En attendant hier [Adriel]

Enora Clifford
V E U V E N O I R E
avatar
Âge du perso : 21 yo [19 janvier]
Activité : Arts Plastiques
Spécialité : Dessin & Fusain
Fonction : Universitaire (y3)
Avatar : Suigintou ○ Rozen Maiden / Nox ○ Ajgiel
Doubles-comptes : Le gros et le spaghetti (Méliès & Brendol)
Messages : 364
Date d'inscription : 05/01/2015
V E U V E ✝ N O I R E

You bathe in acid
and expect not to dissolve

Le claquement régulier de ses talons est un affront aux murs aseptisés de l’hôpital.
Ses multiples dentelles aussi.

Elle a entendu une petite mamie marmonner « pas étonnant qu’elle aille en psychiatrie » et une autre demander à son mari si une animation était prévue pour les enfants du service aujourd’hui (n’importe quoi n’importe quoi elle extrapole des murmures dont elle n’entend que quatre mots)

Elle a même cru qu’une des infirmières allait l’arrêter d’un « l’unité de pédiatrie c’est de l’autre côté mademoiselle », mais elle décida sans doute qu’elle était trop pressée pour s’occuper de cette gamine cheloue (en vérité elle lui a gentiment souri mais Enora ne l’a même pas vu)

A l’accueil comme d’habitude, la secrétaire qui note son arrivée lui parle comme à une demeurée (pas du tout mais elle fait plus jeune que son âge elle a juste peur qu’on l’infantilise).

Finalement, finalement elle triomphe de tous les obstacles et arrive dans son couloir.

Son modeste royaume.

L’un de ses sujets présente cependant un visage familier qui l’arrête un quart de seconde.

Oh.

Et l’étonnement sur son visage sans doute un peu trop maquillé (le sang sur les lèvres le charbon sur les cils le rituel satanique au fond des yeux) formera le seul salut auquel il aura droit, avant qu’Enora ne verse à nouveau dans sa spécialité.

C’est le nouveau point de ralliement des loosers, ici ? Volfoni est plus assez grand ?

Elle porte l'ombre d'un sourire alors c’est probablement de l’humour.

Probablement.

Le suspens reste entier puisqu’elle ne s’explique pas ; elle se contente de se vautrer dans le fauteuil voisin avec la brutalité extenuée d’Atlas –elle qui ne porte pourtant que ses 42 petits kilos.

Elle est lourde de tout ce qui ne se pèse pas et persuadée que désormais Adriel la comprend.

Les rumeurs grondent tellement fort qu’elles ont finies par parvenir jusqu’à ses oreilles et Enora se targue d’être une experte en la matière alors elle sait.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel Lespérance
c h a c o u i l l e n i n j a z o m b i e
avatar
Âge du perso : 22 ans
Activité : Arts plastiques
Spécialité : Dessin au plomb, fusain et encre de chine
Fonction : Universitaire
Poste spécial : Freak de service
Avatar : Nuvat - SirWendigo
Doubles-comptes : Prudence Vang
Messages : 1598
Date d'inscription : 13/04/2013
c h a c o u i l l e n i n j a z o m b i e

J’ai pensé longuement à faire comme si j’avais oublié ce rendez-vous en fixant le plafond de ma chambre, les yeux dans la graisse de bean. C’est que ça me troue le cul d’essayer de comprendre ce qui ne tourne pas rond dans ma tête alors que j’ai bien dû dormir un glorieux trois heures malgré le cinq grammes de weed que j’ai fumé depuis minuit.

Mais me voilà quand même parce qu’apparemment, je dois m’aider. Faut que je me considère chanceux ; ils auraient pu me garder enfermé dans ce merdier pendant encore un mois facile. Peut-être deux. Alors je ferme ma gueule et je me rends aux visites hebdomadaires chez le psychiatre. Même si mes cernes me donnent l’air d’un raton-laveur qui pille les conteneurs et que mon propre fil de pensées ne fait absolument aucun foutu sens.

Je traverse les couloirs de l’hosto d’une démarche de zombie, le plus grand format de café que j’ai pu commander à la brûlerie du coin dans les mains. Lait de coco et sirop d’érable. Délectable, vraiment. Je m’en enfilerais trois galons. À voir les regards furtifs qu’on me lance, on doit se dire que j’ai bien ma place en psychiatrie. Ben tiens, au moins j’suis pas cul nu sous une jaquette de la honte. Je m’écrase sur une chaise de la salle d’attente avec la grâce d’un bélouga avant de sortir mon téléphone de ma poche.

C’est le bruit de talons qui claquent sur le sol qui me fait lever la tête du jeu débile dans lequel j’étais absorbé. Un second bélouga drapé de dentelle noire s’échoue sur le siège à côté de moi, lâchant un simple «oh». J’hausse un sourcil avant de prendre une grande gorgée de mon café. Enora. Je ne m’attendais pas à la voir ici, mais j’imagine que ça fait du sens. Deux goths suicidaires chez le psy, ça pourrait faire une bonne comédie.

Ou pas.

-Tu vois, j’suis devenu un looser de taille épique. Fallait étendre mon territoire en-dehors de Volfoni.

On est tellement loosers qu’on n’est même pas foutu de se tuer proprement. C’est peu dire. Je lui rends son sourire, solidaire dans son humour de mauvais goût. Je fous mon portable dans la poche de mon jean et finis le café d’une traite.

-T’attends toujours des plombes dans ce trou à rats?

On m’applaudira pour le small talk. Elle a bien dû déduire que je viens de passer par la même chose qu’elle. Et puis, la cicatrice sur mon avant-bras ne ment pas.

_________________

   
   
   




Gifts.:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Clifford
V E U V E N O I R E
avatar
Âge du perso : 21 yo [19 janvier]
Activité : Arts Plastiques
Spécialité : Dessin & Fusain
Fonction : Universitaire (y3)
Avatar : Suigintou ○ Rozen Maiden / Nox ○ Ajgiel
Doubles-comptes : Le gros et le spaghetti (Méliès & Brendol)
Messages : 364
Date d'inscription : 05/01/2015
V E U V E ✝ N O I R E

You bathe in acid
and expect not to dissolve

Avec désinvolture, Enora hausse les épaules.

Contente que tu t’en sois enfin rendu compte. Si on s’allie, on pourra peut-être s’emparer du monde.

Elle a toujours cherché à intégrer Adriel dans son crew mais n’y est jamais parvenue –leur répulsion mutuelle est bien trop forte.
C’est toutefois une des rares choses sur lesquelles elle s’acharne encore car il lui semble que leur aversion s’est refroidie sur un autel de boules de neiges.
Après tout, il l’a aidé à récupérer les cours qu’elle a manqués.

De toute façon, l’hôpital c’est encore trop petit pour toi.

Il l’a aidée et elle le remercie de son humour grinçant.
Tout chez elle se fait grinçant, y compris son sourire en coin face à la tentative de small talk. Adriel qui small talk, on aura tout vu.

Bah, c’est les médecins, tu sais comment ils sont.

Pause.

Hm, ou pas.

Rares sont les gens à se traîner 10 ans de thérapie, elle a tendance à l’oublier.
Elle tapote sur l’accoudoir du bout des ongles –aujourd’hui est un jour où elle parle lentement.

Ils sont toujours en retard parce qu’ils adooorent analyser pourquoi aujourd’hui tu as mis une couche de mascara de plus que d’habitude, ce genre de trucs captivants.

Parfois aussi c’est parce qu’une folle veut les poignarder.

Ils doivent s’éclater sur tes tatouages. D’ailleurs j’espère que t’en feras un pour recouvrir ça –un mouvement du menton vers la cicatrice–   c’est presque aussi moche que toi.

S’il se vexe elle s’excusera, songe-t-elle aussitôt qu’elle a fermé la bouche.

Depuis peu, elle a cessé de porter des manches longues comme bouclier pour les lignes rosâtres qui marbrent ses propres avant-bras. Comme du reste, elle s’en est lassée.
Et puis il fait décidément trop chaud pour ça en Floride.

Enora tire méchamment la langue à un pré-ado qui passe en la dévisageant avec un peu trop d’intensité.


Spoiler:
 

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 
En attendant hier [Adriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Volfoni :: Arcadia :: South Orange Avenue :: Hôpital-
Sauter vers: