez pour la soulever et frapper une balle d’aussi loin. Malgré le fait, que la probabilité qu’elle s’écrase au sol soit très mince, la blonde était toujours aussi tendue. Et jamais elle n’avait jamais autant prié pour éviter de tomber.

Alors qu’elle calculait les chances de se fracasser la tête sur le bitume, la voix du garçon la fit sortie de ses morbides songes. Il lui remarqua qu’elle avait de la force et lui demanda quel sport elle faisait. Dans un premier temps, elle était gênée se disant qu’elle serait trop fort le cou du garçon, mais après tout c’était ça ou elle risquait de tomber. Donc que faisait-elle ?

" Ouaip tu as raison. Je suis bien dans le cursus Volley "

Tient elle avait réussi à faire une véritable, avec COD et tout ! Eh bah, elle s’était améliorée, fini l’après choc. Par contre elle était encore bien loin des longues tirades théâtrales et puis ah quoi bon, elle n’était déjà pas spécialement bavarde au naturelle alors …

La remarque de Robin sur son ami Elyas, incita le regard pâle de la jeune fille à regarder par-dessus l’épaule du français (enfin si on se base sur son fort accent). La scène qu’elle découvrit la surprit un, le basketteur était juste captivé par les joueurs s’entrainant au loin. Il avait l’air étrangement passionné. Elle lui répondit le regard toujours posé sur le terrain pour voir s’il y avait un élément qui pouvait captiver l’attention ainsi :

-"S’il fait ça, tu risques d’avoir toute l’équipe de basket derrière toi ! "Et ça c’est un mauvais choix, ils ne sont spécialement connus pour être des enfants de cœurs.

Maintenant, d’après l’odeur bien connue, elle se trouvait dans un vestiaire. Celui sans doute de son équipe, Il la fit s’asseoir sur un banc identique a son vestiaire si on change la couleur, avant de lui donner un cachet contre la douleur. Elle le regarda comme si c’était le Messie, enfin elle pourrait atténuer le mal de crâne. Et en moins de temps qu’il fallait dire merci, que l’antidouleur était déjà engloutit.

"Je … Hum … Merci pour tout …"

Invité
Invité
avatar

Première phrase complète de la jeune fille.

-Ouaip tu as raison. Je suis bien du cursus Volley.

Bien ! Il y avait de l'amélioration ! Elle réussit même à réagir sur son commentaire à propos d'Elyas et du baseball. Avoir toute l'équipe de basket sur les bras ne l'arrangerait pas particulièrement, déjà qu'il ne les aimait pas vraiment... Robin trouvait que s'il y avait bien une équipe qui pourrissait la réputation des sportifs, c'était celle dans laquelle Elyas jouait. D'ailleurs il ne comprenait comment un type aussi sympa que lui puisse tolérer les agissements des racailles comme Emile ou Zenko, deux vraies brutes. De toute façon Robin ne portait pas les racailles dans son cœur, pas plus que les victimes ou les intellos. Tous des nazes selon lui.

-J'avoue que je n'aimerais pas qu'ils me tombent tous dessus en même temps. Je comprends pas comment Elyas fait pour supporter des types comme eux.

Elle accepta la bouteille et le médoc comme une sorte d’élixir de jouvence et les avala tout les deux d'un trait. Elle devait vraiment avoir mal. Pour dissimuler son sourire il ouvrit la porte du vestiaire et se posta dans l'embrasure pour continuer de surveiller le match. Son équipe continuait sagement de s'entraîner et Elyas n'était plus en vue nulle part, il avait du se rappeler d'un truc urgent à faire et avait prit la poudre d'escampette. Une petite voix attira à nouveau son attention à l'intérieur :

-Je … Hum … Merci pour tout …

Robin ne pu s'empêcher de laisser échapper un petit rire. Cette fille était vraiment amusante.

-Merci pourquoi ? Je t'ai assommé avec une balle de baseball pendant que tu passais par là, à ta place j'aurais plutôt dis à mon ''sauveur'' d'aller se faire voir.

Il rit à nouveau et se débarrassa de sa casquette de baseball sur un des bancs du vestiaire. Apparemment il ne ressortirait pas de là tout de suite. Son équipe c'était vraiment toute sa vie pour le moment. C'était avec eux que Robin jouait, avec eux qu'il mangeait, avec eux qu'il sortait lorsqu'il avait du temps libre et avec eux qu'il gagnait la plupart de leurs matchs. Avoir une équipe qui a su tisser de bons liens c'est vraiment important, sans ça il est impensable de compter sur une bonne coordination nécessaire à la victoire. Une équipe en conflit, c'est un jeu en conflit, brouillon, mauvais. C'est pour ça que pendant les recrutements, Robin s'arrangeait toujours pour avoir les impressions de chaque membre de son équipe sur les joueurs qui se présentaient, même s'il conservait le pouvoir d'accepter ou pas une demande d'entrée dans l'équipe.

C'est pour ça que Robin s'estimait chanceux d'avoir une équipe comme celle-là, on sentait jusqu'ici le courant qui se dégageait de ses gars et qui passait entre eux. Ils étaient soudés, quand l'un d'entre eux avait des problèmes, toute l'équipe était là pour le soutenir. Bien entendu il y avait parfois des tentions, mais il y en a toujours pas vrai ? Même dans les familles. Car c'est ce qu'ils étaient au final : une famille. Une grand famille avec plus de neufs membres. Soudain il eut envie de savoir si ce même courant passait dans l'équipe de Phoebe ou si elle se rapprochait plus de celle des gars du basket.

-Dis moi Phoebe, c'est comment dans ton équipe au Volley ?


Spoiler:
 
Invité
Invité
avatar


« QUAND ON SE PREND UNE BALLE
DANS LA TÊTE »
Feat. Robin Dubois & Pheobe Jones




Le jeune homme détacha son regard de la scène que se déroulait devant et ne devint plus que spectateur de ce qui se déroulait devant lui. Elyas avait le regard plongé dans le vide, ou plutôt sur le terrain de baseball. Il ne venait quasiment jamais ici et il ne savait pas pourquoi. La raison la plus simple serait de dire que c'est pas le chemin habituel pour aller sur son terrain de basket. Mais en tant que leader il se devait de passer du temps avec tout les sportifs sans mettre de côté aucun sport. Quoique avec Robin le baseball n'était pas mit de côté. Son ami lui en vantait toujours les qualités et n'omettait jamais de parler en bien de son équipe. Ce n'était pas réellement la même ambiance dans l'équipe de basket. Ils se respectaient tous, s'appréciaient tous et déliraient bien ensemble quand les situations étaient appropriées. Mais il ne pourrait pas passer sa vie collé à eux. Ça ne leurs correspondait pas et ça rendrait leurs relations malsaines. Ils étaient potes sur le terrain et en dehors mais jamais collé en dehors comme sur le terrain. En même temps Elyas ne supporterait pas non plus avoir h24 les membres de l'équipe vers lui. Il avait besoin de ses autres amis aussi, ou simplement d'un inconnu avec qui discuté d'extérieur au basket.

Le jeune homme releva la tête, penser ainsi était étrange et inhabituel. Il n'était pas philosophique et ne comptait pas le devenir. Néanmoins, il était heureux pour son ami d'avoir sa « famille », il ne l'imaginait clairement pas sans. Sur cette pensée il laissa échapper un rire franc qui le réveilla quelque peu. En tournant la tête pour voir comment la demoiselle... Pheobe, allait mais il déchanta en voyant qu'il était seul. Elyas fronça les sourcils et chercha quelques minutes où pouvaient bien être son ami et sa victime. Ils devaient l'amener à l'infirmerie, Robin avait du se charger de l'y emmener. Le jeune homme haussa donc les épaules et reprit son chemin en direction du gymnase, il avait soif et voulait faire des paniers.

Le sportif ne mettrait pas plus d'une minute pour y arriver. À mi-chemin il bugga de nouveau, mais quelques secondes cette fois, avant de secouer la tête. Son ami était là, à l'embrasure de la porte de ses vestiaires en train de regarder le terrain où se trouvaient ses joueurs. Nonobstant, il ne voyait pas la demoiselle blonde qui s'était faite assommée.

-Bah t'as abandonné ta victime dans un fossé ou quoi ?

En souriant il s'appuya sur le mur pour lui aussi regarder de nouveau le terrain de baseball. Mais cette fois c'était bel et bien le jeu qu'il regardait et non pas ses pensées qui divaguent.


Invité
Invité
avatar

Pas de réponse. Bon tant pis, elle devait certainement chercher ses mots pour répondre à sa question. Fort heureusement Elyas apparu à ce moment là pour colorer un peu le blanc qui s'était installé suite à sa question. Peut-être que la question était un peu trop délicate, peut-être qu'il ne fallait pas en parler parce que ça se passait mal au volley chez les dames. Dans ce cas il faudrait envisager une refonte de totale de l'équipe ou alors un changement radical dans leur façon de s'entraîner. Ce n'était pas vraiment ses affaires, mais Robin aimait le sport sous toutes ses formes et respectait les sportifs (les vrais), et il avait l'impression d'être concerné par tout ce qui y touchait. La remarque d'Elyas le fit sourire, ce genre de plaisanterie était vraiment son style.

-Nan, tu me connais, j'aime trop les femmes pour en balancer une dans un fossé. Il fit un geste de la tête pour montrer l'intérieur du vestiaire et rajouta : Elle est à l'intérieur, je lui ai donné un petit truc pour son mal de crâne.

Elyas vint à côté de lui et s'appuya contre le mur, observant les joueurs de Robin s'entraîner. Robin était très fier de son équipe. Il avait travaillé dur au sein de celle-ci depuis sa toute première année de lycée et l'avait vu évoluer, n'hésitant pas à donner son avis au capitaine de l'époque, lui offrant des conseils pendant les entraînements ou proposant des changements de tactique pendant des matchs. La plupart du temps ses conseils étaient bons et ne fut pas vraiment étonné d'être promu capitaine par le coach de l'équipe lorsque l'ancien quitta l'établissement.

Depuis il se consacrait entièrement à son équipe, faisant l'impasse sur la plupart de ses cours et cherchant à optimiser leurs résultats. On peut dire que si aujourd'hui l'équipe de baseball était ce qu'elle était, c'était un peu grâce à lui qui avait su lui faire prendre une bonne forme, comme un sculpteur qui s'attarderait sur les détails de l'une de ses créations pour la rendre la plus convaincante et belle possible. Aujourd'hui il considérait cette sculpture comme presque achevée. L'année débutait à peine, mais leur performance aux entraînements laissait Robin confiant pour la suite. Ils travaillaient comme s'ils avaient enfin atteint une sorte de communion d'esprit un peu mystique.

Bien entendu il y avait encore quelques cafouillages, ils n'étaient pas au niveau des professionnels, mais il s'en approchaient grandement. Robin savait que certains d'entre les membres de son équipe n'auraient aucun mal à se trouver un entraîneur et une grande équipe une fois sortit du lycée, et il était plus que certain d'en faire partie. C'était son rêve après tout, la carrière qu'il visait une fois sorti de cette académie. Devenir un champion de baseball, une star internationale du sport, un sportif de très haut niveau.

Mais pour qu'une telle chose se produise, Robin et son équipe devaient impérativement se faire remarquer par les gros bonnet du sport, ceux qui recrutaient directement à la source des université. Et pour se faire remarquer, il n'y avait pas trente-six mille solutions : il fallait gagner la coupe des universités d'Amérique. Les entraîneurs n'allaient voir pour ainsi dire que les derniers match, parfois les quarts de finale mais en général seulement la finale et la demi finale, là où la crème de la crème était rassemblée, et il allait sans dire que Robin ne visait pas moins haut que la final, et même la victoire de cette finale. Oui il avait de l'ambition, mais on arrivait à rien sans ambition en sport. Il était presque sûr que le directeur de l'académie partageait son point de vue d'ailleurs, mais c'était sans doute plus pour le prestige qu'il pourrait rapporter à son établissement que pour le succès que les élèves rencontreront.

Sortant de ses pensées, Robin se rappela d'une question qu'il avait posé à Elyas et qui restait toujours sans réponse.

-Au fait, tu m'as toujours pas dit ce que tu faisais ici, tu traînes rarement près du terrain de baseball en général, t'as un rendez-vous ?

Il avait dit ça avec un sourire pour le charrier, il aimait bien s'informer de la vie sentimentale d'Elyas, voir même de sa vie tout court, ça lui permettait de restreindre son propre terrain de chasse et de ne pas trop empiété sur celui de son ami. Il était tellement plus romantique que lui, Robin trouvait ça presque désespérant parfois.
Invité
Invité
avatar


« QUAND ON SE PREND UNE BALLE
DANS LA TÊTE »
Feat. Robin Dubois & Pheobe Jones




Robin n'avait donc pas laissé la blonde dans un coin abandonné. Lui donner quelque chose ? Dit comme ça, ça paraissait très tendancieux. Le basketteur remit ses idées en place. Un silence s'installa entre eux, pas ce genre de silence gênant, embarrassant, désagréable, inconfortable et bien d'autres choses encore. Non un silence calme et reposant, il regardait l'équipe de Robin. Ce dernier n'avait-il pas envie de retourner s'entraîner avec eux ?

Le basketteur n'eut pas le temps de le demander à son ami que ce dernier lui posa une question. Ce qu'il faisait par ici ? C'est vrai qu'Elyas ne venait pas souvent dans ce coin. S'il avait un rendez-vous ? Absolument pas.

-Non j'ai pas de rencard et j'en ai aucun de prévu dans les prochains jours.

Le jeune homme sourit, pas qu'il n'intéresse pas les demoiselles de l'académie mais aucune ne lui avait tapé dans l'oeil pour le moment. Et il n'était pas vraiment le genre à se taper tout ce qui bougeait.

-En tout cas je sais pourquoi je passe pas souvent. Si à chaque fois tu fais une victime j'ai meilleur temps de ne jamais venir sur ton terrain.

Il n'en avait pas besoin. Robin lui racontait bien souvent ce qu'il se passait en baseball. C'était pas tout à fait la même chose pour l'équipe féminine. Il ne savait pas grand chose ses ces dernières et ne connaissait même pas le nom de leur capitaine... Autant dire que c'était une terre inconnue. En parlant d'équipe il ne connaissait pas grand chose sur celle de volley masculine. Pourtant ces derniers jouaient dans le gymnase. Pour ce coup-là Elyas se sentait un peu con. Le sport ne se résume pas qu'au basket ou au baseball. Le jeune homme se dit qu'il devait se rattraper pour le coup et qu'il passerait plus souvent sur les différents terrains. Ne serait-ce que pour voir la tête des gens qui y siégeaient.

-Tu n'as pas envie d'y retourner ?

Le basketteur venait de désigner le terrain où se trouvaient toujours ses joueurs.


Contenu sponsorisé


 
Quand on se prend une balle dans la tête (Robin & Elyas & Phoebe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crépuscule, Quand ta vie prend maintes chemins...
» Quand la femme prend la fuite....[Libre]
» Quand le fils prend soin de la mère [Pv Nunured]
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Quand on "prend le ruban"...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: « - Hors RP :: Minnesota :: RP-
Sauter vers: